Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

Ce n'est qu'un mal entendu! (Suite Sortie Scolaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Ce n'est qu'un mal entendu! (Suite Sortie Scolaire)   Mar 9 Oct 2018 - 15:49
Ce n'est qu'un Mal Entendu
Statut du sujet : Privé ft. les participants à la sortie scolaire
Date du rp : présent
Météo & moment de la journée : Milieu de matinée
Autre : R.A.S.



Ce n'est qu'un Mal Entendu


Les gosses dont j'ai la responsabilité continuent de travailler. Apparemment, ils tiennent absolument à avoir un 15 dans telle ou telle matière. Je me demande comment ils vont réagir si on découvre que j'ai raconté des bêtises. Boah, on verra ça quand on sera de retour à l'Institut.

Les mains dans les poches, je laisse mon esprit vagabonder, sans pour autant penser à des choses trop personnelles. Pourquoi? Parce que je suis toujours liés aux autres professeurs présents dans le bâtiment, et qu'ils n'ont pas à savoir ce qui me traverse l'esprit. J'ai envie de fumer, mais c'est interdit dans ce lieu public. Je saisis donc un petit crayon dans la poche arrière de mon jean et le glisse entre mes dents. Cela me permettra de m'occuper, le temps que ...

Un hurlement. Soudain. Violent. Cela vient de la pièce voisine de celle que l'on occupe. Je crache mon crayon qui tombe au sol, tout en prenant la direction du cri qui continue de résonner dans le musée. Oh, je suis en train d'oublier un détail. Me tournant vers les élèves qui étaient déjà après moi, je leur adresse un regard sévère.

"Bougez pas d'là. Tous ceux qui quitteront cette salle sans que j'en ai donné l'ordre auront un cours particulier avec moi en salle des Dangers." Des petites menaces, ça marche toujours. Je me demande pourquoi les autres n'en font pas plus souvent. Mais bref, passons.

Je bouscule les gens qui me bloque la route, pour me frayer un chemin jusqu'à la personne en train de crier, et qui ne s'est pas stoppée depuis qu'elle a commencé. Et là, le spectacle qui s'offre à moi est... incroyable.

Une véritable torche humaine. Enflammée, la personne se déplace au beau milieu des oeuvres sous pour autant les brûler. Les gardiens essaient d'éteindre les flammes à l'aide d'extincteur, mais rien n'y fait.

- C'est... C'est ma fille! dit alors une femme d'une quarantaine d'années. Elancée, grande, cheveux blonds et courts, le teint légèrement bronzé.

Bon, déjà, je suis soulagé, parce que c'est pas un de nos élèves qui perd le contrôle de ses pouvoirs lors d'une sortie scolaire. Le truc, c'est que si la situation dégénère, on ne retiendra pas que l'école de Xavier n'était pour rien dans ce merdier, et on va en prendre plein les dents encore une fois.

Je remarque que la demoiselle, qui se déplace en demandant de l'aide, est en flammes mais ne "brûle" rien. "J'men charge..." Je m'adresse autant aux gardiens qu'à la maman qui va chercher du réconfort dans les bras d'un des deux gars qui tient toujours l'inutile extincteur.

Je m'approche doucement. Etant lié par télépathie aux autres, ils captent ce que je vois. Ce que j'ai en tête. Mon but? L'assommer. Je sens dans mon crâne la désapprobation de la plupart de mes collègues. Le truc, c'est que pour l'instant, je suis le seul présent, et que le temps qu'ils arrivent, il risque de se passer un truc d'affreux. Je saisis la jeune fille par le poignet, et effectivement, je sens une forte chaleur, mais rien en accord avec ce que l'on voit - ma peau ne cuit même pas. Elle se débat, et parvient à échapper à mon étreinte. Elle supplie qu'on l'aide, qu'on la soigne - ce que réclament bien souvent les gens qui découvrent qu'ils sont différents.

- Ecoute petite, crois-le ou non, mais dans ce musée, t'as le groupe le plus apte à te prendre en charge. Je tends ma main vers elle, lui faisant signe de se calmer, de respirer. Mais mon ouïe supérieure à la moyenne entend quelque chose qui me déplait fortement. Il est donc temps pour moi de lancer une alerte via le réseau télépathique de Jean.

*Un garde vient d'appeler la police. Cela risque de très vite dégénérer. Tornade, récupère mes élèves au premier. Si tu croises d'autres groupes, tu récupères tout le monde, et tu rentres. Les autres, faites-vous discrets autant que possible et essayez de me rejoindre. L'elfe, si tu peux éviter d'effrayer les gens, ça serait une bonne chose. Essayez de ne pas oublier de gamins dans les couloirs. On sait pas ce qui va nous...*

Pourquoi j'arrête de donner des instructions? Parce que la sirène des véhicules des forces de Police sonnent déjà à l'extérieur du bâtiment. Ils ont été rapides! Ou alors une patrouille était dans le coin, c'est pas possible. Les sapiens commencent à évacuer les lieux, les gardiens emmènent de force la mère de la mutante, me laissant seul avec elle.

Pendant ce temps, au rez-de-chaussée, une opération de grande envergure se prépare. On dirait que la ville attendait qu'un tel événement se produise pour déployer sur le terrain sa force spéciale. Dire que tout cela pourrait se désamorcer avec quelques mots. Malheureusement, il me semble qu'un retour chez nous sans heurts ne soit plus qu'un doux rêve.


HRJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un mal entendu! (Suite Sortie Scolaire)   Ven 12 Oct 2018 - 19:58
Flânant dans l'une des galeries d'art du musée d'une démarche détendue, Jean laissait son regard dériver d'une œuvre à une autre, avec un discret sourire de candeur aux coins des lèvres. L'Homme était capable du pire … mais lorsqu'il s'en donnait la peine, il pouvait être à l'origine de choses merveilleuses, et ceci à toutes les époques de son histoire, comme le prouvaient les tableaux et les sculptures qui défilaient devant elle. Autour d'elle, les quelques élèves qui l'accompagnaient, faisaient de même, certains prenant des notes, d'autres croquant grossièrement sur leur calepin les pièces de maître qu'ils préféraient. Toutefois, malgré la distraction des lieux, la télépathe gardait un minimum sa concentration afin de maintenir actif le lien psychique qu'elle avait tissé entre les autres professeurs et elle, tout en tenant à l’œil les jeunes mutants qu'elle avait sous sa surveillance.

Intriguée, Jean marqua une pause, se stoppant devant un tableau représentant une ville de l'antiquité, ravagée par les flammes. Les couleurs chaudes des brasiers contrastaient avec l'atmosphère plus sombre de la cité et de ses bâtiments … donnant des allures inquiétantes et angoissantes à l’œuvre. La rousse ressentit un véritable malaise devant cette peinture, si bien qu'un frisson finit par la parcourir de la tête aux pieds. Pour autant, comme fascinée par cette scène, Jean se sentit comme poussée à s'attarder encore d'avantage devant la toile. C'était une représentation du grand incendie qui avait ravagé la ville de Rome, une allégorie de la destruction causée par la folie d'un seul homme, en charge d'un pouvoir bien trop lourd pour ses frêles épaules.

Fronçant les sourcils, Jean fit un pas en arrière, s'arrachant à cette contemplation qu'elle jugea pour le coup un peu trop morbide … à moins que ce ne fut autre chose qui la dérangea. Pourtant, elle n'eut que peu de temps pour se ressaisir, car déjà, son esprit se trouvait assailli par la panique … pas la sienne … non. C'était celle des individus présents dans le musée. Nerveuse, la rousse fit un tour d'horizon de la galerie. Ici, personne ne semblait paniqué. Les visiteurs, tout comme ses élèves, continuaient de profiter des œuvres. Il s'agissait d'un phénomène plus éloigné … dans une autre section du musée. Ce fut Logan qui le premier donna l'alerte, indiquant à ses collègues d'évacuer le site afin de mettre les jeunes en lieu sûr. Vu le sérieux et la tension qui habitaient la conscience du canadien, il était évident qu'il ne plaisantait pas. Quelque chose était en train de se produire.

« On retourne calmement au parking, indiqua alors le professeur Grey à son groupe d'une voix sereine. Il y a un problème. »

Il n'en fallut pas plus pour que le groupe de jeunes mutants autour d'elle s'exécute. Chacun d'eux avait parfaitement conscience de la condition de leur espèce dans cette société. Si bien qu'ils savaient également qu'en cas de souci, suivre les consignes de leurs aînés était la seule chose à faire.

« Anna, tu es la plus âgée du groupe. Je te fais confiance pour être la responsable, indiqua-t-elle à l'une des adolescentes qui lui répondit d'une signe de tête affirmatif et avec une expression mature sur le visage. Vous retrouverez Ororo sur le parking avec son propre groupe. »

Elèves et professeur se séparèrent sous le regard des portraits d'individus d'une autre époque. Les premiers prirent la direction de la sortie, tandis que Jean se dirigeait vers un escalier pour se rendre à l'étage supérieur. C'était de là que venait le signal de Logan. Mais rapidement, sa progression se trouva ralentie par le flot de plus en plus dense et inquiet de visiteurs qui commençaient à évacuer les lieux sous les consignes des agents de sécurité du bâtiment. Jean dut alors lutter pour pouvoir continuer à avancer, s'excusant tout autant que se faisant bousculer. Le souci était donc une jeune mutante qui venait de perdre le contrôle de ses pouvoirs comme en témoignait ce à quoi Logan assistait.

Lorsqu'elle surprit les pensées du mutant, elle se raidit un instant. Assommer une gamine ? Et puis quoi encore. Serrant les dents, la rousse força d'avantage pour reprendre sa marche à travers la foule, tout en se dirigeant vers l'un des murs.

# Logan ! #

Ce fut la seule pensée de Jean à l'intention du canadien. Une impulsion mentale qui charriait à elle seule toute la désapprobation de la mutante. Longeant le mur, la rousse pouvait à présent progresser avec plus de facilité à contre sens. Une maigre et courte réjouissance, puisqu'à présent, le canadien informait ses partenaires que les forces de l'ordre avaient été informées de la situation. Elles ne tarderaient donc pas à débarquer … accompagnées de leur maladresse habituelle lorsqu'il s'agissait de gérer une 'révélation'.

Soudain, une main attrapa le poignet de Jean, la retenant. Se tournant, elle constata qu'il s'agissait de l'un des agents du musée. Il devait avoir la vingtaine depuis peu, sans doute son premier job, comme pouvaient le laisser penser les traits encore juvéniles de son visage. Il avait l'air aussi paniqué que le reste des personnes présentes. De toute évidence, il n'avait pas la moindre idée de la façon dont il fallait gérer ce genre de situation.

« Pas par là madame !, informa-t-il Jean avec de la panique dans la voix. C'est dangereux ! Il y a un mutant qui devient fou !

- Justement, rétorqua la rousse en tirant un coup sec pour se dégager. C'est d'aide dont elle a besoin, pas de davantage de panique ! »

Enfin libre, la télépathe regarda l'agent de sécurité disparaître, emporté par les derniers visiteurs qui fuyaient la galerie. Se massant le poignet endolori, Jean reprit sa route d'un pas pressé, finissant par rejoindre Logan.

Il tentait de calmer une adolescente nimbée de flammes, cherchant visiblement à la calmer et à la rassurer, les mains tendues devant lui dans une attitude apaisante. Au moins, il ne l'avait pas assommée. Dans les coins de la pièce, blottis contre les murs, restaient encore les derniers visiteurs, trop effrayés pour oser faire le moindre geste.

Secouant la tête négativement tout en fermant les yeux et en fronçant les sourcils dans une expression d'inconfort, Jean rompit le lien télépathique avec les autres professeurs. Si proche des lieux de l'incident, avoir l'esprit suffisamment ouvert pour maintenir une telle connexion était un véritable supplice. La pièce entière était saturée par la panique et la terreur. Une surcharge émotionnelle qui avait de quoi vriller le cerveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ce n'est qu'un mal entendu! (Suite Sortie Scolaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» urgent caniche de 12ans à placer suite décés ADOPTE
» Journée Portes-Ouvertes [Suite]
» Pas de suite pour Spirit of the Sun
» Je vous ai entendu...[Livre 1 - Terminé]





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles-