Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Lun 25 Juin 2018 - 21:46



Gandalf Weed

♪ I will try to fix you ♫
Il y a un moment. Un instant précieux. Suspendu dans le temps. Pas un bruit, juste ma respiration saccadée, une légère brise marine, et le clapotis des vagues. Et il y a ses bras autour de moi, formant un cocon protecteur, pour que je puisse être vraiment moi, à l’abris des regards. Pour qu’un instant je puisse enfin retirer tout ce poids que j’ai sur le cœur. Pour que je retire cette stupide armure que je m’inflige, et qui garde scellé avec moi une douleur qui me ronge sans que je ne le montre. Fini, le beau masque de tous les jours pour déguiser ma peine d’un sourire. Il est tombé, il s’est brisé. Et j’ai l’impression de me noyer maintenant, submergée par autant d’émotions refoulées.
J’arrête de parler, je tâche de respirer entre mes sanglots. Et puis une voix aussi douce et chaude que le fin pelage contre lequel je suis nichée se fait entendre. D’une voix aussi réconfortante que ne peut l’être son odeur de thé et de petit-déjeuner, il tâche de me réconforter. Je ne dis rien, j’écoute simplement.
Je connais l’opinion religieux de mon ami, je sais qu’il n’est pas en train de balancer des banalités pour me faire accepter la mort de mes parents. Ce sont ses intimes convictions. Si je crois en Dieu, de mon côté ? Par moment, j’ai du mal à savoir. Pourquoi tant de malheurs s’il existe une telle conscience suprême ? Mais bon, après tout, le panthéon nordique s’est bien réfugié sur Terre, alors pourquoi pas… Jésus fut peut-être l’un des premiers mutants, qui sait… Au final, ce n’est pas croire ou ne pas croire, c’est surtout une question de foi. Et j’avoue que parfois, ma foi est légèrement ébranlée…
Pour mes parents, j’espère qu’ils sont là où Kurt le pense, qu’ils reposent en paix. Et qu’ils ne m’en veulent pas… Fiers de moi. Je ne sais pas s’ils l’ont vraiment été, ces derniers mois…  Entre mes différents excès et mon déni de deuil…  Elle a bonne mine, l’héroïne, à pleurer comme une petite chose sans défense, effondrée dans les bras de son ami…
Il resserre son étreinte, je renifle et retiens mon souffle pour retenir de nouveaux sanglots. Je sens ses mains caresser mes cheveux ainsi que le haut de mon dos, ce qui m’apaise presque instantanément. La tristesse est là, mais plus le désespoir.  


« Les Héros ne sont pas ceux qui réussissent tout. Ce sont ceux qui gardent espoir, et qui se relèvent toujours. Et chez les X-Men on ne se relève jamais tout seul.»

A croire qu’il est également télépathe… Mais à vrai dire, on se connait depuis si longtemps maintenant, qu’il pourrait très bien m’entendre parler dans mes silences. Il me connait par cœur, et la réciproque est valable… Je ne suis pas encore prête à affronter son regard alors je reste encore contre lui, la joue et l’oreille contre son torse, calant ma respiration sur les battements chaleureux de son cœur. Douce mélodie du bonheur.
Pourquoi l’avoir tenu à l’écart si longtemps ? Je ne sais pas… Je n’étais pas prête à me montrer si vulnérable, à accepter ma douleur, ma faiblesse… Je pensais pouvoir affronter ces épreuves seule. De pouvoir supporter ma solitude. Mais en vérité, je n’en étais pas capable. Au fond, je devais l’attendre…  
Il me propose des solutions, évoque des photos, des souvenirs… Je renifle pour toute réponse, en hochant légèrement la tête pour acquiescer, sans rompre notre étreinte.
Kitty, petite chose fragile. Kitty, petite chose inconsolable.
Oubliée, l’image de la X-Woman héroïque, parce qu’au fond, je suis juste une gamine qui a grandi trop vite.  Sa main vient caresser ma joue et je finis par lever les yeux vers lui, le temps de voir son sourire, puis mon regard se refait fuyant tandis que je me mords la lèvre. Je me sens nulle, je me sens faible mais je me sens bien mieux maintenant que la boîte de Pandore est ouverte.


« Je sais que tu as mal... Terriblement mal et ça te bouffe, ça ne part pas. Tu sais, maintenant quand ça ne va pas, tu viens me le dire, tu viens te réfugier. Tu n'as plus à être seule. »

J’acquiesce en silence, une nouvelle fois. J’ai presque envie de m’excuser. Ce qui n’a aucun sens, sauf pour moi. A qui d’autre à part lui j’aurais pu parler de tout ça ? Il propose alors d’organiser un adieu, une cérémonie pour remplacer les obsèques que mes parents n’auront jamais, et je trouve l’idée tout simplement parfaite. Je n’avais pas songé que cette absence d’adieu, de pouvoir dire au revoir, avait pu rendre mon deuil impossible. Mais maintenant, ça me semble logique. J’acquiesce toujours, en tâchant de retenir mes larmes, chassant les dernières d’un revers de main. Je lui adresse un léger sourire pour lui montrer à quel point l’idée me touche. J’arrive à souffler d’une petite voix :

« Merci… »

Je l’écoute une nouvelle fois en silence, et les larmes montent de nouveau au-fur-et-à-mesure de sa tirade. Il a probablement raison : à force de bouffer du héros dans tous les sens, je me suis collée la pression en oubliant mon côté ‘humain’. Je détourne une nouvelle fois le regard, fermant les yeux dans l’étreinte : j’espère sincèrement qu’il dit vrai, et que ce trou béant dans ma poitrine finira par se refermer, que cette douleur infernale deviendra plus supportable avec le temps.

« Je suis désolé, Kitty. Je n'étais pas là plus tôt. Mais maintenant, je suis là, tout ira bien. »

Je me dégage légèrement de ses bras juste pour me hisser sur la pointe des pieds pour aller déposer un baiser reconnaissant sur sa joue puis retourne me lover contre lui.

« Merci Kurt… Merci d’être là… Et désolée de ne pas avoir… parlé plus tôt… Je pensais que… Je ne sais pas… Je te promets de ne plus agir comme ça à l’avenir. Et je te promets de faire ce qu’il faut pour avancer… »

Nous restons encore un instant l’un contre l’autre puis, afin de lui laisser entendre qu’il avait su retirer un gros poids de mon cœur, je finis par feindre un gémissement, comme si ça me dérangeait alors qu’il s’agissait d’une simple taquinerie :

« Kurt … ? … Tu sens le chien mouillé… »

Je souris et commence à pouffer légèrement de rire.





shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Emploi : Professeur de Dramaturgie et Théologie ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Jeu 28 Juin 2018 - 23:54

Kitty & Kurt
Gandalf Weed
Don't suffer alone
Cette amie, il ont tant partagé et cela ne semble pas prêt de s'arrêter. Ce n'est pas la première fois qu'elle pleure dans ses bras. La vie c'est dur parfois et Kitty a la chance de pouvoir partager ce fardeaux avec un vieil ami qui n'est pas prêt de la laisser tomber. Ses bras se resserrèrent sur son corps, certes légèrement plus petit que la moyenne mais qui a su encaisser beaucoup de choses. Il sait à quel point elle est forte. C'était une habitude pour lui... un câlin, lui transmettre toute son affection et une immense douceur, l'envelopper avec le temps que le chagrin baisse.
Il se rappelait de la première fois où il avait été là pour elle. Cela faisait juste quelques mois qu'elle était arrivé à l'institut et ses parents lui manquaient. Elle était renfermée depuis quelques jours et semblait n'avoir plus rien à faire des arrivées surprises de Kurt, alors qu'avant elle s'énervait et prenait peur. Ils étaient en mission tous les deux, quand après une petite frayeur et une montée d'adrénaline elle vint se serrer contre lui. Cela faisait quelques minutes, alors qu'ils attendaient le Blackbird, que Kurt essayait de voir ce qui n'allait pas. Elle réussit à retrouver le sourire et lui fit un câlin. Une fois de retour à l'institut elle était venu le remercier avant de craquer dans ses bras. Kurt pensait que leur lien s'était formé irrémédiablement ce jour là.

Et plus d'une décennie plus tard rien n'avait changé. Pour pleurer, c'est Kurt les meilleurs bras. Son fin pelage offrait une douceur assez unique. C'était une peau humaine mais avec un petit plus.
Il lui avait parlé du paradis car il savait que Kitty venait d'une famille juive. Si elle n'avait pas perdu encore totalement la foi, elle pourrait l'entendre. Il est normal de désespérer par moment. Ce monde sait se montrer injuste.
Il la serre un peu plus fort quand il la sent sangloter à nouveau. Il ne la lâcherait pour rien au monde. Et elle devait s'en souvenir, surtout aujourd'hui. Oui ils ne sont plus des enfants, mais ils ont toujours autant besoin l'un de l'autre. Oh bien sur Kurt a officiellement le beau rôle. Il montre moins son chagrin, il sait trop bien sourire, il pense trop aux autres avant de penser à lui. Mais, elle sait. Elle a toujours su lire en lui. Il lui suffisait d'un regard un peu moins brillant qu'habituellement et elle le sentait.

Il la gardait dans ses bras, récupérant parfois une mèche de ses cheveux pour les ramener derrière une oreille en douceur. Mais il laissait son visage enfoui contre lui. Il connaissait parfaitement son regard fuyant. Elle était plutôt fière en général. Alors il laissait son visage tranquille, ne l'obligeant pas à le regarder. Il n'avait jamais été vexé par ses refus d'en parler auparavant. On réagit chacun à sa manière. Cela devait être trop tôt. On parlait de ses parents, elle devait sûrement vouloir gérer ça seule. Il respectait son choix. Il souhaitait juste être là au cas où... Au moment où ça n'irait plus, où elle ne tiendrait plus. Il ignorait totalement si cela viendrait ou si elle allait réussir. Mais ses actions dernièrement étaient une belle fuite en avant. Non, Kurt est incapable de la juger. Il est là c'est tout.
Elle pleure encore. SI elle était télépathe elle l'entendrait se dire : Pleure Kitty, pleure autant que tu peux. Ici rien n'a d'importance à part le fait que tu sortes tout ça. Je ne te lâcherai pas.
Ce merci avait une grande valeur à ses yeux. Elle n'était pas obligée, son regard aurait suffit.


-Je suis là pour toi. Tu n'as pas à souffrir seule. Alors dis moi.. à chaque fois. Tu n'as jamais à souffrir seule.

Il la laisse faire et lui offre le sourire le plus doux du monde. En tout cas lui pense qu'il en est capable et elle doit le penser aussi non ? Elle l'a déjà testé ce sourire, moins charmeur que celui qu'il peut offrir à ses compagnes, mais assez doux pour venir caresser votre cœur.
Il l'écoute et tourne la tête de droite à gauche toujours avec le sourire.


-Tu n'as pas d'excuses à me faire pour ça. Tu as fais ce que tu as pu. C'était pas facile. Ne t'en veux pas. Tu n'as pas à t'en vouloir pour quoi que ce soit. Promets moi simplement de prendre soin de toi, ou d'essayer, ou de venir me voir si tu sens que c'est compliqué. Tu n'as pas à être seule. Les amis, c'est fait pour ça. Et... Tu m'as manqué.

Il la garde dans ses bras encore puis hausse un sourcil en l'entendant gémir. Un problème ? C'est possible ça ? Il se recule pour la regarder et essayer de comprendre avant de grimacer, blasé par sa réponse.

-Toi...

Il la prend dans ses bras et se téléporte en hauteur, puis il la jette vers sa droite, se téléporte pour la rattraper et la renvoyer sur le côté. Il joue avec elle telle une balle qu'il se lancerait à lui même avant de replonger dans l'eau avec elle après quelques secondes. Il sort la tête hors de l'eau et quand ils sont calmés, il lui fait signe de venir près de lui. Puis il l'invite à prendre sa respiration. Il s’assoit dans l'eau avec elle, la tête dans la mer, pour profiter de cette sensation, d'être seul au monde, se sentir au calme, laisser les dernières larmes disparaître dans l’océan.
Une fois qu'ils remontent, il la fait revenir vers la serviette et en s'asseyant il lui montre le soleil qui prend sa teinte orangée.


-On va vraiment avoir une journée de vacances paradisiaque. Un coucher de soleil maintenant. Je n'aurais pas pu imaginer partager ça avec quelqu'un d'autre que toi... petit chat. Merci d'être toi aussi toujours là.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Sam 30 Juin 2018 - 22:21



Gandalf Weed

♪Everybody needs a best friend ♫
Je l’écoute attentivement, et ses mots sont comme un sparadrap sur mon cœur. Il avait raison, je n’aurais pas dû essayer de gérer cette situation toute seule. J’aurais dû en parler avec lui. J’’acquiesce : plus jamais, c’est promis. Je pensais pouvoir supporter la solitude, mais en vérité, j’en suis incapable. Il me dit que je lui ai manqué, et mon étreinte est suffisante pour qu’il sache à quel point il m’a lui-même manqué. Malgré tout, je lui réponds :


« Toi aussi, tu m’as manqué, Elfe. »

Et puis voilà que je fais ma petite blague et qu’il grimace… J’ai juste le temps de pouffer de rire, mais déjà il me prend dans ses bras et se téléporte avec moi pour jouer à la balle avant de nous faire tomber tous les deux à l’eau. Nous rions et je lui projette de l’eau au visage. Mais après tout, je l’ai bien mérité… Il me fait signe d’approcher et voilà que l’on se lance dans une séance de méditation sous-marine. Sous l’eau, tout est calme. Plus de tourments. A peine le bruit du courant. J’entends mon cœur battre à mes tempes. Ca fait du bien…
Nous retournons à notre serviette et je m’enroule dans la mienne afin de me sécher. Le soleil est en train de se coucher et Kurt m’invite à l’observer.
Une journée de vacances paradisiaques, c’est bien vrai. On sera passé par de drôles d’épreuves, durant ces 48h, et même si j’en ai oublié la quasi-totalité, ce petit moment secret, rien que tout les deux, lui, je ne l’oublierais jamais. Il me remercie d’être également toujours là et je me sens un peu coupable. J’ai toujours l’impression de ne pas être à la hauteur de l’affection et du soutien qu’il me donne. Je fais glisser ma main jusqu’à la sienne puis, tout en gardant les yeux rivés sur le coucher de soleil, je murmure presque :


« Je serais toujours là pour toi… Même si parfois j’ai l’impression de prendre plus que de donner… »

Je ne connais pas moi-même les limites de notre amitié. Je ferais beaucoup de choses pour Kurt. Et le premier ou la première qui le fera souffrir verra ma main phaser dans son torse pour que j’écrase son cœur. Et je plaisante à peine ! Je repense à ce qu’il m’a dit, dans le bus, pour la sortie scolaire, à propos de lui et d’Amanda. Je me sens subitement nulle, je lui fais toujours confiance, quand il me dit que ça va parce qu’il semble toujours balayer si facilement sa peine. Je me mords la lèvre et fini par dire :

« Des fois, j’ai l’impression de ne pas être à ta hauteur… ça t’arrive de me mentir en disant que ça va ? Genre, par exemple, pour Amanda… ? »







shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Emploi : Professeur de Dramaturgie et Théologie ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Sam 7 Juil 2018 - 21:13

Kitty & Kurt
Gandalf Weed
L'elfe ouvre son coeur
Cela aurait pu paraître bizarre, ce naturel avec lequel leurs doigts s'étaient liés. Et pourtant Kurt, qui avait déjà deux demi sœur pouvait considérer que la jeune femme native de Chicago était sa famille.
La famille était un concept compliqué pour beaucoup de mutants. Souvent, quand les la mutation apparaissait, les adolescents au gêne X se retrouvaient isolés, repoussés ou abandonnés. Kurt connut cela à sa naissance. Son apparence est due à son père et elle lui a valu d'être abandonné par sa mère. Kurt avait trouvé une famille avec les Szardos mais cela n'avait pas empêché la relation entre lui et Amanda. Ils avaient peut-être grandi ensemble mais elle était devenue son premier amour, son grand amour, plus qu'une sœur. Puis il y avait eu l'autre fille de Mystique : Malicia. Une nouvelle demi sœur et le concept de la famille fut encore plus flou. Ils ont appris à se connaître et dans l'absolu ils ne pourront jamais vraiment se faire du mal. Malheureusement ils sont séparés aujourd'hui et n'ont jamais eu un lien très étroit. Ils se sentent proches mais ont du mal à faire vivre ce lien.
Et puis il y a eu Kitty. C'était vite devenu une camarade de mauvais coups, de boutades. Car oui quand on aime trop taquiner celle qui nous taquine le plus on apprend vite à taquiner les autres ensemble. Elle était la meilleure alliée pour ça. Et puis ils se sont ouverts l'un à l'autre. C'est une sorte de famille qu'il s'est choisi. Kitty était devenue une sœur.
Alors oui, partager ces moments avec elle, malgré le chagrin qu'il y avait eu peu avant était assez magique. Après les larmes et les cris, Kitty devait être fatiguée, vidée. Ils avaient à profiter de ces instants comme d'une nouvelle source de souvenirs pour les lier encore plus. Ce moment deviendrai une force.
Il tourne la tête vers elle et lui donne un petit coup du bout de l'index sur son nez.


-Je sais que tu es toujours là quand j'en ai besoin, même si nous sommes éloignés, même si nous sommes occupés, on trouve toujours un moyen... de montrer qu'on est là. Tu trouves toujours un moyen de prouver que tu penses à moi. Tu donnes sans t'en rendre compte. Tu donnes quand je te vois rire avec d'autres, quand tu es heureuse qu'importe si je suis à côté ou non. Tu as déjà tellement donné en me faisant rire, en me montrant ta confiance quand tu venais pleurer ou te plaindre. On se ressemble beaucoup mais on a quelques différences. Je suis un peu moins expressif et il te suffit de peu pour m'apporter beaucoup. Crois moi tu m'as toujours donné plus que tu ne crois.

Il avait posé son regard sur son visage et parlait lentement, avec douceur. Kurt était une âme profondément bonne et douce. Kitty pouvait en profiter assez souvent. Mais là, il prenait le temps de lui dire beaucoup de choses. Le fond de ses yeux s'illuminait de plus en plus. Les reflets du coucher de soleil dans la naissance de ses larmes devaient faire briller son regard. Il termina par un sourire qu'il ne réservait qu'à elle. C'était le plus subtil mélange entre des sentiments profonds, le bonheur et tout les rires qu'ils avaient partagé. Il se frotta rapidement les yeux pour faire disparaître toute trace de sa sensibilité et dit en riant doucement.

-Cette plage nous rend assez sentimental j'ai l'impression.

Il se mit à regarder au loin tout en écoutant sa question. Elle avait le droit de se la poser car lui même pouvait ressentir ce doute. Par contre cette histoire d'être à la hauteur. Elle allait vite reprendre une nouvelle pichenette sur le nez si elle continuait à parler ainsi.

-Je ne suis juste pas toi. On réagit de manière différente dans bien des cas. Et crois moi ma manière de faire n'est pas spécialement meilleure. Toi... tu es toujours toi même, avec tes qualités et tes défauts et c'est ça que j'aime, c'est ainsi que je t'aime. Il n'y a pas à progresser. Je réagis juste à ma manière, je n'en suis pas moins triste. Je crois que si j'ai l'air toujours aussi optimiste c'est parce que j'ai la foi. Je crois que Dieu est bon et comme le monde est son œuvre alors ça s'arrangera toujours, même au plus profond de la vague. Les humains ont le libre arbitre et c'est bien, alors j'ai toujours espoir qu'ils s'améliorent. Et parfois, cette foi m'empêche de voir quand certaines choses doivent être faites. Je sais que parfois j'ai du mal à voir la vérité, à accepter le tragique. Mine de rien si on s'entend bien parmi les X-Men c'est parce qu'on a le même rêve même si on voit les choses un peu différemment. On partage le rêve de Xavier. Et toi, tu vois les choses peut être avec moins de filtre, elles sont plus crues. C'est le mélange de nos visions qui nous permet de nous surpasser et d'affronter tout ce qui s'est dressé et se dressera encore devant nous. Maintenant concernant Amanda... et la plupart de mes anciens problèmes de cœur... Je crois qu'après une histoire arrive une autre encore plus belle. J'ai souvent eu tort mais je continue d'y croire. C'est cet espoir qui me permet de tenir, de prendre les choses avec philosophie. Enlevez moi ça et je m'écroule. Donc non je ne mens pas. Et si je mens ce sera à moi même en premier. C'est plus qu'une relation avec elle et tu le sais. On a grandi ensemble. C'est une de mes meilleurs amies et une sorte de demi sœur où l'amour a prit une forme moins fraternelle. Elle est mon premier amour et on a jamais été en mauvais termes. C'est compliqué comme situation mais ça se gère. On est trop éloigné pour que l'on n'arrive pas à évoluer et passer à autre chose. Si on est amené à vivre ensemble à nouveau un jour il y a des risques pour que ça recommence. On a jamais rompu pour d'autres raisons que la distance. On pourrait décider de changer un peu de vie et rejoindre l'autre mais on ne l'a pas fait et on ne le fera pas pour l'instant. On a fait nos choix. Disons qu'on arrive à être raisonnable, qu'on a réussi à faire en sorte que la passion ne nous fasse pas trop mal. Je crois que j'aurais eu plus de mal à gérer tout ça quand j'avais 15 ans. Aujourd'hui j'ai plus d'expérience et cette relation est bien différente de tout ce que tu as pu vivre. Donc c'est normal qu'on ne réagisse pas vraiment pareil toi et moi quand on repense à nos histoires qui n'ont jamais eu la conclusion espérée au départ. Après... je suis moins démonstratif mais dès que tu me parles tu me fais toujours aller mieux. Parfois j'ai pu minimiser... mais ça fait longtemps que je ne le fais plus. Et je crois qu'inconsciemment tu l'as souvent su. Tu as toujours été présente quand j'en avais le plus besoin même si je ne disais rien de spécial, même si je souriais. Et comme tu étais présente ça allait mieux, alors je n'avais plus besoin de dire que ça n'allait pas car ça n'était plus le cas.

Le soleil s'était couché le temps de son long monologue. La plage s'était également vidée. Ils allaient pouvoir rentrer bientôt. Après plusieurs minutes à finir leur discussion et finir de vider leur cœur , après un nouveau câlin n'appartenant qu'à eux, parce qu'enlacer sa meilleure amie c'est aussi génial que différent d'enlacer un.e amoureux.se , ils finirent de chercher leur dernière cible de leur fête cubaine : le cirque de Serge. Kitty avait raison, ils devaient d 'abord vérifier que sa maison était bonne pour lui. Bien sur il aurait été difficile de le relâcher dans la nature. Il avait sûrement été élevé en captivité et aurait donc beaucoup de mal à survivre seul dans un environnement inconnu. Kurt avait soumis comme idée à Kitty que si le cirque était un mauvais endroit alors ils chercheraient un zoo où ils iraient expliquer pourquoi ce Lama devait fuir son cirque. Enfin, le zoo était l'option la moins pire après le fait de le rendre à son cirque. Si ils pouvaient ils chercheraient un parc naturel pour Serge où il connaîtrait peut être le plaisir des ballades en montagnes.

Après plusieurs recherches Kitty trouva les lieux de leur cambriolage de la veille et ils se présentèrent sur place durant la nuit alors qu'il y avait une représentation sous un chapiteau. Les deux mutants purent profiter de l'occasion pour se rapprocher des cages d'autres animaux et voir comment on s'occupait d'eux. Tout d'abord ils virent un éléphant, sûrement après son numéro, qui était lavé au jet d'eau par une femme rousse. Invisibles dans l'ombre, derrière une petite caravane ils la voyaient désormais nourrir l'animal imposant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Mer 11 Juil 2018 - 17:21



Gandalf Weed

♪ Creepy creepy Circus ? ♫
En effet, j’ai l’impression que cette plage est l’endroit idéal pour les confessions, et nous rend particulièrement sentimentaux… Kurt étant quelqu’un de particulièrement sensible, dans le bon sens du terme évidemment, chaque phrase qu’il prononce rend l’instant encore plus fort. Et comme bien souvent dans notre drôle de duo, c’est souvent lui qui prend la parole, et qui ne la lâche pas. Kurt, ce grand bavard… Il pouvait trouver les mots justes pour lui comme pour moi… En tout cas, je sens que les choses ont changé. Je me sens plus prête que jamais pour enfin avancer. Maintenant que mon problème est clairement identifié, maintenant que j’arrête de faire l’autruche…

Et en parlant d’animaux foires, nous avions justement un cirque à trouver pour aider notre ami Serge. Alors tandis que je prends mon téléphone pour commencer à glaner des infos sur le cirque et l’endroit où l’on pourrait le trouver, j’en profite pour une nouvelle fois remercier mon meilleur ami d’être si parfait. Je ne mets pas longtemps à trouver l’emplacement actuel du cirque, et à vrai dire, on aurait pu trouver sans le smartphone car quand nous nous rendons compte sur la route à quel point il y a énormément de flyers, affiches et même une voiture rouge surmontée de speakers scandant une publicité pour le cirque. Nous ne tardons donc pas à arriver là-bas, alors que la nuit est tombée. Une représentation a lieu sous le chapiteau, alors on en profite pour visiter un peu les lieux. On se retrouve vite tapis dans l’ombre à observer une femme en train de soigner un éléphant. Sceptique – ou de mauvaise foi – j’annonce à l’Elfe qui m’accompagne, en chuchotant :


« Ca ne veut rien dire… Il nous faut plus de réponses. Attends… »

Nous sommes cachés derrière une caravane, j’en profite pour utiliser mon intangibilité pour phaser au travers, pénétrant dans la caravane comme tout à l’heure dans l’océan, comme si toute cette matière n’avait été que de l’eau. Néanmoins, je le fais en toute discrétion : ça serait bête de se faire prendre la main dans le sac, si quelqu’un se trouvait dans la caravane. J’arrive dans un petit compartiment servant de chambre à coucher, dont la porte est légèrement entrouverte. Un filet de lumière s’en échappe, indiquant la présence de quelqu’un dans la partie « à vivre » de la caravane. J’entends deux hommes discuter. Alors je retourne à l’extérieur et attrape vivement Kurt pout le ramener avec moi à l’intérieur, en pressant mon index sur mes lèvres pour lui intimer le silence. Nous arrivons à temps pour entendre une partie intéressante de la conversation.

« …sûr que c’est un coup de Lestrange et de ses bêtes de foire ! »

« Enfin, Amadeus, pourquoi diable volerait-il un lama ? Il a des créatures autrement plus extraordinaires dans sa troupe ! »

« Aaaah ne commence pas à parler de lui comme si c’était une merveille vivante ! Ce n’est pas un cirque, c’est une hérésie ! Et ce n’est pas UN lama, c’est l’emblème de notre cirque, Marcus ! Fernando, c’est plus qu’un lama ! C’est notre vedette ! C’est l’âme de ce cirque ! Nous le prendre c’est une déclaration de guerre, je te le dis ! »

Je tourne la tête vers Kurt et fait la moue en soufflant à voix basse :


« Fernando ? Mais c’est tout naze, Serge c’est bien mieux… C’est quoi ce Cirque de Lestrange, ça ne m’est pas inconnu, il y avait une affiche en ville je crois… Je crois qu’on va déclarer une guerre de cirque avec nos bêtises…»





shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Emploi : Professeur de Dramaturgie et Théologie ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Mar 17 Juil 2018 - 22:01
Kurt pouvait guider son amie même sans connaître les lieux. Les cirques avaient une organisation assez similaire même en étant différents. Kurt avait grandit dans l'un d'eux alors les cages à animaux, il savait reconnaître quand elles portaient des signes de bon traitement ou non. Il lui était aussi facile de conseiller une caravane à Kitty plutôt qu'une autre. En tout cas ils voyaient de loin une femme s'occuper d'un éléphant. Il souriait car ce genre de souvenir lui rappelait beaucoup de choses. Il avait vu la scène tant de fois durant sa jeunesse.
Kitty n'était pas convaincue et Kurt lui fit signe qu'il était d'accord. Ils cherchèrent alors dans les appartements mobiles non loin de là. Kurt laissait Kitty entrer et ressortir des caravanes après avoir vérifié qu'il n'y avait pas de lumière à l'intérieur. D'ailleurs Kurt l'accompagne et ils trouvent une petite pièce donnant sur une autre allumée. Ils entendent une discussion. Kurt grimace car ses souvenirs de cirque ne sont pas tous merveilleux. Il a connu, peu avant de rejoindre les x-men, un cirque où les mutants étaient les stars et bien qu'ils en soient les stars ce cirque ne leur offrait pas le moindre respect. Kurt se rappelait de sa cage, des brimades, de la pression pour qu'il fasse ce que l'on attende de lui et surtout les insultes. Alors quand il entendit certains mots il se mit à grimacer et tapota le bras de Kitty. Il lui fit signe que quelque chose n'allait pas. Le nom de Serge ou Fernando n'était plus vraiment le plus important à ses yeux.


-Désolé mais c'est pas à nous de juger le nom qu'on choisi ses... parents... Mais je crois qu'ils le respectent bien leur Lama.

L'idée de guerre des cirques pouvait avoir de quoi faire sourire. C'était un miliu où on pouvait facilement être amené à connaître ses concurrents. Kurt n'avait jamais été dans ce type de guéguerre, en même temps personne ne pouvait lui arriver à la cheville. Et bien que le danger pour les cirques soit assez réduit dans cette guerre, ce n'était jamais bon que les rapports se détériorent.

-Ne t'inquiète pas. En revoyant Fernando ils verront bien que ce n'était pas un coup des autres, sinon ils ne l'auraient pas rendu si vite. Par contre oui ils vont pas se faire des câlins de si tôt.

-Et moi je te dis qu'il vaut mieux pas s'en prendre à Lestrange, il ne me dit rien qui vaille ce mec. Il est bizarre, il me fiche la trouille ouaip. C'est pas normal que tout ces monstres bossent pour lui.

Kurt fit signe d'écouter à Kitty. « Bêtes de foire, monstres » ce sont des synonymes un peu trop utilisés pour parler de mutants. Et oui ces derniers avaient souvent eu leur place dans les cirques et les foires dès l'apparition des premières mutations. Cela permettait à certains de vivre presque normalement. Le Freak Show comme parfois on l'appelait.

-Donc ce Lestrange emploie des mutants ? Je crois qu'on devrait se renseigner sur lui avant de partir.

Kitty pouvait voir le visage fermé de son ami. Tout cela ne lui plaisait pas. Mais d'abord il fallait libérer Serge. Alors ils revinrent à l'extérieur et ils restèrent encore dans l'ombre. Eux qui avaient l'habitude des missions vraiment dangereuses et qui savaient se faire discret, on pouvait dire que là ils s'amusaient, en passant d'ombre en ombre, cherchant des coins d'observations tranquilles et discrets. Finalement ils virent une scène d'affection entre deux fauves et leur dompteur. Ça restait un cirque et non un parc naturel, mais les animaux semblaient être plutôt bien traités.


-Je crois qu'on peut leur rendre Sergeando. On a pas le droit de leur voler si on a pas de plainte contre eux à déposer. Il serait mieux dans un parc naturel ou dans son pays mais bon... Je pense qu'on devrait rentrer le récupérer et le ramener.

Un peu plus tard et quelques téléportations ils se retrouvaient dans le hall de l'hôtel. Kurt montra différents prospectus qui traînaient ici ou là dans le hall. Il y en avait sur le cirque de Serge et d'autres sur une autre cirque. Cela semblait être la compagnie de Lestrange et chose intéressante il y avait un planning de la tournée. Ils allaient partir de Cuba le lendemain et allaient ensuite se promener dans le sud des états unis durant tout l'été. Kurt montra à son amie qu'il allait venirs à eux, à Los Angeles d'ici quelques semaines.

-Ah mon avis on devrait aller les voir... Vérifier qu'aucun des nôtres n'a de soucis.

Une voix vint les perturber.

-Mes amis ! Je viens retrouver mon lit comme promis.

Kurt soupire en reconnaissant la voix de Gambit. Il se la joue mielleux, il veut juste profiter des deux mutants et préfère ne pas énerver la jeune femme comme dans l'après midi. Du coup il ne fera pas de scandale par rapport à la baffe et aux talents d'actrice de Kitty.

Le temps qu'il arrive Kurt lui murmura :


-Je vais prendre Serge et nos dernières affaires. Je te retrouve en bas, derrière l’hôtel dans le jardin dans  minutes, fais le patienter un peu. Et offre lui son... bordel de rêve.

Il fait un signe de main à Gambit et se téléporte dans la chambre alors que la réception est encore vide.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Mer 26 Sep 2018 - 23:54



Gandalf Weed

♪ Creepy creepy Circus ? ♫
Je comprends pourquoi cette histoire inquiète de plus en plus mon ami : je connais son passé, j’imagine bien ce qu’il a pu subir lorsqu’il était captif dans son cirque, avant de rejoindre les x-men. Il m’en a déjà parlé, et cette histoire déclenchait toujours un raz de marée d’émotions en moi. Déjà parce que l’idée d’imaginer mon meilleur ami souffrir m’est intolérable, ensuite parce que ma foi en l’humanité s’amenuiserait beaucoup trop. J’acquiesce légèrement bien que l’idée ne me plaise pas spécialement. Non pas que je doute de notre binôme, mais j’ai peur que Kurt se montre trop imprudent, emporté par ses émotions. Et ça m’inquiète. L’idée que ça puisse déraper encore plus que ça ne l’a déjà fait ne me rassure pas vraiment.
Malgré tout, Kurt resta concentré sur notre enquête. Il fallait se rendre à l’évidence : ce cirque ne représentait aucun danger pour Serge ou Fernando. Ou comme l’avait si habilement trouvé Kurt, Sergeando. Ce n’était pas le paradis pour un lama, mais il fallait avouer que ça n’était pas non plus l’enfer. J’approuve donc, même si je reste pensive quant à ce Cirque de Lestrange. J’ai un mauvais présentiment, une boule dans le ventre que je n’avais pas plus tôt. De l’appréhension ? Je ne sais pas, j’ai l’impression que cette histoire va mal tourner.
Nous reprenons cependant la route pour l’hôtel, ou plutôt nous y arrivons après quelques téléportations. Dans le hall, on tombe sur quelques prospectus, et l’un d’eux semble être celui du Cirque de Lestrange. En vedette, une sirène accompagnée d’autres « créatures extraordinaires », annonce la petite affiche. Cela confirme les peurs de Kurt. Je jette un coup d’œil à mon ami et je vois qu’il a lui-même le prospectus dans les mains. Je retiens mon souffle quand il m’indique la présence du planning des tournées, et, quel hasard, à Los Angeles. Bon, au moins, ça nous laissera le temps de nous préparer, et de surtout préparer une équipe d’intervention au cas où.
Je soupire doucement parce qu’il a raison et ça me désole que des choses comme ça arrive encore. Personne n’a jamais attrapé Tony Stark et Bruce Banner pour monter un spectacle… Quoique, ça peut se comprendre. Parce que le premier est un numéro a lui seul et le second est a manipuler avec précautions. Je pose une main amicale sur l’épaule de Kurt et lui souffle :


« Je suis d’accord, mais on doit d’abord en parler au reste de l’équipe, au cas où… On ne sait jamais… »

Une voix s’élève derrière nous et Gambit fait son entrée. Je m’attends à ce qu’il me fasse une petite crise par rapport à mon scandale de plus tôt, mais étonnamment, il n’en fait pas mention. A croire qu’il craint que ça ne recommence. J’acquiesce à ce que Kurt me dit tandis qu’il se téléporte dans la chambre. J’adresse un large sourire au cajun qui semble se méfier, se demandant visiblement où a bien pu filer Kurt.

« Il est parti chercher nos affaires, on préfère te laisser l’intimité de la suite. On va aller régulariser le changement de ‘locataire’ de la chambre, tu sais le service de sécurité ici pourrait t’expulser si tu ne corresponds pas à la fiche client. »

Je l’amène donc jusqu’au comptoir, et je remplis la fiche pour Gambit, tandis qu’il profite de la vue – une hôtesse d’accueil qui me sert de diversion- et j’en profite pour glisser à mon interlocuteur que la note passait au nouveau locataire. Il acquiesce et me rend la clé que je vais donner à Gambit :

« Et voilà, c’est officiel : te voilà détenteur de la clé de notre suite. Tout est réglé avec le personnel de l’hôtel… Je te laisse rejoindre ta chambre, ça me fendrait littéralement le cœur de refoutre un pied là-bas sachant que ça sera toi qui en profitera. Bon séjour… »

Je file rejoindre Kurt au lieu de rendez-vous et lui adresse un sourire carnassier : si je prends plaisir de la situation ? Absolument !

« On ferait bien de filer vite, avant qu’il ne découvre la note transférée à son nom… »






shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Emploi : Professeur de Dramaturgie et Théologie ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Mar 2 Oct 2018 - 21:08
Kitty & Kurt
Gandalf Weed
Lebeau...Drama
En parler au reste de l'équipe ? Kurt la regarde un peu étonné. Bien sur qu'il en glissera un mot ou deux mais... Ils ont déjà affronté Magneto, ils ont montré qu'ils étaient tout aussi capable que les Avengers pour régler des menaces cosmiques. Alors pour attaquer un cirque … Non vraiment une ou deux personnes entraînées devraient suffire.

-Bah... Bien sur que j'en parlerai. Mais je doute qu'on aura besoin de monter une grande opération pour ça. On a pas trop d'inquiétude à avoir. J'espère juste qu'il ne sera pas trop tard d'ici là.

Oui Kurt était inquiet mais semblait ne pas prendre au sérieux ce Lestrange. La peur pouvait rendre docile n'importe qui (bon en oubliant Logan et d'autres héros). Lestrange avait surement fait pression sur de jeunes mutants perdus et qui étaient sûrement rejetés ailleurs. Bref, ils n'avaient pas eu d'autre choix et aujourd'hui ils devaient certainement ignorer qu'une autre vie leur était possible.

La discussion fut précipitamment coupée par Gambit. Kurt fila alors. Dans la chambre, sa vivacité d'esprit lui permit de vérifier l'état de Sergeando, puis de l'entrée de la chambre histoire qu'il ne se doute de rien. Bon il y aurait l'odeur... Et puis le balcon, là c'était parfait...Oh non il manquait une petite touche... Kurt plaça un transat au dessus du dernier cadeau du lama. Gambit pourrait tomber dessus au dernier moment. Roooh c'est mal fuzzy elfe, mais il avait le sourire.
Puis d'un bond dans la chambre il vérifia que le lit était fait, qu'ils n'avaient rien laissé. Seulement quelques jetons traînaient dans la fontaine. Ce serait une manière de se faire pardonner, un peu... Ce sera une surprise qui devrait le faire revenir furax l'institut de Los Angeles dans les prochaines semaines. Kurt se mit à siffloter une petite chanson dans son coin.
Spoiler:
 

Une main sur le pelage et Kurt se téléporte avec l'alpaga. Ils sont dans le jardin de l'hôtel et ils attendent sagement Kitty. La voilà qui débarque et il ne faut pas longtemps pour qu'ils explosent de rire sous le regard amusé du lama. L'elfe lui fait un rapide résumé de la situation et des pièges qui l'attendent.


« Tu verrais le salon... Ca se voit pas depuis l'entrée. Comme le balcon est ouvert l'odeur ne devient horrible que si on fait quelques pas dans la chambre. Le bar est presque vide... je crois que sa boisson préférée a été remplacée par l'urine de Sergeando. Oui je suis pire qu'un sale gosse. Mais il a un peu abusé tout à l'heure. Et puis on a déjà fait pire ces dernières 24 heures... Alors autant rester ingérable mais s'amuser un peu cette fois, sans être drogués. »


D'ailleurs la lumière de leur suite s'allume à quelques étages de là. Kurt prend la main de Kitty et il téléporte le petit groupe quand un cri se fait soudainement entendre en écho .
Ils réapparaissent non loin du cirque dans une petite rue calme que Kurt avait vu plus tôt dans la journée. Il prit soin du lama qui était toujours un peu perturbé après chaque saut.


« Nous revoilà près des adieux. Je vais vérifier que la voie est libre et je nous téléporte près de sa cage. »

Il disparaît à nouveau, seul cette fois et laisse ses deux amis seuls pendant deux petites minutes. EN revenant il regarde Kitty près de Serge. Son regard semble attendri par l'image. Il sort son portable et l'invite à prendre la pause. Puis il se rapproche et un dernier selfie avec Sergeando. Kurt l'embrasse dans l'encolure.

-La plupart semblent dormir. Sa cage est toujours dans un petit recoin des caravanes. C'est sûrement pour ça qu'on a trouvé facile de l'enlever l'autre soir. Il n'y a pas beaucoup de lumière et la cage est fermée.


Il finit par remettre sa main dans son pelage et de toucher le bras de son amie. Les voilà en plein milieu du cirque.
En effet il n'y a plus tant de bruit et l'obscurité les protège en grande partie. Les voilà face à la cage, le moment fatidique ou Kitty devra traverser les barreaux avec lui pour le laisser derrière elle. Kurt va vérifier qu'il aura de la nourriture pour la nuit ainsi que de l'eau. Ca a l'air bon. Il fait donc signe à Kitty de le faire et il lui prend la main pour qu'ils rentrent tous ensemble dans cette grande cage, la maison de Sergeando. Elle est plutôt douillette, avec le sol recouvert de foin dont un coin assez rembourré pour servir de lit à leur ami.


-C'est certes pas les montagnes des Andes... Mais peut-être qu'il ne les a jamais connu et qu'il est né en captivité. Ici il doit avoir ses repères.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Sam 20 Oct 2018 - 21:31



Gandalf Weed

♪ Goodbye ♫
Je ne sais pas pourquoi je fais une telle fixation sur ce cirque, je ne sais pas pourquoi je réagis comme ça, et même Kurt semble surpris par tant de précautions. On a déjà fait bien pire. Mais j'ai comme un mauvais préssentiment. Je ne veux pas froisser mon ami, alors je me contente de répondre par un bref :


« Hum.»

Pourquoi je réagis comme ça ? J'ai soigneusement évité de relancer la conversation, parce que je n'ai pas envie que l'on revienne là-dessus. Je n'ai pas envie d'avoir à expliquer pourquoi ça me tient tant à coeur qu'il reste loin d'un cirque, et surtout d'un malade qui exploite des mutants. J'ai suffisamment chialé sur la plage, tout à l'heure, pas envie d'avoir à expliquer que Kurt est sans doute ce qu'il me reste de plus cher en vie, aujourd'hui...
Enfin bref, je l'écoute et réponds simplement par un sourire quand il me décrit le champ de guerre que nous avons laissé à Gambit : il se souviendra sûrement de la note astronomique qu'il devra régler...
Nous nous téléportons, alors que du bout des doigts je caresse la fourrure duveteuse du lama. Après plusieurs bonds, nous arrivons au cirque :


« Nous revoilà près des adieux. Je vais vérifier que la voie est libre et je nous téléporte près de sa cage. »

J'acquiesce silencieusement et pose un genou à terre, pour me mettre à la hauteur de Serge... Je refuse de l'appeler Fernando. Je le caresse doucement, mais ça lui est simplement égal, j'ai même l'impression qu'il reconnait son monde puisqu'il cherche à regarder par-dessus mon épaule. Moi qui pensais que ce serait des adieux déchirants... Tu parles, c'est juste unilatéral.

« Mouais... Tu vas me manquer, Serge, même si toi tu t'en fiches... Prends soin de toi, ne te laisse pas exploiter...»

Kurt revient et nous faisons quelques photos souvenirs avec Serge, puis le moment du véritable au revoir arrive après que Serge ait retrouvé sa place dans sa cage. Une dernière caresse, un dernier mot doux.

« C'est certes pas les montagnes des Andes... Mais peut-être qu'il ne les a jamais connu et qu'il est né en captivité. Ici il doit avoir ses repères.»

Mes doigts cherchent à tâtons ceux de mon ami pour s'y nicher avec réconfort.

« Peut-être mais... Il devrait avoir le choix, plutôt que d'être exploité. Et si on venait tout simplement de le remettre dans la gueule du loup ? »

Vu comme mes doigts s'agrippent un peu plus à ceux de Kurt, il doit sûrement pouvoir deviner que là, il n'est plus vraiment question de Serge, mais plutôt de lui qui retournerait dans un cirque...





shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Emploi : Professeur de Dramaturgie et Théologie ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   Lun 22 Oct 2018 - 23:57
Les adieux ce n'est jamais simple. Kitty peut avoir l'air de ne pas être sérieuse ou d'attirer pas mal de péripéties. Certains la trouveraient même assez immature. Et pourtant, si ils savaient.
Kurt la regardait faire ses adieux à Serge, lui donner encore un peu d'amour avant que leurs chemins ne se séparent pour toujours. Cet animal avait partagé les dernières aventures des deux mutants, leurs dernières heures. Il était le troisième larron de cette virée surprise dans les caraïbes. Il était lui aussi victime de leur bêtise, ou plutôt de ce qu'ils avaient pris, cette drogue dont ils ignoraient encore le plus important. Trois victimes de l'inconnu, alors ils avaient fait front ensemble dans la bonne humeur.
Kitty s'était sûrement sentie responsable, car elle se sent toujours responsable. Kurt l'avait vu arriver à l'institut comme la plus jeune élève jamais inscrite chez Xavier. Elle était entourée d'X-Men, de héros, de jeunes adultes, de rêves et d'espoirs. Alors oui Kitty a grandit et elle s'est nourrie de cet espoir, elle s'en est servie comme d'un carburant et depuis elle n'a jamais rien lâché. Kitty n'est pas immature, elle vit à fond les choses. Et avec Serge elle se sentait pleinement responsable. Elle ne voulait pas prendre le risque qu'un nouveau malheur ne lui arrive. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour qu'elle donne beaucoup d'amour à Serge.


Voilà qui est Kitty aux yeux de Kurt. Elle portait bien son premier nom de code : Etincelle. C'est une petite flamme tout sourire qui est devenue un des piliers de l'institut. Pour Kurt elle est même une des plus grandes réussites de Xavier.
Il l'écoutait alors qu'il avait ses doigts encore dans le pelage du lama. Il termina sa phrase à l'alpaga.


-... Et J'espère que l'on ne t'a pas trop effrayé. J'espère aussi que tout ira bien pour toi mein freund. Si on avait été sur que tu pouvais te débrouiller à l'état sauvage on t'aurais emmené ailleurs... Oui tu as l'air heureux de retrouver ta nourriture habituelle... Bon on ne t'embête pas plus longtemps alors. Au revoir Serge.

Il recula hors de la cage tandis que Kitty devait phaser. D'ailleurs ses dernières paroles avaient un goût un peu amer. Pas seulement la tristesse qu'il aurait pu y avoir si elle parlait de Serge. La pression sur sa peau lui fit tourner la tête. Ses yeux dorés semblaient vouloir lire les pensées de la jeune femme. D'abord en pleine réflexion, son visage laissa un sourire prendre place sur ses lèvres.

-Tu sais, parfois il suffit d'un peu de malchance pour finir avec un collier autour du coup. Ensuite la peur, l'habitude font qu'on se résigne. Et puis il y a l'expérience, et les amitiés que l'on se crée. Les gens rencontrés apportent beaucoup dans les moments difficiles. Et le loup, avec de l'expérience na plus une gueule si menaçante. On sait qu'il peut mordre, mais on connaît les risques et on sait comment les éviter ou se défendre.

Ils marchaient à l'extérieur du cirque dans un calme total. Sa voix était basse et douce. Ils s'assirent sur un banc.

-Et puis je ne peux pas oublier que la dernière fois on m'a manipulé et fait de moi un pantin. J'ai failli tuer quelqu'un. La prochaine fois ça pourrait être l'un de vous, alors non je ne suis pas prêt à courir le risque. Maintenant si on a des mutants à aider, je sais que tu seras la première à risquer ta vie pour eux. Mais on ne sera pas seuls, on sera une pleine équipe d'X-Men.


Il la regardait avec douceur, comme pour la rassurer.

-Tu me connais mais tu sais aussi que généralement je réfléchis avant d'agir. Le panache certes, sabre au clair, mais pas sans faire un minimum attention.
Le cirque c'est mon enfance, ma famille avant tout. C'est pas une mauvaise expérience qui va me faire détester cette ancienne vie. Mais c'est clairement une ancienne vie pour moi. Ce qu'on fait à l'Institut, ça compte, on doit rendre réel un rêve de paix pour tous les humains. Tu sais que pour ça, pour nos idéaux on risquera encore nos vies. Mais ça ne sera pas gratuitement. Je ne compte pas t'abandonner. Je n'abandonne pas ma famille.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Gandalf Weed - La Havane, Cuba [Pv Kurt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3


 Sujets similaires

-
» Gandalf pour 4ème GMoH
» L’enseignement supérieur à Cuba et la Nouvelle Université (de Leslie Yañez, vice
» Cuba et Haïti, une histoire entremêlée
» Jamaica and Cuba: Before and after Fidel
» Haiti en Marche: Pourquoi ne pas relâcher Cuba qui n'est plus une menace?





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Les mondes connus :: Le reste du monde-