Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

because we're royalty | blackagar & maximus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Inhumains
♠ Classe et nom de code : Maximus The Mad. ♠ Emploi : Prince d'Attilan, Conseiller de son frère, Scientifique. ♠ Gif :
MessageSujet: because we're royalty | blackagar & maximus   Lun 30 Juil 2018 - 22:22
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
because we're royalty
blackagar & maximus.
Le pas rapide, la mine sévère, l’esprit contrarié, et toujours cette dualité frustrante qui t’anime, tu files à travers les couloirs du palais. Ton abruti de frère passe son temps à jouer avec tes nerfs et tu restes persuadé qu’il le fait parfois exprès. Peut-être pour te tester ou peut-être pour simplement t’agacer. Une simple vengeance pour tes agissements passés. Si tu avais été plus lucide, t’en aurais vite conclus que c’était pas volontaire, qu’il était juste comme ça. Sauf que lucide, tu l’es pas, loin de là. Pas avec lui, malgré tous les efforts que tu fais pour te faire bien voir, pour rester dans ses bonnes grâces et conserver cette étrange confiance qu’il semble vouloir t’accorder. Tu t’en délectes de cette confiance. Tu t’en délectes autant que tu t’en méfies. Tu prends goût à cette liberté si durement gagnée. Le résultat de trois ans de sacrifices, de trois années à prendre sur toi, à supporter cette brute de Gorgone pour prouver au reste de ta putain de famille que tu pouvais rester sage, même en l’absence de Blackagar, surtout en son absence à vrai dire. Et pour preuve de ta réussite, tu occupes une place de choix aux côtés de ton frère. Tu te charges de le conseiller, d’accéder à certaines de ses demandes. Tu te permets parfois -souvent- de contester ses choix. Peut-être que tu te laisses bien trop souvent emporter, mais quelque part, t’es persuadé que c’est pour votre bien, que ce que tu murmures au creux de son oreille reste les seuls rares choix viables que vous avez. Les Humains ? Inutiles. Ces nouveaux Inhumains aux origines terriennes ? Juste des bâtards. La Terre ? Elle vous revient de droit, eux ne savent que la détruire. Tu te gardes bien de partager tout ce qui te passe par la tête, bien sûr, tu ne voudrais pas risquer qu’on remette ta santé mentale en doute.

Le Roi vient de revenir, avait simplement déclaré un garde avec cet air dédaigneux que certains de tes semblables arborent quand t’adresser la parole est une nécessité. Et tu n’en as cure, parce que ça t’amuse plus qu’autre chose. Ils te craignent sûrement, ou finiraient par te craindre si ce n’est pas encore le cas. Quoi qu’il en soit, seule l’information que cet inhumain t’apporte a de l’importance ; ça sonne pour toi l’heure de te confronter à lui. De pouvoir l'interroger sur ce qui ne va pas chez lui. De profiter de son mutisme pour simplement démontrer que tu as raison et qu'il a tort. Alors tu te hâtes, tu traverses les couloirs jusqu'aux quartiers de ton frère. Pas de salut pour ceux que tu croises, pas même un regard. Pas de sourire non plus alors que tu sais que ce n’est pas une partie de plaisir qui t’attend.

Ton attitude est théâtrale quand tu pousses les dernières portes qui te séparent de ton frère, tu ne cherches pas à te faire discret et tu n’en as de toute manière pas besoin. Du regard, tu parcours la pièce et quand enfin il s’arrête sur Blackagar, tu écartes les bras, avec un sourire qu’on pourrait presque qualifier de chaleureux quand tu t’approches de lui. Une joie et une surprise surjouée te caractérisent bien actuellement. Encore plus quand tu daignes t’exprimer. « Oh, mon frère, te revoilà enfin ! Je commençais à me demander si tu n’avais pas choisi de vivre parmi eux. » Tes commissures se déforment en un rictus, dégoûté que tu es par cette simple idée. Tu fronces le nez et un sourire en coin reprend aussitôt place sur tes lippes quand tu te penches très légèrement en avant, sur la confidence quand tu sembles prendre tes prochaines paroles bien au sérieux. « Me laisserais-tu le trône d’Attilan si tu retournais vivre avec tes amis Terriens ? » Un petit rire finit par t’échapper et tu redresses le buste.

Ton expression change bien rapidement, plus fermée, plus froide, plus déterminée aussi. Tu restes caustique, peut-être plus proche de l’homme que t’as toujours été face à ton frère, plus proche du vrai Maximus et de ce que tu refoules depuis des mois. Tes pas te mènent jusqu’au brun, bien trop lents, dans cette démarche prédatrice. « Mais je doute que tu choisisses de nous abandonner après tant de temps passé là-bas. Ai-je raison ? » Sans vraiment attendre qu’il se décide à répondre, ou sans vraiment faire l’effort de lire ce qu’il aurait à te dire, tu enchaines, t’exclamant comme si la réponse avait été d’une logique implacable. « Bien sûr que j’ai raison ! » Enfin, tu cesses de tourner autour du pot alors que tu as comblé la distance qui vous séparait, tranquillement tu viens t’accouder à son épaule, même si l’homme reste subtilement trop grand pour ça. Si proche de son oreille, tu susurres, comme si vous n’étiez que deux gamins partageant un secret, bien conscient que ça reste bien plus que cela. « Alors ? Qu’y a-t-il de si intéressant en bas ? » Tu pourrais provoquer un peu mais cette fois, tu t’abstiens. Tout ce que tu désires pour l’instant, c’est lui prouver qu’il a tort, rien de plus, n’est-ce pas ?
code by bat'phanie


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
running far from the words that you say
maximus the mad Distant future, fading Memories, Shouting vultures, blury sceneries, Voices in my head, I think I'm losing it, No more cards to play, I think it's time to pay.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Inhumains
♠ Classe et nom de code : Black Bolt (Flèche Noire) ♠ Emploi : Roi des Inhumains et Krees ♠ Gif :
MessageSujet: Re: because we're royalty | blackagar & maximus   Lun 30 Juil 2018 - 23:08
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Black Bolt & Maximus The Mad

Roleplay


Fidèle gardien, serviteur qui le dépose dans la chambre royale. Chambre qu’il observe d’un air triste. Il finira par la retrouver, redonner le sourire à son fils. Il finira par donner à son peuple : protection et soulagement. Il le sait au plus profond de lui-même. Toutes ses choses ne sont que des obstacles à franchir pour atteindre son rêve, son objectif. Il avait établit un contact neutre avec les Terriens, maintenant il devait rencontrer l’homme que Natasha lui avait décrit comme quelqu’un de sûr. c’était d’une importance capital pour tous, pour lui, pour la sécurité terrienne et inhumaine. Tant de facteurs à prendre en compte, il le sait, comprend les enjeux des deux côtés. Son visage se tourne vers la baie vitrée, il esquisse un pas vers elle, mais n’aboutit pas son mouvement. Il n’a que le temps de se retourner vers l’arrivée de cet homme théâtral. Bien trop par rapport à ses vrais pensées. Il contemple la venue de son frère qui s’apostrophe de joie et de reproche qui ne sont que plus qu’évident. Son attitude, il voit que cela semble être une partie de plaisir, lui reprocher ses actions. Il pouvait, il n’avait prévenu personne, il voulait faire bouger les choses sans prendre le temps d’informer le Conseil Génétique. Il ne pouvait pas se permettre de perdre plus de temps qu’il ne lui en était accordé. Le runnin gag sur le trône l’assomme, mais il est stoïque, il est impassible face à son frère, comment ne pourrait-il pas l’être autrement dans ce palais, dans cette ville ? Son devoir passait avant tout, il en était conscient et s’y plongeait corps et âme dedans.

L’abandon n’est pas ce qu’il veut, il ne cherche pas à choisir. Il se demande comment son frère pouvait-il lui en vouloir d’avoir perdu la mémoire pendant trois ans, comment pouvait-il juste lui dire, lui faire remarquer. Tout cela l’épuise. Le geste ne le surprend pas, il sait que son frère a fini de s’égosiller comme un oisillon à peine sorti de l’œuf. Il lève lentement son bras, posant sa main sur le poignet de son frère et lui retire avec cette même lenteur, relâchant celui-ci pour ensuite l’observer dans les yeux. Son frère connaît très bien ses mots qui vont se former, s’imager dans sa tête et se mettre en œuvre dans son regard. Il ne peut parler, il ne peut s’amuser à parler en signe, il n’en a pas besoin avec son frère et encore moins d’user de télépathie. Il sait très bien que son frère n’est pas un idiot, qu’il est attentif et semblable à un renard.

Le Roi se détourne de son frère, s’avance finalement vers la baie vitrée pour contempler Attilan, il est perplexe dans chaque mots qu’il prononce, son regard est portée plus loin, vers l’océan qu’il distingue. Il se retourne et fait signe à son frère de rester calme, digne, de ne pas s’emporter comme il a la fâcheuse manie de le faire. Il n’a pas envie d’une dispute, pas aujourd’hui, pas demain, jamais. Il a besoin de temps, d’initiative pour faire avancer les choses.

Ma Reine m’y attend. Notre futur nous y attend. Attilan se déploie sur Terre avec les Nomades qui ont transmit notre génome.

Son regard est dur, son visage stoïque alors qu’il avance. Il se tient les mains pour donner le mot : fraternel. Entraide. Tout cela est important pour lui, important pour Attilan, il sait qu’il n’y a pas de place, il sait qu’il doit demander asile. Cette Terre n’est pas à eux, elle est aux humains, il doit négocier, faire attention aux relations qu’ils entretiendront par le futur. Ne pouvait-il tout simplement pas lui accorder du crédit ? Il le méritait, il faisait des efforts pour tout le monde. Il contourne son frère, tourne autour comme un lion dans une cage, il se sent prisonnier de ses actes avec lui dans le coin. Ce n’est pas faux, l’avoir comme Conseiller réduit son champ d’action, mais il devait le surveiller et lui prouver qu’il avait confiance en lui. Ce doute qui plane entre-eux était parfois étouffant.

Donnons-leur une chance. Montrons-leur que nous sommes prêt à les aider, mais que nous restons maître de nos choix sur leurs demandes.

Il s’arrête, se tourne entièrement pour pencher la tête de côté, comme si une nouvelle information lui était apparu en tête.

J’ai laissé Lockjaw sur Terre, mon frère.




PS : Gras pour se faire comprendre par son attitude. Italique par télépathie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Inhumains
♠ Classe et nom de code : Maximus The Mad. ♠ Emploi : Prince d'Attilan, Conseiller de son frère, Scientifique. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: because we're royalty | blackagar & maximus   Ven 3 Aoû 2018 - 0:12
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
because we're royalty
blackagar & maximus.
Ce manque de réaction te ferait presque tiquer si tu n’avais pas prit l’habitude de cette impassibilité affligeante dont ton frère fait preuve depuis… à peu près toujours. C’en serait presque perturbant si tu n’étais pas toi même peu net. La normalité n’est pas un trait propre à ta famille après tout, même parmi les Inhumans. Mais tu restes le gardien de ton frère et t’entends bien respecter ton rôle, faire ce pour quoi tu es là. Ce pour quoi tu n’es pas de nouveau enfermé. Tu évolues sur un fil, dans un équilibre précaire, tiraillé entre ce désir de ne pas décevoir et ce dédain que tu éprouves pour ton frère. Tu pouffes doucement quand il retire ton bras dans ce geste bien trop lent, douce moquerie légèrement contenue par le peu de respect que tu voulais bien lui accorder. Bien vite, tu recroises tes mains dans ton dos, restant bien droit. De ton regard inquisiteur, tu soutiens celui de l’autre homme, curieux alors que tu attends de recevoir tes réponses. Insolent, tu lèves les yeux au ciel quand il t’intime de rester calme, et si la demande t’agace, tu t’exécutes bien sagement, restant où tu es, restant surtout à ta place. Pourtant tu soupires longuement quand ses mots te parviennent. Prévisibles mais toujours autant consternants. Tu ne pouvais que t’en douter et pourtant, Médusa ne te manque pas. Tu sais que t’aurais jamais la même liberté de mouvement avec cette femme dans les parages. Un grognement t’échappe et tu fronces le nez, sans même prendre la peine de cacher ton désaccord. « Des bâtards… tu comptes faire reposer notre futur sur une bande de bâtards terriens sous-éduqués ? Si ta Reine t’attendait vraiment, on l’aurait retrouvé depuis des semaines déjà. Peut-être qu’elle n’est pas sur Terre. Tu perds ton temps. Tu perds notre temps. Fais la chercher ailleurs. » Que tes paroles l’affectent ou non, tu n’en as cure, tu n’es pas là pour prendre des pincettes, tu dis les choses telles qu’elles sont, un point c’est tout.

Le voir évoquer l’entraide et la fraternité t’afflige mais tu n’en laisses rien paraître pour une fois. Tu le laisses faire et, plus important, tu ne le contredis pas. Tu restes calme et immobile quand il te tourne autour, tu gardes le menton haut, le suivant des yeux du mieux que tu peux. « Le sommes-nous vraiment ? Ils ne méritent pas notre aide. Mais tu connais mon avis sur la question. Nous devrions seulement prendre ce qui nous revient de droit, sans même les consulter. » Encore un fait que Blackagar ne semble pas vouloir accepter, ni même prendre en compte. Vous êtes supérieurs, la génétique ne ment pas. C’est la loi du plus fort qui devrait régner. Qu’ils aient été là en premiers ou non ne change rien. Tu ne sais pas comment faire entendre raison à ton frère. Tu sais qu’il n’a pas ce tempérament belligérant qui pourrait pourtant débloquer tant de choses, qu’il veut tout régler par la diplomatie. Sauf que la diplomatie implique de faire de concessions que vous ne pouvez plus vous permettre de faire. La Lune, l’Himalaya puis le ciel de Los Angeles. C’est de stabilité qu’Attilan a besoin et s’incliner face à des êtres inférieurs n’est pas ce qui vous l’apportera. T’en es convaincu, tout comme tu es convaincu que ce n’est pas un chemin que ton frère empruntera. Tu inspires longuement avant de te reprendre. « Mais soit. J’ai prit la décision de te suivre et de t’assister, même si je n’approuve pas toujours. Je ne suis là que pour te conseiller, n’est-ce pas ? » Un sourire faux orne tes lèvres. Malgré toute la sincérité que tu pourrais mettre dans tes propos, ça te fait mal de l’avouer et tu serres un peu les dents, prenant encore et toujours sur toi.

Tu te figes à sa dernière phrase, restant planté là quelques secondes sans rien dire. « Il manquait plus que ça. Rien ne va plus, Blackagar. J’essaye d’aider, tu sais ? Je fais des efforts, vraiment. Mais tu ne me facilites en rien les choses. Puis-je au moins savoir pourquoi tu l’as laissé là bas ? Et pourquoi Lockjaw ? Un membre de la milice n’aurait pas fait l’affaire ? » Tu te passes une main sur le visage, soupirant longuement. Malgré tout ce qu’on aurait pu penser, tu prends ta tâche à cœur, même si tu le fais à ta manière. Mais il ne manquait plus qu’il décide de te laisser, de t’abandonner toi aussi sur Terre pour une quelconque tâche supposée importante. Quoi que. Prendrait-il vraiment le risque de t’éloigner et de ne plus pouvoir t’avoir à l’œil ? Qu’il ose, ce serait sûrement une expérience des plus intéressantes pour toi.
code by bat'phanie


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
running far from the words that you say
maximus the mad Distant future, fading Memories, Shouting vultures, blury sceneries, Voices in my head, I think I'm losing it, No more cards to play, I think it's time to pay.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Inhumains
♠ Classe et nom de code : Black Bolt (Flèche Noire) ♠ Emploi : Roi des Inhumains et Krees ♠ Gif :
MessageSujet: Re: because we're royalty | blackagar & maximus   Ven 10 Aoû 2018 - 11:23
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Black Bolt & Maximus The Mad

Roleplay


Ts sont crus, ils semblent énoncés pour le blesser. Son faciès ne bouge pas, il l’observe alors qu’il commence simplement à entrevoir que cet homme maudit Médusa, qu’il ne souhaite pas la retrouver pour le moment, pas sur Terre. c’est ce qu’il sous-entend et cela commence à faire tilt dans ses pensées. Son crâne se penche légèrement sur le côté, il est neutre. Il ne veut pas montrer quelconque émotions qui pourraient lui en être tenu rigueur. Leur temps. Il ne se rappelait pas que son Frère était si affecté que ça par la disparition de sa Reine. Il inspire doucement, il se laisse aller à l’écouter sans le contredire, après tout, il ne peut pas se permettre de le pointer du doigt, pas pour le moment. Trop de chose semble faire réfléchir le Roi, il n’arrive pas à comprendre les motivations de son frère. Tout ça, le rendent perplexe, il fait un pas vers la baie vitrée, observant par delà la Cité, l’océan et le morceau de terre. Reprendre la Terre. Il ne faut pas, il ne peut pas se le permettre. Ce n’est pas la bonne solution, cela ne sera jamais bon pour eux, pour son peuple. C’est pas une chose qu’il faut faire. Il ne comprend pas cette lubie de vouloir revenir sur Terre, ne le sont-ils pas actuellement ? Ils n’ont pas encore obtenu de lieu où s’implanter, mais ça ne serait tarder. Il sait qu’il devra en faire la demande, mais pour le moment il préfère se concentrer sur la recherche des siens.

Les dernières paroles de l’homme, le rende un peu plus sombre. Il aimerait montrer que ça ne lui plaît pas, mais il ne peut. Il reste calme, se retourne pour le regarder, il fronce des sourcils. Tout ce qu’il dit pourrait être logique et vrai, mais non, pour lui c’est la pire des solutions envisageable. Il secoue la tête, lentement, il tente de s’approcher de son frère, il lève le bras et pose la main sur l’épaule de celui-ci. Il n’aime pas vraiment comme son frère lui parle, il se demande pourquoi il s’excite autant pour une Terre et pour le reste. Ce n’est pas la Guerre, elle est terminée. C’est l’heure de la reconstruction, il ne voit pas en quoi tout ça le gêne. Lockjaw. Un sujet difficile à aborder, qu’il n’abordera pas pour le moins du monde. Il a ses propres raisons, il n’a pas à les dire à son frère, pas tout de suite, le sujet est délicat et il doit d’abord vérifier que les sources sont sûres avant de pouvoir en discuter.

Ses doigts se resserrent sur l’épaule de son Conseiller, il est attentif à ses réactions.

Médusa est importante. Le peuple la réclame. Elle est sur Terre. Nous continuerons les recherches. Pour la suite, nous devons être patient et discuter avec les dirigeants de la Terre et ceci n’est pas à débattre. J’ai déjà pris les devants en ce qui concerne ce point, c’est pour cela que Lockjaw est sur Terre.

Il ferme les yeux, lâche son épaule, se détournant alors qu’il sait parfaitement que cela agace son frère, il s’agace lui-même de devoir se justifier auprès de lui.

Mes agissements n’ont pas lieu d’être pointé du doigt. Ce que je fais est pour mon peuple, cela résultera un meilleur avenir pour nous.

Il passe à côté de lui, alors qu’un semblant de lassitude l’étreint, il n’arrive pas à comprendre son frère, il n’arrive pas à comprendre pourquoi il cherche toujours la petite bête. Il sait que c’est normal venant de lui mais cela l’épuise souvent.

Je ne te facilite rien, mais tu ne m’aides pas non plus en pensant que je ne fais rien pour mon peuple. Serais-tu en train de me reprocher mon absence ? Trois ans ont-ils suffit à te dire que chaque décision que je prends est la mauvaise ? Maximus, mon frère. Tu n’as pas à savoir tout ce que je prévois.




PS : Gras pour se faire comprendre par son attitude. Italique par télépathie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Inhumains
♠ Classe et nom de code : Maximus The Mad. ♠ Emploi : Prince d'Attilan, Conseiller de son frère, Scientifique. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: because we're royalty | blackagar & maximus   Jeu 16 Aoû 2018 - 0:01
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
because we're royalty
blackagar & maximus.
Tes paupières se plissent quand tu cherches à discerner quelque chose dans l’expression de ton frère. Pourtant, il se contente seulement de te tourner le dos, d’observer cette Terre qui vous reste inaccessible tant qu’aucune réelle décision ne sera prise. Si proche et à la fois si loin, ça te désole, ça t’irrite aussi. Faudra-t-il vraiment que tu lui forces la main ? Que tu trouves un moyen de le faire bouger ? Que tu lui montres à quel point les humains peuvent être mauvais aussi. À vrai dire, tu comptes un peu sur ceux-ci pour dévoiler leur réelle nature d’eux-même. Peut-être que seul un léger coup de pouce de ta part suffirait amplement. Il faudra seulement veiller à ce que jamais on ne s’en rende compte, ne serait-ce que pour garder cette liberté que tu ne manques pas d’apprécier et de savourer.

Dans ce réflexe et avec la réalisation que tu aurais pu aller un peu trop loin dans tes paroles, tu te figes quand Blackagar fronce les sourcils. Au moins, tu es parvenu à tirer une réaction de ton Roi bien aimé. Un certain progrès quand on y pense. Tu le laisses approcher pourtant, et tu lui fais le plaisir de ne pas reculer non plus, posant ton regard sur la main posée sur ton épaule. Lentement, tu redresses la tête pour planter tes prunelles dans les siennes, soudainement plus tranquille. On pourrait presque croire que tu t’es résolu, que tu déposes les armes et que tu abandonnes, mais tu ne sous-estimes pas ton frère à ce point là, et tu te doutes qu’il n’est pas dupe. Qu’il sait que tu ne t’inclines pas aussi facilement à moins d’avoir une autre idée derrière la tête. Et ton regard s’assombrit alors qu’il insiste sur Médusa. Ça t’agace, elle ne peut pas revenir, pas maintenant. Les choses risqueraient de déraper bien trop vite. Tu contractes la mâchoire, tu serres le poing quand tu parles à nouveau. « Et si Médusa ne veut juste plus de toi ? Peut-être est-elle simplement occupée à se cacher. Le peuple s’y fera. Après tout, c’est toi notre Roi, n’est-ce pas ? » T’es insolent au possible, mais faire décaler les recherches t’arrangerait, vraiment. Tu te retiens de lever les yeux au ciel et tu te contentes d’inspirer longuement. Si tu es le fou de la famille, ton frère campe la place de l’inconscient. Débattre avec eux ne mènerait à rien de concret, rien de bon non plus. « Ton amour pour eux t’aveugle, ils finiront par essayer de te berner, ils tricheront et ton peuple en payera le prix, Lockjaw le premier, visiblement. C’est ce que tu veux ? » Tu le mets presque au défi de risquer autant, de s’engouffrer dans des négociations sûrement inégales pour un bout de territoire que vous pourriez récupérer en un rien de temps.

« La diplomatie ne te servira qu’un temps avec eux. On a les moyens de s’installer sur Terre, de prendre un bout de leur territoire. Un endroit encore sain et protégé. Mais très bien. J’attends de voir ton avenir meilleur. Que ferons-nous si ça échoue ? » Tu es réellement curieux de connaître la solution que ton frère prévoit dans ce cas de figure. A-t-il seulement un plan ? Tu le suis du regard sans daigner bouger et tu prends une longue bouffée d’air. Peut-être qu’une pilule ne te ferait pas de mal présentement.

Alors que tes pensées dérivent, puis ta face change drastiquement et t’affiches une petite mine, bien moins déterminée, bien plus désorienté, les sourcils froncés quand tu poses le regard sur ton frère. T’as parfois besoin de comprendre, tu ne peux pas rester dans l’ignorance trop longtemps, tu ne le veux pas. « Commence par me laisser t’aider. Je te reproche beaucoup de choses, mon frère, mais pas ça. Me prends-tu pour un ignorant à ce point ? » Ta voix tremble légèrement et tu t’interromps quelques secondes, le temps de reprendre un peu de contenance. Sauf que t’as pas besoin de temps. C’est de tes pilules que t’as besoin. Tu plonges tes mains dans les poches de ta longue veste, seulement pour rencontrer le fond de tes poches. Vides. Tu déglutis alors que tu sais qu’il faudra prendre sur toi, ressortant tes mains comme si de rien n’était, hésitant alors que c’est la détresse qui pointe sur ton faciès. « Trois ans ont suffit pour que je m’assagisse, crois-le ou non. Quand comprendras-tu que je tente de te soutenir ? Comment tu veux que je t’aide si tu ne me dis rien ? Suis-je à tes côtés seulement par mesure de sécurité, Blackagar ? Par pitié, sois honnête. » C’est une réponse que t’as besoin d’entendre, peu importe la nature de celle-ci. Malgré les désaccords, malgré cette animosité, tu as quand même ce désir de ne pas seulement représenter un poids, de ne pas juste être celui qu’on doit surveiller sans cesse.
code by bat'phanie


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
running far from the words that you say
maximus the mad Distant future, fading Memories, Shouting vultures, blury sceneries, Voices in my head, I think I'm losing it, No more cards to play, I think it's time to pay.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Inhumains
♠ Classe et nom de code : Black Bolt (Flèche Noire) ♠ Emploi : Roi des Inhumains et Krees ♠ Gif :
MessageSujet: Re: because we're royalty | blackagar & maximus   Jeu 16 Aoû 2018 - 18:56
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Black Bolt & Maximus The Mad

Roleplay


Cela aurait pu démarrer d’une autre manière. Tout aurait pu changer, donner un autre chemin à ce destin qui semble fatidique. Son frère lui parlait, lui répondait, comme un fou face à un mur. Mais il lui répondait, lui lâchait les mots pleins de souffrances pour lui. Maximus appuyait de manière trop prononcé sur lui, sur cette faiblesse au fond de lui. Il aimait sa Reine, il aimait son Fils, il aimait son Peuple. Pourquoi devait-il les attaquer, les rendre si faible. Le Roi. Il était le Roi. Il le savait. Après l’Innommable, il avait été le Roi. Ses gênes faisant de lui une être puissant et dangereux. Blackagar le savait, il avait été élevé au rang de Roi de tous les inhumans qui peuplent la galaxie, il avait aussi été désigné comme Empereur des Kree. Trop de chose rendaient sa fonction difficile à soutenir. Il avait du mal à s’y faire, surtout lorsque son frère lui rappelait sans cesse que son Peuple était la priorité.

La Terre devenait doucement une patrie qu’il voulait protéger. Ils étaient de la même souche, bien que moins évolué, ils étaient parents, tous étaient de la même planète. La Terre était leur maison, pourquoi devraient-il parlementer ? Pour faire ça dans les règles. Son frère avait raison, mais il ne pouvait pas suivre ce qu’il lui disait, il ne pouvait pas se permettre d’écouter sa voix. Pourtant au fond, il y avait comme de la détresse, il l’entendait et ça le rendait inquiet. Il avait peur pour son Peuple, son Frère, sa Famille. Mais il ne pouvait pas rester coincé sur un idéal pour eux, il fallait cohabiter. Il inspire longuement. lorsqu’il lui annonce sa peur, il se retourne, s’approche. Pour lui c’est de la peur, l’abandon est proche et il sait que cela est grave. Il arrive face à lui, restant stoïque. Il ne sait pas quoi dire de plus, pourquoi devrait-il risquer de tout faire foirer. c’était son frère. Son frère….

Sa main se redresse pour se poser sur la tête de Maximus, geste fraternel, il sait que tout va mal parfois, mais il cherche un moyen pacifique pour obtenir ce qu’il veut. Son autre main se lève, il montre ce qu’il veut faire. Il essaie de se faire comprendre.

Ton soutien m’honore. Je n’ai pas confiance. Je n’ai confiance en personne actuellement. Tu es à mes côtés parce que tu es mon frère. Tu es important pour moi. Je sais que ma Reine ne te porte pas dans son cœur, je vois la détresse dans ton regard. La peur que je t’abandonne. Lockjaw va bien. Je n’ai pas confiance dans tous les humains. Leur Président, je m’en méfie. Vois. Je me confie. Je te raconte ce qui me chiffonne. C’est un début de confiance, mon frère. Je cherche à ne pas avancer trop vite. Sache que si ça tourne mal, si la Terre nous trahit, nous fait du mal, à toi, à mon Peuple, ma Famille. Ma colère sera grande.

Il reste calme, ne le lâchant pas du regard, il lui avoue un peu tout, sans dévoiler son plan, mais il lui fait une promesse de bouger, de réagir en cas de trahison, d’attaque sur Attilan. Il veut toutefois tenter le coup. Voir si tout ira bien malgré lui, malgré ce que la nature humaine est.

À ce moment, si cela arrive, je suivrais tes choix, car les miens n’auraient pas fonctionné, mais je ne te demande que d’attendre de voir ce que cela donnera. Je te demande du temps. Le temps que l’humanité se prépare à notre venue.

Il ferme les yeux, étant sincère dans chacun des mots qu’il se fait comprendre. Il pourrait attaquer une nation entière si son peuple était attaqué en premier, si leurs vies étaient en danger. Il hoche doucement la tête pour lui montrer qu’il comprenait son point de vue.




PS : Gras pour se faire comprendre par son attitude. Italique par télépathie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Inhumains
♠ Classe et nom de code : Maximus The Mad. ♠ Emploi : Prince d'Attilan, Conseiller de son frère, Scientifique. ♠ Gif :
MessageSujet: Re: because we're royalty | blackagar & maximus   Ven 17 Aoû 2018 - 16:45
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
because we're royalty
blackagar & maximus.
Essayer de lui faire entendre raison ou le manipuler ? Le choix reste difficile mais tu décides vite de t’abstenir, de rester sage jusqu’au bout. Tes pouvoirs te reviennent peu à peu et tu ne veux pas griller tes chances en te faisant avoir si tôt. Parce que Blackagar ne serait pas affecté et qu’il se rendrait compte de tes plans foireux bien trop rapidement. Une bonne idée pour regagner sa cellule, sûrement plus que poussiéreuse depuis le temps. C’est une fierté en soi, d’avoir évité si longtemps d’y retourner, sauf que cette fierté ne te sauvera pas, ça ne te permettra pas de te contrôler. T’es pas capable de faire ça tout seul, t’es trop dérangé pour comprendre ce qui ne va pas. Tes désirs vont dans tous les sens, concordant parfois avec ceux de ton frère, allant parfois dans le sens contraire.

Tu fermes les yeux quand sa main se pose sur ton crâne et tu inspires un grand coup avant d’oser à nouveau croiser ses iris. Presque craintif, beaucoup trop penaud, tu te sens comme un gamin et ça te frustre, petit frère ou non. Il t’infantilise, tout comme Gorgone alors qu’il avait décidé de te surveiller. Il a bien fait, sûrement, mais venant de ton frère ? Ça te vexe, un peu. Un léger rictus déforme tes lèvres mais tu ne dis rien, tu ne fais rien. Tu ne dégages pas sa main, tu acceptes ce contact et tu l’observes, les traits plus détendu, cette fougue qui t’animait à ton entrée dans cette pièce à présent envolée. Ses paroles te font encore et toujours douter. A-t-il choisi d’occuper ton rôle et essaye-t-il de te manipuler ? Étrangement, cette main sur ta tête t’a apaisé, légèrement, seule ta main tremble et tu resserres ton poing comme tu ne veux plus t’emporter, tu ne veux plus élever la voix, tu veux juste comprendre.

As-tu vraiment peur de l’abandon ? T’as gardé cette habitude, de toujours être isolé, de limiter les contacts avec les autres, tu vis dans l’abandon depuis bien longtemps. Peut-être qu’en étant honnête avec toi même, en te montrant juste avec ton frère, tu pourrais admettre qu’il fait de son mieux pour être de ton côté quand tu ne cherches pas à le trahir. Mais tu n’es ni juste ni honnête et tu es encore loin d’accepter son aide. Alors tu secoues la tête, lentement, presque désolé. « Je n’ai pas peur de ça. Je ne peux pas. J’apprécie ce… début de confiance mais nous n’avons pas leur temps… nous ne pouvons pas les laisser détruire notre planète… l’air est déjà contaminé, les ressources tendent à manquer, ça nous tuera si on attend trop. Je peux chercher des solutions, je suis là pour ça. Mais il faut quand même se dépêcher, Blackagar. » T’es fataliste quand t’énonces ces faits, il le sait sûrement, mais devoir nettoyer une Terre souillée n’est pas dans tes projets, loin de là.

Une sale grimace s’étire sur tes traits à la simple idée d’interagir avec des humains, à cette idée qu’ils osent tenter de te faire du mal et tu secoues la tête, comme pour rassurer ton frère, au moins sur ce point. « À moi, ils ne me feront rien. Je n’ai pas prévu d’entrer en contact avec eux. Enfin… ce n’est pas prévu, n’est-ce pas ? Je ne serais pas à la hauteur si il le fallait… » Et la détresse reste omniprésente, dans ta voix, sur ta face, dans ton attitude. Pas vraiment pour la même raison que tu viens d’énoncer, mais surtout parce que tu ne comptes pas d’abaisser à fréquenter de la vermine, tu vaux bien mieux que ça. Il te faudrait y aller un jour, mais tant qu’aucun réel plan ne présente à toi, tu préfères éviter. Tu retiens un sourire presque difficilement alors que le champ des possibles s’élargit, alors que ton frère s’affirme près à réagir si l’humanité foirait sa part du marché.

« Juste… dis moi ce que je peux faire en attendant. Laisse moi être utile. Laisse moi prouver à nos cousins que je n’ai pas besoin d’être constamment surveillé. Je ferais ce que tu me demandes, toujours. S’il te plaît. » T’es toujours incertain une fois cette demande -cette supplique- prononcée, t’as peur qu’il se doute de quelque chose, que cette soudaine volonté d’indépendance lui paraisse suspecte.

code by bat'phanie


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
running far from the words that you say
maximus the mad Distant future, fading Memories, Shouting vultures, blury sceneries, Voices in my head, I think I'm losing it, No more cards to play, I think it's time to pay.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: because we're royalty | blackagar & maximus   
Revenir en haut Aller en bas
 

because we're royalty | blackagar & maximus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Paris du Circus Maximus
» LE CIRCUS MAXIMUS DE ROME
» Maximus Keth'karin [ mercenaire et archer ]
» MAXIMUS || Potius Mori Quam Foedari
» Quiproquo (PV. Lucius Aquillius Maximus)





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Les mondes connus :: En dehors de la Terre-