Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

we’ll be there when you need us (mindy & natasha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Dark Avengers
♠ Classe et nom de code : Black Widow. ♠ Emploi : Avenger (II), ancienne agent du Shield, ex-espionne du KGB. ♠ Gif :
MessageSujet: we’ll be there when you need us (mindy & natasha)   Jeu 16 Aoû 2018 - 19:21
we'll be there when you need us
Statut du sujet :  Privé ft. Mindy.
Date du rp : Cinq mois après Uprising II.
Météo & moment de la journée : Milieu d'après-midi, en intérieur.
Autre : Dans une planque, toujours.




WE'LL BE THERE WHEN YOU NEED US
We need to break the cycle. She won't be raised as I were anymore. I'm willing to give her the chance to choose her own path
L’endroit de paraît trop calme, trop vide quand Bucky n’est pas là. Après cinq mois passés à renouer avec lui, où tu t’es habituée à l’avoir à tes côtés, la crainte qu’Hydra lui retombe dessus, que quelque chose tourne mal reste bien présente. Tu as confiance en lui pourtant, tu sais qu’il est plus que capable de s’en sortir. La petite est dans sa chambre. Cette nouvelle planque est bien plus spacieuse. Plus pratique aussi. D’autant plus maintenant que Mindy n’a plus besoin d’être constamment surveillée et qu’elle n’est plus dépendante d’aucune drogue. Vous la laissiez sortir, un regain de liberté qui s’était fait petit à petit, au fur et à mesure des progrès fait. Pourtant, il reste beaucoup à faire. Parler de ce qui viendrait après par exemple. Prendre son avis pour ça aussi. Parce que vous n’aviez aucunement le droit de lui imposer quoi que ce soit. Tu n’es pas sa mère, Bucky n’est pas son père, mais quelque part, tu te sens responsable. Comme si la seule existence de la Red Room t’impliquait dans le traitement qu’elle avait reçu.

Errer dans la cuisine ne te mène à rien et tu te décides à préparer de quoi boire pour vous deux. Chocolat chaud pour l’une et café pour toi. Ça te laisse le temps de réfléchir à tes paroles, parce que tu n’es pas sûre de toi, tu n’es pas habile avec les enfants. Tu ne l’as jamais été. Mais pouvait-on vraiment la considérer comme tel ? Avais-tu été considérée comme tel à l’époque ? Quoi qu’il en soit, ce n’est pas quelque chose que tu laisseras paraître. D’autres obstacles bien pires ce sont déjà présentés à toi et tu les as tous traversés sans ciller.

Les deux tasses en main, tu cesses de repousser cette discussion pour la rejoindre dans sa chambre. La porte n’est pas complètement fermée et tu ne prends pas la peine de toquer avant d’entrer. Peut-être qu’il faudrait commencer à lui laisser son espace vital un de ces jours et à la laisser regagner un minimum d’intimité. Tu prends note de ce détail pour la prochaine fois, esquissant un léger sourire quand tu t’approches. « Hey. J’espère que je ne dérange pas. » T’as peur de sembler maladroite, de ne pas savoir lui parler comme il faut et tu enchaînes bien rapide alors que tu abaisses ton regard sur les tasses. « J’ai pensé que ce ne serait pas de trop pour discuter. » Habituellement, tu aurais opté pour quelque chose de plus fort, sauf qu’il fallait t’adapter et qu’il était hors de question de sortir la bouteille de vodka pour s’entretenir avec Mindy. Tu t’avances seulement pour poser le chocolat chaud sur la table de nuit pour ensuite attraper une chaise restée là, depuis ces jours où il fallait la veiller pendant son sevrage et encore maintenant quand elle se trouvait assaillie par les cauchemars.

Tu ne perds pas ton temps pourtant pour t’installer, légèrement penchée vers elle alors que tu l’observes quelques secondes avant d’entrer dans le vif du sujet. Gamine ou non, ce n’est pas ton genre de prendre des pincettes. Et quand bien même, t’es pas certaine que la petite accepte d’être traitée comme une enfant de 8 ans. Elle est jeune, mais pas stupide. Elle mérite pas d’être prise pour une ignorante. Peu importe d’où ta propre enfance foireuse, peu importe l’éducation que tu as reçu, tu n’aurais pas apprécié qu’on te traite ainsi à son âge, même si cette période commençait à vraiment.

« Je ne vais pas tergiverser bien longtemps et j’irai droit au but. On ne te force à rien dans l’immédiat, on te laisse le temps. Mais nous devons penser à la suite. Te ré-intégrer, te fournir une nouvelle identité. » C’est délicat, tu n’es pas certaine de choisir les bons mots, tu ne veux pas la blesser et tu es convaincue qu’elle peut comprendre. Qu’elle ne peut pas mener une vie souterraine jusqu’à la fin de ses jours. Elle doit le savoir évidemment, mais le sujet se doit d’être abordé. « Tu as ton mot à dire, toujours, mais nous tenons à ce que tu retrouves une vie normale, dans la mesure du possible. » Parce qu’après ce qu’elle a vécu, rien ne serait jamais vraiment normal. Rien qu’à la vue de vos propres activités, de vos fréquentations et de votre passif, la normalité n’était en rien présente. Doucement, tu souris, comme pour la rassurer, ne pas la brusquer en gardant un masque trop neutre. Tu n’es définitivement pas qualifiée pour ce genre de discussion. « Mais avant tout, il faut qu’on sache si tu veux rester avec nous. » Vous ne pouvez pas la laisser seule non plus, le risque que l’hydre lui remette la main dessus est trop grand, mais la décision de la garder avec vous ne vous revient pas entièrement.

code by bat'phanie




Endure & Survive.
BLACK WIDOW ⧖ And my hands are not clean, maybe they never will be. But they can still carry you home when you need it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Fugitif
♠ Classe et nom de code : Hit-Girl ou The Little Bitch pour les intimes. ♠ Emploi : Ex-justicière mise aux arrêts pour PTSD & fugitive sous la garde de Papa & Mama Bears ♠ Gif :
MessageSujet: Re: we’ll be there when you need us (mindy & natasha)   Ven 19 Oct 2018 - 17:31

WE'LL BE THERE WHEN YOU NEED US
 
Natasha & Mindy
Vous aviez bougé quelques fois au cours des derniers mois. Cela ne faisait pas si longtemps pourtant que tu étais de nouveau dans un état normal. Il avait fallu un mois entier pour éliminer toutes les drogues de ton organisme, un second mois pour te sortir de ton quasi-mutisme et ce n'est qu'au cours du troisième mois que tu avais pu aligne correctement les mots et forme de véritables phrases. Tu avais même fini par pouvoir un peu sortir pour respirer autre chose que de l'air sortant des bouches d'aération. Ce n'est pas que tu ne voulais pas communiquer avec Bucky et Natasha, c'est juste que tu ne te sentais pas prête pour ça. Il y avait donc un mélange entre frustration, impossibilité et volonté de ne pas partager plus que le nécessaire durant ces premiers mois. Ce qui honnêtement, n'étais pas dans ton caractère. Tu n'avais pas perdu ta personnalité, même si tu n'en avais pas été très loin. Tu t'en étais rendu malheureusement compte, c'était peut-être ça le pire. L'angoisse et surtout, la culpabilité avait commencé à te ronger. Tu avais échoué dans ta mission, dans ce que tu étais, dans ce que ton père t'avait enseigné. Sa simple pensée te donnait envie de vomir, trop honteuse pour oser penser à lui.

Assise sur ton lit, tu lisais un comics que tu avais déjà lu certainement une dizaine de fois. Honnêtement, tu aurais préféré faire ça tout en nettoyant une lame ou un Beretta, mais à raison, les deux adultes présents te gardaient sous surveillance avant de te laisser seule avec une arme entre les mains. C'était très frustrant, mais d'une logique imparable. Tu ne pouvais pas totalement leur en vouloir, même si avoir un poignard sous l'oreiller soignerait quelques angoisses nocturnes. C'est finalement les bruits dans l'autre pièce qui te font lever les yeux vers la porte. Bucky était absent, mais Natasha préparait quelque chose dans la cuisine. Tu ne te doutais pas que c'était pour toi et encore moins que cela avait un goût sucré et chocolaté. La rouquine et toi, vous meniez une politique d'entente mutuelle et tranquille. Tu ne savais même pas que la dame venait souvent près de ton lit lorsque tu dormais et que tu pleurais à chaude larme contre ton coussin, incapable de te contrôler. Vous ne parliez pas énormément, mais vous n'étiez pas sans communiquer. Elle était sûrement un peu plus avenante que l'ours de la planque, plus facile d'avoir un sourire de sa part ou un clin d'œil. Ça vous arrive même de discuter plus longuement, te faisant plus silencieuse par moment que d'autres.

C'était quand même quelque chose d'avoir Black Widow en face de toi, aussi fière que tu pouvais être de ton propre travail avant tout ce bordel. Tu l'avais entendu s'approcher de ta chambre. Tu reposais le comics sur tes cuisses nues, parce que tu adorais traîner en pyjama la plupart du temps et donc dans ton short de nuit. Tu les ramenais vers toi, pour te mettre en tailleur. Malgré ta poker face habituelle et ta fatigue marquée par tes cernes, tu lui renvoyais de bon cœur un petit sourire pour lui dire bonjour. Tu faisais un aller-retour entre les tasses et son visage avant de hocher la tête. « Chouette. » Ouais, tu ne refusais jamais une sucrerie. Tu n'étais pas assez stupide pour ne pas te rendre compte de ce qu'il se passait : elle venait te parler de quelque chose d'important. Natasha ne venait jamais dans ta chambre juste pour faire la conversation pour le plaisir. Technique banale pour mettre en confiance quelqu'un.

Tu jetais un coup d'œil à la tasse qu'elle déposait et tu te déplaçais à l'aide de tes mains pour t'en approcher, soufflant un peu dessus pour refroidir la boisson. Tu attrapais finalement le tout pour venir boire une gorgée. C'était très chaud, mais ça ne te gênait pas. La prochaine fois, tu lui dirais de rajouter un marshmallow. C'était bien meilleur avec. Le bon goût du diabète. Tes yeux clairs se perdaient sur son visage alors que tu l'écoutais avec la plus grande attention. C'est donc ça. Pas une histoire de nouvelle planque. Tu savais que ça allait finir par arriver. Tu avais peut-être, toi aussi repoussé cette discussion dans un coin de ton esprit. Pourtant tu fronçais les sourcils quand elle te parle d'une vie normale. Ça voulait dire quoi ça putain ? Ta vie, ta foutue vie, ça n'avait rien de normale. Depuis le jour où ton père s'était enfui de l'hôpital avec toi alors que t'étais un nouveau-né. Élevée dans la pensée que tu allais devenir une super héroïne et combattre le crime. Voir ton père se fait exploser le crâne quasiment sous tes yeux, retrouver ta mère qui en fait n'était pas si morte que ça pour finalement te faire chopper par les flics, le SHIELD et l'autre organisation qui utilise comme emblème un d'animal aquatique très utilisé dans certains pornos dont une partie de l'Asie est très demandeuse.

« Tu sais que je suis allé à l'école moins d'un an, dans toute ma vie ? » Bien sûr qu'elle devait le savoir. Natasha était une espionne, elle pouvait trouver ce genre d'information très facilement. Honnêtement, tu n'avais aucune envie de ce genre de vie normale. Tu ne t'étais jamais autant ennuyée qu'à l'école. Et vu le niveau enseigné, tu avais compris pourquoi le système scolaire de ton pays craignait autant. Tu reprenais une gorgée de ton chocolat chaud, un peu pensive. Sentant une tension s'installer dans ta colonne vertébrale, désagréable sensation. Naturellement qu'ils allaient un jour te poser cette question. Tu étais même étonné qu'ils ne t'ont pas refourgué à quelqu'un d'autre depuis tout ce temps. Même avec la menace d'Hydra, tu étais persuadée qu'ils auraient pu trouver une solution pour ne pas s'occuper de ton cas plus que nécessaire. Tu reposais ta tasse, ramenant une de tes jambes contre sa poitrine, l'autre toujours pliée devant toi. « Si je savais où était mon argent… » Tout l'argent que tu gardais de côté servait seulement pour t'acheter tes équipements. Mais là, tu ne refuserais pas de piquer un peu dans la caisse pour ta gueule.

« Je n'ai personne. Tu le sais. Mon père est mort il y a trois ans maintenant. Ma mère est morte à New-York. » Tu n'avais plus que Dave, quelque part. Si tu avais la force d'aller le retrouver un jour. Tu plantais ton regard dans le sien, décryptant chaque trait de la russe. Elle était belle cette femme, tu voulais bien l'avouer. Tu soupirais lourdement, essayant de détendre la tension descendue sur ta cage thoracique. « Je n'ai pas peur du changement, que ce soit pour bouger ou pour changer de nom. Je suis reconnaissante, pour ce que vous avez fait tous les deux… Pour tout ce cirque que j'ai fait. » Parce que ouais, une désintox maison, plus jamais de la vie. « Mais vous n'êtes pas responsables. Je me suis foutu dans la merde toute seule. »
Cinq mois après Uprising
⇜ code by bat'phanie ⇝


I wanted people to be afraid of hurting me ;; — I never had a chance to be soft. I was always bloody knuckles and shards of glass. ;; @unknow

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

we’ll be there when you need us (mindy & natasha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Natasha
» MINDY X CANICHE FEMELLE 3 ANS CHERCHE ADOPTANTS
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Présentation de Mindy [validée]





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles-