Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

Ce n'est qu'un malentendu! (Suite Sortie Scolaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Ce n'est qu'un malentendu! (Suite Sortie Scolaire)   Mar 9 Oct 2018 - 15:49
Ce n'est qu'un Malentendu
Statut du sujet : Privé ft. les participants à la sortie scolaire
Date du rp : présent
Météo & moment de la journée : Milieu de matinée
Autre : R.A.S.



Ce n'est qu'un Malentendu


Les gosses dont j'ai la responsabilité continuent de travailler. Apparemment, ils tiennent absolument à avoir un 15 dans telle ou telle matière. Je me demande comment ils vont réagir si on découvre que j'ai raconté des bêtises. Boah, on verra ça quand on sera de retour à l'Institut.

Les mains dans les poches, je laisse mon esprit vagabonder, sans pour autant penser à des choses trop personnelles. Pourquoi? Parce que je suis toujours liés aux autres professeurs présents dans le bâtiment, et qu'ils n'ont pas à savoir ce qui me traverse l'esprit. J'ai envie de fumer, mais c'est interdit dans ce lieu public. Je saisis donc un petit crayon dans la poche arrière de mon jean et le glisse entre mes dents. Cela me permettra de m'occuper, le temps que ...

Un hurlement. Soudain. Violent. Cela vient de la pièce voisine de celle que l'on occupe. Je crache mon crayon qui tombe au sol, tout en prenant la direction du cri qui continue de résonner dans le musée. Oh, je suis en train d'oublier un détail. Me tournant vers les élèves qui étaient déjà après moi, je leur adresse un regard sévère.

"Bougez pas d'là. Tous ceux qui quitteront cette salle sans que j'en ai donné l'ordre auront un cours particulier avec moi en salle des Dangers." Des petites menaces, ça marche toujours. Je me demande pourquoi les autres n'en font pas plus souvent. Mais bref, passons.

Je bouscule les gens qui me bloque la route, pour me frayer un chemin jusqu'à la personne en train de crier, et qui ne s'est pas stoppée depuis qu'elle a commencé. Et là, le spectacle qui s'offre à moi est... incroyable.

Une véritable torche humaine. Enflammée, la personne se déplace au beau milieu des oeuvres sous pour autant les brûler. Les gardiens essaient d'éteindre les flammes à l'aide d'extincteur, mais rien n'y fait.

- C'est... C'est ma fille! dit alors une femme d'une quarantaine d'années. Elancée, grande, cheveux blonds et courts, le teint légèrement bronzé.

Bon, déjà, je suis soulagé, parce que c'est pas un de nos élèves qui perd le contrôle de ses pouvoirs lors d'une sortie scolaire. Le truc, c'est que si la situation dégénère, on ne retiendra pas que l'école de Xavier n'était pour rien dans ce merdier, et on va en prendre plein les dents encore une fois.

Je remarque que la demoiselle, qui se déplace en demandant de l'aide, est en flammes mais ne "brûle" rien. "J'men charge..." Je m'adresse autant aux gardiens qu'à la maman qui va chercher du réconfort dans les bras d'un des deux gars qui tient toujours l'inutile extincteur.

Je m'approche doucement. Etant lié par télépathie aux autres, ils captent ce que je vois. Ce que j'ai en tête. Mon but? L'assommer. Je sens dans mon crâne la désapprobation de la plupart de mes collègues. Le truc, c'est que pour l'instant, je suis le seul présent, et que le temps qu'ils arrivent, il risque de se passer un truc d'affreux. Je saisis la jeune fille par le poignet, et effectivement, je sens une forte chaleur, mais rien en accord avec ce que l'on voit - ma peau ne cuit même pas. Elle se débat, et parvient à échapper à mon étreinte. Elle supplie qu'on l'aide, qu'on la soigne - ce que réclament bien souvent les gens qui découvrent qu'ils sont différents.

- Ecoute petite, crois-le ou non, mais dans ce musée, t'as le groupe le plus apte à te prendre en charge. Je tends ma main vers elle, lui faisant signe de se calmer, de respirer. Mais mon ouïe supérieure à la moyenne entend quelque chose qui me déplait fortement. Il est donc temps pour moi de lancer une alerte via le réseau télépathique de Jean.

*Un garde vient d'appeler la police. Cela risque de très vite dégénérer. Tornade, récupère mes élèves au premier. Si tu croises d'autres groupes, tu récupères tout le monde, et tu rentres. Les autres, faites-vous discrets autant que possible et essayez de me rejoindre. L'elfe, si tu peux éviter d'effrayer les gens, ça serait une bonne chose. Essayez de ne pas oublier de gamins dans les couloirs. On sait pas ce qui va nous...*

Pourquoi j'arrête de donner des instructions? Parce que la sirène des véhicules des forces de Police sonnent déjà à l'extérieur du bâtiment. Ils ont été rapides! Ou alors une patrouille était dans le coin, c'est pas possible. Les sapiens commencent à évacuer les lieux, les gardiens emmènent de force la mère de la mutante, me laissant seul avec elle.

Pendant ce temps, au rez-de-chaussée, une opération de grande envergure se prépare. On dirait que la ville attendait qu'un tel événement se produise pour déployer sur le terrain sa force spéciale. Dire que tout cela pourrait se désamorcer avec quelques mots. Malheureusement, il me semble qu'un retour chez nous sans heurts ne soit plus qu'un doux rêve.


HRJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un malentendu! (Suite Sortie Scolaire)   Ven 12 Oct 2018 - 19:58
Flânant dans l'une des galeries d'art du musée d'une démarche détendue, Jean laissait son regard dériver d'une œuvre à une autre, avec un discret sourire de candeur aux coins des lèvres. L'Homme était capable du pire … mais lorsqu'il s'en donnait la peine, il pouvait être à l'origine de choses merveilleuses, et ceci à toutes les époques de son histoire, comme le prouvaient les tableaux et les sculptures qui défilaient devant elle. Autour d'elle, les quelques élèves qui l'accompagnaient, faisaient de même, certains prenant des notes, d'autres croquant grossièrement sur leur calepin les pièces de maître qu'ils préféraient. Toutefois, malgré la distraction des lieux, la télépathe gardait un minimum sa concentration afin de maintenir actif le lien psychique qu'elle avait tissé entre les autres professeurs et elle, tout en tenant à l’œil les jeunes mutants qu'elle avait sous sa surveillance.

Intriguée, Jean marqua une pause, se stoppant devant un tableau représentant une ville de l'antiquité, ravagée par les flammes. Les couleurs chaudes des brasiers contrastaient avec l'atmosphère plus sombre de la cité et de ses bâtiments … donnant des allures inquiétantes et angoissantes à l’œuvre. La rousse ressentit un véritable malaise devant cette peinture, si bien qu'un frisson finit par la parcourir de la tête aux pieds. Pour autant, comme fascinée par cette scène, Jean se sentit comme poussée à s'attarder encore d'avantage devant la toile. C'était une représentation du grand incendie qui avait ravagé la ville de Rome, une allégorie de la destruction causée par la folie d'un seul homme, en charge d'un pouvoir bien trop lourd pour ses frêles épaules.

Fronçant les sourcils, Jean fit un pas en arrière, s'arrachant à cette contemplation qu'elle jugea pour le coup un peu trop morbide … à moins que ce ne fut autre chose qui la dérangea. Pourtant, elle n'eut que peu de temps pour se ressaisir, car déjà, son esprit se trouvait assailli par la panique … pas la sienne … non. C'était celle des individus présents dans le musée. Nerveuse, la rousse fit un tour d'horizon de la galerie. Ici, personne ne semblait paniqué. Les visiteurs, tout comme ses élèves, continuaient de profiter des œuvres. Il s'agissait d'un phénomène plus éloigné … dans une autre section du musée. Ce fut Logan qui le premier donna l'alerte, indiquant à ses collègues d'évacuer le site afin de mettre les jeunes en lieu sûr. Vu le sérieux et la tension qui habitaient la conscience du canadien, il était évident qu'il ne plaisantait pas. Quelque chose était en train de se produire.

« On retourne calmement au parking, indiqua alors le professeur Grey à son groupe d'une voix sereine. Il y a un problème. »

Il n'en fallut pas plus pour que le groupe de jeunes mutants autour d'elle s'exécute. Chacun d'eux avait parfaitement conscience de la condition de leur espèce dans cette société. Si bien qu'ils savaient également qu'en cas de souci, suivre les consignes de leurs aînés était la seule chose à faire.

« Anna, tu es la plus âgée du groupe. Je te fais confiance pour être la responsable, indiqua-t-elle à l'une des adolescentes qui lui répondit d'une signe de tête affirmatif et avec une expression mature sur le visage. Vous retrouverez Ororo sur le parking avec son propre groupe. »

Elèves et professeur se séparèrent sous le regard des portraits d'individus d'une autre époque. Les premiers prirent la direction de la sortie, tandis que Jean se dirigeait vers un escalier pour se rendre à l'étage supérieur. C'était de là que venait le signal de Logan. Mais rapidement, sa progression se trouva ralentie par le flot de plus en plus dense et inquiet de visiteurs qui commençaient à évacuer les lieux sous les consignes des agents de sécurité du bâtiment. Jean dut alors lutter pour pouvoir continuer à avancer, s'excusant tout autant que se faisant bousculer. Le souci était donc une jeune mutante qui venait de perdre le contrôle de ses pouvoirs comme en témoignait ce à quoi Logan assistait.

Lorsqu'elle surprit les pensées du mutant, elle se raidit un instant. Assommer une gamine ? Et puis quoi encore. Serrant les dents, la rousse força d'avantage pour reprendre sa marche à travers la foule, tout en se dirigeant vers l'un des murs.

# Logan ! #

Ce fut la seule pensée de Jean à l'intention du canadien. Une impulsion mentale qui charriait à elle seule toute la désapprobation de la mutante. Longeant le mur, la rousse pouvait à présent progresser avec plus de facilité à contre sens. Une maigre et courte réjouissance, puisqu'à présent, le canadien informait ses partenaires que les forces de l'ordre avaient été informées de la situation. Elles ne tarderaient donc pas à débarquer … accompagnées de leur maladresse habituelle lorsqu'il s'agissait de gérer une 'révélation'.

Soudain, une main attrapa le poignet de Jean, la retenant. Se tournant, elle constata qu'il s'agissait de l'un des agents du musée. Il devait avoir la vingtaine depuis peu, sans doute son premier job, comme pouvaient le laisser penser les traits encore juvéniles de son visage. Il avait l'air aussi paniqué que le reste des personnes présentes. De toute évidence, il n'avait pas la moindre idée de la façon dont il fallait gérer ce genre de situation.

« Pas par là madame !, informa-t-il Jean avec de la panique dans la voix. C'est dangereux ! Il y a un mutant qui devient fou !

- Justement, rétorqua la rousse en tirant un coup sec pour se dégager. C'est d'aide dont elle a besoin, pas de davantage de panique ! »

Enfin libre, la télépathe regarda l'agent de sécurité disparaître, emporté par les derniers visiteurs qui fuyaient la galerie. Se massant le poignet endolori, Jean reprit sa route d'un pas pressé, finissant par rejoindre Logan.

Il tentait de calmer une adolescente nimbée de flammes, cherchant visiblement à la calmer et à la rassurer, les mains tendues devant lui dans une attitude apaisante. Au moins, il ne l'avait pas assommée. Dans les coins de la pièce, blottis contre les murs, restaient encore les derniers visiteurs, trop effrayés pour oser faire le moindre geste.

Secouant la tête négativement tout en fermant les yeux et en fronçant les sourcils dans une expression d'inconfort, Jean rompit le lien télépathique avec les autres professeurs. Si proche des lieux de l'incident, avoir l'esprit suffisamment ouvert pour maintenir une telle connexion était un véritable supplice. La pièce entière était saturée par la panique et la terreur. Une surcharge émotionnelle qui avait de quoi vriller le cerveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un malentendu! (Suite Sortie Scolaire)   Lun 22 Oct 2018 - 14:29
Kitty Pryde & Kiddos
Ce n'est qu'un Mal Entendu
J'étais un peu paumée dans mes pensées - en vrai pas les miennes, plutôt celles des autres profs, merci Jean ! - alors je n'ai pas tout de suite remarqué ce qu'il se passait près des toilettes. Logan venait de nous prévenir que quelques réflexions anti-mutantes commençaient à fuser. Pas le temps de faire un commentaire ni même une blague à ce sujet, puisque je capte enfin un échange qui ne me plaît pas.

« Sale mutante ! »

Que que quoi ? J'ai bien entendu ? Je laisse entendre à mes collègues que j'ai justement un problème à gérer. J'observe la scène qui se déroule sous mon regard : ahurissante, des petites pestes d'une vingtaine d'année s'en prennent à mes élèves. Oui, je ne suis peut-être pas une une adulte particulièrement responsable, mais quand il s'agit des élèves de cet Institut, on pourrait s'en prendre à mes mômes, ça serait la même. J'ai envie d'intervenir, mais Idie ne se laisse pas démonter (et en plus les X-men n'ont vraiment pas besoin de mauvaise pub ces derniers temps...). J'approuve, avec un sourire en coin en observant Idie, je suis particulièrement fière d'elle, parce que nous savons tous qu'elle pourrait se montrer bien moins sage et donnerait à coup sûr des cauchemars à ces pétasses.

«  Retourne dans ta savane toi !»

Là, ça commence à bien faire. Je sens autour de moi l'atmosphère changer, signe que la patience et la sagesse d'Idie commencent à atteindre leur limite alors je mets les pieds dans le plat. J'arrive à peine qu'Idie part aux toilettes. Bon, j'espère ne pas être trop rouillée, mais faudrait pas que Jean entende ce que je vais faire, sinon c'est sûr, c'est à moi qu'on passera un savon... J'essaye donc de fermer un peu plus mon esprit et je m'adresse au groupe de filles.

« Hé ! Ta maman ne t'a pas appris les bonnes manières ? Anti-mutante et raciste, eh bah j'espère que t'es pas aussi superficielle, et que t'en as un peu plus là-dedans... »

Je phase ma main à l'intérieur de sa poitrine et la remonte jusqu'à son cerveau, sous le regard horrifié de ses copines. Finalement, je retire ma main sans faire de mal - et dire que je pourrais lui retirer ses organes haaaa... - et en haussant les épaules, j'annonce :

« Ah bah non, c'est vide... Dommage. »

Elle semble un peu choquée, je l'abandonne avec ses copines sans faire cas des réflexions qui fusent derrière moi. J'adresse simplement un sourire aux filles, Jenny et Kelly, après avoir posé une main sur leur épaule :

« Je reviens, les filles, vous ne bougez pas de là, compris ? Si les morues reviennent, vous me faites signe. »

Je rentre dans les toilettes et m'approche avec douceur d'Idie. Je pose une main sur chacune de ses épaules, observant notre reflet dans le miroir. Je lui adresse un sourire tendre :

« Idie ? Ca va ? Tu sais, tu as très bien agi, je suis fière de toi. » Je soupire. « Des gens comme ces filles, on en croisera tout le temps, malgré tout ce qu'on fait pour eux. Peu importe la nationalité, l'espèce humaine est faite comme ça : elle trouvera toujours un moyen de se foutre sur la gueule pour la moindre différence. Ne te prends pas trop la tête, tu as fait ce qu'il fallait et... »

*Un garde vient d'appeler la police. Cela risque de très vite dégénérer. Tornade, récupère mes élèves au premier. Si tu croises d'autres groupes, tu récupères tout le monde, et tu rentres. Les autres, faites-vous discrets autant que possible et essayez de me rejoindre. L'elfe, si tu peux éviter d'effrayer les gens, ça serait une bonne chose. Essayez de ne pas oublier de gamins dans les couloirs. On sait pas ce qui va nous...*

J'arrête de parler, portant ma main à ma tempe : quelque chose est en train de se passer et c'est plutôt confus, là-dedans. Je comprends simplement qu'il y a eu un incident, et qu'il faut qu'on fasse sortir les mômes. Merde, ne pas se faire remarquer, j'espère que mon altercation avec le groupe de pétasses ne va pas poser problème... Les sirènes se font déjà entendre.

« Idie, il faut qu'on sorte d'ici, avec les filles. Il y a du grabuge. »

Je la prends par la main et nous traversons le mur, allant récupérer Jenny et Kelly au passage. Je dis aux filles de ne pas me lâcher, pour que je puisse prolonger ma mutation jusqu'à elles et ainsi faciliter notre extraction. Nous arrivons jusqu'à un mur donnant sur le parking, je fais phaser les filles en leur indiquant de rejoindre Tornade. Jenny et Kelly filent mais je sens qu'Idie hésite.

« Tout va bien, d'accord ? »

Mais pas le temps de la rassurer pour qu'elle rejoigne Tornade, il y a une escouade de flics qui vient de débarquer et qui nous pointe avec leurs armes. Je tiens toujours Idie par la main, et instinctivement, je place mon corps en barrière pour la protéger, même si ça n'a pas spécialement d'utilité puisque nous sommes toutes les deux intangibles. Je ne veux pas qu'ils nous suivent sur le parking, alors Idie et moi traversons le sol et disparaissons sous le regard incrédule des trois flics.

« Changement de plan, on reste toutes les deux, tu ne me quittes pas d'une semelle, ok ? »

Et prudemment, nous rejoignons Logan et Jean qui se trouvent proche d'une gamine en feu. Eh bien Idie pourrait probabblement être notre solution... J'échange un regard avec elle : j'ai confiance en cette gamine et je sais qu'elle assure. Je veux simplement m'assurer qu'elle s'en sente capable, elle aussi. Je sais bien qu'elle est encore jeune, et que ses pouvoirs sont encore parfois instables, mais s'il y a ici quelqu'un capable de rassurer une jeune mutante 'pyromane', c'est bien Idie. Justement parce qu'elle est jeune, parce que ses pouvoirs sont assez proches, parce qu'elle est douce. Si l'on doit montrer à cette petite qu'elle peut avoir confiance en nous, Idie en est le parfait exemple...


« La décision t'appartient... » je lui murmure avec douceur, avant de rajouter : « Moi j'ai confiance en toi, et je reste avec toi... »




shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Civils
♠ Emploi : Etudiante ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un malentendu! (Suite Sortie Scolaire)   Lun 29 Oct 2018 - 1:05


"CE N'EST QU'UN MAL ENTENDU!"

The people of my village tried to burn me for being a witch... But I don't Blame them. - Oya




     Cela faisait sans le moindre doute un bien fou, cette eau froide contre la peau de mon visage tiré par les nerfs était un bienfait... En dehors d'être ici un bon moyen de refroidir mes ardeurs, la fraîcheur avait quelques propriétés apaisantes. Et j'étais restée à la suite un moment immobile à contempler mon reflet comme si une chose venait soudainement me percuter l'esprit d'un tout nouveau intérêt, je ne saurais dire lequel. Cependant, sans pourtant savoir quelle était la nature de cet ''intérêt'' en question, j'avais cet étrange sentiment en fixant mes pupilles. Et finalement, après quelques secondes, je compris quelle était la raison de cet état qui devrait pourtant m'être d'une si grande évidence. Oui, ces yeux-là, mes propres iris impies qui ont cessé d'être noirs pour ce vairon monstrueux, la marque de mon propre mal, de mon péché. Et à le constater, le fait de me souvenir ce que j'étais moi-même et ce que j'étais capable de faire, ne faisait guère disparaître l'immense colère qui me submergeait l'esprit.
    Peut-être que ces filles avaient leur raison de nous traiter de sales mutantes, si ma réaction a été de défendre une amie, dans le fond je n'en pensais pas moins de moi... J'étais effectivement sale, les mains qui sont les miens, souillées par le sang de mes propres parents. Ainsi est la sorcière, le monstre que les villageois ont tenté de faire disparaître par le feu... Mais qui, finalement, n'a hérité que du surnom de l'imbrûlée impie, cette fille qui jamais ne brûlera. Oui. Ces filles qui nous avaient sans aucune honte particulière, insultée et rabaissée, avaient peut-être raison. En effet, car si elles avaient tort, jamais mon cœur n'aurait autant souffert de leurs paroles qui vinrent à moi comme un amer rappel. Les secondes passèrent, défilèrent à travers les innombrables grains du sable du temps, tandis que sur mes mains et mes avant-bras quelques nervures d'une lueur rouge orangé apparaissaient et s'étendaient progressivement.

    À nouveau, je plongeai mon visage dans mes mains jointes que j'avais avant ça remplis de cette eau fraîche. La seconde d'après, le professeur Kitty était avec moi dans la pièce et les nervures avaient tout simplement disparue. Ses mains sur mes épaules, ainsi que ses paroles me réconfortaient plus que je ne voulais l'admettre. Mais elle se tut soudainement comme percutée par une chose que je ne pouvais décidément ni voir, ni entendre. Cependant, j'étais certaine qu'il l'y avait bien une chose qui venait de l'interpeller à cet instant-là. Elle réagissait comme Jean et le professeur Xavier quand ils écoutent des choses qu'eux seul peuvent entendre. À peine m'annonce-t-elle que des choses se produisent que nous sommes déjà dehors, accompagnée de Jenny et Kelly. La police était arrivée sur place et tandis que Jenny suivis de Kelly rejoignit celle qu'on nomme Tornade, moi je me contentais de fixer les autres filles qui avaient été méchantes quelques minutes plus tôt... L'une avait foncé précipitamment vers l'un des policiers lui racontant des choses... je ne sais quoi, mais très vite leur regard s'était arrêté vers notre direction.
    Je bondis sur place d'un sursaut désagréable, lorsque les policiers pointèrent leurs armes vers nous. En l'espace d'à peine un flash de souvenir, j'avais l'impression de me retrouver de nouveau dans cette église où la milice attendait d'ouvrir le feu sur moi. Juste un flash, mais qui me semblait avoir durée une éternité. Cela dit, tout se passa très vite, Kitty s'était chargée de nous protéger comme elle savait si bien le faire, nous permettant de regagner de nouveau le musée. Je ne cache pas le fait que m'enfoncer dans le sol a été terrifiant sur le coup, l'action m'arrachant un ou deux cris de surprise, étouffée par l'incapacité à ma voix d'émettre un quelconque son à travers le sol. Enfin, bref... Nous y étions, face à ce qui avait créé la panique dans le musée et j'étais parmi ceux qui étaient habitués à ce genre de cas.

    Vous savez, jusqu'à maintenant, je ne m'étais jamais vraiment intéressée à la partie ''X-men'' de l'institut. Je savais bien sûr que leurs activités étaient quelque peu éprouvantes, cela faisait partie de l'une de ces activités lorsque Jean était venue me sauver au Nigéria. Mais en vérité, je n'avais aucune réelle idée de la difficulté physique, mais surtout mentale de leurs missions. Me retrouver face à l'une de leurs situations sans même y avoir été préparée et en sachant que derrière il y avait la police, elle qui semblait facilement pointer leurs armes de mort vers des civils, je ressentais quelque chose de terrible à ce moment. Mes yeux fixaient le professeur Kitty avec une hésitation non-dissimulée, la peur rongeant les entrailles. Il était plus que clair dans mon esprit que rien en moi était prêt pour ce moment. Pourtant, je fixais cette autre fille en feu dans cet élan d'hésitation et c'est alors que je fus gagnée par le calme. Ce que je voyais en cette fille, cette panique et toute cette confusion dans son regard, n'était qu'un reflet et un tout autre amer rappel de ce que moi-même je fus et ce que je pouvais encore redevenir.
    « Idie aussi avait peur dans cœur-ay... quand flammes brillaient dans nuit. Idie voulait aide, mais village avait peur-é. » J'avais décidé de faire quelques pas vers elle, les bras en évidence, restant à une certaine distance afin qu'elle ne panique pas et que moi-même je ne panique pas. Je voulais d'abord me montrer égal à elle, m'humaniser à ses yeux afin qu'elle-même s'humanise aux siens. « Idie était seul-in... Mais toi entourée, toi aidée-in ! » Rajoutais-je alors que je lui désignais ceux qui ne cessaient de m'aider encore aujourd'hui... Jean, Logan, Kitty, chacun à leur manière m'apportant ce dont j'ai besoin. J'approchais de nouveau de quelques pas quand je fus prise à nouveau d'un sentiment étrange... rien dans son feu n'était naturel, moi-même lorsque mon corps s'enflammait de la sorte, mes vêtements devenaient cendre. Mais il y avait autre chose, comme un son venu du lointain, une pulsation comparable à celui d'un cœur qui bat. Et le rythme de cette pulsation semblait comme attirer mes propres battement de cœur vers sa mélopée cacophonique.

    Les nervures revinrent de plus belle... Il n'y avait rien dans son feu de naturel, pourtant son chant presque mystique, séduisait et attirait mes propres flammes. Mes bras où les nervures s'étaient déjà étendues s'illuminèrent dans un manteau de flammes. Pourtant, je n'étais pas paniquée, j'étais même impressionnée de voir que mes propres flammes dansaient dans le même rythme que celles de cette autre fille. Oui, c'était comme voir plusieurs bougies faire le même mouvement sous les divers assauts d'un courant d'air. Pourtant, le vent n'était pas ce qui faisait danser ces flammes dans leurs étranges chorégraphies. « Idie résonne avec elle... » Dis-je simplement en me retournant vers Kitty, puis Jean et enfin Logan. Ce qui était sûr, ce que je ne sentais aucunement ma volonté être la cause de l'apparition de ces flammes sur mes bras... Alors que d'habitude, je le sens bien que je les attise sous la colère. Là, c'était différent, comme si elles avaient le propre conscience.



Code by Sleepy


The Girl Who Wouldn't Burn


Clic si tu l'oses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 - Wolverine ♠ Emploi : Prof... d'art? D'histoire? De sport? De survie? Je sais plus, je fais trop de trucs dans c'te baraque! ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un malentendu! (Suite Sortie Scolaire)   Lun 5 Nov 2018 - 10:12
Ce n'est qu'un malentendu


Je dois bien l'avouer, voir Jean débarquer dans cette pièce me rassure un peu. Car si la jeune fille qui vient de s'embraser devant une foule médusait s'avérait être une menace trop grande, elle pourrait gérer via ses pouvoirs télépathiques. Cela ne fait pas de marque physique, contrairement à un bon uppercut au niveau du menton - ma méthode personnelle.

Je ne suis pas à l'aise, là. Mon truc, c'est plus de cogner, de découper, de faire des gros dégâts. Ou de secouer les gens avec des phrases désagréables. Là, je suis en plein inconnu, quasiment. Mais à ma grande surprise, Kitty fait son apparition, et avec elle... Une élève dont j'ai du mal à me souvenir du nom. Ce que je sais, c'est que mademoiselle Wokon.. Kwondo... Enfin bref, l'élève a des pouvoirs similaires à ceux de cette ado. Donc? Je m'efface totalement. Je laisse Kitty gérer avec son élève. Je laisse son élève gérer avec la mutante déboussolée, comme elle avait dû l'être quand ses propres pouvoirs se sont activés. Ce que je fais? Je reste en renforts au cas où... Mais voyant que tout va bien, je souris légèrement puis réalise que...

- Merde!

On n'est pas seul dans la pièce. Il reste encore des visiteurs qui, terrifiés, n'on pas réussi à partir à l'aide de leurs jambes! Mais aussi la police investi les lieux. Va falloir parlementer - ou se battre. Dans un cas comme dans l'autre, je m'adresse aux femmes de l'Institut encore présente.

- Kitty, si tu peux t'occuper de ça... Jean et moi, faut qu'on aille à la rencontre des forces de police avant que ces imbéciles ne viennent tout gâcher.
Je jette un petit regard à... Idie! Cela m'est enfin revenu! Tu assures, ne la laisse pas tomber, on compte sur toi!

M'adressant maintenant à Jeannie, je commence déjà à marcher.

- Faut qu'on aille les intercepter. On sait pas jusqu'où les pouvoirs de la petite peuvent aller. Elle pourrait faire plus de victimes s'ils venaient la stresser. J'espère pour eux qu'ils sont d'humeur à discuter.

La rouquine me connait bien. Même si elle a fermé les communications télépathiques - oui, cela a fait comme une sorte de silence semblable à celui que l'on peut entendre par temps de neige, dans ma tête - elle sait exactement ce que je peux - ou veux - faire. Je vais tenter de parlementer un moment, mais si les autorités, qui sont dans leur bon droit, hein, je ne suis pas idiot, tente de passer par-dessus moi, je risque de m'énerver. Elle sera donc plus apte à leur expliquer la situation et évitera que ces mecs ne mettent des heures à remplir leurs dossiers sur ordinateur parce que je ne leur aurai laissé que trois doigts par main.

Nous descendons les marches, entrainant avec nous les derniers visiteurs encore présents. Ainsi, Idie et Kitty pourront aider la mini-torche sans avoir à se soucier de la présence de ces traine-savates. Et enfin, nous tombons nez à nez avec une première escouade. Six personnes portant des tenues anti-émeutes et armées. Bah ça promet.

- Ca va aller? murmurai-je alors à Jeannie, serrant mon poing, prêt à faire ce pour quoi je suis le meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un malentendu! (Suite Sortie Scolaire)   Mer 7 Nov 2018 - 19:30
A leur tour, ce furent Kitty accompagnée d'Idie qui rejoignirent Logan et Jean dans la salle du musée où se trouvait la jeune mutante en perte de contrôle. Etait-ce une bonne chose d'amener une élève si jeune et sans expérience dans une telle situation ? En réalité, peut-être bien que oui, au vue des circonstances. La petite nigérienne partageait certains points communs avec cette adolescente dont le corps s'était recouvert de flammes. Avec un peu de chance, elle parviendrait à établir un contact plus efficace, laissant à ses professeurs le soin de gérer les adultes.

Sous les encouragements de Kitty, Idie se chargea donc de calmer la jeune fille en feu. Voyant cela, Logan prit la décision de laisser les deux mutantes gérer ce problème là, tandis que de son côté, avec l'assistance de Jean, il se proposa d'aller à la rencontre des forces de police afin de gagner du temps, et surtout, de désamorcer une situation délicate. Malgré la politique de Liesmith, ainsi que l'horreur pas si éloignée qu'avait été la Purge, le 'problème mutant' demeurait dans l'esprit de la majorité. Une crainte de l'autre … de l'inconnu et de ce que l'on ne peut contrôler … de ce que l'on ne comprend pas. Si bien qu'il n'était pas rare de voir encore des débordements lors de ce genre d'incident, avec encore bien trop souvent des bavures de la part des forces d'interventions mal informées et sous pression.

Suivant Logan, le couple mutant descendit les marches afin d'aller à la rencontre des forces de police, dans l'espoir de parvenir à les raisonner, afin de laisser à Idie et Kitty tout le temps nécessaire pour gérer la situation. Malheureusement, ce n'était pas quelque chose de gagné d'avance, et Jean en était consciente. Elle savait également que le canadien ferait tout pour éviter d'aller au conflit, tout comme elle savait combien il pouvait se montrer sanguin lorsque les choses commençaient à déraper.

Avec eux, ils incitèrent les derniers visiteurs bloqués dans la salle à les suivre, afin de fuir le lieu de l'incident. Affolés, et voyant là une planche de salut, ils ne se firent pas prier. Finalement, en bas des marches, les professeurs de Charles furent accueillis par une petite escouade d'intervention équipée de tenue anti-émeute. Ils n'avaient à priori pas pour première intention de négocier et de discuter … pas avec ce genre d'équipement. Entre les agents des forces de l'ordre, les derniers visiteurs se faufilèrent, pour bientôt disparaître, ne laissant sur les premières marches que Jean et Logan.

Sans la regarder, le canadien s'adressa à la rousse, lui demandant si elle serait en mesure de 'gérer' cette partie là de la situation. Dans l'intonation de sa voix, Jean put sentir la nervosité du mutant monter d'un cran à côté d'elle. Même son esprit était devenu légèrement plus … agressif. Rapidement, la télépathe fit le point. Elle allait devoir gérer six mecs prêts à en découdre … et un autre, pouvant potentiellement faire un carnage. Mais pas cette fois, non. Pas ici.

Calmement, sans quitter du regard l'équipe d'intervention, Jean posa sa main sur l'un des poings fermés du mutant, recouvrant ainsi la jointure entre ses phalanges épaisses. Le message était clair : pas de griffe.

« Messieurs, le lieu de l'incident a été évacué de toute victime potentiel et est à présent sécurisé, annonça-t-elle aux hommes qui lui faisaient face. Ne reste là haut que la jeune fille à l'origine du trouble, ainsi que mes collègues qui l'aident à se ressaisir. Il s'agit d'une adolescente qui expérimente pour la première fois de sa vie l'expression de sa mutation. Elle est terrifiée et désorientée … inutile de l'effrayer d'avantage. »

Faisant un pas en avant, Jean descendit la dernière marche, se retrouvant au même niveau que l'escouade d'intervention, se positionnant ainsi en tant qu'égale.

« S'il vous plaît … faites-nous confiance. Nous avons l'habitude de gérer ce genre de situation, nous sommes des professionnels dans ce domaine. Il ne s'agit que d'une enfant … elle pourrait être votre fille ou votre sœur. Ne la considérez pas comme une criminelle … ce serait la pire chose à faire. »

Face à ce discours, les agents des forces de l'ordre restèrent immobiles, n'avançant pas … ne reculant pas pour autant … ni ne baissant leurs armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un malentendu! (Suite Sortie Scolaire)   
Revenir en haut Aller en bas
 

Ce n'est qu'un malentendu! (Suite Sortie Scolaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Provins...
» Road Trip [Sortie scolaire pour les élèves et membres inscrits à l'intrigue]
» Sortie de Nausicaä en Blu-Ray au Japon
» Sortie de chez le coiffeur...
» Sortie dans l'Enedwaith et Livre épique le mardi 2 novembre





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles-