Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

R.I.P, Old Friend - PV Jean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Mer 6 Juin 2018 - 16:22
R.I.P, Old Friend
Statut du sujet : Privé ft. Jean Grey
Date du rp : Présent
Météo & moment de la journée : Début de journée, mais le sujet va s'étaler sur plusieurs jours.
Autre : Nous commençons à l'Institut, puis nous irons à l'aéroport pour enfin finir à Madripoor.



R.I.P, Old Friend


Il n'y a pas deux matins qui se ressemblent, quand on vit à l'Institut. Un jour, vous pouvez être tiré du lit par une explosion causée par un des élèves sans qu'il ne le fasse exprès. L'autre, vous rentrez de mission alors que le jour se lève à peine, le costume déchiré et taché du sang de vos ennemis. Ou alors, vous faites une grasse matinée bien méritée à coté de la rouquine que vous aimez. Pour le dernier point, je plaisante, nous n'avons jamais cette chance.

Quoi qu'il en soit, ce début de journée ressemble à un début de journée plutôt normal. Normal par rapport aux standards classiques, comprenez bien. Pas d'incendie involontaire. Pas de groupuscule anti-mutant qui tente de nous éliminer de l'autre coté de la grille. Juste des élèves, des professeurs, qui vaquent à leurs occupations. Révision de cours. Petits entrainements pour être en forme pour le reste de la journée. Petit-déjeuner dans la salle commune.

Moi, je suis debout devant la fenêtre de la cuisine, une tasse de café à la main. Je passe en revue l'ensemble des choses que j'ai à faire aujourd'hui, et je réalise que je vais devoir - encore - faire sauter quelques cours si je veux tout caser. Je me demande si Johnny Storm ou Fatalis ont ce genre de problème.

Je bois une petite gorgée de café brûlant. Oh qu'il est fort... Je ne suis pas super fan, alors j'ajoute un carré de sucre. Puis deux. Puis trois. Là, ça passe mieux. J'en étais où? Je ne sais plus. Je glisse ma main libre dans la poche, alors que je souffle sur le liquide chaud pour qu'il refroidisse.

Il y a du monde dans la cuisine, mais, par chance, personne ne me parle. Pour l'instant. Car un petit gars vient vers moi. Je le sais, je le sens sans le voir. Il est là, juste à coté de moi. Alors je jette un coup d'oeil en coin. Je sais pas qui c'est. Un élève, pour sûr. Mais je ne connais pas son nom. Un nouveau peut-être. Il me tend le courrier.

Je sors donc la main de ma poche pour saisir le tas de lettres, lui lançant un regard interrogateur. "Heu... Merci?"

Puis je le regarde s'éloigner comme il est venu. Faudrait que j'en parle à Chuck. Mais passons. Je regarde les plis, que je dépose sur la table de la cuisine. Assez rapidement, d'un mouvement de l'index, je les fais défiler, afin de voir ce qu'on a là. Des pubs. Des factures. Du courrier pour les élèves. Une lettre pour moi. Encore des factures.

Alors soyons clair: les nouvelles technologies, c'est pas trop mon truc, mais je me dis que dans la société qu'est la notre, encore écrire des lettres, utiliser la voie postale, c'est... Attendez! Je reprends le tas, déposant ma tasse afin de vérifier plus vite à l'aide de mes deux mains. Mais oui: une lettre pour moi. Elle vient de Madripoor. "Bordel..."

J'ouvre l'enveloppe en la déchirant sans soin et découvre alors un faire-part de décès. Une connaissance. Plus que ça en fait. L'un des rares amis que j'avais sur l'île de Madripoor. Je prends quelques temps pour réaliser ce que je viens de lire. Je vais même m'asseoir, et relis les quelques lignes encore et encore.

Cela ne me prend que quelques minutes pour finalement revoir entièrement mes plans pour la journée. Un élève me bouscule sans le faire exprès. Il me regarde en rigolant mais je lui fais passer l'envie de se marrer en lui lançant un regard noir. Je ne suis clairement pas d'humeur à supporter ce genre de conduite normalement. Mais là?

Je plie délicatement le papier et le mets dans la poche arrière de mon jean, puis me relève.

- Va en cours. Tiens-toi à carreau, sinon j'te réserve une séance avec moi en salle des Dangers quand j'reviens.

Ma voix, mon air lugubre, ma posture... Le tout jette un froid dans la cuisine, qui devient parfaitement silencieuse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Mer 6 Juin 2018 - 21:40
Ce matin là, Logan avait déjà quitté la chambre depuis un moment lorsque Jean finissait tout juste de se préparer pour entamer cette nouvelle journée. Debout devant le miroir, elle apportait les dernières retouches à sa tenue, constituée simplement d'un chemisier blanc dont elle réajustait le tombé sur ses épaules, et d'un pantalon de tailleur gris. Une dernière attention apportée à ses cheveux coiffés en un chignon et Jean se dirigea vers le meuble à chaussure, enfilant une paire d'escarpins noirs avant de quitter la chambre.

Dans le couloir, la rousse salua les quelques élèves qu'elle rencontra en chemin. La majorité des occupants de l'Institut se dirigeait en direction de l'étage inférieur et de ses parties communes à cette heure-ci. C'était l'heure du petit déjeuner, et d'ici peu, les premiers cours commenceraient. Pour cette journée, l'emploi du temps de Jean était plutôt flexible. Hormis un cours de biologie à tenir dans la matinée, elle n'avait rien prévu d'autre que de donner un coup de main à Hank ou au Professeur s'ils le souhaitaient pour leur projet respectif. En revanche, pour ce qui était de sa soirée, Charles avait souhaité qu'elle se rende avec lui en ville à un gala de charité organisé par l'un de leurs mécènes. Ce n'était pas le genre d'activité dont elle raffolait le plus, mais elle savait que les événements de ce type étaient indispensables pour pouvoir garantir une aide financière solide pour l'Institut. Alors, pour la bonne cause, elle acceptait de faire cette concession, et de tenir ce rôle d'ambassadrice qui tenait tant à cœur à son mentor. Et puis, il y avait pire compagnie que celle du Professeur. Passer du temps avec lui était toujours source d'enrichissement personnel. Il ne manquait jamais de la surprendre, aussi bien par son humilité que par sa culture éclectique très poussée.

Lorsque la rousse arriva à l'entrée de la cuisine, ce fut pour en voir sortir un élève, la mine blême et l'air mal à l'aise. Timidement, il lui marmonna un 'bonjour' en se retrouvant en face d'elle, cherchant à fuir son regard. Avec un sourire avenant, elle le lui rendit, avant de passer le pas de la porte. Elle trouva alors Logan, un air encore plus renfrogné que d'ordinaire, assis devant une tasse de café fumant. A en juger par l'expression contrariée sur son visage, il n'était visiblement pas de bonne humeur … si bien que Jean ne tarda pas à faire le lien avec le dernier élève qu'elle venait de croiser. Le pauvre en avait sans doute fait les frais, sans l'avoir véritablement mérité. Il faudrait que la mutante se rappelle d'aller lui parler plus tard pour le rassurer.

Calmement et en silence, la télépathe alla se chercher une tasse, avant de se verser un peu de café. Puis, s'appuyant contre le plan de travail face au canadien, elle l'observa, sans un mot, tenant sa tasse entre ses deux mains jointes, la plaçant juste devant ses lèvres pour souffler doucement sur la surface du café. Même lorsqu'il prenait cet air bougon et peu aimable, elle ne pouvait s'empêcher de le trouver séduisant.

« Que se passe-t-il ? Tu sembles … contrarié », lui demanda-t-elle le plus simplement du monde, avec douceur.

Buvant une gorgée, Jean grimaça. Une terrible douleur venait de lui emporter le bout de la langue. Ce café était encore affreusement chaud, si bien qu'elle déposa sa tasse à côté d'elle. Il lui faudrait attendre encore un peu avant de pouvoir le boire. La douleur surmontée, Jean se concentra alors pour manifester de nouveau de l'attention pour Logan. Il était évident qu'il était dans une mauvaise passe pour être de cette humeur. Il avait donc besoin d'être écouté et soutenu. Reprenant sa tasse, elle alla alors s'asseoir en face du canadien, faisant de lui sa priorité du moment.

« Il s'est passé quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Jeu 7 Juin 2018 - 14:32
R.I.P, Old Friend


Je sais que ce n'est pas bien, mais j'ignore royalement le monde qui m'entoure. Je ne suis plus dans le présent, actuellement. Je suis dispersé dans le temps.

Une part de moi est dans le passé, se remémorant les moments passés avec l'être dont le nom orne le faire-part de décès: Kesuke Yoshikawa. Un homme d'origine japonaise, que j'ai eu le plaisir de rencontrer il y a de ça des décennies. L'une des rares bulles de mon passé à avoir refait surface.

L'autre moitié de moi-même est dans l'avenir, en train de planifier mon déplacement prochain. La paperasse, l'achat des billets d'avion, etc... Car il est indispensable que je fasse les choses "normalement". Pas de X-Jet, de Blackbird, de téléportation. Non, pas quand on va à Madripoor.

Toutes ces pensées qui se bousculent m'empêchent de réaliser que Jean vient de faire son entrée dans la pièce. Qu'elle se tient devant moi, alors que mon odorat à capté cette odeur délicate qui émane d'elle depuis un moment déjà. Quand mon regard arrête de se perdre dans le vide et que je réalise qu'elle est en face de moi, je réponds avec retardement à sa première remarque.

- Plus que d'habitude, tu veux dire?

Pourquoi je réagis en faisant un semblant de blague en ce jour si particulier? Je ne sais pas. Gérer les émotions, c'est pas un truc que je sais encore bien faire. Ou faire tout court, en fait. S'ensuit une seconde question de la part de Jeannie, à laquelle je vais répondre, mais pas tout de suite.

Je me redresse, quittant ma chaise. J'appuie mes poings sur la table, et parle à voix haute, pour que l'assemblée des élèves ici présents puisse m'entendre parfaitement.

- Le p'tit-dej' est fini, la marmaille. Tout le monde dehors.
- Mais, M'sieur Logan, on n'a pas...
- Rien à faire. Si vous avez faim, il doit y avoir des barres protéinées dans le vestiaire de Colossus. Le code du cadenas doit être un truc du genre "Kitty Forever". Maintenant, DEHORS!


Tout le monde s'exécute, et je sens déjà le regard désapprobateur de la femme que j'aime peser sur moi. Je sors le faire-part de la poche arrière de mon jean en me rasseyant. Je lui tends le petit papier plié en soufflant un "Ils s'en remettront. C'est pas comme si le p'tit-dej' était le repas le plus important de la journée."

Je lui laisse le temps de lire les modalités et indications données par le faire-part, et j'anticipe alors certaines des questions qu'elle pourrait avoir.

- Kesuke est... était... un ami. Du temps où je vivais à Madripoor. C'était il y a longtemps. Mais lui et moi avons toujours été loyaux l'un envers l'autre.


Des questions fusent dans ma tête. Comment est-il mort? Il avait beau être âgé, il allait "bien". Etait-il entouré? Où était-il? Je pense que pour obtenir des réponses, je n'ai pas cinquante mille options.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Ven 8 Juin 2018 - 1:47
Perdu dans ses pensées, un air des mauvais jours sur le visage, Logan ne répondit pas tout de suite à la rousse. Et lorsqu'il le fit, semblant soudainement prendre conscience de la présence de cette dernière en face de lui, ce fut avec un certain sarcasme. Dés lors, Jean eut la confirmation qu'il était vraiment contrarié … et pour une fois, même elle ne semblait pas réussir à atténuer cet état. Quand elle lui demanda s'il avait eu un souci, le mutant se leva, appuyant ses poings sur la table, dans une attitude de mâle alpha, adoptant une position qui semblait le rendre plus impressionnant que d'ordinaire, afin de congédier les élèves présents dans la pièce … d'une façon particulièrement rustre et peu pédagogue.

Face à cette figure d'autorité d'ordinaire déjà peu commode, les étudiants ne se le firent pas dire deux fois pour quitter les lieux, alors que Jean tournait la tête vers eux pour les observer obéir, avant de reporter un regard un brin désapprobateur sur Logan, un sourcil légèrement arqué. Et visiblement, il avait très bien cerné le point de vue de la rousse, puisqu'il tenta de se justifier maladroitement tout en remettant un papier plié à cette dernière après l'avoir sorti de la poche arrière de son pantalon.

« Pourtant, ça l'est … et tu le sais », lui répondit-elle avec sérieux au sujet du petit déjeuner, son regard déjà plongé sur le document à présent déplié.

Il s'agissait d'un faire-part de décès. Un certain Kesuke Yoshikawa. Ce nom ne disait absolument rien à Jean. Mais de toute évidence, c'était une connaissance de Logan. En réalisant ce qu'elle tenait entre les mains, la télépathe comprit immédiatement l'humeur de ce dernier. Lorsqu'elle releva les yeux sur lui, avec cette fois-ci d'avantage de douceur dans le regard, voire un zeste de compassion, il lui donna d'avantage d'informations, sans même qu'elle n'ait à en demander … comme s'il avait besoin qu'elle en sache plus.

Cet homme était un vieil ami du canadien … quelqu'un de confiance et que Logan semblait estimer.  Une part du passé du mutant … de sa vie à Madripoor.

Jean savait peu de choses du passé de son compagnon. Elle évitait de le questionner, estimant qu'il se livrerait à elle lorsqu'il en aurait décidé par lui-même. Pourtant, la rousse avait déjà entendu parler de cet endroit. La majorité du temps à travers les informations. Et une chose était sûre, ce n'était pas un endroit qui avait bonne presse … pas le genre de région très fréquentable. Apprendre que Logan avait eu à faire là bas ne surprit toutefois pas la télépathe. Il y avait une part de lui qui devait être dans son élément là bas.

Mais à présent, il restait à savoir ce qu'il comptait faire de cette mauvaise nouvelle. A n'en pas douter, si ce Kesuke avait été si proche de lui, Logan voudrait sans doute aller à ses obsèques, histoire de rendre un dernier hommage à son ami disparu … et peut-être même tirer au clair cette affaire. Un instant, Jean se demanda quelle position adopter. Elle ne l'empêcherait pas d'y aller, c'était évident. Elle n'en avait ni le désir, ni le pouvoir, ni même la légitimité. En revanche, elle ignorait si elle devait lui proposer de l'accompagner ou non. Elle ne voulait pas se montrer trop envahissante, qu'il pense qu'elle cherchait à s'immiscer dans ses affaires. Après tout, son passé à Madripoor, c'était quelque chose qui ne lui appartenait qu'à lui. Peut-être n'avait-il pas envie de le partager … et encore moins avec la femme qu'il aimait … qu'elle découvre cette part de lui, même si au final, elle savait bien qu'il n'était pas un ange.

Repliant le faire-part, elle le rendit alors à Logan.

« Tu devrais t'y rendre … prends quelques jours si besoin. Charles comprendra. »

Se levant, elle contourna alors la table qui les séparait, pour venir se tenir à côté de lui. Se penchant, elle vint déposer un baiser sur son front, tout en lui caressant le dos d'une main affectueuse pour lui manifester son soutien.

« Et si jamais tu as besoin, je suis là pour toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Lun 11 Juin 2018 - 12:02
R.I.P, Old Friend


Quand la rouquine me contredit sur le petit-déjeuner, je lui lance un regard en coin. Je sais qu'elle a raison. Certains diraient "Comme toujours". Mais je dois bien admettre que la situation émotionnelle dans laquelle je me trouve actuellement... Bah cela m'empêche de raisonner convenablement. C'est pourquoi je justifie mon attitude auprès des élèves comme je le peux. Même si cela n'a pas vraiment beaucoup de sens.

Je récupère le papier que Jean me tend, et le remets donc dans la poche arrière de mon pantalon. M'adossant à ma chaise, je passe une main sur le bas de mon visage, prenant en compte les indications du Docteur Grey. Là, mon regard accroche le sien. "T'as raison." Tiens, cette impression de déjà-vu est intrigante! Mais passons.

Je ne fais pas ici allusion au repas, mais bien au fait qu'il faut que je me rende aux obsèques de ce vieil ami. Cela fait des mois que je n'ai pas mis les pieds à Madripoor. J'avais prévu de m'y rendre, pour voir comment évoluer les choses là-bas. Je ne pensais simplement pas que ce serait dans des circonstances aussi désagréables et peinantes que cela.

Le soutien que manifeste Jean à mon égard... Cela fonctionne. Je ne peux pas dire que je me sens mieux. Mais ça me fait du bien. Sa présence. Sentir sa peau contre la mienne. Savoir qu'elle se sent véritablement concernée par cet événement qui vient de me tomber dessus. Tournant le visage vers elle, je prononce quelques mots.

- Viens avec moi.


Ce n'est pas une question, mais ce n'est pas pour autant un ordre auquel elle ne peut se soustraire. Disons que c'est une invitation à laquelle je souhaite fortement qu'elle réponde positivement. Je vais quand même ajouter quelques petits trucs, pour habiller ce souhait - bien que ce ne soit pas nécessaire, je le sais: elle vient de me dire qu'elle était là pour moi.

- Ce sera l'occasion de te faire découvrir l'une des nombreuses facettes cachées de ma vie. Un très léger sourire accompagne ma phrase.

J'ai enterré assez d'amis - ou des personnes qui comptaient encore plus pour moi - pour savoir que se morfondre n'est pas la solution. Que cela ne change rien. Et que sourire n'est pas un manque de respect envers le défunt.

Je me redresse, quittant la main de mademoiselle Grey. Je fais quelques pas en direction du plan de travail, mains sur les hanches, en attente de sa réponse.

Il va falloir que nous réservions un avion. En ce qui concerne l'habitation, j'ai assez de logements sur place pour que Jean et moi puissions nous poser. L'un des mes appartements là-bas ne se trouve qu'à un petit quart d'heure de là où ses dérouleront les obsèques de Yoshikawa.

Je tourne la tête vers Jean, pinçant les lèvres. Je me gratte maintenant la joue alors qu'un élève fait irruption dans la pièce que nous occupons. Le pauvre... Il marque une pause, ne comprenant pas pourquoi à cette heure où normalement il y a plein d'autres jeunes, il se retrouve seul avec Jean et moi. Il recule de quelques pas, sans prononcer un mot, et quitte la pièce comme il y était entré.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Lun 11 Juin 2018 - 21:55
Tournant son regard vers la rousse, la fixant un instant dans les yeux, Logan lui demanda alors de l'accompagner d'une manière aussi sincère que directe. Ces trois mots, la façon dont il les avait prononcés, l'intonation de sa voix … sa façon de la regarder. L'ensemble fit naître un frisson qui remonta le long de l'échine de Jean. Comment aurait-elle pu le lui refuser ? Impossible. Il avait besoin d'elle, de son soutien. Elle se devait donc de répondre à cet appel, même si cela impliquait de totalement bouleverser son emploi du temps. Leurs collègues de l'Institut pourraient toujours assurer leurs heures de cours à leur place, ainsi que leur fonction le temps de leur absence. Charles pourrait toujours trouver quelqu'un d'autre pour l'accompagner à son gala. Ce qui importait actuellement, c'était qu'elle soit aux côtés de l'homme qu'elle plaçait au dessus de tout le reste.

Déjà, Logan avançait des arguments pour tenter de la convaincre de venir avec lui, prétextant que ce serait là l'occasion d'en apprendre un peu plus sur lui … sur son passé … sur l'homme qu'il pouvait être par moment. Cette perspective n'était pas sans déplaire à la rousse, qui répondit au sourire de Logan par un autre sourire. Aux côtés du canadien, elle ne craignait pas de se rendre dans un lieu aussi peu fréquentable et mal famé que Madripoor. Avec lui, elle se savait en sécurité, où qu'ils soient … et c'était sans doute d'autant plus vrai dans un endroit comme cette île qu'il connaissait comme sa poche.

Lorsque le canadien se releva, faisant quelques pas à travers la cuisine pour la traverser et rejoindre le plan de travail en face de la table, Jean le suivit du regard. Dans son attitude, la manière dont son regard dérivait, la rousse pouvait aisément imaginer ce à quoi il était en train de penser … même sans avoir recours à ses pouvoirs. Il était déjà en train de tout planifier, de tout organiser, d’échafauder l'ensemble de leur périple. C'était une évidence.

Lorsque finalement, Logan releva les yeux sur la rousse, sans doute pour prendre la parole, se grattant la joue comme pour se donner une forme d'élan, ils furent interrompus par la venue d'un nouvel élève, sans doute venu chercher quelque chose à manger. Mais rapidement, il réalisa qu'il était au mauvais endroit au mauvais moment … surtout avec le regard de Logan. Si bien qu'il préféra faire demi tour, dans dire un mot.

Jean en profita alors de cette distraction pour traverser la pièce rapidement, et venir se planter face à Logan, avant que celui-ci ne puisse dire un mot de plus. Posant ses mains sur les flancs de celui-ci, elle le regarda droit dans les yeux, ses lèvres dessinant un fin sourire à son intention.

« C'est d'accord. Je t'accompagnerai. »

Alors, elle glissa ses bras sous ceux de Logan, l'enlaçant pour lui manifester une nouvelle fois tout son soutien. Après, plusieurs secondes, elle se détacha de lui, finissant par s'éloigner en direction de la sortie.

« Il faut juste que je m'organise et … que je prépare ma valise. »

Plus tard dans la journée, une fois prête, Jean le rejoignit dans le hall d'entrée de l'école, tirant derrière elle une valise d'une taille raisonnable, contenant de quoi tenir le temps de ce voyage sur une île tropicale où malfrats et hors la loi en tout genre séjournaient, ainsi qu'une tenue plus adaptée pour l'enterrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Mar 12 Juin 2018 - 14:54
R.I.P, Old Friend


Ainsi, elle accepta de m'accompagner. Je dois avouer que le contraire m'aurait étonné. Nous nous donnons donc rendez-vous en fin de journée. Cela lui laissera le temps de faire ce qu'elle a à faire avant d'entreprendre un tel périple. Même chose de mon coté.

Quand enfin le soir arrive, tout est prêt. J'ai le taxi. Les billets d'avion, vol qui nous conduira jusqu'en Asie de l'Est. J'ai retiré pas mal de cash, car il est indispensable d'en avoir quand on se balade dans cette partie de la planète. Je retrouve donc Jean dans le hall d'entrée du Manoir que Liesmith a mis à notre disposition.

Quand je vois la rouquine débarquer avec sa valise, je hausse un peu les sourcils, légèrement surpris. Mais je ne fais aucun commentaire. Il est normal de se montrer prévoyant. De mon coté? Bah je porte simplement mes vêtements du jour. Tous les différents papiers que j'ai imprimé sont dans les poches de mon blouson en cuire. Si j'ai une valise, ou un sac? Non, pas du tout.

Le truc, c'est que j'ai pris l'habitude de voyager vraiment léger... Et que j'ai la chance de disposer de biens matériels et immobiliers un peu partout dans le monde. Y compris à Madripoor. Histoire de ne pas faire trop bizarre, je montre quand même une sorte de cache-oeil dans le style de celui que porte Nick Fury, et souffle un "Je suis prêt. Toujours partante?"

Question purement réthorique, puisque nous nous engouffrons ensemble dans le taxi qui nous conduit à l'aéroport. Je vais vous passer toute la partie administrative, attente, le vol, etc... Tout se passe plutôt bien. Je réponds aux question de Jean au sujet de Kesuke, on boit un café, bref: classique, quoi.

Quand nous nous retrouvons en Indonésie, on paie tous nos déplacements en billets. Voiture, bateau... Bref, tout, jusqu'à ce que nous arrivions à Madripoor.

Quand mon pied foule la terre de ce petit pays dominé par la corruption et la criminalité, une sensation étrange m'envahit. J'ai pas envie de dire que je suis en mode *Home Sweet Home* mais quand même... Mon passé, ce qui me lie à cet endroit... Ma rapidement, ma nostalgie est effacée par le rappel que nous ne sommes pas dans une endroit sans danger. J'ai placé sur mon oeil le petit accessoire présenté à Jean quand nous étions encore à l'Institut, et lui murmure "Maintenant, tu m'appelles Patch."

Et j'entame une lente marche, mains dans les poches. Le premier gamin que je croise, je lui tends un billet de cinquante. Et il me révèle des petits trucs à l'oreille. Un second billet de cinquante, et il claque des doigts. Suite à quoi, un copain à lui qui doit avoir le même âge - un quinzaine d'années - se pointe au volant d'une moto-taxi à trois roues.

On monte avec Jean et le petit gars nous conduit donc jusqu'à ce qui semble être un vieil entrepôt abandonné. Quand on descend, je redonne un billet de cinquante au petit avant qu'il ne disparaisse dans le nuit avec son véhicule. Me dirigeant vers la grille, je défais le cadenas qui n'était même pas verrouillé et ouvre le portail, invitant Jean à me suivre. Nous marchons sur un petit parking avant de pouvoir atteindre la porte d'entrée du bâtiment fait de taules et de poutres. Là, un panneau digital, qui jure parfaitement avec le décor un peu "mort" qui présentait les lieux, me sert à entrer le code qui ouvre la porte.

Et nous voici à l'intérieur d'une sorte de loft assez classe. Pas du tout décoré. On a le strict minimum... On dirait un peu la garçonnière d'un ennemi de James Bond. Ou de James Bond lui-même, faut voir.

- Installe-toi, fais comme chez toi!


Que Jean se mette à l'aise, y a aucun problème. Les funérailles de Kesuke n'auront lieu que dans 48 heures. Ce qui nous laisse un peu de temps pour nous remettre du décalage horaire. Et certainement que le docteur Grey aura quelques petites questions concernant cet endroit, non? Donc prenons le temps de faire les choses comme il faut.

Pour ma part, je me dirige vers un petit meuble bas tout simple dans la cuisine, et sors une bouteille de whisky. "Petite soif?" demandai-je alors à Jean en lui montrant la bouteille. Oui, je sais, je sais... Le truc, c'est que comme je ne passe pas souvent ici, je n'ai pas de trucs de la vie courante comme des jus de fruits ou je sais pas quoi. Que des machins qui tiennent dans le temps, pour éviter que quand je reviens, cela pue la moisissure et la bouffe avariée.

Je vais ensuite m'affaler dans le canapé, en face de l'écran de télévision que j'allume et qui diffuse alors les nouvelles locales. Hé oui, même Madripoor a ses reporters, ses journalistes et présentateurs télé. J'espère simplement que la folie des téléréalité n'aura pas atteint l'île pendant mon absence... Brrrr, quelle horreur!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Mar 12 Juin 2018 - 17:29
Le voyage se découpa en plusieurs étapes, chacune d'elles gérée et organisée intégralement par Logan. Si la première partie était similaire à n'importe quel trajet, une fois en Asie, les choses prirent une tournure plus clandestine. Il n'était plus question de réservation, ou encore de présenter des documents officiels pour passer les douanes. Non. La fin du périple avait d'avantage des aspects de trafics et de magouilles, avec des pots de vins et autres financement obscures. Mais Logan savait ce qu'il faisait. D'ailleurs, la facilité déconcertante avec laquelle il menait ses affaires, indiquait très clairement qu'il était un habitué de la clandestinité et de ce genre de pratiques. Jean n'en dit rien, se contentant de suivre en silence le canadien, se fiant à lui aveuglément, obéissant à ses consignes sans poser de question. Elle aurait bien le temps plus tard pour tout cela.

Après plusieurs heures de voyage, les deux mutants finirent par arriver sur l'île de Madripoor, et malgré l'heure avancée, la chaleur et l'humidité de l'air rendaient l'atmosphère étouffante. Logan avait décidé de voyager léger, n'emportant avec lui que le stricte minimum, soit rien de plus que le contenu de ses poches. Un instant, Jean l'envia, regrettant presque d'avoir une valise avec elle. Mais elle ne s'imaginait pas passer tout un séjour dans les mêmes vêtements, d'autant plus avec cette moiteur environnante. A présent affublé de son cache œil, Logan demanda à la rousse de l'appeler par l'identité qui était la sienne en ces lieux.

« Intéressant », se contenta-t-elle de répondre, amusée par ce rôle sur mesure et cet air plus dangereux que jamais qu'il affichait.

Suite à cela, elle le laissa négocier avec des enfants du quartier ce qui devaient certainement être des informations, ainsi qu'un moyen de transport des plus atypiques. Encore une fois, la télépathe se laissa guider par celui qui connaissait mieux que quiconque à l'Institut les rouages de ce pays rongé par la corruption et l'argent.

Impressionnée, autant par l'endroit que par l'attitude de Patch, la rousse ne prononça pas un mot de tout le reste du trajet à bord du touk touk, même lorsqu'ils furent tous les deux déposés devant la grille d'un entrepôt désaffecté en plein milieu de la nuit. Suivant le mutant dans l'obscurité, elle se laissa guider vers l'inconnu, traversant une vaste cour jusqu'à une porte verrouillée … par un système électronique qui dénotait particulièrement de par son modernisme comparé à la vétusté des lieux.

A l'intérieur, c'était un tout autre décors qui s'offrait à la vue de la télépathe. L'entrepôt n'abritait pas moins qu'un vaste loft en parfait état. La décoration d'une simplicité maximale, offrait cependant une fonctionnalité irréprochable … à l'image de son propriétaire. D'un pas presque timide, la mutante s'avança dans ce qui serait sa résidence pour les prochains jours, tirant derrière elle son bagage, alors que le canadien, de loin plus à l'aise, s'était déjà dirigé vers la cuisine aménagée ouverte sur la pièce principale, afin de se servir un verre de whisky, tout en en proposant un à sa compagne … qui déclina la proposition d'un signe négatif de la tête. Mieux valait éviter l'alcool avec la chaleur de dehors et le décalage horaire … surtout quand on était télépathe.

Elle était encore sous le choc de la classe d'un tel bien immobilier … loin d'avoir pu imaginer Wolverine propriétaire d'un tel endroit, terminant d'en faire un rapide tour du regard, alors que déjà, Patch s'était installé dans le canapé du salon, regardant les informations locales. Sa valise abandonnée à l'entrée, Jean s'installa bien droite sur le canapé libre, face au mutant, croisant ses jambes, les mains jointes sur ses genoux. Plusieurs secondes, elle l'observa, silencieuse. A en croire l'attitude qu'il manifestait … c'était comme s'il n'avait jamais quitté cet endroit.

Passant une main derrière son cou, Jean récupéra l'ensemble de ses cheveux, les soulevant, puis les torsadant entre eux pour libérer sa nuque et lui apporter un peu de la fraîcheur que distillait la climatisation dans le loft.

« Alors …, finit-elle par dire, comment Patch a-t-il perdu son œil ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Lun 18 Juin 2018 - 15:03
R.I.P, Old Friend


Je manque un peu à tous mes devoirs, n'est-ce pas? Que ce soit en tant qu'hôte ou bien compagnon, agir de la sorte ne fait pas honneur à la personne qui m'accompagne, et je réalise cela quand Jean me parle de "Patch". Tournant mon regard fait d'un oeil unique vers elle, je coupe la télévision à l'aide de la télécommande, que je dépose ensuite sur la table basse.

Je me déplace alors jusqu'à la rouquine, et viens m'asseoir juste à coté d'elle. De par ses dons, elle pourrait tout savoir de moi, sans même avoir à le demander. Toutefois, elle respecte l'intimité que représente les souvenirs, les secrets, etc... Il est évident que si elle me demandait quoi que ce soit sur moi, je lui révélerais - si tant est que les informations fassent partie de ce dont je me souviens.

Je ne lui cache pas sciemment certaines parties de ma vie. C'est simplement que dans notre quotidien, en tant que couple, en tant qu'X-Men, il n'y a que peu de place et d'intérêt pour ce que je fais ou que j'ai pu faire ici, à Madripoor. C'est pour ça que je n'y fais pas particulièrement allusion quand nous sommes à l'Institut.

Joignant mes mains, je me racle la gorge, l'oeil fixé sur le sol poussiéreux.

- Quelle version tu veux?
demandai-je, amusé. D'un simple coup d'oeil, je vois que le docteur Grey est dans l'expectative, et que ma réponse n'en est pas vraiment une. Conscient de cela, je reprends, m'appuyant alors confortablement dans l'assise et le dossier du canapé.

- Les criminels sont idiots. Et superstitieux. C'est un fait. A chaque fois qu'on m'a posé cette question, j'ai donné une réponse différente. Un coup de feu qui m'aurait arraché l'oeil sans pour autant endommager le cerveau. Un combat à l'arme blanche dans les rues de Madripoor contre l'un des caïds locaux. Je crois avoir même parlé d'une attaque de requin, une fois. Cette remarque me fait sourire.

J'attrape alors le petit accessoire, que je laisse pendouiller entre mes doigts avant de continuer.

- L'idée, c'était de faire un personnage hors normes. Que les gens craindraient. Enfin, surtout ceux qui ont des trucs à se reprocher, mais qui inspirerait aussi confiance. Moyennant finance, comme tu as pu le voir, "Patch" peut se payer un paquet de trucs. Des informations. Je pointe du doigt la bouteille. De l'alcool. Des ...

Je ne vais pas plus loin dans l'énumération des "choses" qu'il est possible d'avoir sur cette île. Je ne suis pas venu ici pour me disputer avec le réceptacle d'une force Cosmique destructrice.

- La bêtise des criminels, qui ne peuvent s'empêcher d'amplifier les petites histoires que je racontais... Cela a permis à mon subterfuge de fonctionner à la perfection.
Je la regarde avec mes deux yeux cette fois. Et tu sais quoi? Il ne réalise même pas que je suis "moi". Un simple petit accessoire, et ils ne remarquent plus le reste.


Maintenant, je regarde le dos de mes mains. "Le plus difficile, c'est de ne pas les utiliser lors des nombreuses bagarres auxquelles je participe ici..." Je fais bien évidemment référence à mes chers lardoires en métal indestructible, cela va sans dire.

Je sais qu'il y a certainement beaucoup de questions qui traversent en ce moment même la tête de Jeannie. Je tente une approche, déposant ma main sur l'une de ses jambes, si elle m'y autorise.

- Je me doute que tu dois te demander plein de trucs à mon sujet. Je ne suis pas certain que t'avoir demandé de venir avec moi était la meilleure idée, finalement. Non pas que je n'apprécie pas le fait que tu aies envoyé valser tous tes plans pour être avec moi. C'est juste que... Disons que si tu ne te sens pas à ta place ici, je comprendrai que tu souhaites rentrer. Je peux t'avoir une voiture dans la demi-heure sans aucun problème.


Les sentiments humains. Que c'est compliqué, que c'est compliqué!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   Lun 25 Juin 2018 - 17:39
Devant la question de la rousse, Logan tourna son unique œil vers elle, quittant pour l'occasion l'écran de télévision qui jusqu'à présent semblait retenir toute son attention. C'était comme si soudainement, il se rappelait sa présence … comme si les contrariétés que ce pays lui imposaient, venaient tout simplement de se dissiper pour un temps. Coupant le téléviseur, il se racla la gorge avant de finir par répondre … comme s'il avait eu besoin de dissiper une sorte de malaise. Sa réponse fut des plus obscures, et qui ne manqua d'ailleurs pas de faire hausser un sourcil chez la télépathe. Ce 'Patch' devenait de plus en plus mystérieux … ce qui venant de la part du canadien, n'avait rien de vraiment étonnant en fin de compte. Mais comprenant que sa compagne n'avait pas l'intention d'en rester là, Logan s'installa plus confortablement dans son canapé. Visiblement, ce récit risquait de ne pas être des plus courts.

Il révéla alors qu'il existait autant de réponses à cette question que le nombre de fois où on la lui avait posée, des réponses toutes plus farfelues les uns que les autres. Comme Logan l'avait précisé avant de commencer, les criminels n'étaient que très rarement intelligents … et ceux de Madripoor ne faisaient pas exception à la règle. Ainsi, le canadien s'était créé un personnage de toute pièce, afin d'être craint par les individus les moins biens intentionnés de l'île, tout en restant malgré tout abordable par ceux qui voudraient l'aider … moyennant finance. Patch était donc sa couverture, son outil pour évoluer dans la société de Madripoor, et ainsi l'exploiter au mieux tout en assurant sa sécurité et surtout celle de ses profits locaux.

Face à ces révélations, le sourcil de Jean n'en redevint pas pour autant symétrique à son voisin … toujours arqué par la circonspection de la rousse. Les malfrats du coin redoutaient donc ce fameux Patch … si seulement ils savaient que Wolverine était sans doute bien pire … Mais la mutante comprenait ce choix stratégique : avec cette fausse identité, Logan s'assurait d'être tranquille partout ailleurs sur le globe lorsqu'il était lui-même … et ceci malgré toutes les affaires louches dans lesquelles auraient pu tremper Patch.

Finalement, dans cette histoire, Logan n'avait fait que lancer le mythe. La population locale s'était chargée de faire le reste du travail, pour transformer le mythe en légende. C'était donc ainsi que Patch était devenu borgne. Le revers de cette histoire : Logan ne pouvant être lui-même, il ne pouvait donc pas compter sur ses griffes. Une habitude à laquelle il devait renoncer une fois sur cette île et affublé de son cache œil.

Se rapprochant de la télépathe, Logan vint poser une main sur la cuisse de cette dernière, un geste bienveillant et affectueux. Pourtant, Jean se contenta de le laisser faire, sans rien dire. Elle voyait le coup suivant venir … Logan, bien que satisfait de l'avoir à ses côtés, savait parfaitement que ce genre de décors n'était pas ce à quoi était habituée Jean. Si bien qu'il lui proposa de rentrer si jamais elle le désirait. Une nouvelle fois, le sourcil de la rousse se haussa, fixant le canadien droit dans les yeux.

« Pour l'heure, les questions que je me pose ou non à ton sujet, ne sont pas la priorité. Tu as un proche à inhumer … et sans doute quelques affaires à régler en conséquence de cette disparition, lui répondit-elle avec un ton neutre. Je me suis engagée à t'accompagner dans ce périple, et je ne compte pas changer d'avis. »

Après avoir récupéré le cache œil d'entre les doigts du canadien, Jean se leva et fit quelques pas dans le loft, tout en examinant l'objet avec attention. Plusieurs secondes, elle resta silencieuse, dos à Logan, plongée dans ses réflexions. Finalement, elle se tourna vers lui, arborant un sourire malicieux aux coins des lèvres.

« Alors comme ça, il peut se payer un paquet de trucs, finit-elle par dire, reprenant les propres propos de Logan, tout en lui lançant le cache œil pour qu'il l'attrape au vol. Des informations, de l'alcool, des … »

Avec ce même sourire malicieux, elle lui adressa un jeu de sourcil provocateur, tout en imitant le même silence dont il avait été l'auteur plus tôt en évoquant ce genre de 'services'  dont il pouvait bénéficier.

« Et bien, j'imagine qu'il n'ira pas aux obsèques de ce très cher Kezuke sans une escorte digne de celui-ci. Je suis certaine de pouvoir tenir ce rôle. Après tout si un simple cache œil a réussi à te rendre méconnaissable … je n'ai aucun doute sur ce qu'un décolleté plongeant peut accomplir comme miracle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: R.I.P, Old Friend - PV Jean   
Revenir en haut Aller en bas
 

R.I.P, Old Friend - PV Jean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant


 Sujets similaires

-
» Jean Claude Duvalier retournera-t-il en Haiti ?
» Une interview de Jean Raspail
» Commentaires sur Wyclef Jean
» WOUYYYYYY SENATÈ JEAN HECTOR ANACASSIS DEKLARE L SE YON BANDI YON LWIJANBOJE
» Une bourgeoisie déracinée ! Par Jean Erich René





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Les mondes connus :: Le reste du monde-