Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

Lights will guide you home. ✖ Stephen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Justicier
♠ Emploi : Sorcière Suprême, leader de la rébellion & reine légitime de la Dark Dimension. ♠ Gif :
MessageSujet: Lights will guide you home. ✖ Stephen   Dim 10 Juin 2018 - 21:21
No one ever said it would be this hard
Statut du sujet :  Privé ft. Stephen Strange
Date du rp : Présent.
Météo & moment de la journée : Très tard dans la nuit ; ciel découvert et sans nuages.
Autre : Sanctum Sanctorum



And ignite your bones, and I will try to fix you
Clea & Stephen

La fumée commence petit à petit à se dissiper pour dévoiler l’étendu des dégâts aux survivants, aux rebelles, à tous ceux encore présent sur les lieux. Les flammes ont terminé de lécher les murs des maisons détruites, plus rien ne subsiste de la petite ville flottante à part des ruines fumantes. Deux jours plus tôt l’endroit était plein de vie, jamais silencieux et un lieu dynamique. Ils ne s’y attendaient pas, n’étaient pas prêts à voir débarquer une horde d’Incérébrés attaquer la ville. Ils n’avaient aucune chance, aucun moyen de lutter contre les forces du tyran qui règne sur la dimension, tout puissant. L’odeur de mort flotte partout, celle de chair brûlée imprègne les lieux et saute à la gorge de tous ceux qui s’aventurent. Clea marche dans les rues, ses talons résonnant sur la pierre imbibée de sang encore frais. Les cadavres s’amoncellent, hommes, femmes, enfants, tous ont subi le même sort sans la moindre distinction. La Sorcière Suprême n’a jamais mis les pieds dans cette ville, la rébellion n’a aucun lien avec cet endroit mais Dormammu sait. Sait que chaque massacre est un coup de poignard dans le coeur de sa nièce; ce n’est qu’une démonstration de force, voulant lui prouver qu’il a tous les pouvoirs. Plus elle s’enfonce dans la rue, plus le nombre de corps augmentent jusqu’à ce qu’elle débouche sur cette place. Combien sont-ils ? Qu’importe l’endroit où les yeux de Clea se posent, il y aura une pile de macchabées. Les jambes de la sorcière ne parviennent plus à supporter son poids, elle tombe à genou dans la flaque de sang qui vient éclabousser ses vêtements. Elle s’en fout. Tout son corps est pris de tremblements irrépressibles, elle prend sa tête entre ses mains et ferme ses yeux avec force pour essayer d’ôter cette terrible vision de son esprit.

Un râle de douleur.

Elle sursaute, cherche du regard d’où vient la plainte et elle voit cette main qui bouge parmi celles inanimées. Clea se précipite, défait la pile de cadavres à l’aide de la magie pour venir extirper le corps d’un adolescent. La poitrine du gamin se soulève à toute vitesse, à la recherche d’un peu d’air mais chaque inspiration semble être un supplice et il ne cesse de recracher du sang à chacune de ses tentatives et il y a ce trou béant dans son ventre duquel s’écoule le liquide pourpre.

« Ça va aller, tu vas t’en sortir. » Dit doucement Clea à l’intention du jeune garçon.

La sorcière se met à incanter un sort de soin mais la plaie est profonde, trop profonde pour se refermer assez rapidement. Elle contrôle toute son énergie dessus, sursautant lorsque la main poisseuse de sang de l’adolescent se pose contre sa joue. Ses yeux se détournent de la blessure pour rencontrer le regard clairs du blessé. Le contact ne dure qu’un très court instant, les yeux du garçon se voilent, deviennent vitreux et la main retombe, inerte. Clea a cessé son sort, incapable de détourner le regard de celui du cadavre entre ses bras. Deux doigts viennent fermer les paupières encore ouvertes du gamin; ceux de Rahl.

« Combien de survivants ? Parvient à articuler la jeune femme.
-Dix. »

Les épaules de Clea s’affaissent sous l’immense poids de la responsabilité, la main de son ami se pose sur la droite, la serre dans un geste de soutient. Seulement dix personnes ont pu être sauvées mais que leur reste-t-ils ? D’un geste délicat, la blonde dépose le corps de l’adolescent sur le sol avant de se relever, légèrement titubante puis elle donne des ordres. Ils n’ont pas de temps à perdre.
Tous les cadavres ont été ramenés sur la place, empilés avec délicatesse et respect. Ils sont si nombreux… Il lui a fallu lutter pour ne pas s’effondrer à la vue de chaque petits corps d’enfants qu’ils ont déposé sur le sol. Ils ne sont plus que tous les deux; les autres rebelles et survivants ont rejoint les repaires éparpillés un peu partout dans la dimension. Seuls Clea et Rahl restent, face à bûcher. Les flammes magiques invoquées par la sorcière dévorent les malheureux sans vie ; ils ne bougent pas jusqu’à ce que le feu ne se soit éteint, ne laissant qu’un tas de cendres.

« Je vous rejoindrai plus tard. J’ai besoin de… Elle cherche ses mots, s’empêchant d’éclater en sanglots. De…
-Tu sais où nous trouver. »

Hochement de tête; le portail s’ouvre face à elle et sans une seule hésitation, Clea s’y engouffre.

***

Le jour n’est pas encore levé, sur Terre, et le Sanctum est silencieux. Tous ses occupants sont profondément endormis. La blonde ignore combien de temps s’est écoulé, depuis qu’elle est repartie. Quelques jours ? Peut-être une semaine ? Sûrement pas plus. Elle aurait préféré pouvoir revenir plus tôt, lui envoyer un message mais tout n’a fait que s’enchaîner, comme toujours. Sûrement s’est-il inquiété et attendu son retour. S’est-il demandé si elle tiendrait sa promesse ? Elle lui a dit qu’elle reviendrait, toujours, mais quand ? Peut-être promettre, à chacun de ses départs, qu’elle ne partira que l’espace de quelques jours ? Non et elle se déteste pour ça. Pourra-t-il supporter ça ? Pourront-ils vivre leur amour même si tous les sépare ? Clea n’en sait rien, elle espère, juste.

La sorcière regarde son reflet dans le miroir de la salle de bain ; elle est maculée de sang. Celui de ses ennemis et celui de ceux qu’elle n’a pas pu sauver. Elle se débarrasse de ses vêtements qui, après un rapide sort, ne montrent plus aucune trace des derniers affrontements sanglants. Si son corps n’est pas marqué, elle a l’impression que son âme, elle, est en mille morceaux. Elle frotte chaque parcelle de son corps avec frénésie sous le jet d’eau brûlant de la douche. Clea veut faire partir la moindre tache de sang, se débarrasser de l’odeur de mort qui lui colle à la peau et qu’elle déteste plus que tout au monde. Si seulement elle pouvait effacer de sa mémoire ces images qui ne font que revenir par flash… Les yeux vitreux de l’adolescent la hantent. Sa vie n’aurait pas dû se terminer si vite, si brusquement et dans tant de souffrances. Aucun des habitants ne méritaient cela. Combien encore devront mourir dans cette guerre civile qui n’a pas de fin ? Pourquoi a-t-elle été choisie pour protéger la Dimension Noire ? Pourquoi elle ? Comment Stephen peut-il encore supporter ce poids sur ses épaules après toutes ces années ? Elle a besoin de le voir, de sentir ses bras autour d’elle, de suite. Seul lui pourra apaiser son âme à l’agonie et les larmes qui coulent le long de ses joues.

Silencieusement, Clea pousse la porte de la chambre de Stephen pour s’engouffrer à l’intérieur. La pièce est plongée dans l’obscurité, le calme. Déjà, la jeune femme se sent un peu mieux alors qu’elle peut voir la silhouette de Strange, endormi dans le lit. Sa main attrape au passage la chemise soigneusement posée sur le dossier du fauteuil pour pouvoir l’enfiler par-dessus son corps dénudé et encore légèrement humide. A peine glissée dans les draps, Clea vient trouver la chaleur apaisante de son amant; se blottissant contre son dos. Son front se pose contre l’arrière de sa nuque, son parfum enivrant la rassure; la douleur dans son coeur s’est enfin calmé. Il est là, tout près d’elle et elle le sent qui bouge un peu, ayant probablement senti sa présence.

« Je suis rentrée. » Chuchote-t-elle.

Elle est enfin là. Pour combien de temps ? Aucune idée. L’essentiel est qu’ils soient enfin réunis, peu importe si ce n’est que pour un court instant.

Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sorcier Suprême
♠ Emploi : Sorcier Suprême, consultant en sciences occultes, ancien neurochirurgien / médecin. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Lights will guide you home. ✖ Stephen   Mar 12 Juin 2018 - 15:36

Stephen & Clea
Lights will guide you home



Le portail se referma, et avec lui, les bruits, le vacarme. Stephen accueillit le silence du Sanctuaire avec un soulagement clairement visible sur son visage fatigué. D'un revers du bras, il en ôta une partie de la poussière et du sang violacé qui le salissait, sans parler de son uniforme. Poussière et sang de la dernière entité maléfique qu'il venait d'affronter et de vaincre pour protéger une dimension où, pour la énième fois cette semaine, ce genre de démon n'avait pas sa place. Trop de débordements, trop d'incursions interdites entre les mondes. Les démons de toutes races étaient de plus en plus nombreux à trouver des failles dans les parois mystiques, à gratter, chercher, creuser, pour y parvenir, et Stephen n'en était que plus inquiet. Cette agitation n'était pas normale. Epuisé, il n'eut pas le temps d'espérer une douche, que déjà une autre menace exigea son intervention immédiate. Agacé, mais docile face à ses responsabilités millénaires, il repartit, puisant en lui cette volonté de toujours continuer malgré le poids des maux qui accompagnaient ce fardeau. Ce ne fut que le lendemain que le sorcier remit pied à terre dans son antre, littéralement vidé de toute énergie au point de somnoler debout sous la douche chaude qu'il put enfin s'octroyer.

Il se laissa bercer par le bruit régulier de l'eau qui venait s'échouer sur son crâne, et recouvrir son corps meurtri par les derniers affrontements. Comme toujours, il se réserverait ensuite quelques heures de méditation pour focaliser son chi ainsi que ses pouvoirs magiques personnels sur sa guérison physique et un semblant d'apaisement psychologique. Afin de guérir, d'être opérationnel au plus vite, pour mieux repartir, recommencer la lutte, encore et encore, dans une danse sans fin. Mais bien que somnolant sous le ballet agréable de l'eau, le magicien sentit son esprit prendre des libertés face à sa fatigue.
Et, irrémédiablement, il alla se perdre vers elle. Il avait beau être occupé, et même lorsqu'il ne l'était pas, faire en sorte de l'être au maximum pour ne pas y penser, il ne parvenait pas à calmer son angoisse, sa crainte de ne jamais la voir revenir. Ou en tout cas, pas avant des mois, voire des années, de nouveau. Les souvenirs de leur nuit dansèrent dans ses paupières closes. Il revoyait son regard si clair fusionné dans le sien, ressentait ses mains agrippées sur sa peau à chacune de leurs étreintes passionnées comme si elle était là, tout contre lui en cet instant même, dans ses bras. Que n'aurait-il pas donné pour que cette volonté soit assez forte pour la tirer à travers le voile dimensionnel, pour la voir se matérialiser contre son torse et pouvoir la serrer contre lui, juste comme ça, sans même avoir besoin d'échanger un seul mot. Juste pour être avec elle. Sentir son coeur battre contre le sien. S'apaiser l'un l'autre. Car il ne doutait pas un instant que depuis quarante ans, elle aussi devait donc subir le fardeau qui était le sien, de l'autre côté. Son retour, blessée, au bord de la mort, l'avait ébranlé bien plus qu'il n'avait pu le montrer du fait de la distance coléreuse qui les avait animés ensuite. Mais ses mains tâchées de son sang lorsqu'il l'avait soignée, revenaient régulièrement flasher devant ses pupilles. Et son inquiétude pour elle, là-bas, sans pouvoir l'aider, sans oser pour mille raisons objectives et subjectives, ne faisait que doubler dans le secret de ses silences.

Presque une semaine sans nouvelles et chaque jour, il devenait plus dur de résister à l'envie de consulter l'Oeil, pour la voir, pour s'assurer qu'elle gérait la situation. Comme en cet instant où il joignit les tranches de ses mains devant lui pour y récupérer l'eau qui tombait. Il observa les gouttes percutant la surface de ce contenant de fortune, débordant de tous côtés. Il n'avait qu'une incantation à murmurer, qu'un instant de concentration à avoir pour transformer la surface de ce dernier en un miroir dimensionnel. Pour changer cette eau dans ses mains en une fenêtre d'observation projetable jusqu'à elle, appuyée par l'enchantement du talisman qui pendait sur son torse. Il pourrait la voir. La suivre du regard le temps d'un instant. Mais s'il faisait cela, il savait qu'il irait plus loin ensuite. Que le simple fait de l'observer le pousserait à la rejoindre, et il ne le devait pas. Alors il écarta ses mains. L'eau accumulée chuta, éclata sur le sol de la douche pour s'y disperser comme si jamais elle n'avait eu d'autre utilité que cela.

Stephen soupira, ferma les yeux de nouveau. Il devait lui faire confiance, même si, après toutes ces décennies sans elle, cela revenait à faire un acte de foi. Mais il voulait croire que cette nuit avait été sincère. Lui l'avait été. Et le sortilège qu'elle avait invoqué pour leurs artefacts personnels était une preuve de sa volonté de revenir. Alors il devait attendre. En silence. Déjà silencieux par nature, il l'était plus encore et rares étaient les mots échangés même avec Wong, pris dans cette attente qui lui drainait toute sa concentration lorsqu'il n'était plus assez occupé par quoi que ce soit d'autre. Stephen quitta la douche. Il mangea peu, comme chaque jour depuis son départ, pour les mêmes exactes raisons, au grand dam de Wong qui s'inquiétait à son tour pour la santé de son maître. Mais son ami savait. Il avait déjà vu cela. Il savait que rien ne pourrait changer l'état du Sorcier Suprême. Pas tant qu'elle ne réapparaîtrait pas. Après une méditation réparatrice, il alla retrouver sa chambre et s'abandonna à un sommeil mérité, bien qu'il lui fallut un certain temps avant de daigner le trouver. Malgré son épuisement physique, son esprit et son coeur refusaient de lâcher prise aussi facilement, et même lorsqu'ils finissaient par capituler, ce n'était jamais pour un sommeil excessivement lourd.  

Raison pour laquelle le seul mouvement du lit et du drap suffirent à lui faire ouvrir les yeux, immédiatement éveillé par le battement accéléré de son coeur qui vint cogner ses tempes. Etait-il vraiment réveillé ou rêvait-il ? Etait-elle bien là dans ce lit derrière lui, alors qu'il était couché de côté ? Il sentit son front rencontrer l'arrière de sa nuque. Trois mots murmurés. Frisson. Réalité. Il ferma les yeux juste le temps de savourer ce contact et ces paroles, et tout ce que cela signifiait. Elle était revenue. Elle avait tenu parole. Il saisit sa main dans la sienne, la tirant doucement autour de son flanc pour mieux venir l'embrasser longuement en fermant les yeux, encaissant le départ presque vertigineux de cet étau en train de libérer enfin son coeur. Oui. Elle était là. Ils étaient de nouveau enfin ensemble. Pour de bon. Cette nuit passée n'avait pas été qu'un rêve éveillé éphémère.

Sans lâcher sa main, il se retourna enfin pour lui faire face. Il détailla son visage et fut frappé par le scintillement de ses yeux humides dans la pénombre. Il avait bien senti à sa façon d'arriver, si calmement, si timidement presque, que quelque chose n'allait pas. Il en avait désormais le coeur net, rien qu'à l'expression au fond de ses yeux, et ce même si elle ne pleurait pas, se retenait. Son amour pour elle fit que son malheur devint instantanément le sien, tant la voir mal le blessait sans aucune armure pour le protéger de cela. Guidé par cette compassion naturelle, fusionnelle, il se rapprocha, la serra contre lui pour que seule cette chemise qu'elle portait ne soit plus que la seule séparation entre leurs êtres. Comme dans une volonté de la blottir contre lui dans un cocon protecteur où rien ne pourrait l'atteindre. Où elle avait tous les droits de s'abandonner sans craindre aucun jugement, aucune conséquence hormis celle de se sentir consolée, aimée.

« Laisse-moi t'aider... » murmura-t-il. Son silence lui faisait mal, à se sentir impuissant à pouvoir la soulager de sa peine. Son regard plongé dans le sien, il partageait malgré lui sa douleur sans en savoir les raisons. Sa main caressa ses cheveux, trouva tendrement sa joue pour y rester, cherchant à la consoler, lui faire savoir qu'il était là, avec elle. Pour elle. Il finit par venir coller doucement son front contre le sien. « Parle-moi... » Quelques mots soufflés dans la nuit. Il ne savait que trop bien l'effet de solitude et d'enfermement que le titre de Sorcier Suprême imposait à ses porteurs. Il savait à quel point il était facile de croire que l'on pouvait tout encaisser en silence, sans que jamais le reste du monde n'ait à savoir les sacrifices quotidiens que cela exigeait. Mais il refusait cela. Il refusait de voir celle qu'il aimait poursuivre dans cette voix alors qu'ils étaient enfin réunis. Tout ce qu'il désirait en cet instant, c'était qu'elle lui parle, qu'elle se confie, ici dans ce lit, leur lit, à l'abri et à l'insu du monde. Qu'ils renouent avec cette proximité qui les animait si longtemps auparavant. Qu'elle le laisse tout simplement revenir dans sa vie. Toute sa vie. Peu importait le chaos qui pouvait y régner et dont elle avait voulu le tenir éloigné. Ce chaos qu'il lisait le coeur serré dans ses yeux noyés de larmes.


and i will try to fix you





One shaft of light that shows the way, no mortal man can win this day
This flame that burns inside of me, I'm hearing secret harmonies
The bell that rings inside my mind is challenging the doors of time
One goal, one golden glance of what should be, it's a kind of magic
queen - a kind of magic
Who's laughing now, asshole ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lights will guide you home. ✖ Stephen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Light will guide you home [Eydan]
» [Guide] Le charpentier
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» [Guide]Le prestige
» coulisseau et son guide





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Le reste de Los Angeles :: Habitations-