Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !


Partagez | 
 

What the ink ?! [feat. Kitty]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: What the ink ?! [feat. Kitty]   Dim 21 Oct 2018 - 23:51
What the ink ?!
Statut du sujet : Privé ft. Kitty ▬ Envoyez moi un mp pour nous rejoindre
Date du rp : présent
Météo & moment de la journée : en fin de matinée
Autre : dans le secteur médical de l'Institut, situé au sous-sol




Avec une certaine dextérité, Jean pianotait sur les touches de son clavier,  complétant le dossier médical de l'un des élèves récemment arrivé à l'Institut. Elle synthétisait les différentes données qu'elle avait peu recueillir à travers divers examens au sujet de la santé du jeune homme, ainsi que de ses premières analyses quant aux capacités mutantes que ce dernier avait manifesté quelques semaines auparavant.

L'adolescence était l'un des grands moments clés dans une vie, la période des grands changements physiologiques chez n'importe quel humain … ainsi que la manifestation du gêne X dans le cas des mutants.

Saisissant entre ses mains l'un des clichés du scanner qu'elle avait fait passé au jeune homme, la rousse se leva de sa chaise, brandissant l'image à la lumière du néon au dessus de sa tête, afin de mieux en apprécier les détails. Presque sans y penser, elle continuait de rédiger ses observations et ses hypothèses, les touches du clavier s'enfonçant l'une après l'autre, sans temps mort, comme si une main invisible continuait d'écrire. Abaissant le cliché, le docteur Grey observa l'heure sur l'horloge murale du secteur médical dans lequel elle travaillait. Elle soupira, ne parvenant pas à dissimuler d'avantage son inquiétude. Celui-là exigerait une surveillance particulièrement accrue et rapprochée de sa croissance. Sa mutation portant sur ses os, Jean ne voulait pas passer à côté d'un souci lié à un développement anarchique et chaotique de son squelette. Cette note fut donc tapée en majuscule dans son dossier médical.

Avec soin, elle glissa alors le cliché dans une grande enveloppe en papier kraft. Ce document serait important à l'avenir pour servir de point de comparaison, une sorte de référentiel pour évaluer l'évolution de l'adolescent. Glissant les mains dans les poches de sa blouse blanche, elle referma ses doigts sur une barre de céréales qu'elle avait glissé un peu plus tôt dans la matinée. D'un signe de tête négatif, elle se résigna. Elle pouvait encore tenir sans y avoir recours. Elle doutait prendre le temps de remonter du sous-sol où se trouvaient les laboratoires, pour aller chercher quelque chose à manger quand l'heure du déjeuner sonnerait. Il lui fallait donc rationner ses réserves. Il lui restait encore bien trop de choses à gérer ici pour se permettre ce genre de pause.

Toutefois, avec un peu de chance, Hank ferait un détour vers le secteur médical en retournant à son laboratoire après son repas, ramenant à son ancienne élève une collation, se doutant que comme à son habitude, elle allait sauter un repas.

Alors qu'elle allait reprendre place devant l'écran de son ordinateur, l'attention de Jean fut attirée au niveau de la porte de l'infirmerie. Personne n'en avait encore franchi le seuil, mais malgré tout, l'esprit de la mutante avait perçu une conscience en approche. Quelques secondes plus tard, Kitty entrait, son minois encore juvénile malgré son âge, affichant cette moue légèrement morose qu'elle se traînait depuis quelques temps à présent. D'une main, elle tenait son bras opposé en écharpe, provoquant un haussement de sourcil de la part de Jean. La jeune femme n'était pas réputée pour être douillette. Au contraire, elle avait même plutôt tendance à être dure au mal, ne se plaignant que très rarement. Alors, si pour une fois, elle venait jusqu'ici, ce n'était sans doute pas pour une simple égratignure.

« Kitty ? Un souci ? », lui demanda la rousse avec calme.

Déjà, Jean s'était rapprochée de la jeune mutante pour l'accueillir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   Lun 22 Oct 2018 - 17:21
Jean Grey & Kitty Pryde
What the ink ?!
J'ai une excuse, j'étais bourrée.
Je suppose que c'est ce qu'on récolte, quand on reprend l'entraînement à un tel niveau avec Logan, sans avoir pris le temps de décuver tranquillement, ni même le temps de s'échauffer doucement. Je ne voulais tellement pas le décevoir, et j'ai tellement voulu me surpasser, que j'y suis peut-être allée trop fort. Sans aucun doute d'ailleurs. Mon corps est salement endoloris, ce matin. Si je l'ai dis à Logan ? Si je m'en suis plainte ? Jamais. Si j'ai cherché à lever le pied pendant l'entraînement ? Au contraire. A qui je peux m'en prendre ? A moi-même, c'est certain. Je ne voulais pas de traitement de faveur, je ne voulais pas qu'il me ménage. Et je sais qu'au fond, il l'a quand même un peu fait, malgré tout. Il m'a bien demandé, après la séance, comment je me sentais. Alors j'ai roulé des mécaniques, j'ai dis ça va, mais au moment de me foutre au lit, j'ai bien douillé sa maman. Je me suis levée avec un bras en écharpe, l'épaule droite tellement douloureuse que j'étais incapable de bouger le bras. Sans parler des douleurs dans les côtes... En me regardant dans le miroir, j'ai pu admirer de splendides constellations violettes sur tout mon corps, mais le plus moche, c'était tout de même mon épaule qui présentait une enflure plutôt disgracieuse...
Oh, j'ai bien essayé de me bricoler une bouillotte pour atténuer la douleur, mais il a bien fallu que je me résigne à aller voir quelqu'un de compétent. Et pas question que Logan en entende parler. Je ne veux pas qu'il pense que je joue la chochotte. La douleur n'existe pas dans ce dojo, bordel ! C'est donc en toute discrétion que je me suis rendue au bureau de Jean, prétextant lui apporter de quoi manger. Ca arrangeait Hank, croisé au détour d'un couloir, qui apportait justement un club sandwich à Jean mais n'avait finalement pas trop le temps de s'y rendre. J'avais sauté sur l'occasion.
C'est donc avec un club sandwich emballé à la main que je toque à la porte du bureau. Jean ouvre et bien que calme, semble un peu surprise par ma présence. Je rentre, un léger sourire grimaçant aux lèvres tandis que je lui tends le sandwich - putain ça fait un mal de chien !

« Oh, non, rien de grave, t'en fais pas. J'ai croisé Hank, il voulait t'apporter ça, parce qu'il dit que tu sautes souvent tes repas alors... »

J'hésite un peu, ce qui est parfaitement ridicule puisque j'oublies toujours qu'elle lit déjà dans ma tête, et au regard qu'elle me lance, je comprends qu'elle sait déjà pourquoi je suis là. J'affiche une petite moue de douleur et finis par souffler :

« ... ne lui dis pas, s'il te plaît... J'ai vraiment pas envie qu'on prenne des pincettes avec moi... J'ai suffisament déconné, maintenant j'aimerais... qu'on me reprenne au sérieux. »

Je soupire légèrement, parce que j'ai parfaitement conscience maintenant que je m'étais vraiment perdue, pendant quelques années, mais depuis peu, j'avais réalisé que je n'avais pas tout perdu, que ma famille, c'était aussi eux, les X-men. Que j'avais toujours un combat à mener. C'est bête, mais j'ai besoin de me sentir encouragée, j'ai besoin de sentir qu'on est fier de moi, et quand mon Senseï me félicite, c'est un sentiment très encourageant... Je vais m'installer pour découvrir mon épaule, grimaçant à chaque mouvement me faisant un tant soit peu bouger le bras. Retirer ma veste était une épreuve. Je dévoile donc mon buste constellé de bleus violacés et d'une épaule sacrément tuméfiée.

« J'y suis allée un peu fort, pendant l'entraînement... »


shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   Lun 22 Oct 2018 - 22:58
En silence, un discret sourire aux lèvres, presque gênée, Kitty tendit un club sandwich à la télépathe. Un présent de la part de Hank d'après elle, le Fauve ayant deviné que la rousse ferait l'impasse sur son déjeuner. Avec un sourire attendri, Jean saisit le colis avant d'aller le poser sur un coin de son bureau, avant de revenir vers la jeune femme. Cette dernière prétendait que tout allait pour le mieux. Pourtant, ce n'était pas ce que la télépathe pouvait lire sur son visage lorsqu'elle se mouvait. De toute évidence, c'étaient des rictus de douleur que tentait de dissimuler vainement Pryde … et c'était avec la même maladresse qu'elle tentait de cacher ses pensées en encombrant son esprit de choses futiles. Alors, Jean posa un regard quelque peu inquiet et désapprobateur sur son amie.

« Kitty ? »

Aussitôt, la jeune femme passa aux aveux, comme si finalement, elle n'attendait qu'un minimum d'encouragement pour confier un poids trop lourd pour être gardé. Pour commencer, elle demanda à Jean de ne pas dire un mot à ce sujet à Logan. Elle n'avait pas eu besoin de le citer pour que la rousse sache à qui elle faisait référence. Il y avait entre la jeune mutante et le canadien un lien très fort. Elle le voyait comme un mentor, un homme qu'elle ne voulait pas décevoir, un exemple à suivre … un idéal à atteindre en terme d'autonomie et d'efficacité. Et cela, Jean ne pouvait que le respecter. Alors, d'un signe de tête affirmatif, elle lui assura qu'elle garderait son secret … qu'elle n'en dirait rien à l'homme avec lequel elle vivait.

Dans toute cette histoire, il y avait bien plus qu'un souci de douleur physique. C'était une évidence. Mais Jean savait qu'il y avait un temps pour tout. Elle connaissait Kitty, sa façon de fonctionner. Si Logan était une tête de mule, mademoiselle Pryde pouvait rivaliser avec lui de ce côté-là. Ainsi, le professeur Grey savait qu'il fallait jouer la carte de la subtilité avec Shadow Cat. Mais ce besoin de reconnaissance, de retrouver une place qu'elle estimait avoir perdue … tôt ou tard, il faudrait que Kitty fasse un travail sur cela. C'était une étape indispensable pour qu'elle puisse avancer.

Visiblement abattue, Pryde laissa échapper un long soupir plus qu'éloquent après cette confidence, avant d'aller prendre place à côté de la table d'examen, commençant à retirer ses vêtements. Chaque geste lui arrachait une grimace de douleur, et même avec l'aide de Jean qui était venue à sa rescousse, l'opération n'en restait pas moins extrêmement désagréable. Une fois sa patiente seulement en sous-vêtement, Jean put alors constater l'ampleur des dégâts. Le corps de la jeune femme était couvert d'ecchymoses plus ou moins étendues. Quant à son épaule, elle était de toute évidence anormalement enflée et chaude. Avec douceur, Jean parcourut du bout des doigts, les zones les plus inquiétantes, cherchant à déceler une fracture ou un hématome plus profond. Par chance, il ne semblait rien y avoir de ce genre. Devant le silence du médecin, Kitty admit avoir sans doute repoussé un peu trop ses limites au cours de son entraînement. Pour toute réponse, Jean commença par pousser un profond soupir … jusqu'à ce que son regard s'arrête sur les reins de la jeune femme. Sur sa peau, juste au dessus de l'élastique de son jogging se trouvait un tatouage : un cœur recouvert de plaques de métal. C'était de toute évidence une référence à Colossus, le mutant pour lequel Kitty avait le béguin depuis des années.

« Effectivement … tu y es allée un peu fort … et pas que pour l'entraînement visiblement »
, lui dit-elle avec tendresse, un discret sourire de complicité apparaissant.

Prenant une profonde inspiration, Jean tendit à Kitty son haut afin qu'elle puisse se rhabiller. Elle avait vu ce qu'elle voulait voir … et même plus que ce qu'elle aurait bien voulu voir. Et ce qu'il en ressortait, c'était qu'il y avait beaucoup à dire … beaucoup à régler.

« Ok … Kitty … tu sais que tout ce que tu me diras … qu'importe le sujet, que ce soit médical ou non … ça ne sortira pas d'ici, commença-t-elle. Et … je crois que tu as beaucoup à dire. Alors, à moi ou un autre, qu'importe … mais … à un moment ou un autre, il va falloir que ça sorte. Ne te laisse pas ronger par tout ça … ça ne donnera rien de bon. »

Se dirigeant vers une armoire métallique, la rousse en sortit de larges bandes molletonnées bleues marines qu'elle apposa ensuite sur la jeune illinoise à l'aide de scratch, afin de lui faire une écharpe pour soulager son épaule, mais également immobiliser son bras. Puis, elle lui remit une boite d'antalgiques.

« Tu vas lever le pied durant quinze jours sur les activités physiques, repos stricte de ce côté … ordre médical, lui annonça-t-elle avant de marquer une pause, scrutant sa patiente dans le regard … avant de comprendre que ce serait plus compliqué. Et je vais dire à Logan de te refuser en entraînement sur cette période, inutile de croire que tu pourras t'en sortir si facilement. »

D'un signe de tête, elle indiqua à Kitty de s'asseoir sur la chaise placée en face de son bureau. Ceci fait, elle allait s'installer sur sa propre chaise. A présent, son visage était moins sévère. Sa consigne avait été donnée, alors, elle n'avait plus besoin d'être le médecin, mais elle pouvait endosser un autre rôle.

« Ce que je vois ... on pourrait presque l'assimiler à de l'automutilation, commença-t-elle avec un mélange de sérieux et de douceur. Je m'inquiète pour toi, Kitty. »

Se penchant légèrement en avant, la rousse tenta de créer une sorte de distance intimiste avec son amie.

« Tu sais que tu n'as rien à prouver à personne ici. Tout le monde sait qui tu es, ce que tu vaux … qu'importe tes récents écarts, lui dit-elle avec tendresse ainsi qu'un doux sourire. Qu'est-ce que tu crois ? Que Logan agit toujours comme un enfant de cœur ? Pourtant, chacun sait ce qu'il vaut, et personne ne remettrait en question sa place parmi nous. Et bien, c'est la même chose pour chacun d'entre nous. Le tout est de savoir si … toi, tu te pardonnes. »

Sortant la barre de céréale de sa poche, Jean la tendit à Kitty. Le sucre aidait parfois à faire le point. Rien ne le prouvait scientifiquement, mais la rousse en était convaincue.

« Je ne peux imaginer ce par quoi tu es passée ces dernières années … même si on m'en a touché quelques mots. Et j'en suis navrée pour toi … tout comme je suis navrée de ne pas avoir été là pour t'épauler. Mais … comment crois-tu qu'ils aimeraient que tu agisses ?, demanda Jean avant de marquer une pause suite à la référence délicate aux défunts parents de Kitty. En te laissant aller à une vie toxique … ou bien en faisant tout pour avoir une vie la plus heureuse possible ? »

Suite à cette réflexion, la télépathe garda le silence, comme pour donner le temps à la jeune femme d'encaisser ce qu'elle venait d'entendre … et ainsi, d'entamer un processus psychique qu'elle aurait dû faire depuis longtemps. Pourtant, la rousse resta accoudée à son bureau, légèrement penchée en avant, avec un sourire compatissant et un regard bienveillant à l'intention de Kitty. En cas de besoin, elle était là pour son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   Mer 24 Oct 2018 - 21:20
Jean Grey & Kitty Pryde
What the ink ?!
J'ai une excuse, j'étais bourrée.
Heureusement que Jean est venue à mon aide pour m'extirper de la veste et de mon t-shirt, sinon je sens que je serais restée bloquée un long moment... Je sens les doigts fins et légèrements frais de la rouquine glisser avec douceur d'hématomes en hématomes, s'arrêtant enfin sur le clou du spectacle : mon épaule. Je me sens obligée d'expliquer que j'ai poussé peut-être un peu loin les limites de mon corps pour cet entraînement, ce à quoi Jean me répond par un profond soupire. Je me tais. Elle doit en avoir marre de nous raffistoler. Je suppose qu'elle aimerait que l'on fasse plus attention...

« Effectivement … tu y es allée un peu fort … et pas que pour l'entraînement visiblement. »

Sa voix s'est faite plus tendre et j'ai du mal à comprendre, alors je lui lance un regard interrogatif et elle me répond par un léger sourire complice et je comprends enfin. Le tatouage. Ce maudit tatouage, souvenir de mon excursion façon Very Bad Trip à Cuba, avec Kurt. Fait sur un coup de tête, dont je ne garde d'ailleurs aucun souvenir. Je soupire un juron en prenant mon visage entre mes mains.

« ... eh merde...  »

Je prends une légère inspiration, pas tout à fait prête pour affronter son regard, pour le moment. Elle me tend mon haut et je tâche de me rhabiller avec quelques difficultés. Alors que je tente d'ouvrir la bouche à deux reprises, sans savoir quoi dire, c'est finalement Jean qui rompt le silence. Je l'écoute attentivement, ne pouvant m'empêcher de me mordre la lèvre inférieure, en acquiesçant doucement. Je crois que l'image que je renvois ces derniers temps n'est pas très reluisante, j'ai bien peur de ce que pourrait penser Jean de tout ça... J'essaye de nier, un sourire un peu gêné aux lèvres, presque triste :

« C'est pas... Enfin si, c'est ce que tu crois mais... Enfin, j'étais pas vraiment moi-même quand j'ai fait ça... J'avais un peu bu. »

Je replace une mèche de cheveux derrière mon oreille, et je finis par hausser les épaules et lâche :

« Y'a pas grand chose à dire là-dessus... J'ai du mal à passer à autre chose, il faut croire. »

Des choses à dire, au fond, je pense qu'il y en a beaucoup. Mais, très franchement, je ne me sens pas vraiment d'en parler avec lui. Lui, c'est un certain Russe, probablement le seul de tout l'Institut à ignorer mon attirance pour lui. Ignorer volontairement ou non, ça je ne sais pas. Je commence à me dire que s'il est capable d'être aussi aveugle, c'est tout simplement parce qu'il refuse d'ouvrir les yeux. J'ai essuyé beaucoup d'échecs, j'ai traversé beaucoup d'étapes du deuil, alors je ne suis pas sûre de pouvoir encaisser d'être repoussée.
Jean revient avec de quoi s'occuper de mon épaule et je grimace légèrement. Je fronce les sourcils en écoutant les recommandations de la rouquine. Quinze jours de repos strict ?? Impossible ! Et mon entraînement ?

« Quoi ?! Quinze jours ?! Je peux pas, je dois m'entraîner, Logan devait... !»

« Et je vais dire à Logan de te refuser en entraînement sur cette période, inutile de croire que tu pourras t'en sortir si facilement. »

Je lève les yeux au ciel comme l'adolescente tardive que je suis, en soupirant tandis que Jean me fait signe de m'asseoir, ce que je fais en soupirant une nouvelle fois, en jetant un coup d'oeil mauvais à ce bras trop faible, momifié dans son écharpe.

« Ce que je vois ... on pourrait presque l'assimiler à de l'automutilation. Je m'inquiète pour toi, Kitty. »

Je croise son regard, un mélange de surprise et un sourire qui se veut presque amusé. Mais non, Jean, tu fais une montagne de pas grand-chose. Mais mon sourire de façade ne dure pas bien longtemps à mesure que Jean se penche vers moi et me parle avec douceur. Je prends bien soin de baisser les yeux, fixer un point dans le néant, écoutant en silence. Elle me tend une barre de céréales et ma main valide hésite un instant avant de l'accepter. Accepter de l'aide, accepter que l'on m'aide, c'était la chose la plus difficile, ces derniers temps. Parce que c'était admettre que j'en avais besoin et donc admettre que quelque chose ne tournait pas rond chez moi. Jean aborde le sujet délicat de la mort de mes parents et mes doigts froissent l'emballage de la barre de céréales malgré moi. Je serre la mâchoire, par automatisme, mais heureusement, Kurt a déja crevé cet abscès, à Cuba. Il m'a permi de découvrir une piste qui pourrait bien m'aider à faire mon deuil, enfin. Nous avions parler d'une cérémonie, au moins pour avoir le temps de dire au revoir.
C'est toujours dur aujourd'hui, mais ça allait mieux. Je déglutis, pour faire passer cette boule que je sens dans ma gorge. Etre forte. Je croise le regard tendre et compatissant de Jean et je manque de flancher un instant. Mais je me resaisis et répond par un faible sourire :

« La réponse me parait évidente... Jean, je sais que j'ai déconné, vraiment, mais ça là... Ce que je m'inflige c'est justement pour... me détoxifier... Je te le promets, je ne veux plus être ce fantôme, cette ombre de moi-même... Je ne cherche plus à me nuire. Merci d'être là, maintenant... C'est plutôt moi qui m'excuse d'avoir tenu chacun de vous aussi éloigné de moi, pendant tout ce temps. Je me suis perdue. J'en voulais au monde entier.»


shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   Jeu 25 Oct 2018 - 12:31
En réalisant que Jean venait de découvrir ce tatouage en hommage à Colossus et les sentiments que Kitty nourrissait à son égard, cette dernière se plongea dans une forme de honte attendrissante. Maladroitement, elle tenta de se justifier, faisant d'avantage sourire la rousse. Chacun était libre de faire ce qu'il voulait de son corps, la télépathe estimant qu'elle n'avait pas de jugement à porter à ce sujet. Pourtant, la jeune femme s'était sentie obligée d'expliquer son choix … qui au final, ne semblait pas vraiment en avoir été un, tout du moins, pas en toute conscience.

Oui, Piotr et Kitty, c'était une histoire à la fois simple et compliquée. Un genre de feuilleton du soir que les résidents de l'Institut ne manquaient pas de suivre avec une certaine passion, il fallait l'avouer. Ce n'était un secret pour personne, la jeune femme éprouvait de l'attirance pour le russe, avec toute sa maladresse aussi légendaire qu'attachante. Un secret pour personne … hormis pour le concerné, qui lui, n'était pas fichu de voir l'évidence. Et c'était là que résidaient à la fois toute la difficulté de cette affaire … mais également tout l'intérêt que les autres y portaient. Savoir si oui ou non, un jour, Piotr parviendrait à percuter ce que tout le monde avait compris depuis un bon moment à présent.

Bien entendu, Kitty n'accepta pas vraiment la consigne de repos du médecin avec engouement … et cela, la rousse s'y était attendue. Mais si la jeune illinoise n'était pas raisonnable, son épaule garderait des séquelles … ce qui pouvait potentiellement remettre en jeu la position de Shadow Cat au sein de l'équipe des X-men. Il fallait parfois faire une pause pour pouvoir mieux repartir par la suite … un concept qui pour le coup, ne s'appliquait pas uniquement au bien être physique de la jeune femme.

En silence, Pryde écouta le discours de Jean. Le regard fuyant, elle ne prononça pas un seul mot, préférant sans doute ne pas interrompre la mutante. De son côté, la rousse sentait que sa patiente était encore hantée par certaines affaires non résolues. Pourtant, elle percevait également de l'espoir … une issue à tout ceci. Il faudrait simplement accorder à Kitty du coup, ainsi que du soutien. Elle gardait en elle la volonté de s'en sortir, cela la télépathe pouvait le voir.

Finalement, la jeune femme prit la parole, se confiant sur son attitude. Une manière selon elle de justement assainir sa vie pour se débarrasser de ses entraves … de ses écarts. Ainsi donc, Jean avait vu juste avec cette allusion à l'auto-mutilation. D'une certaine façon, Kitty éprouvait le besoin d'expier sa part d'ombre, un discours teinté d'une certaine forme de culpabilité, ce qui ne manqua pas d'interpeller la télépathe. Devant ces propos, face à cette attitude, la rousse se contenta d'être une oreille attentive pour commencer, respectant le temps de parole de la jeune femme, tout en lui adressant un sourire sincère et compatissant, accompagné par moment d'un hochement de tête pour lui assurer qu'elle comprenait.

« Ce n'est rien, la rassura Jean. La colère est une étape indispensable pour avancer après ce que tu as traversé. Ici, tous le comprendront. Maintenant que tu as conscience de toute ceci, il ne tient qu'à toi de reprendre ta vie en main … entourée de tes amis. »

Avec un sourire affectueux, Jean regagna le fond de son fauteuil.

« Après tout, ici, nous sommes plusieurs à avoir pu bénéficier d'une seconde chance … de la possibilité de tout reprendre à zéro. »


Un instant, le sourire de la rousse s'atténua. Cette dernière phrase pouvait s'appliquait à plusieurs résidents de cette école. Certains élèves, comme Idie après qu'elle eut été sauvée de son village, mais également certains enseignants comme Jean elle-même. Personne ne pouvait prétendre ne pas s'être à un moment ou un autre écarté du droit chemin, volontairement ou non. Parfois même avec des conséquences terribles. Mais le plus important, c'était de ne pas gaspiller une opportunité de se ressaisir, de prouver que l'on valait mieux que cela.

« Alors, pourquoi pas toi ?
, finit-elle par lui faire remarquer en regagnant son sourire. Et puis … qui sait ? Peut-être que cette fois-ci, Peter finira par voir l'évidence. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   Sam 27 Oct 2018 - 13:51
Jean Grey & Kitty Pryde
What the ink ?!
J'ai une excuse, j'étais bourrée.
Ca fait un bien fou, de pouvoir parler, libérer un peu ce que j’ai sur le cœur. Savoir que je suis soutenue, malgré tout. De savoir que malgré tous mes écarts, mes amis, ma famille est toujours là, derrière moi. Et dans un certain sens, c’est assez soulageant de pouvoir parler des sentiments qui me rongent. Enfin, avec quelqu’un d’autre que Kurt je veux dire. Parce que s’il y a bien quelqu’un à l’Institut qui connait tous mes déboires sentimentaux, c’est bien lui. Il continue de me taquiner gentiment à propos de Piotr, mais j’essaye malgré tout de ne pas trop le saouler avec ça… En fait, pour être honnête, tout le monde le sait mais personne n’en parle, c’est un peu comme Voldemort. Enfin tout le monde… Sauf le principal intéressé. Oh j’ai bien envoyé des signaux gros comme des entrées de métro, quelques années auparavant, mais visiblement, il me jugeait trop jeune – comprenez ‘Pas majeure’, ce que je peux comprendre. Mais comme il ne s’est pas précipité à ma majorité et comme nous avons eu d’autres priorités à gérer – genre la purge et tout ce bordel…- disons que j’ai un peu perdu le courage de me montrer de nouveau entreprenante avec lui. Soyons honnêtes, Piotr est l’homme le plus doux et gentil que je connaisse. Mon âge aurait pu être un simple prétexte, une simple excuse pour ne pas me blesser. Si j’y retourne et que je prends une nouvelle veste, ça pourrait bien être encore plus gênant.
Alors voilà, j’accepte cette condition étrange de travailler, de le côtoyer, de le voir presque tous les jours en faisant semblant. J’ai bien essayé de l’oublier, de tenter des trucs pour passer à autre chose, jusqu’à récemment, quand j’allais squatter ces fameuses soirées étudiantes, ou autres beuveries. J’en trouvais un pas trop moche, qui ne parlait pas trop, juste pour pouvoir me blottir dans des bras qui me désirent… Mais la magie ne durait jamais plus d’une nuit, puisqu’ils avaient tous le défaut de ne pas être lui.
Je m’égare. Je rougis un peu, confuse d’avoir pensé à ça en présence de mon amie télépathe, mais je sais qu’elle respectera l’intimité de mes pensées. Pareil, ça je n’en suis pas particulièrement fière. Je me suis sentie si égarée ces derniers temps. Un peu gênée par les images que j’ai probablement involontairement partagé avec Jean, je baisse un peu les yeux et marmonne un :

« Désolée je… » Je lâche un long soupire. « Ces dernières années ont été un peu compliquées… »

Quant à ma colère dirigée vers tout le monde, elle se montre compréhensive. J’ai lu ça une fois, dans les étapes du deuil, pendant plusieurs années, je suis restée dans le déni et la colère, sans jamais vouloir passer un pied dans l’acceptation. Aujourd’hui, je me sens capable d’avancer. Surtout avec le soutien de ma famille, celle de l’Institut. Parce qu’on est clairement devenu une bonne grosse famille. Et si Logan est pour moi un mentor, un père spirituel, alors Jean, elle, c’est sans aucun doute une figure maternelle. Elle me sourit et je lui réponds d’un sourire doux, nostalgique. A mon arrivée à l’Institut, Jean a été là pour me rassurer. Quand j’étais terrifiée, perdue, trop jeune, ce sont ses bras qui m’ont donné le réconfort dont j’avais besoin. Son absence… Sa mort. Ce fut une tragédie. Je ne sais pas pourquoi j’ai eu autant de retenue avec elle, à son retour. Probablement par préservation… Vivre autant de deuils à la suite, ça apprend à garder ses distances… Aujourd’hui, je me rends compte que ce lien avec elle me manquait énormément. Elle fait allusion à une seconde chance, une opportunité de changer de voie, de se reprendre. C’est vrai que c’est une opportunité que je dois saisir. J’ai la chance d’être encore en vie, la chance d’avoir la possibilité d’espérer faire bouger les choses, protéger les miens.
La dernière allusion de Jean me fait lâcher un petit rire léger. Je renifle, chassant quelques larmes – l’émotion bordel – au profit d’un sourire complice mais un peu fragile malgré tout.

« Oh j’en suis pas certaine… Autant ne pas se voiler la face : c’est probablement sa façon à lui de me préserver d’un bon gros râteau. Entre nous, je crois qu’au final, c’est mieux comme ça…»

J’esquisse un léger sourire, celui qui se veut rassurant, celui qui dit ‘ça fait mal, mais t’en fais pas, j’encaisse, ça va’. Puis je m’entends souffler :

« Ça fera moins mal.»

Bien sûr Kitty, c’est bien d’y croire, que tu ne souffres pas de cette situation… Je laisse entendre que ça me fait moins mal de subir ça que de devoir supporter une nouvelle séparation, qu’on me le prenne. Mais soyons honnête, que l’on soit ensemble ou non, une telle chose me ferait tout autant souffrir… Je chasse immédiatement cette pensée de ma tête. Je cherche à me ressaisir. J’adresse un nouveau sourire à Jean, se voulant rassurant :

« Tu sais… J’étais un peu distante avec toi, depuis ton retour et je m’en excuse… Je sais que tu as oublié beaucoup de choses nous concernant, mais… Tu comptes beaucoup pour moi, tu m’as beaucoup manquée, Jean. Je sais pas pourquoi, je pense que ça faisait trop mal d’être hantée par mes pensées, par la douleur… Je crois qu’au fond je t’enviais un peu cette amnésie… Il y a tellement de choses, des images qui me hantent et que j’aimerais oublier… Mais si je les oubli, alors j’oublierai ce qui me donne envie de me battre.»



shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   Mar 30 Oct 2018 - 15:05
Peu à peu, en présence de Jean, en ayant la possibilité de se confier à quelqu'un tout en sachant que rien de ce qu'elle dirait ne serait répété, Kitty commença à se détendre. La rousse pouvait le voir dans l'attitude de la jeune femme, mais également dans l'aura qu'elle dégageait. Ce petit échange entre les deux mutantes lui faisait du bien, lui redonnant une certaine forme de confiance en elle en lui assurant qu'elle avait toujours sa place au sein de l'Institut, au sein de cette famille artificielle, et pourtant curieusement authentique dans sa qualité.

Sans doute trop soulagée de pouvoir être ainsi entendue et comprise, il sembla bien que Pryde baissa quelque peu sa vigilance, se mettant à penser à ce qu'elle ressentait pour Piotr, à ses tentatives infructueuses de le remplacer, de trouver des bras de substitutions, et tout ceci devant une télépathe. C'était comme si soudainement, Kitty venait d'ouvrir en grand les vannes de sa conscience, imposant à la rousse les images de ce qu'elle tentait de garder secret aux yeux de tous depuis un long moment. Un acte manqué ? Sans doute. Oui, il y avait fort à parier qu'inconsciemment, Kitty souhaitait partager tout ceci avec quelqu'un d'autre que Kurt … avec quelqu'un de féminin. Réalisant l'ampleur de ses agissements, la jeune femme rougit légèrement, tout en s'excusant, ce qui ne manqua pas d'attendrir Jean qui ne put retenir un léger rire complice.

« Non, ce n'est rien. Tu peux te rassurer : il n'y aucun mal à tout ça. »

Les bras croisés en appui sur le bord de son bureau, Jean prit un court instant un air songeur, les yeux légèrement plissés, et un fin sourire aux lèvres.

« On est toutes pareilles, finit-elle par lui dire. Et puis, nous sommes entre adultes, alors bon … On éprouve certains besoins qui ne demandent qu'à être assouvis … c'est normal. Il faut arrêter de croire qu'il n'y a que les hommes qui sont confrontés à ce genre de choses. Et surtout, il faut arrêter d'en avoir honte comme si c'était quelque chose d'inavouable », conclut-elle avec un nouveau rire.

A son tour, Kitty se permit un petit rire lorsque la rousse lui fit comprendre que même Piotr pouvait changer avec le temps. Oui, Jean devait bien l'admettre, faire bouger un type comme le russe demandait beaucoup de temps et d'énergie. Il était … une montagne immuable … à l'image de son physique. Mais en même temps, il semblait que la jeune illinoise avait fini par se convaincre avec le temps que Rasputine n'était pas intéressé par elle. La télépathe accueillit cette remarque avec une moue désolée et compatissante. Si seulement elle savait … Mais ce n'était pas à Jean de lui en parler. Quand bien même elle connaissait la réponse à ce sujet … ce n'était pas fair-play. Pas pour Peter. C'était un garçon timide et réservé, qui souhaitait faire les choses correctement. Court-circuiter de cette façon sa volonté n'était pas une chose à faire. Et Jean tenait trop à l'amitié de cet imposant mutant pour lui manquer ainsi de respect. Alors, avec une pointe d'aigreur, elle laissa Kitty tenter de se convaincre dans ce mensonge qu'était l'absence d'intérêt de Piotr à son égard.

Et comme à son habitude, la jeune femme tenta de minimiser l'impact que tout ceci avait sur elle, dissimulant ses états d'âme derrière un masque factice. Face à cette réponse, Jean se contenta simplement de rouler des yeux vers le ciel. Mentir à une télépathe. Même après toutes ces années, Pryde y croyait encore. Et pourtant, contre toute attente, la moins grande des X-men parvenait encore à surprendre ses partenaires psychiques dans certaines de ses réactions. Ce fut le cas lorsqu'elle annonça à la rousse combien elle était désolée de s'être montrée distante avec elle depuis son retour à la vie.

A ces mots, Jean sentit sa gorge se serrer d'émotion, et la suite des propos de Kitty n'arrangèrent rien au phénomène. Un instant, la rousse se demanda comment une personne pouvait rester debout avec tout ce chagrin en elle, chacune de ses paroles étaient gorgées de sentiments plein de tristesse. A cet instant précis, Grey aurait voulu offrir à son amie un peu de repos … lui offrir ce qu'elle désirait : l'oubli. Mais les dernières paroles de Kitty, fortse d'une sagesse et d'une résilience extraordinaires, dissuadèrent la télépathe de faire une telle proposition.

Mais elle pouvait bien faire autre chose … Jean en était convaincue. Se levant, la rousse fit le tour de son bureau pour rejoindre la jeune mutante. Puis, sans un mot, la gorge encore écrasée par l'émotion, elle prit son amie dans ses bras, l'étreignant avec tendresse durant de longues secondes. Oui, Kitty pouvait se montrer distante et peu friande de ce genre d'échange … mais pour l'heure, c'était sans doute Jean qui en avait besoin … ce besoin de se reconnecter à ce qu'elle avait perdu ces dix dernières années … de retrouver ses proches … de les sentir … de les ressentir.

Se ressaisissant, Grey finit par relâcher la jeune femme, s'écartant d'elle légèrement. D'un geste rapide de ses mains, elle chassa des larmes naissances du coin de ses yeux, tout en se raclant la gorge discrètement.

« Ok … je … bon sang … excuse-moi, bafouilla-t-elle nerveusement. On va surmonter tout ça, Kitty. J'en suis sûre. Tout finira par s'arranger », lui annonça-t-elle avec conviction tout en lui souriant largement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   Jeu 1 Nov 2018 - 22:15

Jean Grey & Kitty Pryde
What the ink ?!
J’ai eu peur d’être jugée par Jean, quand cette dernière a eu accès à quelques pensées plutôt intimes, mais je suis rassurée quand au contraire elle se montre complice. Je me disais que je devais avoir un sacré problème, aller voir d’autres hommes alors que j’en ai un autre toujours en tête. C’était ni réglo avec lui, ni réglo avec les autres ni même avec moi en fait… C’est plutôt rassurant – et quand même un peu humiliant… - de se dire que quelqu’un d’aussi intègre que Jean pense qu’il n’y avait rien de mal à satisfaire mes besoins… primaires. Je sais bien qu’elle a raison, qu’on est toutes pareilles, mais tout le monde toujours ce masque de perfection, relations saines et parfaites, sentiments purs, équilibre… Même si elle me met en confiance, ma rassure d’un sourire, je ne peux m’empêcher d’avoir un regard quelque peu fuyant, me mordant la lèvre inférieure. Haussant les épaules en grimaçant légèrement de douleur, je réponds pourtant :

« Je… Je ne sais pas si on peut vraiment comparer… C’est pas… C’est pas vraiment sain, comme relation… Mais, je…» Je lâche un long soupire, me sentant terriblement naze, nulle, tout ce qu’on veut. « Je me sentais vraiment… vraiment seule… Je pensais que ça suffirait mais… C’est donner de l’eau à un affamé. »

J’esquisse un sourire complice parce que je pense qu’elle peut comprendre ce que je veux dire par là. Alors, oui, pendant quelques heures, j’oublie, mais une fois l’euphorie du moment passée, le retour à la réalité est d’autant plus difficile et je me sens encore plus mal. Ça ne me rapproche pas de lui, au contraire, j’ai le sentiment que tout ce que je fais me tient toujours plus éloignée de lui. Au final, le problème vient peut-être aussi de moi parce que je me sens de moins en moins capable de le regarder en face. Au fond, je ne lui dois rien, mais j’ai le sentiment de l’avoir trompé. C’est chiant, hein, de se torturer l’esprit comme ça pour tout…
J’en viens même à expliquer à Jean que je suis résignée à ne plus rien attendre de ce côté-là, à tenter de me convaincre moi-même que c’est pas plus mal comme ça au final. Je sens bien que Jean n’est pas vraiment convaincue, mais elle respecte cependant ma parole, en silence. Mais pas besoin d’être télépathe pour deviner l’avis de Jean sur la question… Ce que je n’attendais pas, cependant, c’est la réaction qu’elle a par la suite, quand je lui explique pourquoi je me suis tenue si éloignée, le fait qu’elle m’ait tant manqué. J’ai gardé les yeux rivés au sol, c’est pourquoi je me suis légèrement raidie quand Jean m’a prise dans ses bras. Il faut dire que ces dernières années, je me suis tellement blindée que ce contact, je ne l’avais qu’avec Kurt. Mais je finis par me détendre, le contact chaud et rassurant des bras de Jean faisant fondre cette carapace blindée que je me suis bâtie. Mon bras valide, après hésitation vient également enlacer avec douceur mon amie et bercée par le battement chaleureux de son cœur, je me sens redevenir une simple petite Illiloise de 13 ans, catapultée dans un monde de mutants… Cette étreinte prend finalement fin et si Jean chasse quelques larmes du coin de ses yeux, en bafouillant quelques excuses, j’en fais de même avec moins de réserve. J’en ris un peu :

« C’est rien… Des fois, ça fait du bien. Un torrent de larmes et c’est la résurrection, comme dit Marv, dans Sin City.»

J’esquisse un sourire complice, chassant la dernière larme au coin de mes yeux, du revers de ma main valide.

« Jean ? Merci beaucoup… Pour tout. »

Je semble un peu hésitante mais j’ose malgré tout proposer :

« Tu sais… Je ne vais pas pouvoir m’entraîner pendant quelques jours alors, il va falloir que je trouve un truc à faire pour ne pas tourner comme un lion en cage, dans ma chambre alors… Je me disais… Ca fait super longtemps que j’ai pas mis les pieds dans un magasin de fringues… C’est bête mais, je sens bien que mon look d’ado me pénalise un peu, quand je passe du côté prof’… Alors, si ça te tente de m’accompagner et… je sais pas, me donner des conseils… J’aimerais bien faire les choses bien, pour une fois.»

Je lui souris, presque un peu gênée de proposer une sortie shopping alors que bordel, y’a des choses bien plus importantes à régler bordel ! Mais il y a un autre sujet sur lequel j’aimerais m’entretenir avec Jean.

«Je ne sais pas si Logan t’en as parlé mais, je voulais trouver un moyen de mieux m’investir et de me rendre plus utile… Et il a soumis l’idée de me confier une petite équipe d’élèves. Genre, comme des bébés x-men. On n’a pas arrêté de nom pour le moment, parce que la dernière proposition, c’était les Kittens….» Je glousse légèrement, parce que franchement, crier ‘A moi, mes Chatons !’ dans un combat, c’est simplement hilarant… Je redeviens sérieuse pour la suite : « Logan semble penser que j’en suis capable. Moi, je ne sais pas… Je pense que oui, en tout cas, l’idée me motive énormément, sans compter que j’ai déjà quelques noms en tête. Tu crois que c’est vraiment une bonne idée ? »




shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix ♠ Emploi : Professeur et médecin à l'Institut Charles Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   Sam 3 Nov 2018 - 17:47
Si Kitty s'était légèrement raidie lorsque la rousse l'avait enlacée, vraisemblablement prise par surprise par cet élan de sympathie, elle finit malgré tout par se détendre, allant même jusqu'à passer à son tour l'un de ses bras dans le dos de Jean. Lorsque cette dernière se recula, bafouillant quelques excuses avec les yeux humides, ce fut pour remarquer que la jeune illinoise était à peu de chose prêt dans le même état émotionnel qu'elle. Ensemble, elles rirent de cette situation, malgré tout ravies d'avoir pu partager un tel instant de complicité. Lorsque la petite brune la remercia, Jean lui fit comprendre d'un mouvement de tête que c'était avec bon cœur qu'elle agissait ainsi avec elle. L'Institut était tel une grande famille où chacun avait sa place, et au sein de laquelle il était important que chaque membre soutienne les autres. Pour Jean, c'était une priorité.

Ce moment de franche amitié passé, Kitty prit alors la parole, hésitante dans un premier temps, mais motivée par une volonté sincère. Les prochaines journées promettaient d'être fastidieuses pour elle avec ce bras en écharpe qui limitait les activités qui lui étaient autorisées. Si bien qu'elle désirait pour s'occuper un minimum trouver une solution alternative. Et afin de faire d'une pierre deux coups, elle voulait mettre ce temps libre à profit pour renouveler sa garde robe. D'après elle, son look d'adolescente avait fait son temps, si bien que dans le but de gagner en crédibilité aux yeux des élèves, elle souhaitait se trouver un nouveau style, plus mature. Elle demanda alors à Jean si elle voulait bien l'accompagner pour une virée shopping, afin de la conseiller.

Face à cette proposition, le sourire de la rousse s'étira un peu plus. C'était une excellente idée ! Cela permettrait à Kitty de se changer un peu l'esprit, en plus de leur offrir à toutes les deux un moment entre filles. Et puis, Jean était toujours partante quand il s'agissait d'aller chiner dans les magasins pour s'acheter de nouveaux vêtements.

« Ce sera avec plaisir … et sache qu'il y a certaines choses que tu fais déjà très bien, contrairement à ce que tu veux bien croire. »

sans perdre son sourire, la jeune mutante regagna pourtant un peu plus de sérieux, faisant comprendre à Jean qu'elle était sur le point d'aborder un sujet plus sérieux, quelque chose qui lui tenait à cœur. Attentive, la rousse ne perdit pas une miette de ce que lui racontait Kitty lorsqu'elle lui fit part d'un projet qu'elle avait eu avec Logan : s'occuper d'un groupe de jeunes élèves afin de former une nouvelle équipe de X-men. Une manière d'assurer la relève, de prévoir les jours à venir. Une initiative qui fit sourire Jean. C'était là la preuve que la jeune Pryde passait peu à peut à autre chose, qu'elle allait de l'avant.

« J'en pense que c'est une excellente idée. Je suis certaine que tu as toutes les qualités requises pour mener ce genre d'équipe. Et si tu te sens prête pour assumer ce rôle, alors, il n'y a pas de raison d'attendre plus longtemps. »

S'asseyant sur le rebord de son bureau, faisant toujours face à Kitty, la télépathe lui sourit, pianotant du bout des doigts sous le rebord de son bureau.

« Il va de soit qu'en devenant le leader d'une telle équipe, tu te devras de montrer le bon exemple et donc … de devenir raisonnable vis à vis de certains excès. »

Même si ces paroles pouvaient être perçues comme trop maternantes par certains, Jean ne pouvait s'empêcher d'être ainsi. De toujours s'inquiéter pour ses proches. De régulièrement les rappeler à l'ordre pour leur propre bien. Cela n'avait rien de méchant ou d'infantilisant. C'était simplement sa manière d'être. De veiller au bien être de tous. Quitte à passer pour la rabat joie de l'Institut. Un rôle qu'elle acceptait d'endosser si cela pouvait permettre à tous de toujours revenir indemnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
X-Men
♠ Classe et nom de code : Classe 4 // Shadowcat ♠ Emploi : Professeur de technologie a l’Institut Xavier ♠ Gif :
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   Ven 9 Nov 2018 - 13:54
Jean Grey & Kitty Pryde
What the ink ?!
J'ai une excuse, j'étais bourrée.
Je suis heureuse que Jean accepte ma proposition : je suis en train d’opérer un changement radical psychologique, et étrangement, il faut que ça passe également par un  changement physique pour que cela fonctionne. Je touche la pointe d’une mèche de cheveux qui ont fini par repousser en un carré plutôt grossier. Je suppose qu’un tour chez le coiffeur ne ferait pas de mal non plus… Je me mords la lèvre inférieure, ne pouvant m’empêcher de penser qu’à force de me négliger, ce n’est pas si surprenant que Piotr ne soit pas… plus entreprenant. Je suis restée bloquée dans un état d'adolescence, et si jusque là, ça ne me dérangeait pas, aujourd'hui, j'aimerais être considérée en adulte, et en femme qui plus est.
Tout ça pour dire qu’une fois que j’aurai fait tous ces changements alors, peut-être que je pourrais enfin avancer, et qui sait, avoir plus de courage concernant le grand russe qui peuple encore mes pensées. J’esquisse un sourire complice à Jean avant de lui dire sur un ton amusé :

« Peut-être que… Enfin comme je ne vais pas pouvoir m’entraîner, je vais pouvoir travailler sur moi et… peut-être lui proposer d’aller, je sais pas, boire un verre ? » Je me dépêche de me corriger, en ouvrant grands les yeux, agitant la main pour rassurer Jean : « Euh pas d’alcool, promis, je fais ce qu’il faut pour me calmer là-dessus, mais, un café ou… Je ne sais pas… Enfin, si j'attends qu'il se décide, ça ne viendra jamais alors... Je peux peut-être... je sais pas, essayer une dernière fois, quand je me sentirai prête. »

La Kitty de 14 ans, elle, se serait bien moquée de moi, parce que, elle, elle n’avait jamais eu peur de ses sentiments pour le colosse de métal. La réserve, la timidité, elle n’en avait pas vraiment eu, elle était simplement spontanée. Mais aujourd’hui, c’est différent, j’ai l’impression d’être une personne totalement différente.
Notre conversation dérive alors sur le projet de l’équipe des Teens-X-men. Je suis rassurée de constater qu’elle ne désapprouve pas, au contraire. Se sentir soutenue de cette manière me fait sourire une nouvelle fois, c’est un projet qui me tient particulièrement à cœur. Jean doit mieux comprendre ma volonté d’opérer un changement et devenir une meilleure version de moi-même. La télépathe vient s’installer, assise sur le rebord de son bureau et ce qui suit me fait lâcher un petit rire. Bien sûr, je l’avais vu venir ce refrain et c’est pourquoi de moi-même, j’avais pris de bonnes résolutions. Je souris à Jean et croisant l’index et le majeur, je viens tracer une croix invisible sur mon cœur :

« Croix de bois, croix de fer… Vraiment, j’ai… Je laisse tout ça, derrière. Plus de conneries. Enfin, j’arrête de déconner. Je vais faire les choses bien… C’est juré. »

Je souris mais en même temps je lui lance presque un regard suppliant, un peu comme quand j’essayais de convaincre ma mère de me laisser sortir chez mes amies, avant que je ne viennes à l’Institut. Celui qui dit "Allleeeeez dis oui dis ouiiii je ferais mes corvées, je serais sage !".

« Avec Logan, toi et Kurt, je ne peux qu'y arriver... »



shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: What the ink ?! [feat. Kitty]   
Revenir en haut Aller en bas
 

What the ink ?! [feat. Kitty]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Sujets similaires

-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Kitty cat Babs in distress [Shawn]
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles :: Locaux de l'Institut Xavier-