Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

whatever our souls are made of, his and mine are the same (buckynat)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Dark Avengers
♠ Classe et nom de code : Black Widow. ♠ Emploi : Avenger (II), ancienne agent du Shield, ex-espionne du KGB. ♠ Gif :
MessageSujet: whatever our souls are made of, his and mine are the same (buckynat)   Sam 5 Mai 2018 - 23:13
whatever our souls are made of, his and mine are the same
Statut du sujet : Privé ft. Bucky Barnes.
Date du rp : Deux jours après Uprising, chap. II
Météo & moment de la journée : Début de soirée.
Autre : Quelque part dans une planque, en bordure de Los Angeles.





whatever our souls are made of, his and mine are the same
so he shall never know how I love him: and that, not because he’s handsome, but because he’s more myself than I am.  
Deux jours. Ça fait deux jours qu’ils se sont évadé de cette base de l’Hydra, ça fait deux jours qu’ils se sont échoués dans une vieille planque en bordure de Los Angeles. Deux jours passés à simplement panser leurs blessures, à récupérer. Il lui faut encore encaisser le choc, rétablir ce lien autrefois si fort. Peut-être l’était-il encore, sûrement même. C’est une discussion qu’ils devraient avoir, bien sûr, mais Natasha se fait encore violence pour rester fidèle à elle-même et pour tout garder pour elle. Un comportement futile, qui ne fait que retarder des choses qu’on pourrait régler presque simplement. Mais rien ne paraît simple de son point de vue et son attention se repose sur le café qu’elle s’évertue à préparer. Un breuvage des plus salvateurs alors qu’une nuit de sommeil ne faisait que ressasser ses vieux démons, ces vieilles images de ses échecs et fautes, autant passées que présentes. C’est parfaitement le café trop amer, trop fort qui permettait malgré tout de vous tenir éveillé lors de ces missions trop longues et épuisantes. Ou lors de ces moments où rester éveillé vaut bien mieux qu’un sommeil qu’elle redoute.

Elle a laissé l’homme seul dans la petite pièce qui sert de salon, juste quelques secondes. Ça lui semble étrange, après ces trois ans, d’enfin pouvoir évoluer à ses côtés. Elle espère que ça durera, bien sûr. Qu’ils ne seront pas à nouveau séparés. La rousse compte bien y veiller, ne plus l’abandonner, ne plus laisser personne derrière elle. Ni lui, ni la petite. Mindy. Même si elle ne la connaît pas -pas encore, elle sait qu’elle mérite mieux. Peut-être parce qu’elle a vécu quelque chose de similaire et qu’elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour que ça ne se reproduise plus, pour que la Red Room reste un lointain souvenir. Malgré tout, se tenir loin du Shield ou de tout autre soutien les empêche de découvrir quel genre de cocktail foireux Hydra lui avait administré, ça les empêche de traiter ce mal avec efficacité et ce simple fait a le don de frustrer l’espionne. Un soupir lui échappe alors qu’elle se saisit des deux tasses, grimaçant doucement alors qu’il lui faut forcer sur son bras blessé. Si il s’en est sorti, Rumlow paiera pour ça, elle y veillerait personnellement.

Un maigre sourire pointe sur ses lèvres alors qu’elle pose le regard sur lui, s’arrêtant dans l’encadrure de la porte pour l’observer. C’était une belle vision, vraiment. L’une de celle qui vous remet du baume au cœur, qui redonne une once d’espoir. L’envie de s’approcher de lui ne lui manque pas, elle voudrait l’enlacer, se blottir contre lui. Mais la rousse se retient, sur l’instant, elle n’ose pas. Ça ne ferait que retarder une conversation qui aura lieu quoi qu’il se passe. Ses commissures s’étirent un peu plus quand leurs regards se croisent et c’est ce moment qu’elle choisit pour s’avancer, lui offrant l’une des tasses qu’elle vient de préparer. Elle finit par venir s’installer à ses côtés, son épaule valide reposant contre le dossier du sofa, son regard fixé sur James alors qu’elle semble chercher ses mots, peu certaine. « Ce sera quoi la suite ? .. Est-ce que tu comptes rester ? » C’est hypocrite de sa part de poser une telle question. Elle est celle qui était partie la dernière fois, qui avait disparu sans prévenir. Pourtant cette perspective l’inquiète, l’idée qu’il décide de repartir après Hydra l’inquiète d’autant plus. Natasha ne veut pas que trois années s’écoulent à nouveau avant qu’ils puissent se revoir. Elle tient à être quelqu’un de meilleur, à le mériter. Ce serait bancal, forcément, mais l’espionne garde l’intime conviction qu’ensemble, ils pourraient bâtir quelque chose de stable, toujours dans un équilibre précaire, certes, mais ils y parviendraient. Peu importe si ça ne devait durer qu’un temps, ce serait suffisant.
code by bat'phanie




Endure & Survive.
BLACK WIDOW ⧖ And my hands are not clean, maybe they never will be. But they can still carry you home when you need it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Justicier
♠ Classe et nom de code : Winter Soldier ♠ Emploi : Winter Soldier, traqueur d'HYDRA, père au foyer ♠ Gif :
MessageSujet: Re: whatever our souls are made of, his and mine are the same (buckynat)   Ven 22 Juin 2018 - 14:10

whatever our souls are made of, his and mine are the same
Yes I remember everything Natalia. And you were the only good thing in all of it.
Tu regardes tes mains. Tu n’oses rien regarder d’autre alors que tout ton corps est violemment tendu vers tous les sons de la planque où vous vous êtes réfugiés. La planque où tu es incapable de trouver le sommeil, les fantômes incapables de se taire résonnent et ont pris corps dans deux femmes. Le passé et le futur. Ton passé et ton futur. Natasha n’était pas aussi jeune lorsque tu as pris en charge sa formation, à la Red Room, mais les reflets brisés sont faciles à mettre face à face. Tu n’as pas besoin de miroir pour en rapprocher tes propres erreurs. Tu as vécu jusqu’au futur, et le futur est terne et plein de sang et tu n’arrêtes pas de voir Mindy qui n’atteint pas trente ans et si elle atteint un tiers de tes années, sa réputation sera égale à la vôtre et tu as envie de hurler. Mais tu es silencieux.

Tu as remis ton t-shirt sans manches, dont les mailles blanches portent encore les marques des impacts de balles, sous le kevlar que tu portais. La plaie sur ta joue cicatrise bien, ce n’est rien. Tu as l’air en forme, malgré la tension qui prend naissance entre tes omoplates et qui se cristallise en migraine pulsant entre tes sourcils. Tu te sens nu sans ton arsenal, mais cela se travaille. Tu te sens nu et exposé, et on voit ton omoplate droite qui n’a pas vu le soleil et la jointure horrible de ton bras gauche, abîmée et jamais cicatrisée correctement. Tu te sentirais nu en général dans cette tenue, mais pas face à Natasha. Et Mindy, elle n’est pas en état de juger ou de voir ou de proférer autre chose des insanités et des pleurs. Vous avez, tous les trois, besoin de plus que des nuits de repos. Natasha a besoin de soins et de repos. Mindy a besoin de médecins, de drogues de substitutions, de parents et de stabilités. Tu as besoin de repos et de mettre une balle dans ton crâne et d’une nouvelle identité.
Tu n’as certainement pas besoin de nettoyer encore tes armes déjà propres. Pourtant, tu déposes lentement ton revolver sur la table basse pour en prendre un autre sans relever la tête de tes mains. Te tenir prêt. Ils viendraient. Tu fais semblant de ne pas entendre Natasha venir, de ne pas relever la tête et tes mains ne perdent rien de leur habileté mécanique. Bien sûr, tu l’entends se mouvoir, faire le café, et d’observer. C’est bien la seule dont le regard ne te donne pas l’impression d’être un animal relâché en semi-liberté ou un sujet d’expérience sur une table d’opération.

Tu soupires et souffles sans hésitation à sa question « - Si tu me laisses faire. » Est-ce que tu comptais rester ? Tu n’avais nulle part où aller, mais cette absence de direction te plaît, ce vide t’effrayes moins que les coordonnées d’une mission. Vous devez trouver c’est quoi la suite – de la destruction d’Hydra, de trouver quoi faire de Mindy, de vos missions et des prochaines opérations. Et accessoirement, de votre relation. Tu n’as rien d’un lâche Buchanan, et tu accepteras sa décision quoi qu’il arrive. Y compris si elle décide de repartir. Tu finis de remonter le SIG avec claquement de métal entre tes doigts et le canon avant de le reposer calmement sur la table, et ta main sur ta cuisse. Tu tournes lentement les yeux vers la belle rousse blottie dans le coin du canapé. Un sourire vient illuminer tes yeux sans que tu y penses. Natalia. Tu ne peux pas t’empêcher de sourire comme un con lorsque tu affirmes avec un calme impressionnant pour toi, alors que pour une fois, pour toutes les fois où tu la regardes, tes émotions sont à la bonne place. C’est le moment où tu ressens le plus, et celui où tu es dominé par le plus grand des calmes. « - Tu sais que je suis toujours là pour toi. » Et tu ne lui demanderas pas où elle a fui ces trois dernières années si elle ne le souhaite pas, comme tu ne mettras pas sur le tapis tout ce qui s’est passé entre temps et où tu étais.  Comment tu as récupéré la plupart de tes souvenirs et un aperçu de qui tu étais. Comment tu as passé deux ans en Sibérie. Comment tu y as vu un ange et que tu as essayé de mourir. Comment tu ne sais toujours pas comment obtenir ta rédemption dans ce monde ci. Tu passes pensivement ton pouce sur ta lèvre inférieure et tu la fixes. Tu ne comptes pas la quitter de ton regard ou de ton ouïe même si tu sais que l’effort est inutile, si elle veut disparaître, même toi ne pourra retenir le chat. « - La suite de quoi ? Elle, eux, moi ou nous ? »

code by bat'phanie


To know what they did to you, it would break your captain's heart.

My dreams are the worst I've ever had. Images of the Winter Soldier fold in on each other... I see things I forgot happened... Like a door unlocking in my mind... Torture... Slaughter... And training others in their use... So much horror... I wake up vomiting


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Dark Avengers
♠ Classe et nom de code : Black Widow. ♠ Emploi : Avenger (II), ancienne agent du Shield, ex-espionne du KGB. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: whatever our souls are made of, his and mine are the same (buckynat)   Jeu 16 Aoû 2018 - 17:24

whatever our souls are made of, his and mine are the same
so he shall never know how I love him: and that, not because he’s handsome, but because he’s more myself than I am.  

Le café est trop chaud mais t’en bois une gorgée, comme si cette brûlure allait te permettre de garder tes esprits clairs et de rester centrée sur ce qui importe vraiment. Encore faut-il parvenir à définir ce qui importe vraiment, chose qui n’est en rien le cas présentement. Hydra ? Bucky ? Mindy ? Il te faudrait t’infiltrer dans les bases de données du SHIELD pour en apprendre plus sur cette dernière, pour en apprendre plus sur ce qu’elle avait subi. Mais t’as besoin de matériel pour ça. T’as besoin d’une meilleure planque, de nouveaux papiers, pour tout le monde. Sauf que vous ne pouvez pas vous permettre de bouger, pas encore.

Tes prunelles restent posées sur ta tasse, sur le liquide noirâtre à peine entamé alors que tu hoches vaguement la tête, comme si ça ne t’affectait pas tant que ça. Comme si ça n’avait pas grande importance. Si tu es passé maîtresse dans la maîtrise du mensonge, tu restes ta première victime, trop aveugle pour te rendre compte du mal que tu fais. « Je te laisserai faire. Hydra ne pourra rien contre nous tant qu’on restera ensemble. » Tu te maudis intérieurement pour cette réponse. C’est vrai, tu le penses, mais ce n’est pas toute la vérité. Ce n’est pas la seule raison pour laquelle tu veux qu’il reste. Pourquoi ne peux-tu pas simplement être honnête ? Pourquoi ne peux-tu pas simplement lui dire la vérité, lui dire ce que tu penses ? Ne me laisse pas t’abandonner à nouveau. Ne me laisse plus me voiler la face. Ne m’abandonne pas. C’est ce que tu devrais lui dire. Tu ne peux te permettre de laisser les choses traîner, de perdre ce temps précieux dans des mensonges, surtout avec la vie que vous meniez. Du jour au lendemain, avec une simple erreur, l’un de vous pourrait y passer et il n’y a rien que vous pourriez faire pour rattraper ce temps perdu, pour construire un minimum de stabilité. Tu inclines le chef vers l’avant, évitant son regard alors que tu commences à te morfondre, à t’en vouloir aussi, très légèrement, sûrement pas assez pour avoir fuit sans rien dire. Le contexte avait joué mais trois années se sont écoulées depuis. Trois années où tu aurais pu le chercher, faire quelque chose, ne pas l’oublier. Et tu inspires longuement, avant de rajouter quelques mots, d’une voix plus faible, presque timide quand tu redresses ton minois pour te confronter directement à lui. Pas d’esquive, juste cette honnêteté refoulée depuis trop longtemps. « Et aussi parce que j’ai besoin de toi. » C’est un début, tu pourrais faire mieux mais tu as besoin de temps. Probablement de plus de temps que tu as réellement.  

Tu acquiesces et ses mots t’arrachent un sourire sincère, voire même admiratif. Il y a des risques que tu ne pouvais pas prendre à l’époque, lorsqu’Hydra le contrôlait encore. Mais quand lui fonçait pour venir te libérer, tu te contentais de fuir au lieu de l’aider. Tu n’as pas seulement du temps à rattraper avec lui. Il te faut commencer par rattraper ton inaction. « Je le sais très bien. Mais ça n’a pas toujours été mon cas. » Tes lèvres sont toujours étirée mais ton sourire est devenu plus peiné, tu masques ta honte tout comme tu masques la plupart de tes émotions, enfermée dans le déni. Sauf que tu ne tiendras plus longtemps comme ça. Pas en l’ayant à tes côtés. Parce que tu le respectes et que tu lui dois bien trop pour mentir continuellement.

Tu prends ton temps, tu hésites aussi sur tes mots. Cette hésitation ne te caractérise nullement, mais la peur de foirer ce futur déjà plus prometteur t’anime même si tu n’en montres rien. Avec qui d’autre que lui pourrais-tu vraiment pu imaginer ce-dit futur après tout ? C’est une faiblesse que tu es prête accepter. Sûrement parce que tu sais qu’elle serait bien vite comblée par sa présence. Vous êtes complémentaire, vous êtes capable de beaucoup lorsque vous travaillez ensemble. T’as besoin qu’il y ait une suite. Tu sembles soudainement plus déterminée, tu as enfin prit cette décision qui attend depuis des années. « Nous pour commencer. Et elle dans un second temps. Hydra nous laissera peut-être en paix quelques jours, le temps qu’ils se réorganisent, ça nous laisse le temps d’aviser. » C’est maintenant qu’il faudrait frapper, mais tu restes réaliste sur ton état. Peu importe le sérum que tu as reçu, peu importe ton entraînement, peu importe l’état actuel d’Hydra, se lancer dans une mission pour enfoncer encore plus l’organisation serait du suicide, que le Winter Soldier soit à tes côtés ou non. Tes paroles sont réfléchies et tu te rapproches de lui, tu cherches un contact, t’en as besoin.

« On ne pourra jamais repartir sur des bases saines, mais je ne crois pas que ce soit vraiment notre truc, n’est-ce pas ? » Tu t’es penchée en avant pour déposer ta tasse sur la table, et la distance qui vous sépare est minime à présent. Dans un geste qui te paraît beaucoup trop lent, tu étends ton bras pour déposer ta main sur sa cuisse, délicatement. T’as presque peur qu’il ne soit qu’un mirage ou pire, qu’il te repousse et il te faut un moment pour oser le regarder à nouveau, si proche à présent. C’est suffisant pour que tu te rendes compte à quel point il t’a manqué, à quel point tu aimes cet homme aussi. Tu alternes entre ses yeux et ses lèvres mais tu ne t’avances pas plus, te mordillant seulement la lèvre inférieure. « Je crois que c’est à mon tour d’être là pour toi. » Tu en es même certaine et qu’il le veuille ou non, tu seras là.

code by bat'phanie




Endure & Survive.
BLACK WIDOW ⧖ And my hands are not clean, maybe they never will be. But they can still carry you home when you need it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Justicier
♠ Classe et nom de code : Winter Soldier ♠ Emploi : Winter Soldier, traqueur d'HYDRA, père au foyer ♠ Gif :
MessageSujet: Re: whatever our souls are made of, his and mine are the same (buckynat)   Sam 3 Nov 2018 - 18:50

whatever our souls are made of, his and mine are the same
Yes I remember everything Natalia. And you were the only good thing in all of it.
Tu la regardes comme si le soleil se levait dans ses boucles et comme si vous aviez le luxe de vous accorder ces conneries. Ce serait si facile d’y croire. La moitié de ta mémoire est dispersée, rempli de faux mortiers, de souvenirs préfabriqués dont tu n’as nulle mémoire, nulle attache, tu ne sais pas le vrai, le faux, il y a trop d’hommes en toi, tu es mort trop de fois pour t’en rappeler.  Il était une fois un temps où tu ne te souciais pas de ce qui était derrière toi. Tu pourrais refermer cette porte et ne pas t’en préoccuper. La femme que tu aimais était assise à côté de toi, et elle tient sa tasse de café contre elle, les jambes repliées, comme si ce n’était que le matin qui se lève. Comme si ce n’était qu’un quotidien que tu pourrais toucher du bout des doigts et il n’y aurait pas de fine line de tension dans tes épaules, pas de calcul dans son sourire.
Vous contre le reste du monde. L’idée est belle, mais ton sourire se fait plus las, cynique, et tu baisses un instant les yeux sur l’arme reconstituée sur la  table basse. Ce n’est qu’un léger signe de tête pourtant et tu remontes le regard vers elle. ”- Ils nous ont déjà séparés, Nat.”  Il y a l'amertume dans ta bouche, mais cela n’enraye pas ta voix. Ce n’est que la constatation de la réalité. Toi et elle, vous devriez être invincibles. Vous êtes faits pour l’être, et côte à côte, chacun protégeant vos arrières vous êtes une mécanique bien huilée de mort. Il n’y a pas eu besoin de vous concerter, il y a deux jours, pour émerger des ruines de l’enfer. Ensembles.

Tu le sens dans tes muscles tandis que tu pivotes un peu plus pour lui faire face, ramenant l’un de tes genoux sur le canapé, à plat entre vous. Mais il y a une once de peur dans ton regard quand tu la regardes, dans la façon dont tes sourcils se rejoignent presque en douceur au milieu de ton front. Tu n’es pas prêt à la perdre à nouveau. 48 h auparavant, elle te suppliait de ne pas la tuer, convaincue que tu n’étais que le pantin de tes maîtres, que tu étais capable de presser son cou de ta main de métal, jusqu’à l’agonie. Elle ne croyait pas que vous étiez invincibles alors.

Ta main humaine est posée sur ta cuisse et se crispe à peine, témoigne du retour des émotions dans la coquille d’homme que tes moniteurs avaient soigneusement creusé comme une citrouille pour Halloween. Les non-dits font mal, l’implicite ( elle n’a pas toujours été là pour toi ) attisent la tristesse dans ton sourire, et le noeud dans ta gorge. Les coins de tes lèvres vacillent à peine, mais ton sourire patient ne s’efface pas. Tu lui laisses le temps de continuer, comptant les soulèvements de sa poitrine comme un métronome qui t’empêche de compter les minutes sans cauchemar de Mindy ou les pas des voisins au-dessus de vos têtes.

Des bases saines. Tu expires par le nez ton rire, et tu frottes ta cuisses sans réfléchir. Tu ne saurais pas quoi en faire. Des bases saines. Avec votre style de vie ? Cela n’a aucun sens. Vous avez tous les deux du sang sur les mains  et un monstre au creux de la poitrine. L’amour peut naître au milieu d’un charnier, mais le reste ? Tu répliques avec une certaine malice : ”- Nope. Je ne saurais pas quoi en faire.” D’une relation normale, de couple, saine. Il en a envie pourtant. Surtout lorsqu’il la voit posé souplement la tasse sur la table basse, comme si café noir et calibre 9mm allaient de paire. Sa main près de la tienne réchauffe ta cuisse de l’intérieur, ramenant des picotements jusqu’à ton aine. Elle ne te connaît pas plus que tu ne connais toi. Tu ne connais pas toutes les cicatrices de son passé non plus.

Mais il y a certaines choses que tu sais.   “- Tu n’as pas besoin de moi, Natalia.”  Elle serait même mieux lotie sans lui - mais lui a besoin d’elle, pour ne pas fonctionner comme une coquille vide, vidée de repères et d’ancrage. Sans foyer.  ”- Tu pourrais gagner la guerre contre Hydra à toi seule “> L’admiration sincère n’est pas dénuée d’un certain amusement - et tu l’aimes pour ça. Parce qu’elle n’a pas besoin de toi. Tu lève ta main gauche pour prendre en coupe son visage, la seule tendresse que ces doigts ont jamais commis. Tu ne peux pas sentir la douceur de sa peau, le frisson de la mèche que tu écartes. Ce n’est pas juste. Ton pouce métallique se décale pour recouvrir la petite trace de morsure que ses dents ont laissé sur sa lèvre, le sang est un goût familier sous tes doigts, et pourtant. Qu’elle te demande de couvrir ses arrières, tu le feras. Qu’elle te demande de l’aimer et de la chérir par-delà l’amnésie, eh bien… Ta voix se veut si nonchalante qu’elle se brise ”- C’est juste plus facile lorsque tu es là.”

code by bat'phanie


To know what they did to you, it would break your captain's heart.

My dreams are the worst I've ever had. Images of the Winter Soldier fold in on each other... I see things I forgot happened... Like a door unlocking in my mind... Torture... Slaughter... And training others in their use... So much horror... I wake up vomiting


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: whatever our souls are made of, his and mine are the same (buckynat)   
Revenir en haut Aller en bas
 

whatever our souls are made of, his and mine are the same (buckynat)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Asa Made Jugyou chu !
» (m) au choix + aiden (beyond : two souls)
» Made in Asia 8 - Bruxelles
» what didn't kill us made us stronger.
» Augustine Souls





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles-