Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

Good For You - Tony & Wanda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Justicier
♠ Emploi : Apprentie Avenger ♠ Gif :
MessageSujet: Good For You - Tony & Wanda   Jeu 3 Mai 2018 - 13:23
Good for you
Statut du sujet : Privé ft. Tony
Date du rp : Présent
Météo & moment de la journée : Début de soirée, journée classique californienne
Autre : Manoir Stark





► month year, place | quotation
Good for you
Tony & Wanda
Alors ça y est. J'y suis. J'habite maintenant officiellement au manoir Stark, dans une maison plus grande que tout ce que j'ai connu, à part l'institut Xavier, belle, luxueuse et calme... et pour couronner le tout, je suis sous la protection des Avengers. Moi le monstre, moi qui il y a peu encore était le bras armé de HYDRA, leur jouet et leur bourreau. Moi dont les autres avaient peur, moi dont le surnom suffisait à faire frissonner les plus courageux... maintenant je suis ici, j'ai une chambre à moi, dans ce manoir où une voix presque magique me répond en permanence où que je sois entre ces murs, et exauce toutes mes demandes. Nourriture, vêtements, quelques affaires... tout ce que j'ai demandé, je l'ai eu. Mais avant ça, après mon arrivée, Tony m'a gentiment fait visiter, m'a fait parcourir les nombreux couloirs qui parcouraient toute la demeure et la transformaient en un vrai labyrinthe. Laboratoire, salle commune, armurerie, gymnase, mais aussi cuisine, chambres, salles de bains... on est loin d'une simple villa de luxe pour millionnaire, mais on est plutôt dans un camp d'entraînement.Point commun avec les bases de HYDRA sauf qu'ici aucune porte ne m'est fermée. Même le laboratoire de Tony ne m'est pas interdit, je ne peux juste y entrer que quand il est là également, ce que je comprends... mais pour le reste...

En venant je ne savais pas comment les choses allaient se dérouler, si j'arriverais à m'habituer à ce nouvel endroit, à cette nouvelle organisation...à tout en fait. Maintenant je sais que ça ne sera pas facile, et qu'il me faudra du temps. Une fois la visite finie je suis retournée dans ma chambre pour prendre un bain... un long bain chaud. Je ne me rappelle même pas quand j'ai pris le dernier... il y a longtemps. Très longtemps... et c'était quelque chose qui m'était tellement étranger que c'est seulement en me retrouvant face à la baignoire de ma chambre que je me suis rappelée que je pouvais faire ça. Que ça existait. Alors j'ai tout mis, les sels, la mousse, et je me suis accordée de longues minutes pour jouer comme une gamine, un peu comme si je voulais rattraper les moments perdus à fuir sur les routes plutôt que d'avoir une vie normale... ensuite j'ai enfilé des vêtements chauds, confortables et propres avec le logo des Avengers. Il y en avait tout une collection dans le placard, de toutes les tailles, pour homme et pour femme alors j'ai choisi un jogging moelleux et un pull trop large, avec des baskets.J'étais bien... je me sentais à l'abri, et presque à ma place. Puis j'ai erré. Tony avait bien trop de choses à faire alors je me suis mis à explorer cette bâtisse seule, tentant de repérer les couloirs, les endroits importants, et quel chemin prendre pour aller où je voulais.

J'ose même parler à cette voix mystérieuse qui est là partout, sans qu'on puisse la voir et la toucher. FRIDAY. Si les premières phrases sont bizarres, finalement je m'habitue à ça aussi, et j'en profite pour lui poser le millier, voire le million de questions qui me brûlaient les lèvres sans que j'ose les poser à qui que ce soit de peur de passer pour une idiote. Surtout qu'est ce qu'on sait sur mon frère. Et c'est ainsi pendant quelques jours. FRIDAY me fait aussi regarder des films et des documentaires, et je finis par m'endormir sur un canapé, le plus confortable du monde, et me réveille quand le soleil est bas. Dix neuf heures... Je me redresse et m'étire doucement, avant de me lever pour reprendre mon exploration. J'ouvre le frigo, le premier que je vois en vrai, et sors une bouteille d'un liquide coloré. Sauf qu'à la première gorgée je grimace. Bon sang c'est trop sucré. Je passe devant la cafetière et je me dis qu'au final... peut-être que Tony en aimerait un? Surtout que...je n'ai pas vraiment envie d'être seule. Je demande timidement à FRIDAY comment Stark aime son café, qu'elle lance gentiment à ma place, vu que je ne sais absolument pas comment ce truc fonctionne. Et une fois la tasse remplie je vais timidement jusqu'au labo où je toque à la porte, le coeur battant plus vite, espérant qu'il ne m'enverra pas bouler.

Tony? Vous...vous voulez un café? Je me suis dit que... ça vous ferait peut-être du bien. Vous êtes là depuis longtemps...

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




Pretty In Scarlet
And if you throw a stone on me (I'm pretty in scarlet)
and if you need some pain to see
and if you live your lies (I'm pretty in scarlet)I will run, i will run, i will run, i will run away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Avengers
♠ Classe et nom de code : IRON MAN ♠ Emploi : Avenger & PDG ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Good For You - Tony & Wanda   Mar 15 Mai 2018 - 0:43


► month year, place | quotation
Good for you
Tony & Wanda
Construire, réparer, c’était quelque chose de libérateur pour lui. Dans cet atelier, Tony pouvait laisser libre court à son imagination, à sa créativité. Là-dedans, dans son fouillis, dans son petit bordel, il arrivait à s’y retrouver.  Tout le monde détestait son atelier, c’était plein de choses dangereuses, pleins d’objets potentiellement volatiles. Il y avait des voitures, des ordinateurs, des pièces mécaniques, ses robots DUM-E, YOU, BUTTERFINGER et ses armures. Pour un génie, pour un ingénieur, un mécanicien, son atelier était un paradis. C’était son paradis. Là-dedans, il perdait la notion du temps, la notion de manger, de dormir. Il oubliait jusqu’à même à se laver. C’était son paradis, son cocon. DUM-E, YOU et BUTTERFINGER étaient un peu comme une famille pour lui. Certes, DUM-E était stupide, enfin plus stupide et maladroit que les deux autres.  Il était aussi le plus vieux et ancien. Peut-être que Tony avait un semblant de sentiment pour ses robots maladroits et stupides, enfin de compte. Après tout, il les avait gardés durant toutes ces années. DUM-E a été construit alors qu’il n’avait que 16 ans pour sa thèse sur l’intelligence artificielle primitive. Puis, il y a eu YOU ainsi que BUTTEFINGER et pour combler le tout JARVIS. Il était arrivé au summum de l’intelligence artificielle. JARVIS ou FRIDAY était capable d’autonomie, de développement personnel. Leur caractère, c’était eux qui l’avaient développé, tout seul. Bien sûr, Tony avait écrit des protocoles, des espèces de ligne de conduites et à partir de cela, ils se sont construit une personnalité bien à eux. Pas aussi fort, que celle d’un être humain mais Tony savait qu’il n’était pas loin du but. Un jour, une intelligence artificielle marchera parmi eux, agira, parlera, évoluera comme un humain et cela sera grâce à lui et ses talents. Une intelligence artificielle à leurs côtés, aux qualités humaines et robotiques. Il ne voulait pas que ses intelligences artificielles aient des défauts humains comme l’ego, l’oisiveté, la jalousie, l’envie, la fourberie.  

Peut-être que c’était pour ça qu’il adorait les robots. Eux, étaient loyaux envers les gens qui les avaient créés. Rares étaient les robots qui se retournaient contre leur créateurs.  Ils étaient prévisibles comparés à la nature humaine. Les humains étaient imprévisibles selon Tony et pour la plupart de son monde, cupides. Peut-être que c’était pour ça que son père avait passé sa vie dans son laboratoire ou à la recherche de Captain America ?  Pour éviter le contact des humains cupides autour de lui ? Pour éviter les trahisons qui ne tarderaient pas à venir ? Sans aucun doute. Cependant, Tony n’avait jamais pu comprendre son père. Il avait eu une femme magnifique et loyale au point de toujours le défendre lors des accroches entre eux. Un fils qui voulait devenir comme lui et qui voulait juste attiré son attention en faisant des bêtises. Cependant, son fils n’était pas devenu comme lui. Même s’il se méfiait des gens, Tony adorait parfois leur compagnie, à petite dose et préférait sans aucun doute les robots et les voitures mais Tony savait qu’en agissant comme son père, il perdrait tout, absolument tout. En cette journée, Tony avait décidé de se calmer au niveau de ses armures, il avait bien avancé et commençait à toucher sur une nouvelle découverte fondamentale qui pourrait tout changer. Cependant, il allait d’abord la tester sur ses armures avant de la déployer sur toutes les choses autour de lui. Cette après-midi ou fin de journée, il avait décidé de se tourner sur la mécanique automobile, son DADA. Il se souvint qu’à 6 ans, il avait construit lui-même un moteur assez puissant pour une moto.

Tony avait toujours adoré les voitures, comme tous les hommes d’après les femmes. Il aimait les collectionner, les bichonner, les améliorer, les reconstruire.  Une clé à molette à la main, Tony regardait la jauge d’huile de moteur et le niveau du liquide de refroidissement. C’était une cadillac de 1971, rouge et blanche, une belle voiture mais qui avait besoin de quelques modifications pour être comme neuve et même mieux que neuf. Soudain, il entendit quelqu’un toquer. Tony se tourna pour voir Wanda avec une tasse à la main, lui demandant s’il voulait du café. Tony fit un signe de tête à F.R.I.D.A.Y pour qu’elle ouvre la porte. Ce qu’elle fit sans plus tarder.

-Entre Wanda, s’enquit-il avec un petit sourire.

Il vint à essuyer ses mains plein d’huiles de moteur sur son T-Shirt gris tout propre sans n’en avoir rien à faire.

-Une petite pause et un café me fera pas de mal, tu as bien raison, déclara Tony en prenant la tasse. Merci, trésor, ajouta-t-il avec un petit sourire.

Il regardait Wanda qui semblait s’accommoder à son environnement. Cela ne devait pas être facile pour elle, surtout dans ce manoir où la technologie est la plus avancée du monde grâce à lui.

-Ca va Wanda, tu t’acclimates, tu ne t’ennuies pas trop ? Demanda-t-il curieux et inquiet.

Il ne fallait pas croire mais derrière la nonchalance de Tony Stark se cachait parfois quelqu’un de soucieux pour ses hôtes. Il but une gorgée du café et sourit. Parfait, comme il les aimait. Bien noir, bien corsé bien que parfois, il adorait prendre quelque chose de plus sucré et gourmand mais que quand il ne travaillait pas.

-Comme je l’aime, déclara-t-il. Merci.



CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Justicier
♠ Emploi : Apprentie Avenger ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Good For You - Tony & Wanda   Sam 19 Mai 2018 - 14:13


► month year, place | quotation
Good for you
Tony & Wanda
C'est la première fois de ma vie que j'ai le choix. Que je peux décider de ce que je fais et d'où je vais. Que je peux décider de ce que je veux manger ou boire, que je peux être libre de dire ce qui me passe par la tête et poser toutes les questions qui me brûlent les lèvres. Et puis... je découvre aussi ce que c'est que d'avoir de la nourriture à portée de main, et autant que je veux, comme si c'était un de ces placards de contes de fées qui a le pouvoir de ne jamais se vider et d'être toujours plein. Avoir de l'eau chaude aussi, tout le temps... chose qui pour tout le monde a l'air tellement normal, mais pour moi, après des années d'errance dans les  bois à me laver dans des torrents ou à l'eau des fontaines, et ensuite à HYDRA où on me lavait une fois par semaine à coup de jets d'eau glacée, sentir la caresse brûlante d'une douche ou d'un bain chaud est un plaisir que je dois savourer plus que n'importe qui ici... Tout comme avoir des vêtements propres à disposition. Beaucoup... je crois que je pourrais me changer trois fois par jour et avoir toujours de la marge, surtout que dès que je balance quelque chose dans la trappe à linge, il réapparaît lui aussi comme par magie propre, repassé et plié dans mes tiroirs ou dans l'armoire. D'ailleurs Friday m'a expliqué le principe de l'achat de vêtements en ligne, et de la lingerie féminine. Encore quelque chose de trop étranger pour l'instant mais peut-être qu'un jour... Tout est sans trous...et sent divinement bon le parfum des fleurs. De la lessive, à ce qu'on m'a dit... Là bas, je devais les supplier pour me donner de nouveaux vêtements, et si j'en changeais toutes les semaines je pouvais m'estimer chanceuse... parfois c'était plus longtemps, et ils se servaient de ça comme une punition, me laissant dans des fringues raides de crasse qui me donnaient envie de vomir... Je frissonne encore rien que d'y penser... Alors en comparaison... je me sens comme une princesse de contes de fée, dont le moindre souhait est exaucé.

Pourtant malgré tout ça, la princesse des lieux trouve quand même le temps long et a surtout envie de connaître un peu mieux le souverain de ses lieux. C'est vrai qu'à part son nom et ses capacités d'inventeur je ne sais pas grand chose de lui... et je n'ai pas envie de me contenter que de ça. Après tout ce qu'il fait pour moi je n'ai pas envie de passer pour une ingrate à ne pas sortir de ma chambre et à me la couler douce... alors je demande à Friday ses conseils pour essayer de l'approcher...et j'entre dans son atelier, une tasse en main comme on tendrait un rameau d'olivier... enfin pas qu'on soit en froid mais... comme invitation à ce qu'on discute. Qu'on passe un peu de temps ensemble... Je m'annonce donc et m'approche timidement alors qu'il m'invite à entrer dans la pièce la plus sacrée de tout le manoir : son atelier. Pas à cause de la somme sûrement impressionnante de matériel qu'il contient, mais surtout à cause de toutes les idées du grand Stark, toute sa technologie, fruit de son cerveau génial et qui pourrait enrichir n'importe qui qui vendrait une de ces nombreuses trouvailles au plus offrant... D'un pas léger, timide, comme si ma seule présence était étrange à ces lieux... mais je le rejoins et lui rends la tasse, espérant qu'il ne se moque pas de moi, qu'il ne me trouve pas stupide ou tout simplement qu'il me dise qu'il n'a pas le temps et m'envoie promener... Mais non. Il tend une main recouverte de cambouis et attrape le mug en me remerciant. Et mes joues deviennent aussi rouges que ma magie quand il m'appelle trésor. Plus personne ne m'a appelé comme ça depuis bien, bien longtemps...

Ce...c'est rien... et Friday m'a dit comment vous aimer, non aimez votre café...

Il apprécie et je suis soulagée. Ca je sais faire... au moins. Je hoche doucement la tête, avant de hausse une épaule, vaguement, quand il me demande si je m'acclimate et si je me plais ici. Ca serait lui mentir que de lui dire que ce n'est pas le cas.

Je suis bien ici Tony, merci... Tout est parfait... j'ai à manger, des vêtements, un vrai lit pour dormir... et personne ne me dit plus quoi faire ou ne me force pas à faire des choses. C'est... le paradis. Merci... pour tout ça. Mais... je suis un peu seule ici... et mon frère me manque... Mais Friday est toujours là... elle m'explique très des choses. Non beaucoup de choses... J'ai appris énormément grâce à elle. Elle m'a montré des films et des documentaires. C'est comme ça qu'on dit?

J'ose enfin croiser son regard, la gorge un peu serrée et un peu honteuse de m'être plainte. J'inspire profondément et me force à sourire, désignant la voiture du doigt.

Qu'est-ce que vous faites sur cette voiture?

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




Pretty In Scarlet
And if you throw a stone on me (I'm pretty in scarlet)
and if you need some pain to see
and if you live your lies (I'm pretty in scarlet)I will run, i will run, i will run, i will run away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Avengers
♠ Classe et nom de code : IRON MAN ♠ Emploi : Avenger & PDG ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Good For You - Tony & Wanda   Mer 30 Mai 2018 - 23:03


► month year, place | quotation
Good for you
Tony & Wanda
La liberté était quelque chose dont Tony était accro. Il aimait la liberté, mieux que personne. Depuis qu’il est enfant, il ne recherchait que sa liberté. Il était un homme indiscipliné et qui abhorre l’autorité mais n’hésite pas à l’utiliser en cas de grande nécessité.  Il n’était pas un leader, Tony était un homme qui voulait juste faire son job, c’était tout. Il laissait la place du chef à sainte Capsicle et restait dans son atelier. Pourtant, il avait tout pour être un leader. Tony était stratège, était capable de réfléchir lorsqu’il n’était pas ivre mais il ne voulait pas se retrouver avec des responsabilités en plus. Il en avait déjà beaucoup. Ca et de la culpabilité. De plus, il ne voulait pas se retrouver avec les mains entravées. Non, lui, il voulait construire, réparer, détruire. Ce qu’il faisait de mieux en ce monde. Tony bricolait la voiture, se demandant si, une fois  terminée, Wanda voudrait la conduire. Tony avait vu que la jeune femme aimait particulièrement le rouge, et que c’était une couleur qui lui allait bien au teint. Il espérait que cela lui plaira, qu’elle serait heureuse d’avoir une voiture. Tony en avait trop, de toute façon. Il en avait une pareille mais totalement en noir qu’il utilisait jamais parce qu’elle n’était pas très rapide par rapport à ses Audi. Il les adorait ses Audi, Tony les avait modifiées afin qu’elles soient plus souples dans leurs vitesses, qu’elles viennent à lui toutes seules, ou qu’elles s’éloignent avec un simple geste du bras. De plus, il avait amélioré leur vitesse, elles étaient plus rapides que les autres Audi vendues sur le marché. Les autres voitures n’étaient que là pour sa collection personnelle. Il avait de tout dans son garage, des limousines, des voitures ayant disparu de la circulation des années. Une datait même de 1920. Et pourtant, elle avait l’air flambant neuf. Dans tous les cas, son garage qui se trouvait plus loin était une caverne d’Ali Baba pour des mécaniciens. Sa collection valait des milliards et des milliards de dollars. Pour lui, elle était inestimable d’ailleurs.  Cette voiture allait rejoindre les autres, si Wanda ne la voulait pas. Tony les reprenait de la casse et les modifiait, les améliorait et les laissait flambant neuf alors qu’elles n’étaient qu’un tas de ferrailles. A ce moment, ses mains de meurtriers devenaient des mains d’artistes, elles faisaient d’un rien, une pure merveille.

A ce moment, il était maître de lui-même et laissait libre court à son imagination. Tony n’était jamais aussi libre que quand il bricole, quand il construit, répare. Là, il était en paix avec lui-même. Son esprit de génie faisait des merveilles. Des idées tourbillonnaient, s’entrechoquaient, se modifiaient et s’assemblaient pour n’en former qu’une. Son cerveau de génie en ébullition marchait à vive allure mais bizarrement dans ce genre de moments, cela ne le gênait pas. C’était quand il devait aller s’endormir que cela le dérangeait. Son esprit ne s’arrêtait pas à ce moment, il continuait à lui fournir des idées. Tony était hyperactif, ça tout le monde qui le côtoyait le savait mais les gens ne savaient pas à quel point. Parfois, il ne dormait pas de la nuit, ou il ne dormait que deux ou trois heures avant que son cerveau le réveille pour continuer ce qu’il fait de mieux, construire, réparer, détruire et inventer de nouvelles choses, c’est ainsi qu’il fonctionnait. Parfois l’alcool l’aidait, parfois pas du tout. Ivre, il avait toujours les idées qui tournaient dans sa tête. Il se demandait si un télépathe aurait une migraine rien qu’en l’écoutant penser, réfléchir. Son esprit en ébullition était brillant mais partait dans tous les sens pour des gens peu habitués à son esprit. Hyperactif, il l’était. Trouble de la concentration, sans doute. Il n’arrivait qu’à se concentrer que sur une partie infime, le reste était des idées flottant dans sa tête.  Rien d’autres. Wanda vint à le voir, et cela lui fit plaisir de la voir. Il aimait bien Wanda, elle était calme et semblait avoir besoin de compagnie. Une compagnie que Tony oublie inconsciemment de lui donner. Il s’arrêta de faire ce qu’il était en train de faire mais son esprit continuait à tourner sur la mécanique de la voiture. Il complimenta Wanda et le café parfait qu’elle lui apporta. Il devrait sans doute, regarder un film avec toi.

-Et bien merci à toi, Wanda, d’y avoir pensé, s’enquit-il d’un ton ravi.

Il rebut une gorgée de ce liquide chaud qui lui redonna un regain d’énergie pour mieux travailler, cependant, son intérêt restait avec Wanda, elle devait se sentir désiré ici. Qu’elle devait adorer de vivre ici, sinon, elle allait partir comme les autres. La jeune femme semblait heureuse de vivre ici. Il eut un sourire ravi.

-Je t’en prie, si t’as besoin de quelque chose, tu me dis et je ferais en sorte de t’aider, répondit-il avant de passer sa langue sur ses lèvres, se sentant coupable de la solitude pour la jeune femme. Je suis désolé, Wanda, faut me le dire si tu veux que je passe du temps avec toi, je n’ai pas forcément l’habitude d’avoir des hôtes, d’habitude, je suis tout seul enfin surtout depuis que Pepper n’est plus avec moi. Si tu veux qu’on fasse quelque chose, viens me chercher et on se fait un film et des documentaires. Et oui, ça se dit comme ça, ajouta Tony avec un petit sourire.

Il voulait que Wanda se sente comme chez elle. Qu’elle fasse comme chez elle et qu’elle ne devait pas se gêner. Il termina son café et le posa sur son bureau, en équilibre sur une pile de dossier.

-Hum, je la modifie, je lui change des trucs et l’améliore. Elle sera pour toi, si tu le souhaites, mais pour le moment, elle n’est pas encore passée sous mes doigts, répondit-il en regardant la voiture qui  ne semblait pas être au top de sa forme.

Elle allait l’être. Aucune voiture ne lui résistait. Tony allait en faire un chef-d’œuvre, après tout, c’était un petit génie.



CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Justicier
♠ Emploi : Apprentie Avenger ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Good For You - Tony & Wanda   Ven 8 Juin 2018 - 20:49


► month year, place | quotation
Good for you
Tony & Wanda
Pendant plusieurs jours, certains bruits tout bêtes m'avaient fait peur. Des bruits ou des objets qui me rappelaient trop HYDRA...les bases dans lesquelles j'ai été enfermée trop longtemps, comme certaines portes automatiques qui fonctionnaient de la même manière que celles qui fermaient ma cellule, et qui trop souvent étaient le synonyme de longues heures, voire jours coincée entre quatre murs, à subir leurs plaisirs sadiques comme baisser ou monter la température de la pièce, provoquer des douches d'eau glacée au beau milieu de la nuit ou faire hurler de la musique horrible quand je ne m'y attendais pas... et quand ces portes se sont refermées derrière moi j'ai cru que tout recommençait, que j'étais à nouveau en cage, prisonnière, et que tout ça n'était qu'un piège particulièrement vicieux pour qu'eux aussi, à leur tour, utilisent mes pouvoirs... avant de comprendre que la porte s'ouvrait toute seule si je le lui demandais...en disant simplement ''ouverture". Je me suis retrouvée comme une crétine, à rire et pleurer en même temps et à me trouver la dernière des idiotes... soulagée au fond de voir que le manoir n'était pas une souricière dans laquelle j'étais captive mais juste...une maison. Ma maison.

Malgré tout les robots de Tony, disséminés un peu partout et surgissant parfois au moment où je m'y attendais le moins m'ont aussi fait de belles frayeurs. On croit passer devant quelque chose de normal, de banal, d'habituel, et pourtant d'un coup ça s'anime, ça bouge, et ça fait tout seul ce qu'on s'apprêtait à faire. Combien de fois j'ai hurlé, et manqué d'en détruire un avec mes pouvoirs... c'est aussi pour ça que j'appréhende un peu d'aller dans l'atelier... pas parce que j'ai peur de Tony, mais de ses créations, de toutes les machines qui s'y trouvent et qui sont animées d'une vie propre. Pourtant la curiosité gagne sur ma peur et armée d'un café, je vais rejoindre le maître des lieux. Je frissonne en voyant tous ces robots, tout ce métal, ces étincelles et cette musique qui hurlait fort...trop fort pour moi. Et je souris comme une gamine quand je le vois sincèrement content de mon attention. Enfin sur le coup je ne sais pas ce qui lui fait le plus plaisir, si c'est le café ou moi... mais il sourit, et ça fait longtemps que personne n'a été content de me voir... en tout cas pas avec ce genre de sourire. Je recule un peu après lui avoir donné la tasse, manquant de faire tomber je ne sais quel outil qui trône sur un des établis, et hoche doucement la tête en écoutant sa réponse à ce que je lui ai dit.

Ma gorge se noue à ses mots, et j'inspire profondément pour retenir les larmes qui se bousculent déjà au coin de mes yeux, prêtes à rouler sur mes joues encore fatiguées. C'est tellement gentil... Je hoche doucement la tête et attends un peu de retrouver de l'assurance avant de répondre.

Oui d'accord... c'est juste que je ne veux pas vous embêter... Vous avez tellement de choses à faire, entre travailler ici, gérer les Avengers... c'est normal que vous soyez débordé et avons...non avez pas beaucoup de temps pour autre chose. J'aimerais beaucoup, mais seulement si vous n'avez rien de plus important à faire...d...d'accord?

Je soupire doucement et change de sujet. Personne ne m'a demandé de regarder des films avec lui. Personne n'a voulu passer du temps avec moi juste pour le plaisir, sans arrière pensée, et tout ça me chamboule beaucoup plus que ce que je n'aurais cru. Alors je tourne la tête pour essuyer rapidement mes yeux et retrouve le sourire pour l'entendre m'expliquer de ce qu'il va faire de cette immense voiture sur laquelle il travaille, et dont la moitié des pièces est sur le sol ou sur les établis tout autour de lui. Sauf que je me fige en l'entendant. Enfin non au début je crois que j'ai mal entendu, je crois que je me suis trompée. Il me donne... il veut me donner...une voiture? Vraiment? Une... une voiture? Petite, dans ma communauté, puis ensuite en Sokovie, bien peu de gens avaient des voitures, c'étaient les notables, les gens importants, et même si depuis mon arrivée aux Etats-Unis j'ai bien compris que c'était la norme, avoir une voiture reste toujours pour moi quelque chose de tellement extraordinaire, de rare et de luxueux que je commence à trembler en contemplant cet amas de métal, cet assemblage de tellement de pièces qui bientôt sera à moi. Que bientôt je pourrai conduire, et qui pourra m'emmener où je veux. Ma première vraie chose à moi. Je sens une larme puis deux rouler sur mes joues, et ayant perdu la bataille je reste plantée là à renifler légèrement.

Je... mais non Tony c'est beaucoup trop. Vous pourrez avoir en besoin. Non... en avoir besoin! C'est...c'est trop... c'est beaucoup trop...
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




Pretty In Scarlet
And if you throw a stone on me (I'm pretty in scarlet)
and if you need some pain to see
and if you live your lies (I'm pretty in scarlet)I will run, i will run, i will run, i will run away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Avengers
♠ Classe et nom de code : IRON MAN ♠ Emploi : Avenger & PDG ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Good For You - Tony & Wanda   Sam 25 Aoû 2018 - 22:49


► month year, place | quotation
Good for you
Tony & Wanda
Son atelier était sa maison. Ce bazar immonde était sa maison. C’était là où il se sentait le mieux. Là où, il arrivait à se concentrer. C’était dans ce bazar où ses mains se mettaient à agir d’une manière habile. Etrange homme qu’il était ! Tony avait des villas de rêve, de grands manoirs somptueux avec des parcs aquatiques qui en faisaient rêver plus d’un mais selon lui, une maison aussi sublime soit-elle n’avait aucune valeurs sans un atelier avec ses robots qui s’activaient autour de lui, bipant au rythme de la musique qui résonnait. Depuis qu’il était enfant, il aimait traîner dans les ateliers, là où ses idées impossibles au départ finissent par se réaliser sous ses mains. Enfant, il aimait entrer en douce dans l’atelier de son père, regarder les plans de celui-ci et réfléchir à ceux-ci. Généralement, son père le chassait d’une manière froide, lui hurlant des ordres. Malgré les réprimandes, Tony y retournait. Il aimait avoir des outils de la main, l’odeur d’huile de moteur, voir les objets se créent sous ses yeux et ses mains. Aujourd’hui, pas de grande création, juste une amélioration d’une voiture. Elle prenait forme, peu à peu. Tony prenait rarement de pause, quand il était concentré sur quelque chose, rares étaient les gens qui arrivaient à le dévier. Pepper mais elle devait souvent le toucher pour revenir au monde réel, FRIDAY et maintenant Wanda. Travaillant sur la voiture, il oubliait tout. Il refaisait tout à l’intérieur, du moteur au siège en cuir ainsi que sa sécurité. Il allait mettre des vitres qui s’épaississaient selon la luminosité environnante et l’envie du conducteur, résistant aux balles. Une mesure sécuritaire pour Wanda. Il ne voulait pas qu’elle meure d’une balle perdue ou d’une attaque surprise d’un ennemi. Tony allait mettre toutes les fonctions dans la voiture, passant de la simple climatisation, comme le pilotage par FRIDAY. Tout était fait pour une fluidité de conduite, alliant la modernité au charme vintage de la voiture.

Avec Tony, la mécanique ressemblait à une forme d’art. Tony était nul en dessin mais quand il s’agissait de souder, de monter des pneus, de faire une jolie couleur cuivrée à la voiture, il était le meilleur. La voiture avait un intérieur en cuir mais qui s’adaptait selon la température ambiante de la voiture. S’il faisait une canicule, les sièges restaient assez frais afin d’être confortable, s’il faisait froid, les sièges dégageaient une douce chaleur en attendant que l’intérieur se réchauffe. Il allait mettre un GPS ainsi qu’un tas de petites fonctionnalités. Elle sera donnée quasiment comme neuve alors qu’elle vienne des années 70. Cela sera une chouette voiture que Wanda aura, fluide, sportive, rapide et peu polluante. Il avait changé le moteur pour ça, rajouter un moteur neuf de sa conception avec un élément qui se rapproche de l’électricité, ainsi, elle était peu consommatrice au niveau du carburant. Bref, elle sera magnifique à l’image de la belle sorcière rouge. Tony espérait que cela allait lui plaire, que la voiture la séduira. Mais pour le moment, elle n’était qu’au début de sa transformation. Il était conscient que ce genre de modèle n’était pas vraiment à la mode mais il lui plaisait beaucoup. C’était ce genre de modèle qui avait orné autrefois les garages de Howard Stark. Tony se souvenait même d’avoir cassé une sublime Delorean DMC-12 à son père, Howard avait été que plus cruel en réponse. L’odeur du café et la voix de Wanda le fit sortir de sa concentration. Au moment qu’il ait vu, il avait eu mal au cœur de l’avoir laissé seule en haut avec FRIDAY. Tony travaillait, construisait un meilleur avenir mais il pouvait s’occuper de ses hôtes.

-Tu ne m’embêtes pas du tout et puis, je ne suis pas aussi occupé que ça, je te préviendrais au cas où. Pour le moment, je travaille sur une voiture, c’est que je m’ennuie un peu. Dum-E, You, Butterfinger et Friday ont eu leurs mises à jour, donc je ne fais trop rien à part de bricoler, déclara Tony afin de rassurer la jeune femme.

Tony but une gorgée avant de dire que la voiture serait pour plus tard pour elle. Chassant les mots de la jeune femme d’un revers ennuyé de la main. Personne ne disait non bien longtemps à Tony Stark et Wanda ne sera pas la première. Il eut un soupire en la regardant tout en buvant encore de ce café.

-Je t’en prie, Wanda, t’as jamais vu mon garage mais il est plein à craquer. J’en ai une bleue de celle-ci. Mon garage a beaucoup de voiture dont une datant de 1918, j’en aurais pas besoin et puis ainsi, tu pourras te déplacer librement partout sans avoir Happy dans les bras. Tu verras, elle va te plaire, s’enquit-il. Je l’ai nommée Fonda, ajouta-t-il avec humour.

Tony lui offrit un sourire ravi, espérant la convaincre avec cette phrase, au pire, il lui montrera son garage pour lui faire comprendre que ce n’est qu’une énième voiture parmi tant d’autres.




CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Justicier
♠ Emploi : Apprentie Avenger ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Good For You - Tony & Wanda   Jeu 6 Sep 2018 - 21:48


► month year, place | quotation
Good for you
Tony & Wanda
Ici je suis bien. J'ai l'impression d'être dans un bain d'eau chaude pile à la bonne température, où tout, à part les robots et l'atelier de Tony, respire le calme et la tranquillité. Personne ne hurle et personne ne crie. Il n'y a plus de porte qui me retiens, il n'y a plus de camisole, réelle ou chimique qui m'empêche de bouger ou de penser. Ici, mes seules limites sont les miennes et rien d'autre. Ce que je veux, je peux le faire... et la technologie de Tony aide beaucoup, surtout FRIDAY, à qui je peux poser le millier de questions qui me brûle les lèvres en permanence et à qui je peux commander ce que je veux. D'ailleurs j'aime arrêter le film que je regarde, ou le documentaire, et lui demander de faire monter le plat ou la boisson que les personnages sont en train de déguster pour comprendre et découvrir...

Et tout aussi importante que cet endroit et toutes les merveilles auxquelles j'ai droit, il y a aussi Tony. Son accueil, son simple sourire sans arrière pensée et son ''Bienvenue chez les Avengers'' alors qu'il ne me connaissait pas mais qu'il avait sûrement entendu parler de moi m'avait fait croire qu'ici ça serait différent et ça l'est. Ici je me dis que peut-être j'aurais droit à la rédemption, à vraiment tout recommencer et peut-être pouvoir me racheter, mettre mes dons au service des Avengers et du bien... tenter de ne pas laisser qu'une image de meurtrière derrière moi mais plutôt l'inverse... Et ça commence par des choses aussi simples qu'un café et une leçon de mécanique dans l'atelier, ou une invitation à voir un film. Un pas après l'autre... un battement de coeur à la fois.

Ah oui? Les voitures c'est pour passer le temps alors? Quand vous en avez assez de travailler sur vos projets?

Sauf que là il me coupe le souffle en m'annonçant que la voiture sur laquelle il travaille sera la mienne. La mienne. Ma propre voiture. A moi. A l'entendre c'est trois fois rien et pourtant il n'a aucune idée, mais vraiment aucune de la valeur de ce que ça représente. Il m'offre plus que de la ferraille et des roues... il m'offre la liberté. La liberté d'aller où je veux et de posséder quelque chose qu'on ne viendra plus me retirer. Il m'offre le fait que quelqu'un m'apprécie assez pour se donner tout ce mal... qu'on se préoccupe de moi au point de prendre de son temps libre et précieux pour retaper une voiture et me l'offrir... Evidemment des larmes se mettent à rouler le long de mes joues alors que je l'écoute me raconter l'histoire de ce bolide en particulier, et je ris entre mes larmes quand il me parle de Happy et qu'il me donne son nom. Fonda. Wanda. Presque des soeurs. Je sais que ce n'est rien pour lui mais pour moi... Il n'a pas idée... non...sûrement pas... et si j'essaie de garder une dignité, bien vite je vais simplement le prendre dans mes bras et pose mon front contre son torse. Il sent le métal et l'essence... j'aime cette odeur... et près de lui je me sens rassurée et à ma place...

Sauf que je sens une crise venir. Non... oh non pas maintenant. Non. Je ne veux pas que ce moment parfait soit gâché... un des moments les plus heureux que j'aie connus ces deux dernières années...et même avant. Non... pas maintenant... Pourtant je sens mon coeur s'accélérer, tambouriner plus fort contre ma poitrine et mes doigts se mettre à trembler. Je recule rapidement, pour mettre de la distance entre lui et moi. Je ne veux pas qu'il me voie comme ça, en pleine crise, si misérable et ridicule, à me tordre de douleur sur le carrelage à intervalles réguliers à cause de cette saloperie qu'ils ont mise dans mes veines pendant trop longtemps.

Je... je suis désolée je... je reviens je...

Je tourne les talons à la hâte. Il faut que je sorte pour être loin de son regard, il faut que j'arrive au moins à sortir et une fois dans le couloir... là je serai un peu plus tranquille... Juste... juste encore quelques mètres. Je sens que j'ai de plus en plus de mal à avancer, et je finis par m'appuyer au chambranle de porte avant de finalement pouvoir sortir. Et je m'écroule presque sur le sol alors que les tremblements gagnent mes jambes et mes bras, et que j'essaie tant bien que mal de me rouler en boule pour éviter de me faire mal en cognant quelque part, priant pour que ça passe le plus vite possible.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




Pretty In Scarlet
And if you throw a stone on me (I'm pretty in scarlet)
and if you need some pain to see
and if you live your lies (I'm pretty in scarlet)I will run, i will run, i will run, i will run away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Good For You - Tony & Wanda   
Revenir en haut Aller en bas
 

Good For You - Tony & Wanda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Attend sagement sa bien aimée [PV Wanda]
» Demande d`avatar et signature pour Tony





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Le reste de Los Angeles :: Habitations-