Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Ahsoka Chinara
Justicier
♠ Classe et nom de code : Piàn ♠ Emploi : Sorcière du Kamar-Taj ♠ Gif :
MessageSujet: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Jeu 15 Mar - 0:20
Je suis prête à tout sacrifier pour la sauve
Statut du sujet : Privé ft. Amora ▬ Envoyez moi un mp pour nous rejoindre
Date du rp : Flashback (Août 2016)
Météo & moment de la journée : Journée
Autre : Le Burlesque, Cabaret.





"Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver"

Demain, dans une semaine, un an, ou encore dans un putain de siècle, peu m'importe combien de temps ça me prendra... mais je te sauverai, maman ! - Ahsoka




    Coudes appuyés sur la rambarde du balcon, j'observe le soleil se coucher lentement vers l'horizon, au-delà de cet océan qui semble en cette soirée bien calme. Ma maman est certainement de l'autre côté de la vitre du balcon en train de travailler certainement sur la préparation de la liste des invités VIP de ce soir, de grands artistes vont passer au club et c'est beaucoup de travail pour elle. Oui, elle peut se tenir devant la fenêtre malgré que le soleil ne soit pas encore couché et qu'il brille de sa pleine et dernière puissance. Et cela pour la simple et bonne raison que toutes les vitres de l'appartement sont faites de glaces sans tain. En tout cas cela lui permet de se déplacer tranquillement dans le bâtiment qu'il fasse jour ou nuit. Mais qu'importe, le soleil est bientôt engloutit par l'océan, sa dernière lumière rouge disparaît en dessous de l'horizon. Et un léger vent frais se lève à peine les étoiles apparues dans le ciel et que le voile de minuit recouvre Los Angeles.
    Une vive douleur aux paumes m'arrache à mes songes, remarquant que mes poings sont alors fermés avec force, au point que mes ongles pénètres ma chair. C'est dans un bruit de craquement d'os que j'ouvre de nouveau et délicatement mes mains, détendant mes doigts. Impossible de la faire disparaître, cette colère qui me ronge lentement le coeur. Me voilà à devoir m'isoler pour ne pas que ma propre mère ait à me voir dans cet état. Je n'avance pas dans ce projet de remède, je n'ai pas trouvé le moindre indice pour inverser le processus de vampirisation. Si ma mère n'avait jamais bu de sang humain et qu'elle en était à sa première phase, j'aurais probablement pu trouver quelque chose. Cependant, elle est déjà un vampire depuis des années. Avec toute cette frustration, de mauvais souvenirs ont refaits surface, brutaux et durs. Le fait que j'aie failli tuer ma propre mère, que Kamar-Taj m'ait menti à son propos et qu'en dix ans je n'ai toujours pas trouvé de solution pour la guérir.

    Je crois qu'au fond, je me hais de continuer à respirer le même air que ma mère, tellement que j'ai l'impression d'être indigne d'être sa fille. Je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi a-t-il fallu qu'elle mette au monde un être aussi inutile que moi. Elle a quitté le Wakanda parce qu'elle était enceinte de moi, parce qu'elle ne voulait pas m'élever sans mon père. Si je n'avais jamais existé qu'aurait été sa vie sans moi ? Je suis persuadée qu'elle aurait été meilleure et qu'elle ne serait jamais devenue un vampire. Mais voilà, je suis née, c'est un fait... J'ai commis des erreurs, c'est indéniable. Cependant, je n'ai pas le temps de regarder derrière moi et m'apitoyer sur mon sort. Je maudirais mon existence une fois que j'aurais trouvé un antidote pour la femme qui se trouve derrière cette vitre. Le soleil disparu, maman ouvre alors la fenêtre du balcon que j'ai soigneusement fermé derrière moi entrant sur mini-terrasse extérieure.
    Elle m'observe étrangement de ce regard que j'ai appris à connaître, celui qui me sonde jusqu'au plus profond de mon être. Elle est silencieuse, ce qui me rend un peu nerveuse car je sais qu'elle devine ce que j'ai en tête. Je ne sais pas comme elle fait, mais elle arrive à chaque fois à lire en moi comme si j'étais un livre ouvert. Toujours silencieuse, elle s'approche de moi et me prend tout simplement dans ses bras. Ce n'est pas grave ma puce... Sont les mots qu'elle me chuchote à l'oreille, j'ignore pourquoi, mais à ce moment-là je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point, je me hais tellement de ne rien pouvoir faire pour elle depuis maintenant dix ans. Sangloter comme une petite fille dans ses bras, c'était au final tout ce que je pouvais et que je savais faire pour elle. C'est tellement pathétique, je me fais honte. Pour autant, je n'abandonnerai pas, je continuerai à chercher un moyen même si je dois en pleurer encore et encore, jour et nuit.

    Deux ans plus tôt, août 2016 à New-York, me voilà devant le Burlesque, le fameux cabaret qui m'avait été indiqué. J'entre à l'intérieur et me dirige immédiatement vers ce qui me semble être l'accueil. « Bonjour, j'aimerais beaucoup m'entretenir avec Sarah Hagen, pouvez-vous lui communiquer ma présence ? »



Code by Sleepy


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Amora
Divinités
♠ Emploi : Magicienne, femme d'affaire, comploteuse, séductrice ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Jeu 15 Mar - 3:06
« Est-ce qu'un peu plus de sensualité serait trop demandé, Opale ?! », s'agaça la dirigeante des lieux en s'adressant à l'une de ses danseuses, alors qu'elle répétait sa prestation sur la scène du Burlesque.

A cette heure-ci de la journée, le cabaret était encore fermé au public, permettant ainsi aux artistes de travailler leurs chorégraphies, et aux autres employés de préparer les lieux pour la soirée, sous l’œil critique et exigeant de leur patronne. Ici, la volonté de Sarah Hagen faisait figure de loi. Perfectionniste dans l'âme, elle ne tolérait ni l'à-peu-prêt, ni le travail bâclé. Assise dans un fauteuil de velours noir installé face à la scène, elle désespérait en assistant à ce spectacle qu'elle jugeait indigne de son établissement, roulant des yeux, soupirant d'exaspération, ou basculant simplement la tête en arrière lorsque c'en était trop pour elle. Aujourd'hui, rien ne semblait aller, chacune des danseuses donnant l'impression de s'être passées le mot pour ruiner le show de ce soir.

Irritée, elle passa une main nerveuse dans sa chevelure blonde, la rabattant machinalement sur le côté. Dans son bustier noir mettant en valeur ses attributs féminins, par dessus lequel elle portait un boléro à manches mi-longues de couleur vert canard, associés à un pantalon en cuir noir prêt du corps et d'une paire de bottines à talon de la même couleur, elle avait tout d'une femme d'affaire tendance et au look travaillé. Elle avait tout d'une séductrice au fort caractère.

« Si j'avais voulu d'une guenon à plumes engoncée dans un tutu comme danseuse, j'aurais été au zoo ! Je ne t'aurais pas recrutée !
, pesta-t-elle de nouveau. J'en ai assez vu pour le moment : on fait une pause. »

Rageusement, Sarah porta son verre vide à ses lèvres, roulant une nouvelle fois des yeux, agacée, en constatant que même de ce côté-ci, ça n'allait pas non plus.

« Pour l'amour d'Asgard, mais qui faut-il sacrifier ici pour que les choses fonctionnent correctement ?! », maugréa-t-elle à mi-voix.

Se levant avec grâce et dextérité, la propriétaire des lieux se dirigea vers le bar. Derrière le comptoir, l'un de ses employés était en train d'essuyer et de ranger les verres en prévision de la soirée. En la voyant arriver, il comprit sans qu'elle n'ait à prononcer un seul mot, lui préparant un nouveau martini dans lequel il plaça une brochette de trois olives vertes. C'était la lubie du moment de sa patronne, qui depuis quinze jours ne jurait que par cet alcool … jusqu'au jour où elle changerait d'avis et reporterait son choix sur une autre boisson. Echangeant son verre vide avec celui que lui tendait le barman, Hagen lui adressa un sourire pour le remercier, avant d'entendre une voix qu'elle ne connaissait pas demandant à la rencontrer.

Son verre dans une main, jouant de l'autre avec la brochette d'olives, elle s'approchant lentement, d'une démarche gracile, presque comme une prédatrice, avec ce petit déhanchement dont elle avait le secret, observant la nouvelle venue d'un œil expert, un sourcil rehaussé. A quelques mètres d'elle, Sarah s'immobilisa, prenant appui sur le bord du comptoir, et dégusta une olive, sans quitter ce visiteur des yeux. Elle l'étudia lentement des pieds à la tête, avant de donner son verdict.

« Désolée trésor, les auditions se sont terminées il y a deux semaines … mais si tu as réellement du talent … je pourrais peut-être faire une exception », lui annonça-t-elle avec la bouche en cœur et un petit sourire en coin.

Mais rapidement, il s'avéra que cette jeune femme n'était pas venue pour être auditionnée, ce à quoi, Hagens répondit d'un haussement d'épaules après avoir bu une gorgée de son martini. Non, elle désirait lui parler …

D'un signe de tête, la propriétaire des lieux lui indiqua de la suivre, lui tournant rapidement le dos pour se rapprocher du barman, avant de s'asseoir sur un tabouret de bar en face de ce dernier. Son verre posée sur la surface miroitante et impeccable du comptoir, elle joua une nouvelle fois avec la brochette d'olive en la tenant du bout des doigts, lui faisant décrire des cercles précis dans l'alcool.

« Stiles, mon grand … sers donc à notre amie un … »

Sarah prit le temps de réfléchir quelques secondes, retenant par la même occasion toute l'attention de son employé.

« Sex on the Beach … oui, je sens qu'il n'y a pas si longtemps tu étais dans un endroit proche de l'océan, décida-t-elle souriant de manière amicale, voire mielleuse à la jeune femme. Anh-anh, empêcha-t-elle cette dernière de refuser, alors qu'en même temps, Steve lui indiquait d'un signe de tête de ne pas aller contre la volonté de sa patronne, ce que Sarah Hagens offre … ne se refuse jamais, Chérie. »

Lorsque le cocktail fut servi, Sarah adressa un clin d'oeil complice au barman, avant de lever son verre pour trinquer, en direction de la jeune femme.

« Alors, qu'est-ce que je peux faire pour toi … ? », lui demanda-t-elle le plus simplement du monde, sans pouvoir l'appeler par son prénom, l'ignorant encore.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ahsoka Chinara
Justicier
♠ Classe et nom de code : Piàn ♠ Emploi : Sorcière du Kamar-Taj ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Jeu 15 Mar - 14:46


"Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver"

Demain, dans une semaine, un an, ou encore dans un putain de siècle, peu m'importe combien de temps ça me prendra... mais je te sauverai, maman ! - Ahsoka




    La femme que je recherche ne tarde pas à se manifester finalement d'elle-même et elle est aussi belle qu'on me l'a décrite. Une beauté presque divine qui ne me laisse pas indifférente, je prends un moment à constater que je la fixe un peu trop longtemps dans mon silence. D'autant plus quelques secondes plutôt elle m'interpella en pensant que je m'étais déplacée dans le simple but de passer une audition. Du coup, je ne sais pas tellement comment je dois le prendre, je jette un oeil rapide sur mon physique qui m'a toujours semblé très banale. Je n'ai pas une silhouette fine et jolie à cause de mes entraînements au combat, sans oublier que du haut de mes 1,57m je fais pâle figure à côté de ses danseuses. Du coup, est-ce qu'elle se moquait ouvertement de moi ou est-elle sincère ? Bien que ce n'est pas la première fois qu'une femme tente de me faire danser sur scène, ma propre mère le voulait aussi, prétendant simplement que mes hanches sont faites pour se déhancher sur du bon son. Bon sang, maman, toujours le truc pour me faire rougir...
    Je tente de reprendre une certaine contenance pour ne pas montrer que je suis sensible à cette forme de compliment probable à peine voiler et je lui annonce que je ne suis pas là pour une audition. Lui expliquant peu après que je voulais simplement aborder un sujet très sérieux avec elle. Cette femme est probablement la seule qui puisse me venir en aider à l'heure actuelle. Je ne souhaite pas placer ma foi en elle, mais j'ai tout de même de grandes espérances en venant la voir. Je la suis aux pas lorsqu'elle m'invite à le faire, rassurée de constater qu'elle a du temps à accorder à une étrangère comme moi. J'imagine très bien son emploi du temps surchargé avec le métier qu'elle fait, mais tant mieux je n'aurais pas insisté avec des arguments ou un discours improvisé. On arrive au bar non loin où je m'installe peu après que mon hôte le fasse, l'imitant par politesse. J'observe un peu brièvement l'intérieur du cabaret, peu avant de reporter mon intention sur la femme.

    Je suis surprise lorsque je l'entends qu'elle invite le barman à me servir Sex on the beach, devinant partiellement à quel endroit où j'étais. À Los Angeles, cherchant une propriété privée afin que ma mère y ouvre une boîte. Elle a accumulé de la richesse qu'elle souhaite à présent dépenser pour fonder son petit empire de la nuit. Elle veut une résidence où elle pourrait avoir à la fois ses appartements et sa boîte de nuit. Du coup, je fais le tour de Los Angeles pour lui trouver ça, avec le soleil qu'il y a la-bas, elle ne peut pas trop se déplacer en journée. Mais concernant ce verre, je lève les mains dans une position défensive. « Oh... Heu, ce n'est pas la pei... » La femme m'interrompe avant que je puisse finir ma phrase, confirmant peu après qu'aucun refus n'était accepté. Je baisse les bras et souris, un peu gênée. Je ne préfère pas démarrer cette rencontre en l'offusquant ou en insultant sa générosité. Alors, j'attrape le verre et prend une gorgée à l'aide de la paille peu avant de tousser comme jamais.
    Ai-je précisé que je n'avais jamais bu d'alcool ? C'est amèrement et affreusement fort ce truc, dire que ma mère bois ça si tranquillement et de l'alcool pur dans son cas. J'ai la gorge qui brûle, comment est-ce possible d'engloutir ça calmement ? Autant boire directement de l'essence, je suis certaine que la différence serait minime. Bon d'accord, j'abuse un peu beaucoup, mais je me sens un peu frustrée de perdre ma crédibilité ainsi devant cette femme. Et une certaine colère monte rapidement en moi, cette colère j'ai envers moi-même et qui ne cesse de grandir dans mon coeur année après année. Une main posée contre ma gorge, je tente tant bien que de mal à éclaircir ma voix pour répondre à sa dernière question. « Ce n'est pas quelques choses auxquelles je peux ouvertement parler. » Dis-je avant que mon regard se porte furtivement sur le barman à côté. Une façon des plus subtiles de lui indiquer que ce n'était pas le genre de sujet qu'on pouvait facilement aborder avec du personnel autour pour écouter.

    Je reprends une gorgée de mon verre, mais cette fois en étant maintenant conditionnée et préparée à la force de la liqueur, j'avale la substance sans hésitation. Cette fois j'arrive un peu mieux à cerner le goût fruité de la boisson et oublié un peu l'arrière goût amer de l'alcool derrière. Et je suis persuadée que j'aurais été amoureuse du Sex on the beach, s'il n'y avait pas eu d'alcool dedans. Enfin, peu importe, je reporte mon attention sur la fameuse Sarah Hagen pour attendre sa réponse.



Code by Sleepy


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Amora
Divinités
♠ Emploi : Magicienne, femme d'affaire, comploteuse, séductrice ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Jeu 15 Mar - 18:03
La vaine tentative de la jeune femme pour décliner l'offre de Sarah fit sourire cette dernière intérieurement. En franchissant le seuil de cette porte, en entrant volontairement (ou non) dans ce cabaret, chaque individu acceptait de suivre les règles dictées par la dirigeante de ces lieux … de se plier à sa volonté. Ici, ils étaient sur son territoire … dans son domaine. Soit ils y venaient pour le spectacle, spectacle dicté à la lettre par Hagen, soit … ils y venaient pour le commerce parallèle d'Amora … et une fois encore, ils devaient se soumettre à ses règles. Il n'existait qu'une seule personne qu'elle autorisait à lui tenir tête … un seul individu qu'elle connaissait depuis si longtemps que par moment, elle avait l'impression de l'avoir toujours connu : Monsieur le Président. En dehors de Loki, l'Enchanteresse ne tolérait aucun refus sans représailles.

Comprenant donc qu'elle n'avait d'autre choix que de prendre ce verre, la jeune femme porta la paille à ses lèvres avant de boire une gorgée de son cocktail. Sa réaction ne se fit pas attendre. Une grimace de surprise et d'inconfort, associée à une quinte de toux suivirent rapidement. Visiblement, cette petite n'avait aucune expérience en matière de consommation d'alcool. L'observant, Amora étira discrètement un sourire en coin. Au moins, cette gamine avait accepté de suivre ses règles du jeu et avait eu le cran de se jeter la tête la première dans cette épreuve, un bon point pour elle si elle désirait obtenir l'aide de l'Enchanteresse.

Amusée, Sarah échangea un regard complice avec le barman. Elle n'avait aucun doute sur le fait qu'il avait un peu forcé sur la dose de vodka dans le cocktail lors de sa préparation … comme cela était convenu avec sa patronne dans ce genre de situation. Elle appréciait mettre dans de 'bonnes conditions' ses clients potentiels lorsqu'ils venaient faire affaire avec elle.

Sans la quitter du regard, l'asgardienne laissa à son invité le temps de reprendre ses esprits et de se remettre de sa toute récente expérience sensorielle. De nouveau maîtresse d'elle-même, ce fut avec une pointe de gêne que cette dernière précisa que le sujet qu'elle voulait aborder nécessitait une certaine intimité, son regard dérivant non sans raison sur le barman. Visiblement, il était de trop au goût de la jeune fille pour qu'elle puisse discuter de la raison qui l'avait conduite ici en toute liberté. Après un nouveau sourire de sa part, la propriétaire des lieux se tourna vers son employé.

« Désolée darling, mais … tu as entendu la demoiselle ? », lui annonça-t-elle avec une moue faussement déçue.

Sans demander son reste, et toujours avec un air avenant, Stiles quitta son poste, une lingette humide dans les mains, pour aller passer un coup sur les tables de la salle de spectacle, toujours dans le but de préparer les lieux pour la soirée. Ce n'était pas parce que sa patronne venait de lui demander de leur laisser un peu d'espace qu'il pouvait se permettre de lambiner … et cela, il le savait parfaitement. Alors qu'il s'éloignait, Sarah l'observa plusieurs secondes, un sourire en coin, son regard portant principalement sur … le postérieur du monsieur, avant de reporter son attention sur son interlocutrice.

« Il est charmant, n'est-ce pas ? Et en plus, il fait d'excellents cocktails », annonça-t-elle, s'amusant de l'inconfort de la jeune femme.

D'un coup de dent, Sarah arracha une nouvelle olive de son cure-dent, avant d'en savourer la chair imbibée de martini … et de soudainement regagner son sérieux. Dés lors, le regard aiguisé et le visage de marbre, elle déposa son verre et l'olive restante sur le comptoir, joignant ses mains devant elle, un sourcil légèrement rehaussé, et les lèvres subtilement pincées et en coin.

« A présent que nous sommes seules, dis-moi tout. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ahsoka Chinara
Justicier
♠ Classe et nom de code : Piàn ♠ Emploi : Sorcière du Kamar-Taj ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Jeu 15 Mar - 22:08


"Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver"

Demain, dans une semaine, un an, ou encore dans un putain de siècle, peu m'importe combien de temps ça me prendra... mais je te sauverai, maman ! - Ahsoka




    Décidément, il n'était pas difficile de constater qu'elle s'amusait de la situation avec son Barman au vu de leur complicité. Je suppose que je n'aie pas le choix que de m'accommoder et de me soumettre à ses petits tours espiègles. C'est moi qui viens lui demander son aide après tout et non le contraire, elle n'est même pas obligée d'accepter cet entretien. Donc, je ne suis pas vraiment en position de montrer mon mécontentement. Et littéralement, cette femme a largement tous les pouvoirs sur moi en cette heure sombre où je suis prête à m'abandonner à tous ceux qui pourront m'aider à trouver une solution pour sauver ma mère de sa malédiction. Ce n'est pas que je n'ai plus confiance en mes propres capacités, mais je ne veux pas perdre plus de temps à travailler seul dans mon coin. J'ai besoin de m'ouvrir à d'autres possibilités et d'autres techniques. Et même si ma mère me giflerait si elle devait un jour entendre ça de moi, je serais prête à vendre mon âme au diable lui-même pour trouver ne serait-ce qu'un élément afin de progresser dans mes recherches.
    Mon regard se pose sur le Barman à la question de madame Hagen et franchement je n'ai pas tellement de réponse à lui donner. Je suppose qu'il est charmant si elle mentionne ses manières et son éducation. Par contre, si elle parle de ses attribues physiques, je ne suis pas très bien placée pour lui donner une réponse. Les hommes ont dû mal à m'attirer, même si je suis capable de reconnaître chez certain une beauté physique. Cependant, je repère déjà plus facilement les charmes de la femme à côté de moi que celui du barman. Silencieuse, je finis mon verre pour ne plus avoir à le retoucher plus tard. J'aimerais boire de l'eau à présent, afin que la sensation de brûlure s'estompe avec l'amer goût de l'aphrodisiaque. Au moins à présent, j'ai une raison valable de ne jamais plus toucher l'alcool. Cela dit, je me souviens que mon maître est un amateur de Saké, même lui bois ce genre de boisson. C'est ridicule. Non. En fait, je suis lamentable. Si je lui raconte comment fut ma réaction face à mon premier verre d'alcool, il va se moquer de moi à vie. Sale vieillard aigri.      

    Sarah me permet de parler maintenant que nous sommes seules, je dépose mon verre vide sur le comptoir avant de me positionner convenablement vers elle. « On m'a fait part de votre... Commerce au-delà de votre activité officielle. » Commençais-je alors, je réalise que c'était le moment de vérité et je ne sais pas pourquoi, mais l'adrénaline s'est mise soudainement à monter en moi. Je crois que le sujet me tient tellement à coeur que j'ai peur d'entendre une réponse que je ne pourrais supporter d'entendre. Je n'ai pas fois en elle comme je l'ai déjà dit, mais il faut croire que les espérances que j'ai placées en elle, sont plus importantes que ce que je veux bien le croire. Mon coeur bat de plus en plus fort et de plus en plus vite dans ma poitrine. Et c'est à peine si j'arrive à contrôle le rythme de ma respiration. Calme-toi, putain... Crache-je intérieurement. Les secondes passent, gardant le silence le temps que je sois en mesure d'être capable de formuler des mots sans inspirer et expirer entre chaque phrase. Discrètement, je me pince la jambe jusqu'à ce que ce soit la douleur qui me fasse oublier mon état d'anxiété grandissante.
    « Désolé... Je vais aller droit au but. » Pas besoin de tergiverser, je rajoute immédiatement. « J'ai besoin d'une réponse quelle qu'elle soit pour sauver ma mère, elle a été transformée en vampire un an après ma naissance. » Voilà, l'essentiel était sorti de ma bouche, je n'avais pas le temps de chercher à savoir si elle connaissait l'existence des vampires... Poser la question se serait d'ailleurs l'insulter elle et sa notoriété, et m'insulter pour avoir cru en elle, ainsi que d'avoir eu à me déplacer pour rien. Je suis venue ici sans rien dire à ma mère, je suis certaine qu'elle n'aurait pas voulu que je le fasse. Je suis même persuadée qu'elle m'aurait interdit de le faire et je ne sais pas si j'aurais eu le courage d'outrepasser son autorité. J'ai appris à bien vite la respecter et à être une fille obéissante, c'est pourquoi je préfère lui cacher certaine chose afin d'agir plus librement. Si un jour je dois laisser ma vie pour réussir mon projet, je ne veux pas que ma mère m'empêche de me sacrifier.

    Je fixe un instant un point sans objectif, étant emportée dans les tréfonds de mes penser l'espace d'un moment. J'inspire un bon coup avant de replanter mon regard sur celui de la femme en face de moi. « J'ai besoin d'une solution pour inverser le processus qui a fait d'elle un non-mort, je veux qu'elle redevienne humaine. »



Code by Sleepy


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Amora
Divinités
♠ Emploi : Magicienne, femme d'affaire, comploteuse, séductrice ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Ven 16 Mar - 0:14
A travers le silence de la jeune femme, tout autant que dans son regard, Sarah perçut parfaitement le désaccord de cette dernière lorsqu'elle réalisa que la propriétaire des lieux s'amusait à ses dépends. Toutefois, la femme d'affaire nota la retenue de sa jeune invité. Cette dernière acceptait sans broncher de se plier à ce petit jeu, aussi cruel fut-il … ce qui faisait un nouveau bon point pour elle. Elle avait visiblement compris où était sa place … et qui ici, avait besoin de l'autre … La dure loi de l'offre et de la demande si chère à cette planète.

Toutefois, la même absence de réaction n'échappa pas à l’œil expert de la magicienne lorsqu'elle parla de son barman. Stiles était une jeune homme charmant et au physique plutôt agréable. Il ne manquait jamais de faire tourner quelques têtes chez les demoiselles et chez certains messieurs les soir où il était derrière le bar. Pourtant, pour toute réponse sur le sujet, la jeune femme se contenta de terminer son verre, comme pour se donner un prétexte pour esquiver la question. Typiquement le genre d'attitude qui ne trompait pas une spécialiste de la séduction de la trempe d'Amora … cette gamine là n'était pas spécialement fan de la gente masculine … Elle préférait très certainement les membres de l'autre équipe, ce à quoi Amora ne voyait aucun inconvénient. Chacun était libre d'aimer qui il voulait et comme il le souhaitait, du moment que tous les partis étaient consentants.

Son cocktail terminé, et Hagen ayant réitéré sa question, la jeune femme se lança alors dans ses explications. Elle semblait avoir pris une grande bouffée de courage avant de se lancer, et faisait à présent preuve d'une détermination indéfectible dans son regard et dans l'intonation de sa voix. Si elle était présente, si elle souhaitait rencontrer Sarah, ce n'était pas pour le Burlesque … mais pour la petite entreprise parallèle et clandestine d'Amora. A ces mots, un fin sourire s'étira au coin des lèvres de l'ensorceleuse. Plus les choses avançaient, plus cette petite devenait intéressante.

L'asgardienne était une femme d'affaire réputée … elle savait flairer un bon plan lorsqu'il se présentait à elle … et à cet instant très précis, elle savait qu'elle était tombée sur une pépite. Quelque chose chez cette jeune femme lui disait qu'il y avait moyen de faire beaucoup de profits. A la manière dont les joues de cette gamine rougissaient, mais également la façon dont son souffle se faisait plus court, il était évident qu'elle était ici pour une raison qui lui tenait particulièrement à cœur … une chose pour laquelle elle était prête à beaucoup de concessions … La cliente idéale pour une personne aussi retorde et sans scrupule qu'Amora.

Il fallut un certain temps à la jeune femme pour pouvoir en dire d'avantage, temporairement incapable d'en dire plus, comme étouffée par le poids de cette requête et des enjeux de cette visite. Trouvant un second souffle, elle prit la décision de donner toutes les informations en vrac. Ainsi donc, elle était venue quérir l'aide de l'Enchanteresse afin qu'elle l'aide à trouver un remède pour sa mère, une femme atteinte de vampirisme depuis un peu plus de trois décennies. Un nouveau silence retomba, la jeune femme laissant son regard se perdre dans le décor. De son côté, Amora l'étudia une nouvelle fois des pieds à la tête. Cette fois-ci, il n'y avait plus de sourire … seulement une mine sérieuse, les lèvres pincées et la mâchoire légèrement en biais, donnant à son minois des airs de profonde réflexion … car c'était bel et bien ce qu'il se passait. La magicienne était en train de rapidement rassembler dans son esprit ce qu'elle savait de ce genre de malédiction, qui n'était pas spécifique à Midgard. Certes, les vampires en soit, ne se trouvaient qu'ici, mais il existait à travers les Neuf Mondes, des afflictions similaires, parvenant à déjouer la mort au prix d'une terrible soif meurtrière, poussant les infectés à devoir ôter la vie de leurs semblables pour pouvoir éviter la décrépitude. Lorsque la jeune femme parla de nouveau, ce fut pour répéter qu'elle souhaitait faire revenir sa mère à la vie. Cette fois-ci, la magicienne esquissa un sourire, avant de se pencher en direction de son interlocutrice, humant alors avec délicatesse l'air entre elles-deux. Ce parfum … cette aura … l'asgardienne ne la connaissait que trop pour pouvoir se tromper. Il y avait de la magie autour de cette gamine. Cela expliquait pourquoi elle ne semblait pas si … étrangère à ce monde lorsqu'elle en parlait.

« J'imagine que si tu es ici … c'est que ta propre magie s'est avérée inefficace », lui fit-elle remarquer avec une pointe de sarcasme.

Reprenant sa place, Amora attrapa alors son verre, le finissant cul sec, avant de croquer dans la dernière olive, pour ensuite abandonner le tout sur le bord du bar.

« Suis-moi », lui lança-t-elle, sans vraiment lui laisser d'autre choix.

Puis, se levant de son tabouret, elle se dirigea à travers la salle principale du cabaret, jusqu'à rejoindre une porte dissimulée derrière une tenture.  De là, elles se retrouvèrent dans les coulisses, croisant des artistes, certains se coiffant, se maquillant ou s'habillant, d'autres s'échauffant tout simplement. Continuant leur chemin, Amora les conduisit vers une autre porte qu'elle déverrouilla à l'aide d'un digicode, donnant cette fois-ci sur un escalier de pierre en colimaçon, permettant de se rendre dans un sous-sol.

« J'ai peut-être quelque chose pour ta mère, lui annonça-t-elle en descendant les marches. Mais je préfère te prévenir tout de suite … ce ne sera ni simple … ni totalement satisfaisant. »

Arrivées sur la dernière marche, l'obscurité était devenue impénétrable. Marquant un temps d'arrêt, Amora ferma les yeux, chuchotant quelques mots de pouvoir en Asgardien, en appelant à l'élément du feu. Puis, tendant une main devant elle, cette dernière émit une lueur verdoyante. Alors, une demi douzaine de torches s'enflammèrent spontanément, ainsi qu'un foyer, se mettant à ronfler doucement, distillant chaleur tout autant que lumière, dévoilant une large pièce circulaire aux murs de pierres de taille recouverts d'étagères, elles-mêmes chargées de livre et de composants en tout genre. D'un pas serein, l'Enchanteresse s'avança, se dirigeant vers un codex qu'elle ouvrit, se mettant à rapidement en parcourir certaines pages, faisant par moment des pauses plus longues que d'autres.

« Mmm- … c'est bien ce que je pensais …, annonça-t-elle. Ta mère est morte … et ceci depuis un très long moment. Enfin … morte … le terme est inexacte … puisque justement, elle est … une non-morte. »

D'un coup sec, Amora referma l'ouvrage entre ses mains, le claquement résonnant un bref instant dans la pièce, avant qu'elle ne le remette à sa place.

« Mes pouvoirs ne me permettent pas de ramener les morts à la vie … tout du moins … pas vos morts. Faire redevenir ta mère humaine n'est donc pas à ma portée … et en toute honnêteté, j'ignore même si cela est possible. Toutefois … »

De nouveau, la magicienne alla consulter un autre grimoire, puis étudia le contenu de divers flacons entreposés sur les étagères, ainsi que l'intérieur d'une boite en airain gravée de runes nordiques.

« Oui … je dois pouvoir te faire ça … »


D'un geste rapide, Amora pivota sur elle-même, faisant de nouveau face à son interlocutrice, lui adressant un sourire satisfait.

« Je peux te proposer un élixir qui permettra à ta chère maman d’atténuer sa soif de sang … de mieux canaliser l'aspect destructeur de sa … condition. Envolées les souffrances du manque … en attendant de trouver … mieux. »

D'une démarche lente et gracile, elle se rapprocha de la jeune femme, son sourire s'élargissant progressivement.

« Qu'en dis-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ahsoka Chinara
Justicier
♠ Classe et nom de code : Piàn ♠ Emploi : Sorcière du Kamar-Taj ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Ven 16 Mar - 13:16


"Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver"

Demain, dans une semaine, un an, ou encore dans un putain de siècle, peu m'importe combien de temps ça me prendra... mais je te sauverai, maman ! - Ahsoka




« J'imagine que si tu es ici … c'est que ta propre magie s'est avérée inefficace... »

    Et là, mon corps se raidit et mes ongles pénétrèrent ma chair sous la pression de mes poings serrés, fermés avec puissance. La colère laisse place à la fureur, tandis que je détourne la tête pour qu'elle n'est pas à le contemple sur mes traits qui s'en déforment. Elle a raison, je suis là parce que moi je ne vaux rien en tant que magicienne et l'admettre ne fait qu'amplifier cette haine que je ressens envers moi. Pourquoi je n'ai pas progressé en huit ans ? En quoi ne puis-je pas me rapprocher des capacités de l'Ancien ou bien du Sorcier Suprême actuel ? Quelle est sa fameuse différence entre eux et moi ? L'expérience ou bien le talent ? Suis-je une ratée pour ne pas trouver par moi-même ne serait-ce qu'une étincelle de réponse ? Si c'est la puissance qu'il me manque, peut-être devrais-je me tourner vers le démon et lui vendre mon âme. Peut-être devrais-je me sacrifier à Dormammu pour acquérir le pouvoir de la dimension noire. Peu m'importe la méthode, puisque seule, je ne suis bonne qu'à ouvrir des livres sans en déchiffrer l'essence.
    Elle imagine seulement pourquoi je suis ici ? Qu'elle cesse de se moquer de moi, elle ne l'imagine pas, elle en est certaine. Je commence à cerner sa nature à cette dame, je sais qu'elle s'amuse à cerner mes défauts et de me le faire remarquer. Ma réaction lui plaît-elle ? Jubile-t-elle tout au fond de son fort et exécrable intérieur ? Jouit-elle à ce point des drames des autres ? Je sens que ma poitrine est en feu tant cette tension imaginaire est soudainement lourde sous cette pulsion de rage. Je serre les poings encore plus fort, peu importe qu'un filet de sang trouve son chemin entre mes doigts. Je veux ressentir cette douleur pour ne pas que le rouge de cette fureur m'aveugle et prenne le dessus sur moi. Cette souffrance je la mérite de toute façon, je devrais souffrir à chaque fois que j'échoue en tant que sorcière, peut-être qu'ainsi commencerai-je à faire de vrais progrès. La douleur ne sera de toute façon jamais aussi forte que celle que je ressens quand je vois ma mère se nourrir avec des poches de sang illégales.

    La voix de la femme m'interpelle, elle m'ordonne de la suivre. J'ai un moment d'hésitation sur mon tabouret, que j'annihile immédiatement avant de la suivre de nouveau au pas. Mon coeur tambourine toujours sous l'exaltation de la fureur dans ma poitrine, mais la curiosité vient l'apaiser quelque peu tandis qu'un espoir vient reprendre sa place dans mon esprit. Pour commencer, on traversa le cabaret pour arriver dans les coulisses. En temps normal, mes yeux se seraient attardés à contempler les bonnes chairs qui s'y préparaient en ces lieux. Cependant, dans mon état actuel c'est à peine si je remarque ces demoiselles, bien trop obnubilé par la présence de Sarah Hagen que je ne souhaite plus lâcher du regard. Toujours très curieuse de savoir où elle va m'emmener et si c'est pour m'apporter une réponse probante à mes questions. J'avoue qu'après avoir autant joué avec moi, je ne suis pas certaine d'être prête à entendre d'elle une mauvaise nouvelle.      
    On arrive finalement vers une autre porte un peu plus sécurisée qui donne sur un escalier en colimaçon, j'ai l'impression de changer soudainement de contexte tant le contraste entre le cabaret et l'escalier est saisissante. Ce qui attise davantage ma curiosité quant à ce qui se trouve en bas, probablement rien de moderne. Elle m'annonce qu'elle a peut-être quelque chose pour ma mère, mais qu'il ne fallait pas que j'attende de cette solution une réponse satisfaisante. Je lui contente pour réponse, un silence froid, toujours en la suivant au pas. Cela dit, je commence à me poser des questions à son sujet. Qui peut bien être Sarah Hagen et pourquoi je n'entends parler d'elle que récemment ? Si elle est aussi talentueuse qu'on le prétend à son sujet, elle doit forcément être connu de Kamar-Taj. Pourtant, je n'ai jamais entendu parler d'elle ou de ses exploits en ce saint lieu. À mon tour je me concentre pour sentir sa magie et je réalise que ce n'a pas la même sensation que celle que j'ai apprise.

    Mais quel genre de magie utilise-t-elle ? Est-ce même une magie terrienne ? Elle m'intrigue plus qu'il ne m'est permis pour une simple personne. Voyant qu'au fil des marches l'obscurité devenir de plus en plus pesant, je fais apparaître une sphère d'énergie mystique crépitante qui illumine d'une légère lueur jaune orangé comme un feu en fin de vie l'escalier et ce jusqu'à la dernière marche. Étant aux aguets, l'ambiance obscure éveillant mes sens, je ne manque pas d'entendre les chuchotements de mon hôte qui ne me laisse pas indifférente. Je n'ai jamais entendu cette langue et pourtant, cela semble être prononcé comme une incantation magique. J'ai un réflexe de recul lorsque j'aperçois alors cette lueur verdoyante sortir de ses mains. « Qu'est-ce que... » La surprise est lisible, si au début j'ai cru qu'elle pouvait être une sorcière de Kamar-Taj dont le nom a été oublié, c'est maintenant dans mon esprit improbable. Sa magie est bel et bien étrangère à la nôtre, je n'ai jamais vu ça avant.
    Encore une fois mon instinct ne me trompait pas, j'avais raison de croire que vu le contraste qui sépare le cabaret de l'escalier, le sous-sol resterait sur cette ambiance vieillot. J'observe la pièce et c'est comme si on était à une autre époque, tout semble plus ancien. Je remarque les étagères et les livres, tandis que la femme se dirige vers l'un d'eux. Et pendant qu'elle fait ses recherches, je continue à contempler le sanctuaire avec perplexité. Puis l'autre sorcière, si c'est ce qu'elle est m'annonce ce que je sais déjà, mon regard se porte alors sur les quelques livres de son étagère, préférant l'ignorer. Certains portent des runes, peut-être nordique au vu de leur design. Mon regard bifurque légèrement sur la femme, tandis qu'elle ferme son livre en main et qu'elle m'annonce finalement cette réponse que je ne voulais pas entendre. Alors, je m'arrête nette, lui tournant le dos, les poings de nouveau serrés et le regard baissé vers le sol.

    Même cette femme n'a pas la solution, comment vais-je faire ? Que dois-je étudier pour arriver à mes fins ? Dois-je outrepasser l'autorité de mes maîtres et voler un livre de magie interdit pour y étudier les sorts que je n'ai pas le droit d'étudier ? Je soupire... Ne laisse pas la colère dévorer ta raison, pas encore. Mon regard se reporte vers la femme tandis que de son joli sourire elle me propose une solution alternative. S'approchant de moi, elle finit par me demande ce que j'en dis. Je l'observe un moment avant de m'approcher à mon tour un peu plus d'elle de ce même pas assuré dont elle a le secret. « Et qu'est-ce qu'une Asgardienne souhaite avoir en échange de cet élixir ? » Ce n'est qu'une théorie, mais mon instinct va sous sens et je lui fais confiance. Sa magie, ce sanctuaire et surtout les runes nordiques, c'est probablement une déesse Ase.



Code by Sleepy


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Amora
Divinités
♠ Emploi : Magicienne, femme d'affaire, comploteuse, séductrice ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Ven 16 Mar - 18:12
Le visage blême et les traits de plus en plus figés, Ahsoka peinait à dissimuler ses émotions, trahie par le langage de son propre corps. Ses poings si serrés qu'ils en tremblaient tout en lui blanchissant les phalanges, était un autre signe de cette colère bouillonnante qu'elle contenait … une colère dont l'origine n'était pas bien difficile à deviner pour l'Enchanteresse. Des millénaires durant, elle avait appris à observer … à étudier … à comprendre … à anticiper. C'était devenu naturel avec le temps … déchiffrer ce que le corps hurlait lorsque les lèvres restaient scellées … une arme redoutable tant dans le domaine de la séduction que dans celui des affaires … ou de la guerre. Duquel était-il sujet actuellement ? A cette idée, Amora sourit un peu plus. Sans doute un peu des trois … il était quasiment toujours question des trois … d'un subtile et délicieux équilibre des trois.

Ainsi donc, cette jeune sorcière était en colère … en colère, contre le petit jeu auquel Amora la soumettait … au cruel supplice du suspens que l'Enchanteresse entretenait depuis de longues minutes à présent … mais surtout, en colère contre elle-même. Les piques lancées au détours de la conversation par l'asgardienne , telle des sondes lancées dans le néant, ne manquait jamais de faire mouche, provoquant irrémédiablement une réaction chez son interlocutrice, aussi minime fut-elle … Oui … cette gamine était en colère contre elle-même … pour son impuissance … pour son incapacité à aider celle qui lui avait donné la vie … pour toutes ces années d'échec … infructueuses … stériles … Des années de souffrance pour cette mère damnée. Une situation dramatique et devenue peu à peu insoutenable … mais qui ne manquait pas de divertir l'ensorceleuse … au dépend de cette demoiselle.

Lorsque finalement, Amora s'approcha de son interlocutrice, lui proposant alors une solution de rechange, cette dernière ne se dégonfla pas, avançant à son tour de ce même pas assuré, pour demander à l'Enchanteresse ce qu'un tel accord pouvait apporter à une asgardienne. Ainsi donc, cette petite magicienne avait réussi à comprendre la véritable nature de la femme qui se tenait devant elle, le sourire d'Amora s'étirant face à ce constat. Finalement, elle n'était peut-être pas si incompétente … à l'avenir, elle pourrait même lui trouver une utilité … qui pouvait savoir ? Les mains posées sur les hanches, l'Enchanteresse se mit à rire à gorge déployée, le son résonnant dans toute l'antre, s'amplifiant d'autant plus.

« Tu auras mis le temps, s'amusa-t-elle à lui faire remarquer une fois qu'elle put se reprendre. Bien entendu, je compte sur toi pour garder ce petit détail entre nous. »

Tendant un bras à la verticale au dessus d'elle, index et majeur joints, la magicienne traça dans les airs un cercle parfait d'un mouvement circulaire du bras, libérant à la suite de ses doigts une traînée de brume couleur jade scintillante. Dés lors, sa tenue s'altéra pour devenir l'une de celles qu'elle avait pour habitude de revêtir sous sa véritable identité : un bustier vert laissant ses épaules et ses bras dénudés et un ensemble aérien de larges bandes de tissu et de voilages constituant une jupe fendue en plusieurs endroits, retombant jusqu'à ses pieds chaussées de spartiates en cuir de fine facture.

« Je suis Amora, clama-t-elle d'une voix forte qui sembla faire vrombir les murs de la pièce tant elle emplissait cette dernière. Mais mon peuple m'appelle plus souvent … l'Enchanteresse. »

Ce dernier mot, elle l'avait comme chuchoté, contrastant totalement avec le reste de la présentation. Pourtant, chaque syllabe avait pu être parfaitement audible, répétée telle l'écho d'un murmure surnaturel … le genre de parole qui pouvait pénétrer l'esprit et générer un souvenir entêtant une journée durant.

D'un pas lent et délicat, l'asgardienne tourna autour de son interlocutrice, tout en l'observant d'un regard émeraude pénétrant, un index tapotant sur sa lèvre inférieure dont la courbe dessinait un subtile sourire en coin, ses jambes délicates apparaissant par moment entre les pans de sa jupe. Plusieurs secondes, un silence presque solennel occupa les lieux. Cette jeune femme avait eu le mérite de soulever un point non négligeable : qu'allait retirer Amora de toute cette affaire ? Il y avait tant de réponses possibles … il s'agissait de choisir la bonne … la plus lucrative bien évidemment … la plus profitable. L'heure n'était donc pas à la précipitation … bien au contraire. Face à la jeune femme, l'Enchanteresse s'immobilisa, la fixant droit dans les yeux, un index toujours posé sur son indéfectible sourire.

« La priorité est d'aider ta mère, n'est-ce pas ? Nous verrons donc plus tard comment tu régleras la note … Disons que pour l'heure … tu m'es redevable. »

Le sourire d'Amora s'étira … presque carnassier. Oui … cette magicienne de Midgard allait avoir une dette envers elle … une dette que l'Enchanteresse ne manquerait pas de lui rappeler le moment voulu.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ahsoka Chinara
Justicier
♠ Classe et nom de code : Piàn ♠ Emploi : Sorcière du Kamar-Taj ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Dim 18 Mar - 13:54


"Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver"

Demain, dans une semaine, un an, ou encore dans un putain de siècle, peu m'importe combien de temps ça me prendra... mais je te sauverai, maman ! - Ahsoka




    Je suis manifestement bien en présence d'une Asgardienne, je lâche une injure en mandarin lorsqu'elle se joue de nouveau de moi. J'en ai mis du temps parce que je n'ai pas cherché à savoir qui elle était au début, bien que je me questionnais à son propos. Et puis, il m'a seulement suffi de faire un peu attention à elle et à son environnement pour comprendre un peu. Elle me prend pour qui au juste ? Elle peut au moins cacher cette aura d'arrogance qui émane de chaque pore de sa foutue belle peau. Elle a beau être une déesse, elle n'est pas la mienne. Je ne la vois donc pas comme étant supérieure à moi, elle qui n'est rien d'autre qu'une alien après tout. Je ne suis pas raciste, mais je ne considère pas les aliens assez divins pour que je me prosterne devant eux, surtout si je n'ai rien à gagner dans l'histoire. Je croise les bras en guise de réponse. Je n'ai pas l'intention de dire quoi ce soit pour l'instant, mais si elle est une menace pour la terre, j'en informerai Kamar-Taj sans une once d'hésitation. J'avoue que si elle ne m'avait pas chauffé depuis tout à l'heure, j'aurais été plus tolérante... Bien que je le sois déjà pas mal.
    Je l'observe me révéler sa véritable forme, je ne sourcille pas devant elle. Bien que je reste malgré tout sur mes gardes. Je ne la crois pas assez stupide pour s'en prendre à une cliente, mais ne sait-on jamais, peut-être que d'être démasquée ne lui est pas favorable. Quoi qu'il en soit, le vert n'est pas ma couleur préférée. De sa voix qui se veut royalement rocambolesque, elle m'annonce être Amora. J'ai un léger sourcil qui se lève devant la scène, est-ce que tous les Asgardiens ont un égo aussi sur-dimensionné que celle-là ? Se présentant comme si j'étais censée connaître son illustre majesté... Sauf que bah, je ne connais que Thor et Loki de vue. L'un est un Avenger, l'autre bah... Plus besoin de le présenter, hein. Puis, elle chuchote soudainement, sans aucune raison au préalable que son peuple la nomme d'une autre façon. Troublante. Enfin bref, en temps normal, je me serais aussi présentée, mais je ne suis pas sûre que mon identité intéresse la Ô très grande Amora. Cela doit lui prendre déjà bien trop d'énergie de s'écouter parler, alors écouter les autres...

    Je soupire lorsque je la vois tourner autour de moi comme une prédatrice. Mes yeux roules vers le ciel, en attendant son verdict. La vérité revient bien vite dans mon esprit, elle a un élixir que je pourrais donner à ma mère en attendant. Même si je ne détiens pas pour elle le respect qu'elle recherche de moi, elle a le pouvoir de me plier à ses exigences si son élixir en vaut la peine. Du moins, tant que je le considère nécessaire pour le bien-être de ma mère. Je n'aurais aucun scrupule à la trahir et mettre fin à notre arrangement si cet élixir se révèle inutile. Comme je l'ai dit, je serai prête à vendre mon âme au diable pour ma mère, trahir une mage qui se révélerait inutile ne me dérange pas du tout. « Je te serai redevable quand j'aurais vu les résultats de ton fameux produit, autrement tu n'es à mes yeux qu'une autre commerçante aux belles paroles. » Ai-je craché froidement, elle va arrêter de me prendre à la légère, ça commence à bien faire.
    J'inspire un moment avant de me détourner d'elle et feindre d'être intéressée par le décor plutôt que par elle, marchant de nouveau en direction des étagères. « J'étais ici pour trouver une réponse afin d'inverser le processus de vampirisation, mais vous n'avez pas non plus la réponse que j'attendais. » Commençais-je avant de rajouter immédiatement. « Peut-être serai-je en mesure de créer une sorte d'élixir ayant les mêmes propriétés que la vôtre, si c'est ce sur quoi j'ai envie de baser mes recherches. Donc dites-moi chère vendeuse, en quoi votre produit pourrait me valoir une dette envers vous ? Dites-moi ce que cet élixir possède que je ne pourrais créer moi-même... » Les mots étaient sortis avec un ton qui se voulait provocateur et arrogant. Pourquoi ne pas tenter de l'énerver un peu à son tour, je suis assez rancunière et je ne supporte pas qu'on me prenne de haut. L'espoir que j'avais mis en elle s'est dissipé lorsqu'elle m'a annoncé ne pas pouvoir faire revenir à la vie ma mère. Certes, son élixir est important pour moi, mais reste à savoir si c'est aussi efficace qu'elle semble le prétendre.

    C'est une commerçant ? Fort bien, qu'elle me séduise plus que ça alors. Qu'elle me donne véritablement une raison d'avoir pour elle une dette que je respecterai. Autrement, elle va s'en mordre les doigts, elle et son business.



Code by Sleepy


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Amora
Divinités
♠ Emploi : Magicienne, femme d'affaire, comploteuse, séductrice ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   Dim 18 Mar - 16:31
Face à l'éventualité d'être redevable envers Amora, la jeune sorcière ne se laissa pas démonter, répliquant avec froideur qu'elle considérerait avoir une dette envers cette dernière uniquement lorsqu'elle serait certaine de l'efficacité de l'élixir. Cette petite avait du chien … et ce n'était pas pour déplaire à l'Enchanteresse qui affichait toujours son sourire tout en l'observant avec intérêt. Oui … il y avait du potentiel dans ce qui aux yeux de l'asgardienne n'était encore qu'une novice dans le monde de la sorcellerie. Et à présent, il apparaissait évident qu'elle avait un minimum de jugeote … d'avantage que la majorité des membres de son espèce. Amora n'aurait donc d'autre choix que de faire preuve d'un minimum de stratégie et de subtilité si elle voulait bénéficier d'un peu de coopération de la part de cette jeune personne, et ainsi, s'assurer un retour d'intérêts profitable.

Souhaitant sans doute ne vouloir nullement paraître impressionnée par Amora, la jeune sorcière fit un succin tour du propriétaire, se donnant alors l'occasion de pleinement ignorer la présence de l'asgardienne. Croisant les bras sous sa poitrine, l'Enchanteresse la regarda faire, son sourire se faisant à présent plus discret, au coin de ses lèvres. Elle cherchait certainement à l'agacer … à retourner la situation … pour tenter de reprendre un peu plus de contrôle dans ce qui était en train de se jouer dans cette antre. C'était une tactique qui avait parfois fait ses preuves … alors pourquoi lui en vouloir ? Nouvelle démonstration que cette petite était plutôt débrouillarde.

Toujours avec ce même détachement, tant dans la voix que dans l'attitude, la jeune femme rappela à Amora qu'elle était venue la voir pour obtenir un remède contre le vampirisme, mais que l'ensorceleuse avait été dans l'incapacité de le lui fournir. Cette dernière retint à peine un discret rire. Un tel remède existait-il réellement ? Les midgardiens avaient un corps fragile, mais simple et facile à reconstituer. Non … le véritable problème, c'était le fonctionnement de leur essence … cette chose qu'ils appelaient l'âme. Elle était si instable et éthérée … loin de réagir à la mort du corps comme celle des Ases. C'était cette composante de l'équation qui rendait Amora incapable de contourner la mort d'un midgardien si cette dernière était survenue depuis trop longtemps. Sans doute un détail qui échappait totalement aux connaissances de cette jeune personne. Or, sa mère était un cadavre ambulant sans âme depuis maintenant plus de trois décennies, uniquement animé par une magie impie et renfermant le pâle reflet d'une conscience humaine depuis longtemps disparue. Finalement, lui restituer un corps vivant ne serait-il pas plus délétère pour cette femme que sa situation actuelle, si par la même occasion son âme ne lui était pas rendue ? Une coquille vide … et froide. Vivante … mais morte à l'intérieure. Cette petite amatrice avait-elle seulement songé à cette possibilité ? A ce risque ? En avait-elle seulement conscience ?

Alors, avec une pointe de provocation dans la voix, la jeune sorcière demanda à son hôtesse en quoi elle ne serait pas elle aussi capable de concocter cette substance dont l'Enchanteresse vantait tant les mérites. Vraiment ? Etait-ce de la vanité ou une nouvelle stratégie ? Sans dire un mot pour le moment, Amora se contenta de hausser un sourcil, son sourire à présent effacé, ne quittant toujours pas de son regard émeraude la petite insolente.

« Qu'est-ce qui te manquerait ?, reprit-elle avec calme et sérieux. Sans doute quelques millénaires d'expérience … des connaissances en alchimie et … une demi douzaine de composants introuvables sur ce monde. Mais tu peux toujours essayer de trouver par toi-même un moyen de produire une substance similaire avec ce que tu as à ta disposition … si tu as plusieurs vies de mortelles devant toi pour mener tes recherches. »

Croisant cette fois-ci ses mains dans le dos, elle avança d'un pas détaché, faisant le tour de son repaire, longeant les étagères jusqu'à arriver devant l'âtre chaleureuse.

« Bien entendu … avec la source du vampirisme à portée de cou, cette extension de vie est une option envisageable. »

Un coup bas, et Amora en avait conscience. Mais c'était également un moyen de déstabiliser son interlocutrice, de jouer sur cette colère qui l'habitait … de la pousser à l'inattention … à la faute. Se servir des faiblesses de l'autre n'était jamais une mauvaise idée … surtout lorsqu'il s'agissait de faire des affaires. Et quoi de mieux pour déstabiliser un peu plus un individu que de se montrer amical et arrangeant avec lui, juste après une telle estocade ?

« Mais puisque tu sembles remettre en question l'efficacité de ma formule … je te propose de t'offrir une dose de mon élixir, histoire de pouvoir le mettre à l'épreuve en le donnant à ta mère. Une sorte de test. Tu pourras alors juger par toi-même de sa qualité. »

Pivotant sur elle-même avec grâce, Amora fit de nouveau face à son interlocutrice, lui adressant de nouveau un sourire tant charmeur que convivial. Oui, c'était évident … cette première dose offerte était un cadeau empoisonné … à l'image de la première dose de came offerte par un dealer afin de faire plonger son client dans l'enfer de la dépendance … un moyen pour l'Enchanteresse de prouver l'efficacité de ce qu'elle concoctait, et ainsi, de s'assurer que cette jeune sorcière reviendrait vers elle pour lui en acheter toujours plus.

Faisant quelques mètres en direction de la jeune magicienne, l'asgardienne s'immobilisa toutefois à quelques pas d'elle.

« Cela te convient-il ? »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora   
Revenir en haut Aller en bas
 

Je suis prête à tout sacrifier pour la sauver | Ft. Amora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Sujets similaires

-
» Réunion pour partir à la recherche d'Athéna
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur
» Allons-y, tuons un contre-amiral, tout va bien, je gère.[Première partie]
» Un peu d'historie pour un alcoolique (VS Shawn Michaels)
» L'atelier du pantouflard !





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Les mondes connus :: Les différents Etats des U.S.A.-