Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

Les deux râleurs [PV Daisy Johnson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

MessageSujet: Re: Les deux râleurs [PV Daisy Johnson]   Mar 12 Juin 2018 - 17:21
Bien sûr que c’était utile ! Bon ok, elle avait peut-être un peu forcé la dose mais ça n’était pas si grave si on tenait compte du fait que le bâtiment allait être détruit. Les démolisseurs allaient être contents, ils auraient peu de travail pouvant être dangereux à faire et n’auraient qu’à faire du nettoyage ; plus fastidieux et long mais nettement moins dangereux pour eux ou les alentours – vous n’imaginez pas le bordel que c’est avec la sécurité ce genre de choses, surtout dans ce pays ! En plus, respecter rigoureusement à la lettre les consignes de sécurité alors que dans ce monde, y a toujours une merde qui va arriver, c’est chaud et...on s’égare, c’est ça ? Ah bon ok…
Phil, bois moins de café, ta narration finit par ressentir les effets néfastes et excitants de la caféine et ça part en dawa total ; comment les gens peuvent lire quelque chose supposé de sérieux alors que la narration part en steak ?! - ah faut juste que j’arrête de divaguer (vaguer!) … ah d’accord…
On en était où ?!
Ah oui !

Phil grimaça légèrement quand elle appuya là où ça faisait mal ; de manière littérale. Ce n’était pas si douloureux, il avait déjà eu pire – mais ne s’en souvenait pas : n’est-ce pas TAHITI ?! - mais c’était fortement désagréable. Pas aussi désagréable qu’un bouton de moustique tigre – ces enflures – qui a trop gonflé et qu’on a constamment envie de gratter jusqu’à le percer (ce qui est juste dégueulasse) mais à peu près aussi désagréable que de se prendre une balle même si on porte un gilet pare-balles. C’était pas un gilet façon PAYDAY 2 où on se prendre une balle c’est rien – à part des effets sons et lumière dans le casque et sur l’écran – mais bien la réalité : il y avait un impact et ça faisait un peu mal, comme quand on se prend un coup qui va laisser un hématome pendant quelques temps. En fait, c’est comme quand on se prend une balle de golf. Sérieusement, c’est le même effet, dépendant de qui aura envoyé la balle – oui, il est accessoirement possible de mourir de se prendre une telle balle en pleine tête car ça a la même puissance qu’une balle de fusil. Certes, ça dépend de qui mais en moyenne, ça a cette puissance. Aïe.
En tous les cas, Phil acquiesça. Elle avait raison. Il avait eu peur qu’elle ne soit blessée. En termes purement stratégiques liés au SHIELD, elle était un élément très important avec des pouvoirs fortement utiles – et dévastateurs – mais bon sang qu’elle était douée, que ce soit sur le terrain ou non ! - mais dans la tête de la Supernanny du SHIELD, au diable la stratégie de l’organisation qu’il respectait toujours depuis le début : sa fille bordel. On ne touche pas à Daisy Johnson ; à force vous avez compris. Pas touche à la demoiselle ou Coulson va rentrer en mode berserker et, bien qu’il ne soit pas très crédible sur le papier, il a tout de même accès à certaines armes de destruction presque massive du SHIELD. Ça, ça pouvait faire bobo ; de base comme n’importe quelle arme mais bon…
L’Agent s’en alla donc voir s’il allait réellement bien, ce qui était le cas selon le diagnostic et revint plusieurs minutes après, au même moment où Daisy Johnson avait fini d’aider à mettre le bâtiment sous surveillance. Quelques bruits s’y firent entendre, des poutres s’étaient écroulées dans ce qui restait de l’intérieur. Rien de grave en somme. Le médecin qui s’était occupé de l’Agent était venu voir également la jeune femme.


- Votre père va bien, il va juste avoir un bleu pendant quelques jours. Il faudrait qu’il se mette de la crème qu’on peut trouver en pharmacie pour soulager les petites douleurs et les hématomes en général si jamais il a mal. Ah et il faut qu’il boive moins de café et qu’il dorme plus. Il faudrait voir avec son médecin s’il peut lui prescrire des somnifères.

L’Agent, qui n’avait rien demandé au passage, précisons-le, regarda le médecin, légèrement ahuri.
Gros blanc.


- ...ah, ce n’est pas votre père ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
SHIELD
♠ Classe et nom de code : Quake | Skye ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Les deux râleurs [PV Daisy Johnson]   Jeu 12 Juil 2018 - 8:44
We're more than a team.

Elle aurait pu tout bonnement se sentir coupable pour le bâtiment qu’elle venait presque de détruire. Elle s’en voulait, en réalité, mais elle compensait en se disant qu’elle avait fait ça pour Phil. Pourtant, dans sa recherche de de-culpabilisation, il y avait aussi cette agent qui avait été blessée par sa faute. Phil qui avait été blessé par sa faute. Le gamin qui avait peur par sa faute. Autant dire que dans l’esprit de la brune, elle était la grande coupable. Elle avait perdu pieds, elle avait réagis par peur alors qu’il y avait du danger autour d’elle. Son self control habituel l’avait quitté et elle s’en voulait. Comme de la vie qu’elle avait pris une fois arrivé. Alors, au fond, elle voulait retirer le coup de Coulson de sa conscience. S’il n’avait rien, elle pourrait souffler et malgré tout, elle ne voulait pas simplement croire à sa parole, mais aussi à celle d’un médecin.

Elle se tourna vers l’Agent, vers le médecin et laissa un sourire amusé glissé sur ses lèvres. Ils étaient aussi complices que ça ? Ils se ressemblaient ? Après tout le temps passé à deux, ça ne serait pas étonnant, comme le fait qu’on les prenne pour père et fille, ça non plus, ça n’est plus étonnant.  Elle hocha la tête, regardant de temps en temps Coulson avec un air de « Tu vois, j’te l’avais bien dit ! » et se retint de rire à la réaction de l’agent et du médecin.

- Je crois qu’il réagis mal à la prescription : Moins de café. Merci infiniment docteur.

Elle posa sa main sur son bras, se voulant rassurante alors que le visage du médecin semblait contrarié. Il ne savait plus, finalement, s’ils étaient liés par le sang et ne comprenait que peu la réaction de son patient de fortune. Une fois seuls de nouveau, elle se tourna vers son père, le regard sérieux et autoritaire.

- Bon. Tu vas devoir me suivre sans poser de questions et faire ce que je te dis.


Elle voulait parler, elle voulait être dans un endroit où elle se sentirait en paix, elle voulait se verre avec lui, mais aussi, elle voulait qu’il dorme et pour faire un combo spécial, il n’y avait qu’une seule solution. Elle attrapa donc son bras, complice, avec ce sourire revenu et surtout, ne lui laissant absolument pas le choix.

- Tes rapports attendront.


Elle l’amena près de sa moto et lui tendit un casque. Elle ne se sentait pas l’âme d’être une cascadeuse aujourd’hui et l’endroit qu’elle visait n’était pas si loin. Elle grimpa sur sa moto, dépourvue de casque, tout ce que l’on ne doit pas reproduire chez soi, surtout en tant qu’agent du SHIELD, mais elle n’avait qu’un casque et l’avait donné à Coulson. Une fois les deux agents sur la moto, celle-ci démarra au quart de tour pour s’élancer dans la ville, dans les dédales de rues bondés par un monde trop pressé. Il lui fallut à peine 10 minutes pour arriver jusqu’à son appartement –presque- secret. Rares étaient ceux qui savait qu’elle disposait de ce bien immobilier. Elle lui fit un clin d’œil amusé, après avoir remis ses cheveux en place et grimpa jusqu’à chez elle. Comme à l’accoutumée, elle fut accueilli par son berger allemand, heureux de retrouver sa maitresse. Elle se retrouva à genoux près de son animal, le caressant tendrement et récoltant, en riant, les coups de langues de sa bête.

- On va boire ce verre. On va parler. Tu vas me sermonner et après, je partirais. Tu vas rester ici, Spock va te surveiller ou tu vas le surveiller, au choix. Et tu ne sortiras que demain. Je vais couper l’accès aux ordinateurs, puisque tu es ici pour te reposer. Je vais prendre aussi le café tiens !

Elle se releva vers lui, si elle avait été directive jusque là, cette fois, elle le suppliait du regard d’accepter.

- S’il te plait, Phil… Ici c’est un endroit sur et calme, alors… Reste, fais moi plaisir et repose toi au moins la fin de journée et cette nuit… Je t’en prie.

La supplication d’une fille à son père de prendre soin de lui, quoi de plus normal ? Elle n’avait pas vraiment envie de parler, mais elle en avait certainement besoin, de soulager son cœur dans les bras d’un père aimant. Comme ce père qui devait soulager ses tracas auprès de sa fille. On fait parfois tout ce que l’on ne veut pas, mais surtout, ce que l’on doit.



Codage par Libella sur Graphiorum


Everyone needs a family Daisy Quake Johnson;

I never thought I would love someone as I love them. They are my family. My team. My past & my future. I would never leave them.× by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les deux râleurs [PV Daisy Johnson]   Dim 22 Juil 2018 - 12:49
- Je crois qu’il réagis mal à la prescription : Moins de café. Merci infiniment docteur.

L’Agent Coulson aurait beaucoup aimé réagir mais vu son état, ça aurait plutôt donné un « M-mais... » pas très classe et en plus, il était en train de buguer, encore, sur le fait que des tierces personnes les prenaient toujours une fille et son papa travaillant ensemble. Ce qui était très chou mais qui n’était pas vrai. Enfin, pas tant que ça. Enfin, en fait, si. Mais en fait non. Mais en fait ils n’étaient pas de la même famille. Mais quelque part si. Mais quelque part non. Mais on va s’arrêter là parce que vous avez compris depuis le temps. Non, ceci n’est pas du tout une technique de remplissage de la part de la narration.
Mais revenons-en à notre affaire.


- Bon. Tu vas devoir me suivre sans poser de questions et faire ce que je te dis.

Alors, ça aurait été un autre personnage, les pensées auraient été « Je pense que ça sent le roussi ! » - mais ce n’était pas un autre personnage, c’était Coulson. Et il acquiesça sans mot dire. Il avait tout à fait confiance en Daisy. Même s’il était intrigué. Et puis de toute façon, ça aurait été un autre personnage, ce bout d’histoire n’existerait même pas donc la narration fait absolument n’importe quoi. C’est ça de pas prendre assez de caf...non pas taper !...quoique personne ne peut taper la narration donc...ok on s’égare encore.

On en était où déjà ?...ah oui !

PARDON ? Comment ça, les rapports attendront ?! Mais non ! - se disait l’Agent, tout en pensant que l’Agente Peyton s’en occuperait sûrement à sa place pour la plupart d’entre eux parce que c’est ce qu’elle faisait toujours, sachant pertinemment qu’elle finissait constamment par trouver son patron endormi, tard le soir, sur le clavier de son ordinateur. Ce qui lui était un poil inquiétant.

Phil se mit à râler – gentiment – quand Daisy lui tendit le casque. Déjà parce qu’elle n’en avait qu’un et ensuite parce qu’en cas d’accident, elle ne serait pas protégée. Et en tant que « papa » et accessoirement patron de Daisy Johnson – inversez les deux statuts, en fait – il se devait de râler sur ce fait. Même si c’était inutile. D’une part, parce qu’elle était aussi têtue que lui et d’autre part, parce qu’en cas effectif d’accident, elle subirait beaucoup moins de dégâts que lui. C’est qu’il commençait à vieillir le monsieur… Et c’est que c’est qu’un humain aussi. Et ça serait con de mourir parce qu’il ne portait pas de casque. Vous imaginez le truc ? VDM. Un peu moins stupide que les Darwin Awards mais tout de même wtf. Donc, on allait éviter. Déjà que se faire empaler par la lance de Loki, ce qui implique pas mal de choses en soi – et non, aucune référence à quelconque fanfiction yaoi, on se calme ! - c’était assez hardcore, alors finir sur le bitume la tête explosée parce qu’on avait pas mis de casque… oh l’angoisse. Et le facedesk de Maria Hill et le plantage mental de Nick Fury – ou l’inverse, au choix.
Bref…


- On va boire ce verre. On va parler. Tu vas me sermonner et après, je partirais. Tu vas rester ici, Spock va te surveiller ou tu vas le surveiller, au choix. Et tu ne sortiras que demain. Je vais couper l’accès aux ordinateurs, puisque tu es ici pour te reposer. Je vais prendre aussi le café tiens !

- M-mais !

Ce truc serait bientôt un meme. Le café de Coulson, pas touche. Mais elle avait raison, il l’admettait : il devait se reposer. Donc interdiction d’aller sur un ordinateur et de boire du café.

- S’il te plait, Phil… Ici c’est un endroit sur et calme, alors… Reste, fais moi plaisir et repose toi au moins la fin de journée et cette nuit… Je t’en prie.

Il allait répliquer qu’il ne pouvait pas, que des dossiers l’attendaient et… et ce regard…

- Tu as raison. A ce rythme, je vais finir par succomber à cause de la fatigue.

Ce qui serait absolument stupide. On pouvait succomber d’une balle perdue, à la rigueur. Mais de fatigue, c’était un peu idiot.

- On va se surveiller mutuellement avec Spock. dit-il en souriant, en imaginant que les deux allaient se regarder en chien de faïence – aha !

Il lui tendit son téléphone, celui qu’il utilise pour le travail.


- Quitte à ce que je sois privé d’ordinateur et de café, je te laisse ceci également. Ah et si jamais l’Agente Peyton demande ce qu’elle doit faire à propos de l’agent Glen, tu es priée de ne pas aller intimider ce jeune homme. C’est à moi de le faire.

Alors, PNJ numéro je sais plus combien, et autrement appelé agent Glen, est un jeune agent un peu trop enthousiaste envers l’Agente Peyton qui ne sait jamais vraiment comment s’en débarrasser et qui a dû maintes fois se tourner vers l’Agent Coulson. Ah, tout n’était pas rose au sein du SHIELD et cela demeurait, pour certains, une vie quasi lambda de personnel coincé à un bureau. Y avait toujours des couillons.

- Hum...du coup, il te reste du jus de fruits, s’il te plaît ?

Pas de café, sûrement pas de thé et on va éviter l’alcool. Le jus de fruits est alors une excellente alternative. Et puis, ça fera son quota de cinq fruits et légumes par jour. Oui, il essaie de respecter ceci du mieux qu'il le peut, c'est très important pour sa santé. Quoiqu'il abuse du café donc est-ce que ça sert à quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
SHIELD
♠ Classe et nom de code : Quake | Skye ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Les deux râleurs [PV Daisy Johnson]   Mer 5 Sep 2018 - 12:11
[quote="Daisy Johnson"]
We're more than a team.

Elle est surprise quand il cède. Elle ouvre même la bouche de stupéfaction. Comme ça ? Si facilement ? Sans cris ? Sans menace ? Il fallait juste le mettre devant le fait accompli et le supplier ? Si elle avait su, elle l’aurait fait plus tôt. Une chose était pourtant sûre maintenant ; elle le referait sans hésiter. Elle était heureuse et surtout, soulagée. Il était de ceux qu’elle écoutait sans rien dire et c’était pareil. Ils étaient rares, ceux à avoir assez de pouvoir sur Phil Coulson pour le faire stopper. Se savant chanceuse, elle n’allait pas hésiter à l’infantiliser, comme il pouvait le faire avec elle, pour sa santé. Oui, comme il pouvait le faire avec elle, encore, souvent. Toujours, en fait. Elle lui laisse Spock, son appartement, ses secrets, son havre de paix sans crainte aucune. C’est son père, après tout.

Elle est d’autant plus surprise quand il lui donne son téléphone, qu’elle prend aussitôt, avant qu’il ne change d’avis. Le téléphone de l’agent Coulson et tous ses secrets, vous imaginez ? C’est surtout une énième preuve de confiance et de résignation quand à son état physique. Elle le mit dans sa poche intérieure avec un large sourire avant de retirer sa veste, la mettant sur le canapé. Elle se retourne vers lui avec un large sourire.

- Toi, tu te reposes et moi…J’irais le secouer un peu.

Autant dire que si c’est Daisy qui dit qu’elle va secouer quelqu’un, ses pouvoirs ne sont jamais vraiment loin. Parfois, faire peur est une bonne idée. En soit, elle ignore qui fait le plus peur. Elle avec ses pouvoirs et son caractère ou Phil Coulson avec son…En soit Phil Coulson, quoi.

Elle fille dans sa cuisine, et revient quelques minutes après avec deux grands verres de jus de fruits.

- Multivitaminé, ça ne te fera pas de mal, tiens. Tu sais, je vais t’observer, j’ai des caméras, alors si tu ne t’occupes pas de Spock ou que tu ne dors pas, je le saurais.

Est-elle sérieuse ? Y-a-t-il vraiment des caméras ? Regardera-t-elle seulement ? Elle serait prête à tout pour lui, pour s’assurer de sa bonne santé. Elle s’assoit dans le canapé, ramène ses jambes contre elle et son regarde devient rapidement plus fuyant, sa voix tremble.

- C’est l’instant où… Tu vas me sermonner parce qu’on te rapporte souvent mes crises de nerfs, mon self-control qui disparait, mes excès de pouvoirs, mes entrainements bien trop nombreux, trop fatiguant et ce travail que je ne quitte plus beaucoup… ?

Alors qu’avant, elle était la femme forte qui obligeait son père à se reposer, à présent, recroquevillé sur elle-même dans un coin du canapé, les larmes visiblement aux yeux, le regard perdu dans le vide, elle ressemble d’avantage à une bête blessée, à une enfant perdue, qu’à la femme forte qu’elle était. Elle était brisée et savait très bien ce qu’on pouvait penser d’elle en ce moment.

- Tu sais pourquoi… Je… J’arrive pas…

Elle n’arrive pas à le dire. Elle n’a jamais réussi à vraiment en parler avec Fitz, préférant fuir la discussion. Elle n’en a pas plus parlé à Noa, préférant mentir, cacher la vérité. Mais depuis la fin de l’équipe, depuis le départ de Ward… C’est de ça dont elle ne parle jamais et qui fait d’elle un oiseau blessé. Son souci vient d’un seul mot qu’elle n’arrive pas à prononce. Ward. Grant Ward. Il est parti avec son cœur et elle ne s’attendait pas à une telle trahison qu’elle souffre beaucoup plus qu’elle ne le pensait.



Codage par Libella sur Graphiorum


Everyone needs a family Daisy Quake Johnson;

I never thought I would love someone as I love them. They are my family. My team. My past & my future. I would never leave them.× by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les deux râleurs [PV Daisy Johnson]   Ven 30 Nov 2018 - 13:09
Oh oui, pour la forme, il aurait pu s'agacer, crier, menacer... mais déjà ça ne serait plus trop Phil Coulson et surtout, il pensait qu'il avait un peu passé l'âge d'agir comme un gamin. Et ce n'était pas un gamin. Bon ok, sauf si vous lui piquez le dernier goodie Captain America sous ses yeux dans une boutique. Vous ne voulez pas le faire. Vous ne voulez pas non plus le voir dans cette situation.
Et là, l'imagination des lecteurs se barre en cacahuètes, mais pas autant que la narration. Génial.


- Le secouer ? Comment ça ?!

Mais elle était déjà partie dans la cuisine. Il imaginait la scène où elle irait "gentiment" dire à l'agent Glen de se calmer. D'une part, il souriait mais d'autre part, il s'inquiétait. Oh non, pas pour ce garçon couillon ou sa fille. Juste pour l'équipe de ménage qui devrait s'occuper de nettoyer la p... oui bon, vous imaginez. Ah bah quand on se retrouve au SHIELD, vu les situations qu'on peut rencontrer, avoir un bon self-control et une vessie d'acier, ça peut toujours aider. Vraiment. On n'y pense jamais - et c'est jamais montré pour des raisons on ne peut plus logique - mais franchement, c'est utile. Et puis c'est pas comme si pendant une mission on pouvait se permettre d'aller aux toilettes en plein milieu.
Est-ce qu'on est vraiment en train de parler de problèmes de vessie ?!... décidément, la narration est vraiment fatiguée aujourd'hui... oh wait...
On en était où ? Ah oui.

Des caméras... est-ce que ça veut dire que je vais devoir toutes les trouver et les désactiver ? se dit-il avant de partir du principe qu'il s'endormirait sûrement une fois qu'elle serait partie. Il la regarde s'asseoir dans le canapé et il s'assit en face d'elle. Il la laissa parler et se leva pour venir se mettre à côté d'elle. Il n'avait pas touché au jus de fruits et n'y toucherait probablement pas avant un moment. Il fit comme le ferait un père avec sa fille: il la prit d'abord dans ses bras.


- Allez...ça va aller...

Non, il ne la sermonnerait pas; elle avait besoin d'oublier ou de penser à autre chose, c'était normal qu'elle se réfugie dans le travail, les entraînements, etc. Oui, ses crises de nerfs étaient problématiques mais il n'y avait pas eu de morts, seulement quelques blessés qui l'avaient bien cherché.
Non. C'était juste... humain, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les deux râleurs [PV Daisy Johnson]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Les deux râleurs [PV Daisy Johnson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


 Sujets similaires

-
» Skye (Alias Daisy Johnson)
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Nos vos leurs s'accusent
» Deux humoristes virés du poste





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: NY Town-