Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Lun 19 Mar 2018 - 14:20
Non mais c'est pas vrai!
Statut du sujet : Privé ft. Donna Holloway
Date du rp : Flasback ou présent, date exacte chronologique ou relative par rapport à une intrigue...
Météo & moment de la journée : Début de journée
Autre : Nous allons passés de l'Institut à l'Amérique du Sud!



Non mais c'est pas vrai!


Les gens qui me connaissent oublient la plupart du temps que je fais partie du corps enseignant de l'Institut pour jeunes surdoués fondée par Charles Xavier. Pour être honnête, il m'arrive aussi de l'oublier. Mais pour ma défense, vous savez qui on envoie en première ligne, quand un groupuscule d'extrémistes anti-mutants fait du grabuge? Qui doit annuler ses cours, quand Magnéto ou je sais pas qui d'autres menace la paix Humains/Mutants? Je ne vais pas faire toute la liste, je pense que vous avez saisi l'idée.

Tout ça pour dire que ce matin, je ne suis pas mécontent de me retrouver en salle des profs avec mes collègues. C'est un peu tôt pour une bière, j'ai donc simplement un grand mug de café, le journal du matin, que je lis en diagonal. Pendant ce temps, les autres papotent. Ils parlent de tel ou tel élève. De ce qu'il a pu faire de bien, de mal, etc... Jusqu'à ce qu'un nom soit prononcé. Un nom que je connais - vraiment, je veux dire - et qui attire assez mon attention pour que je ne me focalise plus sur ma lecture matinale.

- Donna? Oui, cela fait deux jours qu'elle n'est pas venue en cours.
- Peut-être est-elle malade? Tu as eu de la visite du côté de l'infirmerie, Hank?
- Non, pas récemment.


Je lève les yeux au ciel et replie mon journal, le déposant sur la grande table qui trône devant nous. Le bruit de mes bottes claquent sur le sol, alors que je saisis ma chemise à carreaux rouges, et que je l'enfile par-dessus mon débardeur blanc, sans prendre le soin de l'enfiler comme il faut dans mon jean. Qu'est-ce qu'ils peuvent être... "déconnectés", parfois.

C'est pourtant simple, non? Plutôt que de parlementer je sais pas combien de temps sur l'absence d'une élève, tu prends tes jambes, et tu te déplaces jusqu'à la chambre de ladite élève. C'est ce que je suis en train de faire! C'est bien que c'est possible, non!? J'arpente donc les couloirs de la vaste demeure, croisant ainsi différents jeunes, qui semblent avoir cours avec moi d'ici peu, puisqu'ils me saluent en me disant qu'on se voyait tout à l'heure. Je ne leur adresse qu'un grognement, mais ça, ils doivent avoir l'habitude.

Je me retrouve donc devant la porte de la chambre de Donna. Je frappe une première fois. "Donna? C'est moi, ouvre." J'attends. Pas de réponse. Je frappe une seconde fois. "Donna? T'as raté deux jours de classe, faut te secouer..." Quoi? Vous croyez que je suis du genre à prendre des pincettes? Allez demander à Shadowcat ou Malicia ce qu'elles en pensent... Je frappe une troisième fois, et là, la porte s'ouvre toute seule.

Tiens? C'est curieux. Je tends l'oreille, essayant d'isoler les sons qui pourraient s'échapper de la pièce, mais je n'entends rien. C'est pourquoi j'ouvre en grand la porte et fais irruption dans la chambre. Et il n'y a personne. Le lit est fait. On dirait que des affaires ont été embarquées. Et je vois ce qui semble être une petite enveloppe sur le bureau, non loin du lit. Elle m'est destinée.

J'ouvre donc le pli, et lis son contenu. Enfin, le début. Car lorsque je découvre quelle est l'entreprise de la gamine, je commence à fulminer, et stoppe la lecture. "Espèce de petite..." Je ne vais pas plus loin dans ma remarque, enfonçant le courrier dans la poche arrière de mon pantalon, et fuse voir les mutants de l'école susceptibles de m'aider. Hank, même si on est un peu en froid, depuis son coup avec Jean et le cartel. Il dispose de la technologie suffisante pour me permettre de remonter la trace de la gamine, où qu'elle soit. Et là, où elle est... C'est au Pérou! Bon, vraisemblablement, mes élèves vont encore avoir quelques heures qui vont sauter, mais j'ai le sens des priorités. Le temps de dire au revoir aux gens à qui je tiens, ce qui ne me prends pas beaucoup de temps en définitive, et j'embarque à bord du Black Bird, avec un sac dans lequel j'ai fourré quelques affaires.

Je suis seul dans l'avion, le pilotant les poings crispés sur les manettes de commandes, et ruminant dans ma barbe. L'appareil de Hank n'était pas super précis, mais il m'a donné un rayon de recherche, et c'est déjà ça. J'atterris donc aux abords de la ville où devrait se trouver Donna. Maintenant? J'utilise le courrier qu'elle m'a écrit pour flairer sa piste, et tel un chien renifleur, tente de remonter sa piste, ce qui ne devrait pas être un problème, étant donné combien celle-ci dénote avec celle de la faune locale. Malheureusement, c'est plus tout frais, et il est difficile pour moi de localiser avec précision les endroits où elle a pu se rendre. Je vais donc utiliser une méthode qui a déjà fait ses preuves par le passé: chercher. Simplement et normalement. Et quand je lui tomberai dessus...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Civils
♠ Emploi : Libraire dans un endroit magique où se mêle musique, pâtisseries et coin cocooning. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Mar 20 Mar 2018 - 12:22

I am looking for my origins

J’aurais dû, j’en ai conscience une fois dans l’avion, de prévenir au moins quelqu’un, que ça soit Logan, mais aussi pourquoi pas Frank ou Noa. Tous les trois auraient voulu être là pour moi, pour me protéger, certes, mais aussi pour être le soutient qui ne me ferait pas craquer lorsque j’arriverais à être en face d’elle…Ma mère.
Encore dans la chambre de l’institut, il fait nuit, j’ai mon sac à mes pieds, ma veste sur les épaules. Qu’est-ce que je fais ? Je cours voir Logan ? Il sait que j’ai envie de la voir, il sait que j’en ai besoin. Et je sais, que, comme il m’a dit, je n’aurais qu’un mot à dire et il m’accompagne. Pourtant, n’a-t-il pas autre chose à faire ? Et Frank et Noa ? Et si c’était un piège ? Je préfère être en danger que de les mettre, eux, en danger. Ils sont devenus bien trop précieux pour que je ne puisse faire quoi que ce soit et j’imagine déjà leurs réactions. Je sais qu’ils m’en voudront, mais je n’ai pas envie d’attendre et je n’ai pas envie de les forcer à venir avec moi.

Je prends un profond soupire en relisant une dernière fois les quelques mots que j’adresse à Logan. Peut importe la tournure des phrases, je sais comment finira cette affaire.

«  Papy,
Ne te mets pas en colère, mais je suis partie. Je sais que tu pourrais m’accompagner, mais je n’ai aucun droit de te demander que tu fasses ça pour moi. J’ai l’impression de devenir folle ces derniers temps. J’ai l’impression de suffoquer et de mourir petit à petit si je ne vais pas la voir. J’ai trouvé des informations amenant en Amérique du Sud pour la retrouver. Je dois le faire, je sais que tu me comprends… Je ne veux pas refaire un Canada 2 et te voir souffrir de nouveau…
Tout ira bien.
Tu ne te débarrasseras pas si facilement de ta gamine,
Donna. »


J’aurais pu clôturer par un « je t’aime », une façon directe de le rassurer, j’aurais pu dire « papa » et non Papy, mais cette soirée si exceptionnelle entre nous, faisant taire les non dis, annonçant au monde entier mais surtout à nous deux le lien qui nous unit n’est qu’à nous et je n’ai pas le droit d’en juger. Pourtant, cette soirée me revient en mémoire dès que mon cœur semble se resserrer. Et dans l’avion, la photo de ma mère vient serrer entre mes doigts, alors que mon cœur s’emballe, c’est à cette soirée que je me raccroche. La pression des mains de Logan sur mon visage, après avoir brisé mon cœur, quand il m’avait repoussé, me repousser pour mieux nous protéger et cette façon de se laisser aller. La chaleur des mains du canadiens sur mes joues alors qu’il m’assurait que ce que je pouvais ressentir était réciproque. M’assurant ainsi d’avoir trouvé un père, sans doute pas le plus parfait, mais justement, celui dont j’avais besoin. Ce soir là, il m’avait promis bien plus qu’une présence, il acceptait le rôle que j’avais en tête pour lui et il me donnait le rôle qu’il avait au fond de lui. Un lien de parenté que le sang dénonceré comme irréel et pourtant, entre nous, c’était ça. Je me souvenais de chaque mot, de chaque intonation, de chaque étoile dans son regard et du sourire qu’il avait alors qu’il se livrait à moi. Et assise dans ce siège d’avion, je me sentais d’autant plus coupable de partir en lui laissant un mot, alors que les phrases comme « Tu es comme ma fille », « Je t’aime », revenait se fracassait dans ma tête. Quand Logan finirait par apprendre mon départ, il allait hurler.

Alors que l’avion décollé dans les tressaillements de mon cœur, la crainte de revivre un deuxième épisode de torture comme au Canada, je jetais un regard à l’Amerique, à Los Angeles. Logan…Il serait le premier à savoir que je suis partie la retrouver et dieu seul sait ce que je pourrais faire pour qu’il pardonne mon geste.

J’essaie de dormir, de me sentir à peu à mon aise, mais plus j’approche de Lima, plus j’approche d’elle, plus mon cœur se serre. Oui, ça n’est sans doute pas l’affaire à faire seule. Elle est l’une des plus grandes questions de ma vie et je le fais seule, quitte à me mettre entre les mains d’Hydra, quitte à me faire faire sauter la tête.

Lima est la capitale du Pérou et je ne sais comment je vais faire en sorte de retrouver cette femme. Je n’ai que peu d’informations et peut-être, même, qu’elle n’est pas ici, pas dans ce pays, pas dans ce monde. Peut-être est-elle morte.

Sortant de l’aéroport, je regarde mon téléphone. Non, je ne le briserais pas, lui, Noa me tuerait sans doute. Oh dieu…Quand Frank et Noa vont savoir que je suis venue ici seule… Je ne sais lequel des trois je crains le plus…Je ne le saurais que trop vite. Je m’achète un téléphone prépayé rapidement et une carte de la ville. Une chambre réservée dans un hôtel du centre ville pour y déposer mes affaires et je déplie la carte. Je reprends les dossiers d’Hydra, tentant de trouver les rues, les endroits dont ils parlent, mais entre la barrière de la langue, entre les fausses pistes, une ville beaucoup trop grande, c’est une aiguille dans une meule de foin que je cherche.

Les deux premiers jours, rien. Mais n’ayant rien d’autre à faire de la journée, du matin jusqu’au soit, j’avance dans la ville, frôlant les mauvais quartiers dans l’espoir de la trouver, de la croiser dans un esprit, de la trouver devant moi.

-  Quién eres ? ¿A quién estás buscando?

Dans un espagnol approximatif, j’arrive à comprendre. Je pose trop de question, je le sais bien, mais je n’irais pas contre ce que mon cœur veut. Je veux la voir, je la verrais.

- Soy Donna Ho…Howlett… Buscar Amelia Talbot.

Espagnol approximatif, j’ai dis… Pour ce qui est du nom de famille, j’eu un instant de profonde hésitation. Et si Holloway rameutait Hydra ? Et si je me mettais en danger en donnant ma vraie identité ? Alors donner le nom de Logan me semblait être le bon compromis. En discutant avec une femme que je comprenais être une mutante aussi, elle comprit que je n’étais pas un danger, bien au contraire. Si j’avais une photo provenant d’un fichier d’Hydra, je n’étais pas un agent, elle pouvait le deviner sans que je ne sache encore comment.

Elle semblait attrister de ne pouvoir pas m’aider. De ne pouvoir pas me donner l’endroit où était cette femme, mais elle m’annonça une chose qui me rendit fébrile. Amélia Talbot était bien dans cette ville.
Je rentrais à mon hôtel, le cœur battant, nerveuse, anxieuse. Ca faisait combien de temps, déjà, que j’étais ici ?  Et cette femme saurait-elle que je la cherche ? Etais-je en danger ? Je n’avais pas cette impression, mais les mutants qui ne surviennent pas à mon esprit, j’en ai déjà fait les frais au Canada.
Comprenant que cette chambre d’hôtel ressemblait d’avantage à une prison pour moi, je décidais de quitter l’endroit. Je savais que la femme avec qui j’avais parlé avait des cartes pour me permettre de retrouver ma mère. Ca n’était qu’une question de temps, soit pour qu’Hydra sache et qu’ils éloignent ou tuent Amélia, soit qu’elle se présente à moi.

Profitant d’un quartier de petit commerce, je m’enfonçais dans la masse avec cette impression de ne pas être en danger, d’être une fourmi que l’on ne remarque pas. Dans un sac que je venais d’acheter, j’empilais certains objets acheté qui pourrait, peut-être me permettre de servir de cadeaux envers ceux qui m’en voudraient de ma fuite. J’avançais à tâtons quand un esprit en particulier vint se fracasser dans ma tête. Il ne m’avait pas encore vu, mais il m’avait déjà senti.

Bordel, je suis dans la merde.

Je m’éloignais, dans une rue annexe, une rue d’habitation, bien moins fréquentée et je tournais le dos à l’endroit d’où Logan sortirait. Je fermais les yeux, déglutissant. Il était en colère contre moi. Pourtant, alors que je compris dans son esprit qu’il me vit, mon téléphone ne mit à sonner. Etonnée, puisque je n’avais donné mon numéro à personne, je décrochais, fébrile.

- Donna…Howlett, sí ?

Et dans un anglais approximatif, on me donna une adresse et un nom. L’appel fut court et il me fallut quelques longues secondes pour comprendre ce qu’il venait de se passer. Après des jours et des nuits à la rechercher, on me donner l’endroit où elle était. Je finis par me tourner vers lui, le visage livide, le visage fatigué et épuisé, le cœur vrombissant de culpabilité envers lui et d’appréhension.

- Je n’avais pas le choix… Je…Je sais ce que tu vas dire, non, je ne parle pas de tes pensées, mais…Comprends moi. Je deviens folle, Logan. J’arrive pas. Je ne veux pas être une enfant d’Hydra, tu comprends ? Je ne veux pas être résumé à juste ça… J’arrive plus à dormir, j’arrive plus à manger, les cours, je les suis à peine, si je suis là, je n’arrive plus à me concentrer. Je n’arrive plus réellement à dessiner, je ne visualise qu’eux, Jack et Amélia…  J’ai l’impression que mon monde s’eccroule depuis que je sais qui je suis réellement. J’aurais préféré être une erreur plutôt qu’un objet de laboratoire et je sais que tu comprends ça…

Et une nouvelle fois, Holloway arrivait à me briser. Une larme glissa le long de ma joue avant que mes pas ne me fassent avancer vers lui et, une fois assez proche, je pris la place qui me revenait de droit, ma place quotidienne quand nous étions seuls. Dans ses bras. Accroché à son éternel débardeur blanc, je tremblais.

- Je ne veux pas être tout ça… Et je ne voulais pas que tu viennes, je ne voulais pas que tu sois là si je venais à tomber, je ne voulais pas être un poids dans ta vie… Je ne veux pas que tu souffres de nouveau par ma faute…

Et pourtant, qui serait le mieux placé pour comprendre ce que je vis ? Qui serait le mieux placée pour me sauver ? Pas forcément de la mort, mais de moi-même ? Qui serait le mieux pour m’empêcher de flancher ? Tremblante contre lui, je fermais rapidement les yeux.

- Pardonne-moi…

Je relevais le visage vers lui, osant un regard peiné et humide, tentant d’accrocher son regard.

- Je me suis protégée…J’ai pris ton nom…J’avais pas le choix et….Je ne voulais pas donner le mien. Et…Logan…Je sais où elle est… Ne me laisses pas tomber, je t’en supplie…

Parce qu’à présent qu’il était là, je ne me voyais pas faire ça toute seule. Il m’avait toujours promis, répétant sans cesse à mon cœur que je ne serais plus jamais seule, parce qu’il était là et pourtant, je venais sans doute de le décevoir. Il m’avait dit que je ne le pourrais jamais, oui, mais maintenant ?



Codage par Libella sur Graphiorum


Unconditionally.
Open up your heart, Acceptance is the key to be, To be truly free,Will you do the same for me?•°¤ Mags.
It's you. It's me. It's us. Against the world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Mar 20 Mar 2018 - 14:43
Non mais c'est pas vrai!


Pourquoi les gamines dont je finis par m'enticher fuient toujours dans des endroits craignos? Alors okay, le Pérou, c'est très beau, mais si pour une fois, l'une des nénettes dont j'ai la charge et qui veulent me faire tourner en bourrique pouvaient avoir comme destination... Je sais pas moi... Venise? Une île tropicale? Un charmant petit village perdu dans les vastes étendues chinoises? Mais non, non. C'est trop demandé, ça!

Je sais pas ce que j'ai fait dans une vie antérieure, mais clairement, on me le fait payer très cher dans cette vie-là. J'ai perdu la notion du temps. Je ne sais pas depuis combien d'heures je tente de remonter la piste de la gamine. Je ne parle à personne, me focalisant uniquement sur mon odorat pour que rien d'autre ne vienne me perturber. Car j'ai eu un début d'info, il y a peu. Faut dire que des rouquines palotes aux allures de touristes, ça ne passe pas inaperçu.

Et ça y est. L'odeur devient réellement plus forte. Je sais que je suis sur la bonne route. Que je vais enfin pouvoir lui mettre la main dessus, et lui passer un de ces savons! Quoi? Vous vous attendiez à ce que je lui prépare une tarte aux pommes, et que je lui demande de me raconter tous ses chagrins? Si c'est le cas, c'est que vous ne me connaissez pas bien. Peut-être même pas du tout.

Je me retrouve dans un lieu où l'odeur ne peut pas être plus forte. Je relève donc la tête, cherchant maintenant du regard. Car d'après ce que je peux sentir, elle est forcément dans le coin. Et j'ai raison. Ce n'est pas moi qui la trouve, mais elle qui se révèle à moi. Je mentirai si je ne disais pas que de la voir entière, visiblement en bonne santé, n'était pas un véritable soulagement. Mais je n'en étais pas moins en rogne!

Toutefois, je l'écoute sans rien dire. Je l'écoute me parler de ce qu'elle ressent, de sa mère, de ce qu'elle a fait pour en arriver là. Lorsqu'elle se colle contre moi, cherchant un réconfort certain, je lâche simplement un "Conneries".

La saisissant par les épaules, je la secoue un peu, la tenant droit devant moi.

- Toi? Une enfant de l'Hydra? C'est des conneries. Toi? Un poids dans ma vie? Conneries aussi! Mon visage reste fermé, en dépit du fait que, si on sait lire entre les lignes, je fais preuves ici de tendresse, de soutien. Moi, te laissant seule pour finir ce que tu as entrepris? Conneries.

Je finis par la lâcher. Et penchant mon visage vers le sien, je lui murmure: "Je t'interdis de refaire ça! Okay? Je suis là pour toi. Dans les bons moments, comme les mauvais, c'est comme..."

Je rêve, où quelqu'un vient de m'interrompre en me posant une main sur l'épaule? Je tourne la tête vers le téméraire qui a fait ça, et je tombe sur un gros costaud, accompagné de six ou sept autres gars.

- Hey, l'americano... Pourquoi tu fais pleurer cette jolie demoiselle. Elle devrait ven...

De la même manière qu'il m'a interrompu, je l'interromps. Avec un bon gros coup de poing dans la figure. Un moyen sein d'évacuer ma frustration.

- Ch'uis canadien, connard.

Avant que les choses ne s'enveniment, je me tourne vers Donna et lui donne un petit bout de papier.

- C'est mon hôtel. Chambre 12. Vas-y. Je te retrouve là-bas dès que j'ai fini ici!


Les pauvres, ils ne sont même pas dix. Et je suis d'une humeur massacrante. Ils ont de la chance que je ne sorte pas les griffes. Ils sont peut-être malchanceux, mais ils ne méritent pas de mourir. Pour l'instant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Civils
♠ Emploi : Libraire dans un endroit magique où se mêle musique, pâtisseries et coin cocooning. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Mar 3 Avr 2018 - 0:41

I am looking for my origins

Il était évident que Logan n’allait pas apprécier. Cette fois, sans doute que ma peine ne servirait pas. Il avait failli me perdre au Canada, il s’était longtemps rendu responsable de ma presque mort, peut-être encore maintenant. Nous nous étions avoués autour d’une bouteille de whisky irlandais que l’affection que nous avions dépassé le stade de collège et que seul nous manquait le même ADN pour officialiser le tout. Nous  nous étions promis de faire des efforts, de rester là, l’un pour l’autre et moi… Je prenais seulement conscience de mon acte. L’avais-je une nouvelle fois blessé ?

- Logan je…

J’étais et resterais une enfant Hydra et ce, même si maintenant, j’en été débarrassée. Enfin, autant débarrassée que possible. Peut-on réellement se débarrasser d’Hydra ? Il est en colère et je comprends comment et pourquoi. Il m’en veut. Je suis partie sans lui dire, je sais qu’il m’en veut. Un poids dans sa vie ? Sans doute pas. Mais un enfant d’hydra, oui. Je suis née de deux agents dans l’espoir d’être une mutante obéissante. Alors la distinction…  Mais il ne me laissera pas le faire seule… Dieu merci Logan. Tu es un rustre, mais…Tu es celui qui reste depuis le début. Un léger sourire traverse mon visage avant que je ne remarque enfin que nous ne sommes pas seuls. Je ne l’ai pas réellement senti et il est bien trop tard maintenant. Je recule d’un pas, en écarquillant les yeux en sachant pertinemment ce qu’il allait se passer. Ils ne sont pas que deux, c’est bien le souci. Et je sais ce qu’il se passe dans leurs esprits, ce qu’ils veulent à Logan, ce qu’ils me veulent à moi. Et Logan est en colère, trop et très en colère. D’ailleurs, il s’exprime à sa manière en enfonçant son poing dans le visage de celui qui a osé nous interrompre. Logan se tourne vers et le papier entre mes doigts me fait froncer les sourcils. Il pense qu’il doit me protéger, tout le temps ?

- Je…

Mais Logan ne m’écoutera pas, il ne pense qu’à ces hommes qui sont un souci. Logan vient de frapper un des leurs, ils n’accepteront pas. Ils se mettent autour de nous et Logan est une proie, moi un dommage collatéral à présent.

- Je ne partirais pas.

De toute façon, je ne peux pas partir. Ils nous en empêchent.

- J’suis désolée Logan…

Si seulement il pouvait comprendre tout ce que je pouvais ressentir. L’un des hommes, les moins baraqués en soit, s’avança vers moi. Du moins, il tenta de s’avancer vers Logan et c’est moi qu’il trouva sur sa route. Logan ignorait qu’entre Frank et moi, il se passait quelque chose autre qu’un petit baiser par moment. Frank est un professeur hors pair pour ce qui est de l’apprentissage des armes à feu et du combat au corps à corps. Logan venait d’apprendre que je n’étais pas que faible. Il tenta de m’atteindre quelques fois, mais il ne pouvait pas m’atteindre, puisque je connaissais ses futurs coups. Et l’esquive n’était pas qu’une bonne capacité, certains coups furent bien placés, au point de le retrouver à genoux en face de moi, quelques après. Un coup de genoux fut le dernier coup qu’il reçu de ma part et il sombra dans l’inconnu.

Pour ce qui est des autres, bien sûr, ils furent aussi avec et contre Logan. Je me tournais vers lui, du moins vers eux, tentant de faire en sorte de m’immiscer dans l’esprit des hommes pour qu’ils commencent à se battre entre eux. Je ne voulais pas que Logan puisse être en danger, que ça soit avec ses pouvoirs découvert où en faisant mal à quelqu’un.

Je ne saurais dire combien de temps nous avons mis pour les mettre au tapis. Et étonnamment Logan ne fut pas le seul à se battre. Bien sûr, il s’occupa du plus grand nombre, mais j’en avais tout de même mis un KO et j’en avais permis que deux ou trois peut-être se frappent les uns contre les autres. J’avais fini par m’adosser contre un mur, une main contre le mur, une autre sur mon cœur pour tenter de reprendre ma respiration. Et encore, je n’avais pas mon arme à feu, là, Logan aurait pu perdre la tête totalement.

- Je te jure que… J’essaie de ne pas attirer les problèmes…

Et ma voix trembla. J’avais l’impression que, peut importe ce que je pourrais faire, ce que je pourrais penser, tout me suit.  Peut-être que je ne suis qu’un aimant à embrouilles, ça reste possible, non ?




Codage par Libella sur Graphiorum


Unconditionally.
Open up your heart, Acceptance is the key to be, To be truly free,Will you do the same for me?•°¤ Mags.
It's you. It's me. It's us. Against the world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Jeu 5 Avr 2018 - 18:43
Non mais c'est pas vrai!


Est-ce que vous savez combien il peut être satisfaisant de sentir votre poing s'écraser sur un visage? Non? Bah vous devriez essayer. C'est jouissif. Et si en plus vous disposez d'un squelette renforcé par l'alliage métallique le plus résistant sur Terre, vos coups n'en seront que plus efficaces.

Demandez par exemple au gringo sur qui je viens de frapper. Il est évident que son nez est bel et bien fracturé... Ah ça... Pas besoin d'être fortiche en biologie pour le voir! Je ne vais pas vous faire le détail de tout ce que je fais subir à ces pauvres êtres qui se demandent encore sur quoi ils sont tombés. Mais cela peut se résumer par "dislocation", "fracture", "strangulation" et autres joyeusetés du même genre.

Quand Donna m'indique qu'elle ne partira pas, cela fait comme une sorte de booster sur moi. Je ne peux pas prendre le temps de discuter avec elle. Pas avec ce gens qui cherchent à nous faire du mal dans l'immédiat. Mais le fait qu'elle me désobéisse sciemment? Disons que le gars sur qui je cogne après qu'elle me parle de son choix de ne pas me laisser, bah il ramasse un peu plus que les autres, c'est certain. Du coin de l'oeil, je vois qu'elle ne s'en sort pas si mal, et parvient même à vaincre l'un de nos assaillants.

Quand tout est fini, et que nous nous tenons triomphants face à des corps inanimés mais pas sans vie - nous ne sommes pas des monstres - je lance un regard désapprobateur à la petite Holloway. Je la vois, se tenant au mur, la main sur la poitrine, cherchant à reprendre son souffle. D'un pas las, je me rapproche d'elle, évoluant entre les silhouettes allongées au sol. Certains de ces mecs gémissent de douleur... Alors j'en profite pour rajouter un bon gros coup de latte, histoire de les tourner sur le mode "Off", et qu'ils arrêtent de geindre.

Les bras croisés sur la poitrine, je penche ma tête en avant, fixant la rousse droit dans les yeux.

- Tu ne veux pas attirer les ennuis, hein? Bah commence par faire ce que je te dis! Ma voix monte d'un ton. L'adrénaline? La colère? La peur de la perdre? Un ensemble, certainement. Quand j't'indique ma chambre, c'est pour que tu y ailles! Pas pour que tu prennes part au combat! S'ils avaient eu un gars armé, plus loin? Que tu ne l'avais pas capté avec tes pouvoirs? D'ailleurs, ils auraient pu t'aider à te faufiler pour te barrer d'ici, non?

Oui, je suis en rogne. Parce qu'elle m'a fait un sale coup en venant ici sans même prendre la peine de m'en parler de vive-voix. Et qu'elle recommence en risquant sa peau dans une rixe sans importance... Et s'il lui était arrivé quelque chose? J'aurais fait quoi? Je disais quoi en rentrant à l'Institut? Est-ce que je serais parti à la recherche de sa mère pour lui annoncer que sa fille était morte par ma faute?

Je commence à marcher en direction de l'hôtel précédemment indiqué, les mains dans les poches, l'air renfrogné, sans même prendre la peine de la regarder.

- Viens, on s'barre de là. J'ai à boire et à manger, là-bas.

Qu'est-ce que j'ai envie d'un cigare...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Civils
♠ Emploi : Libraire dans un endroit magique où se mêle musique, pâtisseries et coin cocooning. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Mar 17 Avr 2018 - 9:31

I am looking for my origins

Elle ressent chacune des sensations de Logan, la douleur, l’incrédulité, la frayeur, aussi, des assaillants. Les regrets, aussi, d’une certaine manière, puisqu’ils ont fait leur irruption dans la vie de Logan et que Logan, n’aime pas ça. Donna le ressent. Elle perçoit le changement en Logan et tout ce qu’il pense. La crainte de la perdre, elle, qui le rend aussi nerveux. Plus que d’habitude. Donna ne comprendra jamais pourquoi Logan, voir même Frank, pourquoi pas Noa, même Jack aime la violence. Si elle ne comprend pas, elle maitrise, pourtant, maintenant, les bases du combat. Ceux en face d’eux ne sont pas si puissant, Donna arrive à s’en occuper, elle veut se montrer forte pour que Logan soit fier d’elle, qu’il puisse lui pardonner d’être partie ainsi. Dans sa quête de ses origines, elle en a oublié les paroles qu’ils se sont dits. Les promesses qu’ils se sont faits. La tendresse et l’amour qui les unissait. Elle le regardait avec tristesse et culpabilité. Elle voulait retrouver, non…Elle voulait trouver sa famille, oubliant par la même que sa famille, c’était Logan à présent.

Sa colère, à Logan, redouble quand Donna ne part pas. Elle sent la frustration le prendre. Il lui en veut un peu plus, il est déçu…  Le cœur de la jeune rousse se sert de douleur, mais elle tient fermement, parce que la douleur, elle y est habituée. Mais la douleur d’un Logan énervé la peine. Elle soutient, néanmoins son regard, bien triste, sans le cacher réellement. Elle frisonne en entendant sa voix, comprenant qu’il vient d’être profondément déçu. Elle voudrait dire ou faire quelque chose, mais elle a peur d’envenimer la situation.

- Je ne pouvais pas y aller… Ils étaient autour de nous et… Me barrer ? Partir ? D’ici ? Je ne t’aurais pas laissé seul…

C’est une vérité criante de sens. Comment peut-il croire un instant qu’elle serait parti en le laissant derrière ? Elle n’avait jamais pu le laisser et elle n’aurait pas commencé aujourd’hui. Elle savait, puisqu’elle ressentait ses émotions, mais elle savait la logique de sa demande et la légitimité de sa colère. Aussi, elle acceptait sa colère. Elle se fit toute petite contre le mur, baissant la tête et acceptant.
Il part, il s’éloigne et les pas qui les séparent brisent d’avantage Donna qui garde sa douleur en elle. Elle finit par le suivre, lentement, un grand sourire, très rapide, sur les lèvres. Elle entend ses pensées et veut se racheter.

- Je… Dans la rue d’à-côté, il y a des vendeurs de cigares, tu sais…

S’approchant de lui, elle passe sa main autour de son bras, pour l’intimer d’arrêter de marcher. Elle cherche son regard, emplit d’une profonde douceur et surtout, d’une grande hésitation.

- Ecoute… J’aimerais te suivre, rentrer avec toi, mais… Je suis ici parce qu’elle est là… Je sais que tu m’en veux, je suis désolée. Je pensais que c’était une bonne idée, de te laisser vivre ta vie en espérant que tout irait bien. C’était très peu ou trop réfléchis, je te le concède…  J’ai l’adresse où elle est… S’il te plait, ne rentrons pas à l’hôtel… Je ne pourrais pas te suivre, Logan. J’ai besoin de savoir, j’ai… je sais pas ce que j’attends, mais je suis trop proche pour reculer maintenant… Viens avec moi, je t’en prie. Ne me laisses pas l’affronter seule…

Sa main serra doucement le bras musclé du brun, le suppliant du regard, ainsi, de ne pas la laisser tomber. Elle avait besoin de lui, elle savait que face à sa mère, elle risquait de flancher, elle savait que sans Logan, elle ne pourrait jamais y arriver.

Elle sortit son téléphone, allumant son GPS avec l’adresse qu’elle avait reçu avant de voir Logan. L’adresse était située à quelques vingt minutes de leur position à pieds. Sa main tremblait de nervosité. Elle était terrifiée à l’idée même de rencontrer sa mère, l’agent d’Hydra, celle qui avait connu Jack, celle qui l’avait abandonné.





Codage par Libella sur Graphiorum


Unconditionally.
Open up your heart, Acceptance is the key to be, To be truly free,Will you do the same for me?•°¤ Mags.
It's you. It's me. It's us. Against the world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Mar 17 Avr 2018 - 15:49
Non mais c'est pas vrai!


La gamine essaie de se justifier. De m'expliquer pourquoi elle a préféré ignorer ce que je lui ai demandé de faire plutôt que de simplement exécuter ma demande. Je ne peux réprimer un long soupir. Je vois très bien où elle veut en venir, et c'est louable. Mais franchement...

- Pourquoi tu ne m'aurais pas laissé seul, hein? Tu crois que je ne peux pas gérer quelques gringos qui veulent jouer les gros bras? Ou bien parce que "Moi, je ne t'aurai pas laissée", ou une bêtise du genre?

Je hausse les épaules. Ce genre de raisonnement sonne très bien sur le papier. Mais vous savez ce qui sonne bien aussi? Les cloches d'une église, lorsque les funérailles d'un être auquel on tenait arrivent parce qu'il n'a pas été foutu de simplement écouter ce qu'on lui a dit! Et il est hors de question que cela se produise. Hors de question que j'assiste à une cérémonie de ce genre simplement parce que Donna ne m'a pas écouté!

Alors que je marche, ruminant mes pensées, mes envies, elle tente de m'attendrir en me parlant d'un marchand de cigares, qui se trouve pas loin, tout en glissant son bras autour du mien.

- Encore en train de lire mes pensées, hein?

Je sais bien qu'elle ne peut pas s'en empêcher. Pas encore. Mais ce n'est pas pour autant que c'est agréable d'avoir quelqu'un qui devance ce que vous comptez faire ou dire, ou que l'on vous parle de choses que vous ne souhaitez pas spécialement aborder. Mais là n'est pas le problème, si problème il y a. C'est plutôt cette façon de faire. Et faut que je l'aide sur ce point-là.

- Ecoute, gamine... Que t'aies envie de la retrouver, que t'aies envie d'être épaulée quand cela arrivera... Pas de soucis! Mais faut le faire comme il faut. Tu peux pas... J'agite les mains, faisant n'importe quoi. Tu vois? Faut être méthodique. Efficace. Surtout dans cette partie du monde!

Je prends une petite inspiration, essayant de redescendre d'un cran.

- Quand je dis que l'on passe à l'hôtel, c'est au cas où tu veuilles te... rafraichir un peu. Je ne sais pas comment je peux formuler la chose autrement. C'est pas pour te faire rentrer à l'Institut de force! C'est pas mon genre de faire ça..

Un gamin me bouscule. Je lui lance un regard noir, sans compassion aucune. Je sens ce qu'il a essayé de faire. Me piquer un truc dans la poche de mon jean. Pas de bol pour lui, je voyage "léger". Je sais que par ici, la vie n'est pas facile, mais est-ce une raison suffisante pour s'en prendre à de pauvres gens qui ne réalisent pas toujours ce qui leur arrive? Je ne crois pas. Mais bon...

Suite à quoi, je reporte mon attention sur Donna.

- Bon. On fait comme tu voudras, je te suis.

De toute façon, cette "mission" est un bordel depuis le début. Improviser sur les choses qui suivront ne dénoteront pas avec ce qui s'est déjà produit...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Civils
♠ Emploi : Libraire dans un endroit magique où se mêle musique, pâtisseries et coin cocooning. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Mer 9 Mai 2018 - 12:29

I am looking for my origins

En y réfléchissant, le simple fait d’avoir foncé tête baissée était quelque chose qui ne ressemblait pas à Donna. Elle avait quitté sa nouvelle demeure sans penser aux conséquences et à présent, la colère et la crainte de Logan lui était renvoyait puissance mille. Les mains jointes, elle fuit son regard, mais n’arrive pas à fuir son esprit. Elle veut lui hurler qu’elle ne sait pas ce qu’elle fait, mais elle se demande si seulement, il pourra l’écouter. L’écouter vraiment. Elle le regarde, sans répondre. Comment peut-il penser qu’elle aurait pu et dû fuir en le laissant seul ? Il aurait dû se battre, pour la protéger ? Elle aurait dû continuer à être faible ? Elle avait réussi à se battre, elle avait réussi à se protéger un peu. Elle sait qu’il peut se gérer de tout, mais ne se souvient-il pas du Canada ? Son regard l’implore d’être plus souple avec elle, puisqu’elle, elle refuse de revivre la douleur et la peur de le voir souffrir, par sa simple faute d’exister.

Il est autoritaire avec elle et elle ne s’offusque pas. Après tout, il lui avait dit, cette fameuse soirée où les sentiments avaient détruit les barrières où les sentiments de père et d’enfant avaient dépassé la pudeur et la peur. Il lui avait dit qu’en tant que père, il serait intransigeant, parfois dur, qu’ils se disputeraient. Donna, elle, ne voyait pas cela possible. En soit, ça ne pouvait être possible, si elle restait docile, si elle réfléchissait, mais cette fois, elle n’avait pas réfléchis.

Elle risque un léger sourire, quand, il réplique sur le simple fait de lire ses pensées. Elle n’en a pourtant pas envie. Elle rebaisse le regard, évite soigneusement de parler, de penser. Elle tente de se concentrer et pourtant, ses mains trahissent sa nervosité. Elle est pourtant si proche de sa mère…et pourtant si éloigné…

Il reprend, elle n’ose l’interrompre, elle regarde ailleurs, elle tente de réfléchir et pourtant, tout sonne faux et en boucle dans sa tête.  Elle regarde de nouveau la masse de muscles qui se rapproche de son modèle paternel et elle finit par soupire en serrant de ses mains le bras du mutant.

- Logan…

Ses mains se crispent, elle hésite, et pourtant, elle abandonne ses peurs parce qu’elle a confiance en lui. Il est l’une des seules personnes au monde envers qui elle mettrait sa vie entre les mains.

- Je suis restée, parce qu’ils ne m’auraient pas laissés partir et… Parce que je refuse de vivre un Canada 2.0. Je t’aurais laissé là, seul en me disant que tu pourrais autant souffrir que là-bas ? Une fois de plus par ma faute ? Si je suis partie ici, seule, c’était parce que je ne veux pas être un poids quelconque… J’ai amené Jack dans ta vie et tu n’imagines pas ma culpabilité.

Peu à peu, elle relève le visage vers lui. Ses larmes emplissent ses yeux, mais elle ne pleure pas. Sa voix devient tremblante et pourtant, elle se veut forte et droite.

- Je ne dois pas faire comment, Logan ? Je n’ai aucune idée de comment je dois faire. Je sais qu’elle a été éloigné par Hydra, je sais qu’en venant ici, je prends le risque de Jack débarque. Je sais qu’Hydra est là. Mais… C’est la seule qui peut répondre à mes interrogations. Je repartirais, forcément, le cœur brisé, je le sais, mais je ne peux pas juste rentrer à l’institut et faire une vie de mensonge.

Au fur et à mesure, sa voix se radoucit et pourtant, elle est tellement plus forte que la Donna qu’il a rencontrée sur cette plage. Elle a prit de sa force, tandis qu’il prend, parfois, de la candeur de Donna.

- J’ai aucune idée de ce que je dois faire. Je n’ai aucune idée de ce qu’il va se passer. Alors d’accord, je t’ai dis que je t’écouterais alors je t’écoute. Dis-moi ce que je dois faire ! Dis moi ce que je suis censé faire. Dis moi, qu’en affrontant ma mère, je n’irais pas à Hydra. Dis-moi que j’aurais des réponses et qu’on pourra repartir, et que je pourrais aller mieux. Dis-moi que je ne vais pas juste devenir folle. Je ne dors plus depuis cette clé usb, depuis que je connais son visage, depuis que je sais que je suis une expérience. Quand je ferme les yeux je revois Jack, j’imagine Amélia, j’imagine tellement de choses…

Ses mains tremblent sur le bras de Logan et elle baisse de nouveau la tête, appuyant son front contre le torse du mutant, sans retenue. Si elle peut se reposer sur quelqu’un, c’est bien sur lui.

- Je te fais pleinement confiance. Alors dis-moi quoi faire et je t’écouterais…

Elle aimerait lui dire merci d’être venu mais elle sait que ça ne servirait à rien pour lui. Il fait son travail et pas qu’en tant que professeur.  Elle a l’adresse, elle a quelqu’un qui peut l’aider, qui peut la soutenir, qui peut la comprendre. Logan et sa famille… Elle sait la douleur, elle le comprend, il la comprend.



Codage par Libella sur Graphiorum


Unconditionally.
Open up your heart, Acceptance is the key to be, To be truly free,Will you do the same for me?•°¤ Mags.
It's you. It's me. It's us. Against the world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Sam 12 Mai 2018 - 17:11
Non mais c'est pas vrai!


C'est d'un compliqué... Comment voulez-vous que je reste en colère? Je me doute de ce qu'elle doit être en train de traverser. Et étant donné ce qu'elle a déjà pu vivre par le passé, c'est forcément gros paquet de choses à gérer pour elle, là.

Mais pour autant, mon tempérament ne faiblit pas, et mon air renfrogné trahit cet état d'esprit. Même si, quand on a affaire à une télépathe qui ne contrôle pas vraiment son don, pas la peine d'afficher telle ou telle tête: elle sait déjà ce qui se passe dans la votre! Toutefois, je ne me ferme pas au dialogue.

- Tu ne comprends toujours pas, hein? Souffrir, c'est un truc dont j'ai l'habitude. Je peux encaisser physiquement n'importe quelle blessure que l'on m'infligera. Mais... je lève une main en l'air. Il y a des blessures dont on met très longtemps à guérir, même avec un pouvoir comme le mien. De ma main levée, je tapote sur le coté de ma tête. Dès que ça se passe là-haut, ça devient très compliqué. Et ensuite, la même chose, au niveau de mon coeur. Là? Encore plus.

Elle doit forcément se douter de quoi je parle, de quel type de chose j'évoque ici. Néanmoins, au cas où il y a un malentendu, je vais me montrer bien clair.

- On peut m'arracher les organes un à un. Evidemment, je souffrirai, mais je m'en remettrai. En revanche, si tu devais mourir parce qu'on se retrouve dans un merdier sans nom et que je n'assure pas, là...

Là, je me tais. J'ai pas envie qu'on aille sur ce terrain-là, surtout que la gamine semble sur le point de craquer. C'est pourquoi je ne l'interromps plus par la suite. Que je sens ses mains trembler contre mon bras, que je la regarde appuyer sa tête contre mon torse. Ce que je fais? Quelques caresses, au niveau de sa nuque, espérant lui apporter un peu de réconfort ainsi.

Quand je l'entends parler de son passé, je me mets à sa place. Une grande partie de ma vie a été consacrée à recoller les morceaux, et refaire un puzzle des petits éléments dont je disposais pour savoir qui j'étais vraiment. Qui m'avait implanté tout ce métal dans le corps. Pour quelle raison on m'avait fait subir ça. J'ai trouvé des réponses. Et franchement, de temps en temps, je me dis que rester dans l'ignorance n'est pas forcément une mauvaise chose. Mais ça, c'est ce que je me dis. Il est hors de question que je formule ça à voix haute.

C'est la raison pour laquelle ce que je fais par la suite est en faite assez simple.

Délicatement, à l'aide de mon bras libre, je tourne le visage de la gamine vers moi. Je suis toujours en colère... mais la mine que j'affiche est bien moins sévère que jusqu'à il y a trois secondes.

- Tu sais comme moi que tu ne m'écouteras pas. J'accompagne ces mots d'un haussement d'épaules. Maintenant que je sais à quoi m'en tenir avec toi, je vais simplement te suivre, comme je disais précédemment. Je m'adapterai à tes choix, et ferai au mieux pour ne pas entraver ta progression.

C'est tout ce que je peux faire. Elle est trop têtue, butée mais aussi bouleversée pour suivre un plan qu'un autre confectionnerait pour elle. Donc autant qu'elle suive son instinct, et que moi je la suive pour éviter que de trop grosses bricoles ne lui tombent sur le coin de la figure.

- En revanche, si je juge que le danger devient trop grand pour toi, pour moi, ou que je suis forcé de... d'éliminer - oui, essayons de présenter cela élégamment - un trop grand nombre d'obstacle: je te prends sous le bras et on rentre! Compris?

Ca va, c'est la seule condition que je pose pour qu'elle puisse continuer à faire ce qu'elle veut, c'est raisonnable, non? A la base, elle ferait exactement pareil, mais sans l'assurance-vie "Logan Protection", donc c'est tout benef' pour elle.

- Allez, calme-toi, et allons faire ce que tu avais prévu avant que les gringos ne nous interrompent...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Civils
♠ Emploi : Libraire dans un endroit magique où se mêle musique, pâtisseries et coin cocooning. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   Mar 22 Mai 2018 - 16:31

I am looking for my origins

Quand avait-elle décidé de quitter l’institut pour partir à l’aveugle, chercher une génitrice qu’elle appeler mère dans le seul but de penser que tout irait bien, mais qu’elle savait, tout de même, être un agent d’Hydra. Comment avait-elle pu penser que tout irait bien, elle qui n’attire que les problèmes et pourtant, aspire à une vie bien tranquille ? Pourtant, elle ne pouvait plus revenir en arrière, elle ne le voulait plus depuis qu’elle avait vu ce visage, ses traits similaires, ce léger sourire et ses yeux identiques. Elle tenait beaucoup d’elle et espérait tenir plus que du physique. Finalement, avec plaisir elle acceptait le caractère de son ami présent avec elle, elle réalisait, que seule, elle n’aurait jamais pu y arriver en un seul morceau et se promit de lui offrir un beau cadeau, s’ils revenaient, pour une fois, sans une égratignure.

Je baisse finalement la tête, ravalant des larmes de remords pour poser ma main à l’endroit même où son cœur m’assurait sa bonne santé. L’idée même de perdre l’autre ne sera pas à l’ordre du jour avant des années. Elle sait, que Logan l’avait repoussé, quelques semaines avant pour d’abord la protéger de son caractère mais aussi pour se protéger. Il fallait pourtant se rendre à l’évidence qu’eux deux, c’était plus fort que n’importe quoi.  C’est sans doute pour ça que lorsque Logan referme ses bras sur elle, elle se sent mieux et rassurée. La colère pouvait être présente, il ne la laisserait jamais tomber et évidemment, elle non plus.  Elle suit son raisonnement et comprend son point de vue.  Prête à ouvrir la bouche, elle s’arrête finalement lorsqu’il la fait le regarder. Au fur et à mesure, ses yeux délaissent les larmes pour retrouver en face d’elle, le modèle qu’elle aime tant. Elle hoche la tête par instant, mais ne le coupe pas, le laisse finir.

Elle aurait accepté de le suivre, de faire à sa manière mais elle voit finalement que Logan semble lui faire confiance, un peu. Elle peut avancer, tomber, mais elle aura toujours dans son sillage le bras ferme de celui qu’elle voit comme un père de substitution. Elle se sent couragereuse, ravale ses dernières larmes et grimpe sur la pointe des pieds pour embrasser la joue du mutant en face d’elle.

- Merci, Logan.

Elle accepte ses conditions, elle accepte tout et sortant son téléphone, activant son GPS, sa main se met à trembler. Sa mère, sa génitrice n’est pas loin. Pour la première fois depuis 27 ans, elles n’ont pas été si proches. Donna s’y dirige alors, sans un mot. Son cœur se serre et sa respiration se fait lente. Elle blêmit et ne cherche pas à cacher ce qu’elle ressent, Logan n’est pas un idiot, Logan comprend. Elle ne profite pas de la ville autour d’elle, elle marche dans un but bien précis, la voir. Et après… ? Parfois, elle adresse un regard en coin à Logan, pour y chercher la force de continuer, de ne pas faire demi-tour. Elle ne sourit plus, elle ne veut pas mentir, elle ne veut pas se forcer. Elle est troublée, elle a peur. Finalement, alors qu’ils sont proches d’y arriver, Donna s’arrête et se retourne vers Logan.

- Tout ira bien… ? Elle n’est pas comme Jack, hein ? Elle ne va pas chercher à me tuer, à t’emprisonner…dis ? Elle me reconnaitra ? Elle saura qui je suis ? Et si elle est morte ? Et si elle est pire que Jack ? Et si… si… je suis déçue ? Je ferais quoi, demain en me réveillant ? Et si…après aujourd’hui, j’ai plus rien ? Et si je ne saurais jamais qui je suis ? Pire…Si je suis comme Jack ? Logan… dis moi que tout ira bien…

Un frisson parcourt le corps de la jeune femme, elle sait très bien qu’après, elle devrait tourner dans cette ruelle perpendiculaire et qu’après, elle serait face à ce qu’elle était venue chercher. Elle sonde les esprits, elle ne voit aucune chevelure rousse et son espoir se brise. Et si elle est morte ? Ne vaut-il pas mieux qu’elle soit morte qu’une femme comme Jack ? Elle sait qu’elle ne peut pas reculer alors que l’envie de courir dans le sens opposé se fait sentir de plus en plus. Elle regarde ce chemin par lequel ils sont arrivés, elle n’aurait qu’à courir, qu’à partir. Logan la suivrait, oui, il la disputerait d’être partie comme une fusée, mais lui pardonnerait au fond. Elle se retrouve si proche des deux options qu’elle prend de profondes respirations. Et si elle perd connaissance ? Et si elle flanche ? Et si elle est forte ? Elle se pose tant de questions et à peur des réponses.  Encore un pas et Donna fera face à l’endroit où se trouve sa mère. Et si c’était Hydra qui l’attendait derrière ? Elle n’avait rien pensé, rien calculé. Elle comprenait de mieux en mieux Logan, elle n’avait pas réfléchie et commençait à s’en vouloir.



Codage par Libella sur Graphiorum


Unconditionally.
Open up your heart, Acceptance is the key to be, To be truly free,Will you do the same for me?•°¤ Mags.
It's you. It's me. It's us. Against the world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway   
Revenir en haut Aller en bas
 

Non mais c'est pas vrai! - PV Donna Holloway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Sujets similaires

-
» BLACK JACK ◮ Mais, c’est pas un vrai suicide, soit tranquille c’est probablement rien d’autre qu’un appel à l’aide.
» Le vrai courage n'est pas savoir quand supprimer une vie mais quand savoir en épargné une.
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Les mondes connus :: Le reste du monde-