Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

Parce qu'on le mérite - PV Jean Grey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

avatar
Logan J. Howlett
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Parce qu'on le mérite - PV Jean Grey   Mar 15 Mai 2018 - 10:05
Parce qu'on le mérite!


Ce qui s'est passé cette nuit? Oh, vous devez bien vous en douter. Est-il vraiment nécessaire que j'entre dans le détail de nos ébats, à Jean et moi? Je ne suis pas certain que ce soit indispensable. Ce que je peux vous dire, c'est que je suis le meilleur dans ma partie. Et qu'en ce qui concerne de combler la femme qui partage désormais ma vie, et bien je suis meilleur que pour trucider des ennemis. Pour vous dire combien j'ai pu me montrer efficace pendant les heures qui ont précédé l'instant présent.

Habituellement, je ne bois pas de café. Ce n'est pas une boisson que j'apprécie vraiment. Son amertume est désagréable en bouche. De temps en temps, je m'y risque, comme pour me fondre dans la masse, faire partie de ce monde que Charles souhaite que nous protégions, mais objectivement, ce n'est pas la boisson que je préfère. Pour autant, me voila, tasse de café à la main, préparé dans le coin cuisine de notre vaste suite.

Allongée dans le lit, probablement encore endormie, Jean m'offre un sublime spectacle, sa chevelure rousse négligemment posée sur nos oreillers. Moi? Je suis debout, à quelques mètre de là. Après ce qui s'est passé, on peut dire que j'ai eu du mal à m'endormir. Je ne sais pas si c'est dû à la satisfaction d'avoir pu répondre à bien des attentes de la demoiselle, ou si quelque chose perturbe mon sommeil sans que je ne m'en rende compte.

Ne sachant pas quelle heure il pouvait être, je me dirige vers le pantalon prêté par le professeur Xavier. Au fond de la poche de droite se trouve une montre à gousset. Le genre de détail auquel je n'aurais jamais pensé s'il n'avait pas été là. Je ne sais pas si cela m'a réellement apporté quelque chose niveau prestance, mais au moins, je sais maintenant qu'il est pas loin de six heures du matin.

Gardant le petit accessoire en main, je m'éloigne du lit, car c'était par là-bas que mon pantalon se trouvait. En effet, notre périple depuis la baie vitrée hier soir nous a conduit jusqu'à cet immense lit, vraiment très confortable - même si on n'a pas vraiment dormi, enfin, au début du moins. Même si je m'éloigne, je ne quitte pas des yeux le corps de la rousse, à peine caché par le drap blanc qui la recouvre.

Est-ce que je mérite vraiment tout cela? Je veux dire... Je n'ai que des bribes de souvenirs de ma vie d'avant. Je connais mon véritable nom, ça oui, mais il y a des choses qui échappent encore à ma mémoire défaillante. Il est plus que probable qu'avec le tempérament que je me paie maintenant, j'ai pu commettre des horreurs, avant - si tant est que l'on ne considère pas les choses que je fais en tant que "Wolverine" comme étant déjà de sacrés carnages.

Debout devant le plan de travail, je dépose ma tasse de café en songeant à tout cela. Est-ce qu'il existe vraiment une puissance supérieure? Quelque chose qui règlerait les irrégularités en imposant sa volonté et que nous, simples mortels, traduirions comme étant le Karma? Je ne sais pas... Peut-être avons nous vécu assez d'horreur pour que des instants aussi merveilleux nous soient offerts. C'est aussi une possibilité à entrevoir.

En plus, je ne peux pas dire que je ne connais pas de puissance Cosmique au potentiel destructeur impressionnant... J'en ai un sous les yeux, là. Enfin, son hôte. Je me demande quand est-ce que cet être va refaire son apparition. Si elle va refaire son apparition, en fait. Car j'ai l'impression que Jean est de plus en plus à l'aise avec la maîtrise de ce trou plein de pouvoir. D'ailleurs, en y repensant, c'est peut-être pour ça que j'ai du mal à dormir? Peut-être que je m'en fais trop, en me projetant dans un futur où les choses ne feront que se compliquer. Entre nos ennemis - les réguliers, comme la Confrérie ou les nouveaux comme à peu près n'importe quel petit groupuscule émergeant et proclamant qu'il faut nous éliminer - et cette histoire de Phénix...

Tellement étonnant que j'ai du mal à dormir, hein? Sauf que plus j'y pense, et plus je me dis que je me battrai sans retenue pour conserver ce que l'on a, pour que nous puissions revivre un moment comme celui qui vient de se produire encore et encore, et encore. D'un pas lent et parfaitement silencieux, je me rapproche maintenant de là où se trouve Jean. Tout en la regardant, je vais me placer dans un fauteuil une place, extrêmement confortable. Il est parfaitement placé pour pouvoir la regarder. Joignant mes mains, je ne peux m'empêcher de la regarder. Est-ce que c'est malsain? J'veux dire... D'être aussi insistant sur cette façon que j'ai de l'observer? Si c'est le cas, il faudra que je songe à consulter. Mais en attendant, je veux graver cette vision dans ma mémoire de façon indélébile.

Redressant mon dos dans le fauteuil, le cuir contre ma peau nue fait un drôle de bruit. Mon visage se déforme dans une grimace grotesque. Je ne veux pas la réveiller! Elle a besoin de se reposer. Je ne parle pas spécialement de ce que l'on a pu faire, mais de façon plus globale... Je sais que j'ai le sommeil agité, et que dormir avec moi n'est pas toujours simple. Donc si elle peut profiter d'une bonne nuit de sommeil.

On dirait en plus que le jour se lève. Les premiers rayons de soleil commencent à darder au-delà de l'horizon. La grande baie vitrée devant laquelle se tenait Jean hier quand je suis allé la... "titiller"... Elle dispose de rideaux mécaniques mais aussi de longues étoffes, parfaites pour couper la lumière du jour naissant. Ce n'est pas très nippon dans le style, mais au moins, c'est efficace.

Un instant encore, je m'accorde le droit de garder mes yeux sur elle. Immobile, sublime, cet air calme et serein sur le visage. Loin d'être obligée de jongler entre ses propres soucis et ceux que j'impose à notre couple par mes sautes d'humeur et mon caractère de cochon... Oui, je sais que je ne suis pas toujours facile à vivre, mais je fais au mieux pour que les choses se passent... bien? Bon, ces rideaux...

Ça me force à me relever, mais c'est pour la bonne cause. En me déplaçant, je remarque quelque chose qui m'avait complètement échapper la veille - il faut dire que toute mon attention était focalisée ailleurs. La présence d'une tablette, comme une sorte d'Ipad ou de je ne sais pas quoi. Saisissant l'objet, je fais glisser mes doigts dessus, tentant de l'activer.

Ah, d'accord... C'est un moyen pour contacter le room-service. Je ne savais pas qu'ils avaient fait installer ce genre de gadget, mais c'est une excellente idée. Visiblement, l'appareil est un véritable lien avec le service d'étage. On peut y indiquer différentes choses, comme l'heure à laquelle on veut se faire servir le petit-déjeuner, si on a besoin d'être réveiller à telle ou telle heure...

Faisant toutes les manipulations nécessaires - tant bien que mal, car je ne suis pas super à l'aise avec les technologies récentes - je nous commande un petit-déjeuner copieux pour dans quatre heures. C'est avec un sourire malicieux que je dépose la tablette sur le rebord d'une commode et que je me redirige vers notre lit, toujours aussi silencieux qu'une ombre, et que je me glisse sous les draps.

Une fois installé, couché sur le dos, je regarde au plafond. Rien en particulier, j'ai simplement les yeux perdus dans le vide. Jusqu'à ce que je prenne la peine de me tourner sur le coté, appuyant ma tête dans ma main. Délicatement, je me rapproche de la rouquine toujours endormie. L'odeur qui émane de ses cheveux est toujours la même que la veille au soir. Quelque chose de fruité, d'enivrant, d'irrésistible...

Me voici donc à nouveau transporté par un nouvel élan du coeur - et du corps. J'ai parfaitement conscience que ce n'est pas le genre de chose qui se fait, surtout après avoir pris tant soin de ne pas la réveiller, mais je ne peux pas m'en empêcher... A nouveau, alors qu'elle est dos à moi, et que je suis tout contre elle, je dépose à la base de son cou de petits baisers, glissant jusqu'à son épaule.

Est-ce que j'abuse? Fort probable, oui. Faire passer ainsi mes besoins primaires avant le confort et le besoin manifeste de repos de la rousse... C'est pas franchement gentleman. Elle pourrait même m'en vouloir pour cela. C'est pourquoi il va falloir que je me montre à nouveau... "Performant" - enfin, si elle est d'humeur à cela au réveil. Je ne dis rien, lui laissant le temps d'émerger. Et de réagir.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Parce qu'on le mérite - PV Jean Grey   Mar 15 Mai 2018 - 19:01
La seconde partie de la soirée s'était avérée particulièrement … intense. L'étreinte passionnée dans laquelle s'étaient lancés Logan et Jean, avait rapidement succédé aux premiers baisers échangés entre les mutants une fois dans leur chambre, leur fougue ne faisant que monter crescendo. Ils avaient alors tous deux laissé librement s'exprimer leurs désirs et la passion qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. La rousse n'en attendait pas moins de la part de son partenaire, et elle n'avait pas été déçue … loin de là, même. Surprise par moment, par certaines initiatives du canadien … qui chaque fois s'avéraient des plus délectables. L'audace avait payé … preuve que le mutant connaissait bien la rousse.

Suite à ces ébats amoureux et charnels, Jean avait fini par s'endormir, comblée et sereine, dans les bras de l'être aimé, dans la plus simple des nudités, leurs corps uniquement couverts d'un drap de coton égyptien blanc. Tout ceci l'avait véritablement épuisée, mais c'était ce qu'elle qualifiait de bonne fatigue, si bien qu'elle eut un sommeil lourd et calme, sans cauchemar ni rêves étranges … ininterrompu et réparateur.

Bien des heures plus tard, Jean émergea progressivement de son sommeil. Immobile et silencieuse, elle garda les yeux clos, l'esprit encore engourdie par la fatigue qui l'habitait encore. Mais Malgré tout, en prêtant attention aux sensations qui parcouraient son corps, elle se remémora où elle était … dans une chambre qui n'était pas la sienne … dans un lit des plus confortables, couverte par un drap aussi doux que soyeux, tout juste posé sur elle, à même la peau. Il n'y avait personne à côté d'elle … Logan s'était donc déjà levé. Avait-il seulement dormi ? Elle n'aurait su le dire. Puis, elle se souvint … elle se rappela de leur soirée … de ce qu'ils avaient fait dans cette même chambre. Alors, un sourire apparut sur ses lèvres.

Une odeur de café vint lui chatouiller les narines à mesure que le sommeil finissait peu à peu de se dissiper. Pourtant, l'obscurité que Jean percevait à travers ses paupières closes laissait à penser qu'il faisait encore nuit. Il devait donc encore être tôt dans la matinée. Mais Logan était déjà debout, à présent, elle en avait la certitude. Elle l'avait entendu se déplacer dans la chambre. Pour autant, Jean ne bougea pas, ne manifestant aucun signe de son éveil. Peut-être finirait-elle par se rendormir, pour pouvoir profiter encore un peu de cette literie si agréable.

Lorsque le canadien la rejoignit dans le lit, elle sentit sa masse déformer le matelas, la bousculant légèrement. Pourtant, elle n'en fut nullement dérangée. Bien au contraire. Il était à ses côtés à présent … dans le même lit qu'elle. Et cette simple pensée fut suffisante pour emplir la rousse d'un vivifiant et réconfortant bonheur. Lorsqu'elle le sentit se réinstaller après un instant, se calant dans son dos, puis venait déposer un baiser sur sa nuque, Jean sourit de nouveau, gardant toujours les yeux fermés. Jamais elle ne pourrait se lasser de ses lèvres … de sa peau contre la sienne … de son corps et de sa chaleur à ses côtés. De nouveaux baisers se firent sentir, descendant progressivement de la nuque de la rousse à son épaule. La mutante laissa alors échapper un léger soupir de bien-être. Logan n'avait pas envie de se rendormir … de laisser la nuit s'achever avec calme … la veille ne l'avait pas rassasié … Jean pouvait le percevoir à la manière insistante dont il l'embrassait … dont il se pressait contre elle. Avec douceur, elle vint entremêler ses jambes douces et fluettes avec celles bien plus musculeuses et poilues de Logan. Puis, avec tendresse, elle laissa ses mollets caresser ceux du mutant. La fermeté de ce dernier, un détail de taille, qu'elle sentit au bas de son dos, lui fit ouvrir les yeux.

« Pourquoi est-ce que nos réveils à l'Institut ne peuvent pas être toujours comme celui-ci ? », lui demanda-t-elle amusée, avec une voix encore somnolente.

Certain qu'elle était à présent éveillée, Logan devint plus insistant dans ses baisers, ses mains ne tardant pas à se joindre à ses lèvres. Avait-elle envie de lui ? De son corps? De ses attentions ? Si tôt au réveil ?

… Elle en avait une envie maladive à présent. Cette matinée commençait d'une façon particulièrement agréable. Jean espérait que cela serait un bon présage pour le reste de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
 

Parce qu'on le mérite - PV Jean Grey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3


 Sujets similaires

-
» Fiche Jean Grey
» Jean Grey - Un bébé phénix
» Jean Grey
» Jean Grey || Just a Girl, a Marvel Girl.
» I believe I can fly || Charles F. Xavier & Jean Grey





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Le reste de Los Angeles :: Venice-